tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / Economie / Bilan de la demande en or dans le monde en 2011

Bilan de la demande en or dans le monde en 2011


Comme tous les trimestres, le très sérieux World Gold Council publie des rapports sur la demande mondiale en or par secteurs et par type de produits en or. Début février, WGC a publié le rapport annuel 2011 qui traduit bien la crise économique actuelle et reflète les aspects géopolitiques de l’or.

Le World Gold Council – littéralement le Conseil Mondial de l’or – fait autorité dans le monde entier au niveau des métaux précieux. Depuis 1987, l’association en regroupe les principaux producteurs. Son but : « promouvoir la demande en or sous toutes ses formes à travers des campagnes marketing sur les principaux marchés internationaux ». Il n’en constitue pas moins une référence dans le milieu de l’or.

1. Une demande historique

Le WGC est une véritable mine (d’or) anglophone sur l’offre et la demande en or, en dépit d’une démarche commerciale pouvant parfois être orientée. Les tendances 2011 de la demande en or identifiées par le WGC traduisent de véritables incertitudes. Le marché de l’or ne s’est jamais aussi bien porté depuis une trentaine d’années et ce n’est pas bon signe pour l’économie mondiale.

L’instabilité monétaire, toutes devises confondues, a renforcé la demande en or en 2011, surtout du côté des acteurs asiatiques. L’an dernier, près de 4,067.1 tonnes d’or ont été vendues pour un montant total de 205 milliards de $ (à peu près l’équivalent des dépenses totales du e-commerce US en 2011), un record jamais égalé depuis 1997.

L’année a été marquée par un pic du cours de l’once d’or à 1920$ en septembre et une hausse moyenne du cours de l’or de 28% sur toute l’année. Cette tendance va se confirmer et s’accentuer en 2012.

Les investisseurs savent bien qu’avec un dollar faible, un yuan qui n’arrive pas encore à s’imposer sur le marché, une Europe au bord du gouffre, des élections présidentielles dans plusieurs pays qui cristalliseront le mécontentement des peuples plus que leurs espoirs, la fracture est inéluctable.

Pas de solution magique, aussi vers qui se tourne-t-on systématiquement dans ces périodes de trouble ? L’or.
Evidemment, plus qu’une valeur refuge, l’or est le seul actif tangible à avoir une valeur intrinsèque.

Ce n’est donc pas étonnant si en 2011, la demande record d’investissement dans l’or a boosté la demande d’or globale.

2. Les pays les plus gourmands en or

Sans surprise, on retrouve l’Inde, qui pour des raisons autant culturelles qu’économiques, est le plus gros consommateur de métal jaune en 2011 avec 933 tonnes d’or achetées. A elle seule, la joaillerie représente plus de la moitié de la demande en or de l’Inde, avec plus de 500 tonnes ! La faiblesse de la roupie face au dollar a également suscité cette très forte demande. L’Inde représente 25% de la demande en pièces et lingots d’or.

Le pays est toutefois en léger recul alors que la demande en or de la Chine est en constante augmentation avec 769 tonnes d’or achetées en 2011. Cette demande en hausse de 20% traduit l’ampleur économique de plus en plus importante de la Chine, et un pouvoir d’achat plus élevé. Comme pour son voisin indien, la demande en or de la Chine a été poussée par les secteurs de l’investissement et de la joaillerie.

Le marché asiatique n’est pas le seul à avoir vu sa demande en or augmenter. La zone euro en pleine difficulté recherche aussi à assurer ses arrières, hissée par l’Allemagne et la Suisse. La demande en or de l’Europe augmente ainsi pour la 7e année consécutive.

Les banques centrales quant à elles continuent sur leur lancée de 2010 en étant des acheteurs nets d’or. Cette tendance reflète un besoin de diversification des actifs des établissements, de réduire leur dépendance à des devises monétaires étrangères, de rééquilibrer leurs réserves dans un but de protection de la richesse nationale.

Les deux grosses tendances qui se dessinent au niveau de la demande émane de la croissance économique impérieuse de la Chine d’un côté et du besoin de se protéger de l’incertitude des marchés et de l’économie du côté occidental.

3. Les plus gros producteurs d’or

Du côté de l’offre aussi, la production des mines d’or a atteint un nouveau record avec 2,809.5 tonnes, c’est 4% de plus qu’en 2010.

C’est la Chine qui arrive au premier rang avec 400 tonnes d’or extraites en 2011. Ensuite l’Australie arrive en 2e position des plus gros producteurs d’or avec 255 tonnes (soit un peu plus de la moitié de la production chinoise).
Si les autres gros filons ne sont pas anecdotiques, ils arrivent loin derrière les deux pays qui produisent le plus d’or : les Etats-Unis, l’Afrique du Sud, la Russie mais aussi le Pérou ou encore l’Indonésie et le Canada.

4. Les secteurs les plus gourmands en or

• La joaillerie

Malgré les coûts élevés de l’or, la bijouterie a maintenu une forte demande en or. La demande totale en or en joaillerie a représenté 99 milliards de dollars en 2011. La culture, les coutumes et les croyances des plus gros pays demandeurs d’or, l’Inde et la Chine, expliquent que la demande d’or dans le secteur de la joaillerie reste très forte, malgré les prix élevés du métal précieux, des conditions économiques difficiles et la volatilité des devises monétaires.

• L’industrie

L’industrie électronique quant à elle a utilisé 330,4 tonnes d’or en 2011, soit une demande en augmentation de 1,1%, ce qui est plutôt inattendu au regard du prix de l’or. La demande en or pour l’industrie représente à elle seule un total de 16,7 milliards de dollars.

Bien que son origine soit antédiluvienne, l’or est le matériau du XXIe siècle. Que ce soit dans le domaine de l’électronique, de la santé, de la pollution ou même de la décoration, l’or possède des propriétés uniques que les chercheurs redécouvrent à l’échelle nanométrique.

Les sous-secteurs de l’industrie qui ont poussé la demande en or vers le haut sont l’électronique automobile, l’industrie électronique en général et les équipements sans fil.

• L’investissement

C’est le secteur de l’investissement qui réalise la plus forte demande en or, traduisant bien des incertitudes au niveau économique.

• Pièces et lingots

La demande en lingots et pièces d’or continue de se fortifier en 2011 et a joué un rôle majeur dans l’augmentation de la demande en investissement. Elle a augmenté de 24% en 2011. On peut y voir la demande de plus en plus forte des particuliers qui diversifient leur patrimoine dans l’or.

5. Au final, qui détient le plus d’or ?

Sans aucune surprise, ce sont les Etats-Unis qui détiennent le plus d’or dans les réserves de la FED.
Le pays qui observe une politique inflationniste en maintenant sa devise à taux bas pour faciliter l’exportation remplit par ailleurs ses coffres d’or.

Voici le classement de janvier 2012 des plus importantes réserves d’or au monde. Nous vous présentons les 7 pays et institutions qui possèdent plus de 1000 tonnes.

1 Etats-Unis : 8 133,5 tonnes

2 Allemagne : 3 396,3 tonnes

3 FMI : 2 814,1 tonnes

4 Italie : 2 451,8 tonnes

5 France : 2 435,4 tonnes

6 Chine : 1 054,1 tonnes

7 Suisse : 1 040,1 tonnes

On notera que la France figure en 5e position des plus grosses réserves d’or mondiales, malgré le fait que le gouvernement ait cédé un 5e de ses réserves

Pour le classement des 100 pays, consulter ce PDF.

Enfin il est une donnée qui est très difficile à chiffrer, même à évaluer, c’est le pourcentage d’or détenu de façon patrimoniale par les particuliers. Nous le savons pour avoir commencé à effectuer des recherches de notre côté sur le sujet, du côté des banques, c’est l’omerta et les possesseurs d’or particuliers sont très discrets sur le sujet, même si on sait que les Français ont la culture du bas de laine et du matelas !

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

production or pépite pénurie

A-t-on atteint le pic de production aurifère ?

C’est un serpent de mer depuis de nombreuses années dans le milieu de l’or d’investissement …