Accueil / banque centrale / Quand on parle de l’or, il faut s’en tenir aux faits.

Quand on parle de l’or, il faut s’en tenir aux faits.


L’or a connu des déclins. Certains ont même duré quelques mois, au grand chagrin de quelques investisseurs. Des dirigeants d’état déclaraient qu’il ne fallait pas utiliser les politiques économiques nationales pour cibler les devises (Reuters). Mais, dernièrement, nous avons été témoins des actions sur la dévaluation de la devise japonaise afin de relancer l’économie.  En conséquence, le prix de l’or a augmenté de manière très significative dans la devise nationale.

Nous pouvons ainsi constater qu’une des conséquences du changement des politiques gouvernementales sur ces 8 derniers mois, a fait que le prix de l’or ait augmenté de près de 19% dans la devise japonaise et un peu moins de 1% dans la devise américaine. Pourtant, entre le mois d’Aout 2012 et Novembre 2012, les prix de l’or dans ces deux devises étaient plutôt rapprochées.

Les politiques gouvernementales peuvent changer considérablement la vélocité de la monnaie. Les investisseurs mondiaux sont très attentifs à ces tendances afin de savoir où investir soit dans les matières premières ou les marchés, trouver de nouvelles opportunités et ajuster le risque. La correction du prix de l’or a atteint un tel extrême que cela demeure une opportunité d’achat potentielle. Après une telle correction, l’or, de par le passé, a toujours rebondi de près de 15% l’année suivante. Durant les courtes périodes de correction de prix de l’or, il est beaucoup plus important de se focaliser sur les faits, notamment sur celui que l’or est de plus en plus considéré comme une devise. Plutôt que d’acheter un bien immobilier ou du bois par exemple, les banques centrales mondiales achètent de l’or. Selon le World Gold Council (WGC), c’est en 2012 que les banques centrales ont acheté le plus d’or soit au total 534 tonnes, du jamais vu en presque 50 ans.

Les banques centrales des pays émergents ont continué d’acheter de l’or comme le Mexique, le Brésil, les Philippines, la Corée du Sud et la Russie. Au cours de cette dernière décennie, la Russie a atteint un cumul de 958 tonnes d’or, occupant ainsi le 8ème rang mondial des banques centrales les plus importantes, selon le WGC.

Un autre fait sur l’or est celui de la persistance du commerce. Comme nous pouvons le constater, la demande en bijoux a décliné légèrement soit d’environ 3% en 2012. Ue partie importante de cette demande provenait de l’Inde et de la Chine, ces pays ayant une grande affinité culturelle pour l’or. Les achats d’or de l’Inde ont chuté de 12% dû essentiellement à une taxe d’importation et une roupie faible. Cependant, malgré que le prix de l’or ait souffert d’une augmentation importante dans la devise locale, la demande de l’Inde est tout à fait remarquable et démontre une fois de plus que l’or est très important pour les consommateurs.

De ce fait, l’Inde a observé de meilleurs résultats au cours du 4ème trimestre 2012, permettant de maintenir le pays au premier rang mondial en tant que marché de l’or le plus important.

La Chine a observé un ralentissement dans son PIB au cours des premiers mois de cette année ayant un impact sur les achats d’or. Selon le WGC, il devrait y avoir un léger redressement dans la demande d’or cette année. Le WGC prévoient que les marchés de l’Inde et de la Chine demeurent importants ainsi que les taux de croissance entre 10 et 15%. Le PIB augmentant, la demande de l’or devrait suivre.

 

Bannière pub AuCOFRE

A propos de mcamus

Voir aussi

Vers plus de transparence du gigantesque marché de l’or

C’est un effet pour le moins inattendu du Brexit. Depuis quelques semaines, les grandes manœuvres …