Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Investissement / C’est l’été, les cours de l’or s’offrent un petit plongeon !

C’est l’été, les cours de l’or s’offrent un petit plongeon !


Non vous n’avez pas rêvé, il ne s’agissait pas d’un bug. Ce weekend, le cours de l’or a dégringolé, face au dollar en position de force… temporaire. N’en déplaise aux détracteurs de l’or, ce genre de baisse est tout à fait normal dans un marché haussier. C’est le moment d’en profiter pour placer votre argent judicieusement !

Bien qu’il n’y ait plus de cotation officielle de l’or en France depuis 2004 (ce sont les cours de la London Bullion Market Association qui servent de référence), les cours observent des courbes parfois surprenantes. Ca a été le cas avec une baisse d’environ 1,76% de l’once d’or vendredi dernier.

Une baisse tout à fait explicable. Le cours de l’or est révisé à la baisse par un effet mécanique et non par une dévaluation à proprement parler. Le dollar a en effet vu sa position renforcée face au recul de l’euro, actuellement embourbé dans une tragédie dont les Grecs ont le secret. Il en va ainsi : dès que le dollar vacille, la tendance du marché est de s’engouffrer vers des valeurs refuge mais dès que le billet vert reprend du poil de la bête, on en oublie les amis qui jadis vous ont tendu la main.

Pas de fin de l’âge d’or de l’or

Ces baisses, tout à fait normales dans un marché haussier, sont passagères. D’après l’économiste Merrill Lynch, la baisse du marché de l’or – ou parlons plutôt d’un retour à la normale – n’est pas prévue avant 5 ans.

Même si l’or atteint des niveaux historiques, on ne parle pas encore bulle de l’or. L’or est plutôt dans un marché haussier dont la dernière phase n’est pas encore atteinte.
La première concerne le public averti de contrarien qui flaire le bon filon et achète l’or quand il est au plus bas, pas du tout à la mode, comme en 1970 et en 2000. La deuxième phase concerne les acteurs financiers comme les banques centrales ; quand celles-ci se mettent à remplir leurs coffres, il faut tendre l’oreille et les imiter. Quand enfin le grand public s’y met, que la presse en parle à tout bout de champ, c’est le signe que le marché atteint ses limites.

Profiter des baisses passagères des cours pour acheter
Il semble que nous soyons au début de cette dernière phase et qu’il est donc encore temps de profiter des prix de l’or qui, même s’ils sont élevés, n’ont pas encore atteint leur valeur maximale. Il faut donc profiter des baisses passagères de l’or pour remplir son escarcelle et faire de bons placements : plus pour sécuriser vos économies que pour réaliser des plus-values dans l’optique de le revendre plus tard. Dans la dernière phase du marché des années 70, le cours de l’or avait progressé de… 1870$ ! Même si le contexte économique mondial n’est pas le même, on est encore loin du compte car cela conduirait l’once à 5000$.

La baisse constatée en fin de semaine dernière est donc plus tributaire de la bataille que se livrent les monnaies qu’une baisse irrévocable annonçant la fin de l’âge d’or de l’or. Cet été aussi nous devrons nous attendre à d’habituelles baisses du cours, car c’est une période creuse pour l’or. L’intérêt pour le métal jaune reste souvent à sécher sur la serviette de bain.

Enfin, quand l’or «dévisse », on dit que l’or corrige ; rien de plus normal dans un marché haussier qui dure déjà depuis 10 ans. En pleine crise des subprimes, il y avait eu une ruée sur le dollar au détriment de l’or qui avait enregistré une baisse de 20% mais ce n’est pas ce genre de baisse dont il faut s’inquiéter. On sera en droit d’être en alerte quand l’or aura atteint le seuil des 2000€.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

cours de l'or

Automne 2018 : c’est (vraiment) le moment d’acheter de l’or !

De plus en plus d’analystes et d’éditorialistes affirment que c’est le bon moment pour acheter …