Publicité

Le monde de la finance traverse une zone de turbulence. Les lecteurs le savent (et en ont peut-être assez de l’entendre) que je suis allergique aux théories du complot, mais mon allergie n’est pas absolue ou totale. Il y a d’excellentes raisons pour croire que la claque qu’ont subi l’or et l’argent est un événement planifié, orchestré. Par qui ? Jusqu’à maintenant, dans le domaine opaque des ventes d’or papier, nous n’en savons rien, sauf qu’il s’agissait d’un ‘dépôt’ de 500 tonnes qui a tout fait dérapé. C’est même fort possible que ce soit un farceur anonyme qui l’ait fait sur le site de Jim Sinclair, que l’acheteur et le vendeur étaient virtuellement la même entité. Ce ne serait qu’un simple jeu d’écritures comptables à valeur nulle.

En tout cas, ce dépôt de 500 tonnes n’avait pour objectif que de faire baisser le prix. Toute vente stratégique rationnelle d’autant d’or serait fractionnée en plus petites quantités afin de ne pas altérer les chiffres d’affaires de manière drastique, comme ce fut le cas avec cette vente. Mais, au fait, qui dispose de 25 milliards de dollars d’avoirs en or papier si ce n’est un important gouvernement, une grande banque centrale ou encore une des fidèles banques de la FED (Trop Importante pour Echouer) comme Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley? Ou qui pourrait se permettre d’absorber la différence entre le milliard de dollars et la perte sur la valeur des ventes en plein déclin ? En d’autres termes, les suspects habituels.

Je déteste l’expression ‘Que les Puissances règnent’ avec ses odeurs de paranoia recyclée et l’extrémisme lumpen mais des signes de collusion abondaient la semaine dernière. Tout d’abord, mercredi, Goldman Sachs qui publiait un avis sur l’or à court terme au moment où le prix flirtait avec la barre des 1600 dollars l’once. Puis, jeudi, le New York Times affichait en grand titre sur sa première page : ‘L’OR, LONGTEMPS CONSIDERE COMME UN INVESTISSEMENT SUR, PERD TOUT SON ECLAT’. L’histoire reflète une cotation qui semble avoir été manipulée sur le marché. Le très réputé Geroges Soros déclarait : ‘L’or a été détruit en tant que valeur refuge, il a su prouver qu’il n’était plus sûr’, dans une entrevue concédée à The South China Morning Post of Hong Kong.’ Déçus, les gens vont réduire leurs avoirs en or’.

Selon Soros : L’or = merde. Tout ceci justifie la débacle de vendredi. Vous remarquerez au passage que le dollar se porte très bien depuis que les prix de l’or et de l’argent ont chuté. – il faut plus de dollars pour acheter davantage de métaux précieux. Il faut ainsi soigner le dollar ! Dans l’intérêt de qui ? Peut-être, la Féd occupée à dissoudre la valeur des dollars au travers de ce qu’ils appellent ‘l’assouplissement quantitatif’ (impression en masse ou la fameuse création de crédit), puis la répression financière (l’imbroglio sur le taux d’intérêt) et aussi un gouvernement américain croulant tant sous les obligations des créances que Jack Lew, secrétaire du Trésor, doit partager son bureau avec d’autres gros bonnets.

Pour pimenter le sujet, le jour de la chute de l’or, des rumeurs circulaient au sujet d’une vente massive de réserves d’or par le gouvernement de Chypre afin de payer sa dette aux US. Ceci n’eut pas lieu mais la rumeur a eu son impact à savoir que l’Union Européenne aurait bientôt à faire appel aux nations du PIIGS.

Publicité

Jeudi, d’autres sujets vinrent sur le tableau. La dernière nouveauté du monde de l’investissement appelé Bitcoin qui au début valait 60 dollars par mois avait atteint 260 dollars mais est revenu au seuil des 60 dollars. Cela a attiré beaucoup l’attention tout comme un bouclier protégeant des troubles monétaires internationaux – et dans un cas hyphothétique, considérée comme une éventuelle rivale aux devises des banques centrales.
La Bitcoin est une monnaie virtuelle inventée par Satoshi Nakamoto qui demeure une personne bien mystérieuse.
La vertu mise en avant de cette bitcoin est tout d’abord qu’elle ne peut pas être confisquée par les gouvernements.. Mais, tout programmeur informatique sait très bien que n’importe quel site internet peut être hacké. Cette monnaie virtuelle serait censée être meilleure valeur refuge que tout autre investissement refuge comme les obligations d’Etat ou les métaux précieux.

Est-ce que le monde a réellement besoin d’une autre forme abstraite d’argent autre que les monnaies fiat ? Je ne le pense pas. Le monde a davantage besoin d’instruments tangibles comme valeur refuge, un moyen d’échange et un indice de prix. La Bitcoin n’est rien d’autre qu’un bouquet d’algorithmes. Les maths aident dans la gestion de l’argent mais les maths représentent-elles l’argent à elles-seules ? Que se passe-t-il si vous n’avez pas accès à votre porte-monnaie Bitcoin ? Encore une autre tendance techno-narcissique impactant la culture contemporaine ?

Dans le Forbes Magazine, on pouvait lire : ‘la civilisation ne régresserait-elle pas à l’époque où il n’y avait pas d’électricité’. Observez-bien. Il y a des endroits aux Etats-Unis, en particulier, où les cables électriques sont vieux et sont en état de décrépitude. Il n’y a pas d’argent pour les remplacer. La société pourrait régresser avec aucune prestation de services et de fournitures d’énergie. Ceci rendrait la Bitcoin inutile et toutes les pertes en avantage pour Mr ou Mme Nakamoto que cela engendrait.

La semaine à venir devrait procurer des sensations fortes au niveau des affaires financières à travers le monde. Le Japon continuera dans son grand désespoir, poussé par la banque centrale. En supprimant le prix de l’or, les organismes les plus puissants aux US donneront à la Chine, la Russie et d’autres rivaux l’opportunité d’acheter de l’or bon marché en balançant des obligations d’état américaines, affaiblissant de ce fait la valeur de change internationale du dollar. La Chine et la Russie ont toutes les deux accumulé progressivement de l’or, dans l’objectif éventuel de l’adosser à des devises qui seraient stables au niveau du commerce international.

Une semaine importante pour le dollar, le yen japonais, l’euro et la livre britannique qui sont le coeur de dites ‘économies développées’ du monde. Quelle farce !

Par James Howard Kunstler
15 Avril, 2013 7:46 AM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici