Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Economie / Karl Marx
Karl Mark

Karl Marx


Karl Mark

Karl Heinrich Marx, né le 5 mai 1818 à Trèves en Rhénanie et mort le 14 mars 1883 à Londres, est un historien, journaliste, philosophe, économiste, sociologue, essayiste, et théoricien révolutionnaire socialiste et communiste allemand. Il est connu pour sa conception matérialiste de l’histoire, sa description des rouages du capitalisme, et pour son activité révolutionnaire au sein des organisations ouvrières en Europe. Il a notamment participé à l’Association internationale des travailleurs. L’ensemble des courants de pensées inspirés des travaux de Marx est désigné sous le nom de marxisme. Il a eu une grande influence sur le développement ultérieur de la sociologie. Karl Heinrich Marx né à Trèves (aujourd’hui en Rhénanie-Palatinat) en 1818 alors sous domination prussienne. Son père, Heinrich Marx (1782–1838), avocat issu d’une famille de juifs ashkénazes, rabbins (le grand-père d’Heinrich, Meier Halevi Marx, est devenu rabbin à Trèves en 1723, son fils et petit-fils étant les premiers à recevoir une éducation séculaire) et de marchands (ils possèdent des vignobles dans la vallée de la Moselle), s’est converti au protestantisme en 1816 ou 1817 pour pouvoir exercer sa profession, et a changé son prénom en Heinrich. Sa mère, Henriette Pressburg (20 juillet 1788-30 novembre 1863), est issue d’une famille juive hollandaise. Convertie au luthéranisme en 1825, elle est la grand-tante des frères Gérard Philips et Anton Philips (en) fondateurs de la société Philips. Karl Marx est baptisé dans le luthéranisme en 1824 et confirmé à l’église de la Trinité de Trèves en 1834. Bien que son père respecte la tradition juive en donnant à son fils le prénom de son père et celui de son grand-père, Karl Heinrich Mordechai, il n’est ni circoncis ni baptisé, conformément au rite luthérien et il n’y a aucune preuve que la famille Marx ait pratiqué la religion luthérienne ou juive.

Études

Il entre au Gymnasium Friedrich-Wilhelm de Trèves en 1830. Après avoir obtenu son Abitur, il entre à l’université, d’abord à Bonn en octobre 1835 pour étudier le droit et reçoit un certificat de fin d’année avec la mention « l’excellence de son assiduité et de son attention », puis à Berlin à l’université Friedrich- Wilhelm à partir de mars 1 836 où il se consacre davantage à l’histoire et à la philosophie. Il finit ses études en 1841 par la présentation d’une thèse de doctorat: Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure (Differenz der demokritischen und epikureischen Naturphilosophie). Marx est reçu in absentia docteur de la faculté de philosophie de l’université d’Iéna le 15 avril 1841 . Engagement À Berlin, il appartient au cercle des « hégéliens de gauche », dénommés aussi « jeunes hégéliens » (avec Bruno Bauer et d’autres) qui cherchent à tirer des conclusions athées et révolutionnaires de la philosophie de Hegel. L’hégélien de gauche Ludwig Feuerbach s’était lancé dans une critique de la théologie à partir de 1836 et avait commencé à se tourner vers le matérialisme (par opposition à l’idéalisme hégélien). En 1841, cette orientation matérialiste prend le dessus dans sa philosophie (L’essence du Christianisme) et se combine avec la dialectique dite idéaliste de Hegel pour lui donner un caractère scientifique et historique saisissant le réel dans la logique de son évolution. Cette position se heurte à la politique du gouvernement prussien qui avait enlevé à Feuerbach sa chaire en 1832, puis lui avait interdit de revenir à l’université en 1836. Pour finir, les mêmes autorités interdisent à Bruno Bauer, autre grande figure de l’hégélianisme de gauche, d’enseigner à Bonn en 1841. Marx, après avoir obtenu son diplôme universitaire, part pour Bonn avec l’espoir d’y devenir professeur. Mais face à cette politique du gouvernement, il abandonne l’idée d’une carrière universitaire. Le journal d’opposition Rheinische Zeitung Au début de 1842, certains bourgeois libéraux de Rhénanie, en contact avec les hégéliens de gauche, créent à Cologne un journal d’opposition au clergé catholique, la Rheinische Zeitung (« Gazette rhénane »). Il s’agissait au départ, dans l’intérêt de de la Prusse protestante, de faire pièce à la Gazette de Cologne (Die Kölnische Zeitung) et à ses points de vue ultra-mondains, mais les rédacteurs développent en fait une « tendance subversive », beaucoup plus indépendante et radicale. Ils proposent à Marx et Bruno Bauer d’en devenir les principaux collaborateurs. Marx s’installe dans un premier temps à Bonn, et écrit plusieurs articles pour défendre la liberté de la presse. Moses Hess participe également au journal. En octobre 1842, Marx en devient le rédacteur en chef et s’installe à Cologne. La tendance démocratique révolutionnaire du journal s’accentue sous la direction de Marx. Le gouvernement réagit en lui imposant une double, puis une triple censure. Puis, le 1er janvier 1843, il l’interdit. Marx avait été contraint de démissionner avant cette date, mais cela ne sauva pas le journal, qui suspendit sa publication en mars 1843. L’un des principaux articles de Marx dans la Rheinische Zeitung est celui consacré aux conditions de vie des vignerons de la vallée de la Moselle. Ce reportage, ainsi que l’ensemble de ses activités journalistiques, lui fait prendre conscience de ses insuffisances en matière d’économie politique et le pousse à se lancer dans une étude en profondeur de celle-ci.

Mariage

En 1843 à Bad Kreuznach, Marx épouse une amie d’enfance, Jenny von Westphalen, avec laquelle il s’était fiancé étudiant. Sa femme est issue de la noblesse rhénane, son frère aîné deviendra ministre de l’Intérieur du Royaume de Prusse au cours d’une des périodes les plus réactionnaires que connut ce pays, de 1850 à 1858. Le couple a eu plusieurs enfants, mais seules trois filles parviendront à l’âge adulte : Jenny Caroline (1840-1883), Laura (1845-1911 ) et Jenny Julia Éléanor (1855-1898). À l’automne 1843, fuyant la censure prussienne, Marx s’installe à Paris afin de publier un journal radical à l’étranger avec Arnold Ruge (1802-1880). Un seul numéro des Annales franco-allemandes est édité. La publication s’interrompt du fait des grosses difficultés dans la distribution clandestine du journal en Allemagne et aussi par suite de désaccords entre Marx et Arnold Ruge. Les articles de Marx montrent que celui-ci se positionne déjà comme un révolutionnaire défendant une « critique impitoyable de tout l’existant » (même si « l’arme de la critique ne peut pas remplacer la critique des armes ») comptant sur les masses et le prolétariat pour changer l’ordre des choses, et non plus sur quelques dirigeants éclairés.

Rencontre avec Engels

En septembre 1844 à Paris, Marx revoit Friedrich Engels qu’il n’avait fait que croiser auparavant; c’est le début d’une profonde amitié. Étudiant par lui-même la philosophie, Engels était devenu partisan de Hegel tout en rejetant le soutien que celui-ci avait apporté à l’État prussien. En 1842, il avait quitté Brême pour prendre un poste dans une firme commerciale de Manchester dont son père était l’un des propriétaires. Là, il avait rencontré la misère prolétarienne dans toute son ampleur et en avait étudié systématiquement les conditions (La condition des classes laborieuses en Angleterre, 1845). Peu après leur rencontre, Marx et Engels travaillent de concert à leur première œuvre commune, La Sainte famille, dans laquelle ils s’attaquent à la philosophie critique de Bruno Bauer dont ils avaient été proches. Vient ensuite L’Idéologie allemande (essentiellement rédigée par Marx) principalement axée autour d’une critique très virulente de Max Stirner intitulée ‘Saint Max’ et qui occupe près des deux tiers de l’ouvrage. Cet ouvrage défend une conception matérialiste de l’Histoire qui dépassait la conception du matérialisme de Feuerbach. Par une critique sévère de Stirner, Marx et Engels marquent ainsi une rupture non seulement avec Feuerbach, mais également avec Proudhon. Mais l’ouvrage ne trouve pas d’éditeur, et il ne sera publié que près d’un siècle plus tard. Au milieu des années 1840, Marx et Engels prennent une part active dans la vie alors bouillonnante des groupes révolutionnaires parisiens. Beaucoup d’entre eux étaient particulièrement influencés par les doctrines de Pierre-Joseph Proudhon exprimées principalement dans son ouvrage Philosophie de la misère. Marx en fait une critique très sévère dans Misère de la philosophie.

L’avant-propos montre le caractère polémique et ironique du style de Marx: « En France, il [Proudhon] a le droit d’être mauvais économiste, parce qu’il passe pour un bon philosophe allemand. En Allemagne, il a le droit d’être mauvais philosophe, parce qu’il passe pour être économiste des plus forts. Nous, en notre qualité d’Allemand et d’économiste, nous avons voulu protester contre cette double erreur. » Sur la demande insistante du gouvernement prussien, Marx, considéré comme un dangereux révolutionnaire, est chassé de Paris en 1845 par le président du Conseil, Guizot. Il arrive alors à Bruxelles. La maison qu’il occupe au 50 de la rue Jean d’Ardenne à Ixelles entre janvier 1847 et février 1848 sert de point de rencontre à tous les opposants politiques. Marx participe à l’Association démocratique de Bruxelles, dont il est élu vice-président.

Il retourne alors à Paris dont il est de nouveau chassé après la manifestation du 13 juin 1849. Il part ensuite pour Londres où il résidera le restant de ses jours. La vie de Marx en exil est extraordinairement difficile comme en témoigne sa correspondance. Le soutien financier d’Engels, également installé en Angleterre, lui permet de survivre. Malgré ce soutien, Marx et sa famille doivent faire face à une extrême misère : « Ma femme est malade, la petite Jenny est malade, Léni a une sorte de fièvre nerveuse. Je ne peux et je ne pouvais appeler le médecin, faute d’argent pour les médicaments. Depuis huit jours, je nourris la famille avec du pain et des pommes de terre, mais je me demande si je pourrais encore me les procurer aujourd’hui » (à Engels, 4 septembre 1852). L’un de ses enfants, Edgar, meurt d’ailleurs de sousalimentation. Il écrit alors une série de sept articles, rassemblés sous le titre Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, décrivant les débuts de la deuxième République française et son évolution vers le coup d’État du 2 décembre 1851 aboutissant au Second Empire. Jusqu’à la fin de l’année 1862, alors qu’il vient d’entamer la rédaction du Capital, la situation reste critique malgré l’aide d’Engels, lui-même en difficulté financière en raison de la crise américaine, et de son oncle Lion Philips qui lui consent une avance sur héritage. En 1864 sa situation financière s’améliore grâce à l’héritage de sa mère, qui avait toujours refusé de lui verser la part qui lui revenait de celui de son père et ne lui aura fait grâce que de quelques dettes anciennes, mais le train de vie de la famille Marx reste d’un niveau modeste. Il consacre toutes les années 1850 à rédiger des centaines d’articles « alimentaires » pour des journaux comme le New York Tribune tout en se livrant à des recherches approfondies en économie, histoire, politique, etc. Dans le même temps, il reste en correspondance avec les révolutionnaires d’où le fait qu’il conçoive l’être humain comme une abstraction, et non comme le produit de l’ensemble de tous ses rapports sociaux, le fait qu’il ne serait pas historique, etc. ce qu’il qualifie de matérialisme « vulgaire » par son aspect mécaniste. Lutte des classes L’idée que la société n’est pas homogène, mais que ses membres ont des aspirations divergentes, et parfois contradictoires, n’est pas nouvelle. Mais Marx a pour la première fois avancé l’idée que les oppositions entre ces différentes classes sociales constituent le fil conducteur qui permet de comprendre la succession des sociétés et des périodes historiques.

La théorie de la lutte des classes avance qu’exceptées les communautés primitives, toutes les sociétés sont composées de classes (homme libre et esclave, patricien et plébéien, seigneur et serf, patrons et ouvriers) en opposition constante et que cette opposition est le moteur de l’histoire. Marx étudie la manière dont la bourgeoisie moderne est née au sein même de la société féodale, a grandi jusqu’à représenter une force sociale qui est entrée en conflit avec l’ancienne classe dominante des nobles. Après avoir renversé le régime féodal, la bourgeoisie a bouleversé le monde, modifié les rapports sociaux, les valeurs, l’idéologie dominante, et développé les sciences et les techniques à un point inimaginable auparavant. Toutefois, selon Marx, elle a également fait surgir une nouvelle classe sociale, le prolétariat moderne, c’est-à-dire la classe de tous ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre, et dont les intérêts entrent directement en conflit avec ceux de la bourgeoisie. Marx estime que de toutes les classes existantes dans la société moderne, seule la classe ouvrière est réellement capable de transformer la société.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de beatrice

Avatar

Voir aussi

prédictions économie marchés

Or, actions, taux d’intérêt : le retour des augures du nouvel an

Comme chaque début d’année, les experts en économie se transforment brièvement en cartomanciennes pour prédire …