Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Monnaie / VeraOne : un stablecoin basé sur de l’or physique et réel !
VeraOne, stablecoin basé sur l'or.

VeraOne : un stablecoin basé sur de l’or physique et réel !


L’univers des cryptomonnaies ne se limite pas à de la volatilité et de la spéculation. Il existe une famille de cryptoactifs dont le prix est lié au cours d’un actif tangible ou à une monnaie-fiat. Il s’agit des “stable coins”,  le stablecoin le plus connu, le Tether, est basé sur le cours du dollar. Dans la continuité de son activité, le groupe AuCoffre.com vient d’émettre un stablecoin dont le sous-jacent est de l’or physique conservé dans des coffres ultra-sécurisés. Explications en vidéo.

Blockchain et monnaies : une évolution en marche !

On vient de célébrer les 10 ans de la création de la blockchain et de la première cryptomonnaie BITCOIN (BTC). Si on ne peut pas encore parler de maturité, on se rend bien compte que ces “nouvelles monnaies” sont en train de prendre de l’importance. Quand Facebook annonce la création d’un consortium pour la mise en place d’une crypto, on voit que le monde monétaire est en train de changer. Libra, la “monnaie Facebook”, présente un risque majeur pour les Etats, celui de ne plus avoir le monopole de l’émission de la monnaie. C’est d’ailleurs pour cela que les administrations les plus importantes de la planète ont émis de fortes réserves et pressions sur les promoteurs de LIBRA.

BITCOIN : trop de volatilité pour un usage courant

La grande différence entre le projet LIBRA et le BITCOIN, c’est l’usage. En effet, il est encore difficile pour le grand public d’utiliser des millimes de BTC pour faire ses courses. En revanche, on peut imaginer que la crypto du réseau social planétaire permettra à ses 2,4 milliards d’utilisateurs d’acheter, de consommer sans passer par la case “banque” traditionnelle.

VeraOne, le stable coin basé sur le cours de l'or par Aucoffre.com

Comment se positionne VeraOne (VRO) ?

VeraOne est un stablecoin sous la forme d’un token ERC20 basé exclusivement sur de l’or physique. Cet or est stocké dans des zones hautement sécurisées et sur la base d’une contrepartie totale. Cela veut dire que 100% de l’or physique est bien conservé. Pour s’en assurer, les coffres de VeraOne sont audités régulièrement par des  tiers de confiance. Jean-François Faure, pdg d’AuCoffre.com promoteur de VeraOne.io explique : “Nous frappons déjà des pièces d’or du nom de VeraOne. Le message le plus important de notre offre : ce token est ancré à 100% dans le réel en étant adossé à de l’or physique de différentes sortes. Donc numérique et matériel savent se mélanger quand il s’agit d’un même but à accomplir”.

Le premier objectif de VeraOne est bien de proposer un stablecoin, un actif stable, qui soit une alternative robuste et fiable face aux offres déjà existantes qui s’appuient largement sur des devises classiques (telles que le dollar) ou bien sur des actifs tangibles. 

VeraOne : une suite logique pour AuCoffre.com

VeraOne a aussi pour mission, grâce à  son écosystème, de favoriser le développement d’une monnaie d’échange au service de toutes les personnes sur la planète qui souhaitent pouvoir envoyer de la valeur à d’autres personnes  et cela de manière instantanée, gratuitement, y compris dans les zones faiblement bancarisées. 

“C’est un métier que nous exerçons déjà précise Jean-François Faure avec notre produit VeraCash. La culture blockchain nous l’avons aussi puisque nous avions été les premiers de notre secteur en 2016 à mettre en place sur la blockchain notre registre de police. L’idée était alors de capitaliser sur nos connaissances pour répondre à ce nouvel enjeu”.

L’or est-il assez stable pour assurer la promesse de VeraOne ?

L’or est reconnu comme une monnaie ou une para monnaie stable depuis 5000 ans. Il est dans le top 5 des actifs le plus liquide au monde (après les bons du trésor américain et quelques paires de devises). Les Etats en possèdent mais aussi les grandes banques, certaines entreprises et aussi des particuliers, partout dans le monde. Dans chaque pays il existe au moins une loi qui en légalise l’achat et la vente. Il est à la fois reconnu et structuré tant par l’industrie de la finance la plus évoluée que des utilisateurs tribaux en des lieux où seul le troc existe. La moitié de l’or utilisé l’est pour la seule industrie du bijou.

Il n’en n’est pas moins réelle que l’or est volatile évidemment comme le Dollar ou l’Euro finalement mais on note quand même que la parité or/dollar reste très stable au fil des années.

Et d’un autre côté, les crypto utilisateurs recherchent la volatilité pour spéculer…

Une majorité des utilisateurs/détenteurs de cryptomonnaies recherchent cette volatilité dans une logique d’efficacité spéculative mais c’est aussi le principal problème de BITCOIN et ETHEREUM. Il est impossible de l’utiliser dans le commerce traditionnel. Si j’achète à l’instant T un bien avec une monnaie qui fond ou explose dans la minute qui suit mon achat, c’est ingérable pour le commerçant mais aussi pour le consommateur.

C’est donc là qu’interviennent les stable coins. Pour l’instant, le sous-jacent est souvent le dollar qui n’est pas une monnaie universelle. Cela peut être compliqué de transformer sa cryptomonnaie en dollars pour la récupérer sur son compte en banque. Au mieux cela ajoute des frais. Autre soucis, les consommateurs qui utilisent d’autres monnaies que le dollar auront eux aussi d’importants frais bancaires.

Et de manière fondamentale, on doit s’interroger pour savoir s’il est sain d’adosser à un stablecoin un actif tel que le dollar, une monnaie qui ne partage en rien les valeurs qui ont poussé à la naissance des cryptomonnaies majeures actuelles ? Une monnaie qui perdu plus de 90% de sa valeur en 50 ans devrait être la norme des sous-jacents pour un stablecoin ? Paradoxal ! Petit rappel 1 once d’or valait 35 dollar en 1971, aujourd’hui nous sommes à plus de 1400 $. Est-ce la valeur de l’or qui a été multipliée par 40 ? Non.

VeraOne, la stabilité de l’or

On peut d’ailleurs imaginer que certains utilisateurs de cryptomonnaies utiliseront le stablecoin VeraOne pour “sécuriser” une plus-value. Ainsi, quand les BTC ou les ETH sont au plus haut, il suffira de les transformer en VRO et donc ne plus risquer de perdre en partie ses plus-values dans une forte correction. En temps réel, on passe du monde virtuel et volatile des cryptos à la stabilité de la valeur refuge.

VRO : une cryptomonnaie aux multiples enjeux

1 – Envoyer de la valeur partout dans le monde, instantanément et gratuitement.

VeraOne rend possible au moyen de n’importe quel wallet supportant les tokens ERC20 de pouvoir très facilement transférer de la valeur par l’usage de son token VRO. Celui-ci représente la propriété qu’une personne va avoir sur une quantité d’or (1 VRO = 1 gramme d’or pur). Pour de telles opérations les wallets myetherwallet.com et metamask.io sont les plus utilisés mais il est possible de se servir de n’importe quel autre qui est capable de gérer des transferts de token ERC20 entre tiers. 

2 – Donner un nouveau sens positif à la monnaie.

Donner un sens positif à la monnaie passera nécessairement par un changement de point de vue sur elle. Elle devra pour cela se débarrasser de toutes les tares accumulées par les devises depuis des décennies. Ainsi, elle devra retrouver son utilité exclusive d’instrument d’échange mais rester gratuite à l’usage, simple mais puissante, et surtout porteuse de valeurs positives. Plus qu’une exigence c’est aujourd’hui devenu quasiment une obligation sociale et environnementale. Il s’agit donc de décloisonner géographiquement l’usage de la monnaie.

Ensuite, tout le monde s’accorde sur le fait que le développement durable et la transition écologique ne sont plus des options.  Des devises basées sur la dette, visant donc une croissance infinie dans une monde qui, lui, est par définition fini, ce n’est pas une bonne solution.

VeraOne est d’autre part  issu de la collaboration avec des partenaires très stricts quant à l’origine de l’or et guidés par la certification LBMA (London Bullion Market Association) : des critères spécifiques doivent êtres appliqués, tels que le respect des Droits de l’Homme dans les mines aurifères, la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. 

Pour Jean-François Faure, “lorsque nos clients se transfèrent des VRO, par échange P2P, l’impact environnemental est proche de zéro, quelque soit la distance entre les utilisateurs. Cela est possible car il s’agit seulement de changements de propriété des métaux précieux : les transactions sont toutes couvertes par de l’or déjà dans le système. Le seul impact alors est celui induit par l’inscription des transactions opérées dans la blockchain Ethereum. Aujourd’hui on considère qu’au regard de la quantité d’or déjà disponible mondialement (autour de 190 000 tonnes selon Thomson-Reuters et le GFMS en mai 2018), de notre capacité à le recycler à l’infini, il n’est plus nécessaire d’extraire de l’or supplémentaire. Le recyclage seul, pleinement respectueux de l’environnement et des hommes, est à notre sens suffisant. VeraOne s’inscrit dans une telle logique et portera une parole forte dans ce sens.”

3 – Sécuriser ses actifs

Comme l’or est d’un usage et d’une détention très largement légalisés dans le monde, même dans les pays avec des tensions, il est aujourd’hui un rempart idéal si par exemple l’usage des cryptomonnaies devenait contraint voire interdit. 

L’or prévu en contrepartie est bien présent dans des coffres sécurisés. Des assurances sont prises pour couvrir en valeur tout éventuel dommage malgré ce niveau de sécurisation. Et enfin des audits sont réalisés très régulièrement avec une inspection des coffres et une vérification de la correspondance entre la valeur des tokens et celle de l’or conservé.

Le coût de VeraOne ?

0,5% de commission lors de l’achat et 1% lors d’une vente. Aucune commission n’est prise lors des envois entre tiers ou bien entre différents portefeuilles. Il peut y avoir des frais liés à l’usage des cryptomonnaies mais ils ne sont pas imputables au service VeraOne.

Enfin, l’équivalent de 1% annuel est prélevé pour la tenue du compte. Des frais d’oxydation, c’est à dire de conservation sans usage seront prélevés. Ils seront réaffectés sous forme de cashback aux utilisateurs les plus actifs.  Le principe est bien de faire un stable coin d’usage et pas de conservation.

Pour en savoir plus :
https://veraone.io/

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Benjamin Rosoor

Benjamin Rosoor
Je suis entrepreneur sur le web depuis 1999. Diplômé de l'école de journalisme de Bordeaux, j'ai tout d'abord été journaliste-reporter radio pendant 10 ans. J'anime plusieurs médias sociaux et blogs sur les entreprises, la tech, la finance, le marketing digital.

Voir aussi

société sans cash : Photo by Jonas Leupe on Unsplash

Une société sans cash mais pas sans monnaie

Le cash est en voie de disparition. Plus les pays sont développés, plus cette évolution …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.