Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Allemagne / L’or nazi – Histoire de l’or (6)
Un lingot issu de l or volé aux pays envahis par les nazis

L’or nazi – Histoire de l’or (6)


Un lingot issu de l or volé aux pays envahis par les nazis
Un lingot issu de l or volé aux pays envahis par les nazis

A leur apogée en 1939, les Etats-Unis détiennent la moitié de tout l’or jamais exploité dans l’histoire, soit pratiquement 22000 tonnes. Alors que le monde s’extirpe difficilement de la grande dépression, une nouvelle crise s’avance à grands pas. Celle-ci menace la civilisation toute entière. Adolf Hitler prend le pouvoir alors que l’Allemagne est encore chancelante de sa défaite dans la première Guerre mondiale. Ses réserves d’or sont vides et sa monnaie sans valeur. Ayant promis de rendre au pays sa gloire initiale, Hitler entreprend de reconstruire l’empire germanique. Pour ce faire, il lui faut de l’or. Il est essentiel de comprendre que les réserves d’or de l’Allemagne en 1939 ne sont pas énormes, environ 200 millions de dollars et qu’elles ont été déjà largement engagées notamment dans la construction de la machine de guerre allemande. Par ailleurs, le pays ne peut plus acheter de produits manufacturés à l’étranger ni de matières premières de base avec son Reichsmark trop faible. Sa seule alternative reste l’or.

Aussi, au fur et à mesure qu’elle marche sur l’Europe, l’armée allemande pille au passage les réserves d’or des nations. En 1938, la Tchécoslovaquie avec ses 30 millions de dollars en or, en 1939 la Pologne avec 85 millions de dollars en or. En réalité, ça a commencé en 1938 avec l’Anschluss en Autriche. Ils ont d’abord pris l’or des Autrichiens, puis en 1939, ils se sont emparés des réserves tchèques en finissant d’occuper la Tchécoslovaquie, et au début de la guerre, chaque fois qu’ils se rendaient maîtres d’un pays, ils en pillaient l’or.

La plupart du butin d’Hitler est stockée dans les chambres fortes de la Reichsbank, à Berlin. Mais le vent commence à tourner pour ce Reich qui doit durer mille ans. Les bombardements intensifs menés jour et nuit par les forces alliées détruisent systématiquement la machine de guerre d’Hitler en la frappant au cœur, c’est-à-dire en anéantissant les infrastructures industrielles elles-mêmes bâties sur de l’or volé.

Le 3 février 1945 plus de 900 bombardiers alliés lâchent près de 2300 tonnes de bombes sur Berlin. La ville est réduite à l’état de cendres et de ruines, la Reichsbank est pratiquement détruite. En février 1945, ce qui restait des réserves d’or à la Reichsbank a probablement été chargé à bord de camions par des prisonniers, sans doute français, et acheminé jusqu’à Merkers au sud de l’Allemagne.

Ce printemps 1945, la troisième armée du général Patton s’avance sur l’Allemagne comme un mastodonte. Le 4 avril, elle entre dans la ville de Merkers. Des rumeurs y circulent sur une cargaison secrète parvenue récemment de Berlin et qui aurait été dissimulée tout près de là, dans une mine de potassium. Par curiosité, plusieurs GI décident de descendre mener l’enquête. A leur sortie du monte-charge, huit cents mètres plus bas, ils tombent nez à nez sur une énorme porte en acier. On envoie un message à Patton, que faut-il faire ? La réponse de Patton : « faites sauter la porte ». Le génie s’apprêtait à souffler la porte, quelqu’un a réalisé qu’un demi-bâton de dynamite suffisait pour faire sauter le mur juste à coté d’elle sans avoir à s’en faire pour la chambre-forte.

Dans la salle repose plus de 7000 sacs soigneusement empilés. Ce que les Américains trouvent à l’intérieur est tellement incroyable que trois hommes parmi les plus puissants du monde veulent le voir de leurs propres yeux. George Patton, son supérieur Bradley ainsi qu’Eisenhower, Commandant suprême des forces alliées en Europe. Le gratin s’est déplacé pour une scène hors du commun. Plus de 8000 barres d’or sous forme de lingots, 2000 sacs de pièces d’or: des reichsmarks, des souverains anglais, des napoléons, des pièces américaines de 20 dollars or et des centaines de sacs de pièces d’or provenant d’autres pays. En s’avançant vers le fond de la mine, Patton découvre la cache d’un sinistre butin.

Tout l’arrière de la chambre était constitué de biens qui avaient été volés aux victimes des camps de concentration. Il y avait là un empilement de valises remplies d’argenterie, d’alliances, de dents en or. Chaque sac, caisse ou malle avait été inventorié avec soin et estampillé d’une étiquette marquée Melmer. Melmer était l’officier SS allemand qui effectuait les allers et retours avec les camps de concentration pour ramasser tout ce qu’il pouvait comme dents en or, alliances, montres en or afin de les acheminer vers Berlin. Au cours de la guerre, il avait fait comme ça au moins 77 livraisons contenant le fruit de son pillage.

L’actif apporté au compte de Melmer se chiffre alors à plus d’un million de dollars américains. Aujourd’hui cette somme dépasserait le milliard, mais cette découverte n’est encore que la partie visible de l’iceberg. À la fin de la guerre, les Allemands avaient pillé pour environ 580 millions de dollars en or à travers les pays occupés. Là-dessus, on estime à une valeur de 450 millions de dollars l’or transféré pendant la guerre vers la Suisse ainsi que vers d’autres pays.

En 1946, on confie cet or à une commission internationale chargée de chiffrer les dommages aux victimes de l’Holocauste. L’excédent est remis à une commission alliée qui le redistribue aux nations volées. L’Europe est dévastée et se relève péniblement du second conflit mondial. Les Etats-Unis apparaissent alors comme le pays le plus riche de l’Histoire. Pour pouvoir reconstruire leur économie, les nations déchirées par la guerre sont contraintes d’acheter des dollars. Leur mode de paiement reste l’or. En conséquence, les réserves d’or des Etats-Unis montent en flèche.

La plus grosse part est ainsi stockée cinq niveaux sous Manhattan dans les chambres-fortes de la réserve fédérale. A l’époque, il y avait dans les sous-sols de Manhattan probablement près d’un quart ou du tiers de tout l’or extrait au fond des mines. (lire notre article : L’or de la réserve fédérale à New-York )

S’appuyant sur une telle quantité d’or, le dollar devient la devise la plus forte du monde. Les pays règlent leurs dettes en dollars et les gouvernements peuvent échanger leurs dollars pour de l’or. A l’instar du besant et du ducat, le dollar est l’espèce sonnante et trébuchante.

 [Mise à jour du 02/08/2013]

La prestigieuse Banque d’Angleterre a-t-elle contribué à écouler les stocks d’or volés par les nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale ? Quel a été son rôle, pour le moins trouble à cette période ?
La Banque d’Angleterre a reconnu avoir transféré l’or de la Banque centrale tchèque (réquisitionné par les nazis après l’invasion de Prague le 15 mars 1939) qui se trouvait dans les coffres forts allemands.
Il ne s’agit pas d’une supposition, ni d’enfoncer gratuitement le prestigieux établissement bancaire de la perfide Albion, mais, preuve à l’appui de véritables aveux, dont les documents les relatant ont été diffusés sur le site de la Banque centrale du Royaume-Uni.
Grâce à la complicité de la Banque centrale britannique, les Allemands ont ainsi pu transférer cet or spolié vers les banques nationales de la Belgique et des Pays-Bas. Such a shame !

Une question reste en suspens après cette publication, qu’est-il advenu de l’or stocké dans les banques complices belge et néerlandaise ?
Une importante partie de l’or volé par les nazis a été revendue sur les marchés, probablement transformé, donc impossible à récupérer par les pays spoliés.

Source : Bankofengland

[Mise à jour du 17 février 2015]

La Grèce demande des réparations à l’Allemagne pour son or pillé

L’Allemagne doit-elle encore réparation à la Grèce pour l’occupation nazie dans les années 40 ? C’est ce que demande en tout cas le nouveau gouvernement grec, et son nouveau premier ministre Alexis Tsipras. Dans un contexte économique très difficile pour la Grèce, et alors que l’Allemagne a refusé une renégociation de la dette grecque, la Grèce a demandé 162 milliards d’euros de réparation.

Cette somme porte en partie sur les réserves d’or du pays, « empruntées en 1941 et jamais remboursées », relève L’Expansion dans un article du 11 février 2015.
« L’Allemagne brutalement rappelée à son passée », remarque d’ailleurs le site d’informations. Selon l’Expansion, la somme réclamée par le premier ministre grec concerne à la fois les réserves d’or du pays – soit 11 milliards d’euros -, et le coût des pillages. « Il y a une obligation historique du nouveau gouvernement de réclamer des indemnités de guerre. C’est un devoir vis-à-vis de l’Histoire », aurait ainsi déclaré le ministre devant le Parlement grec lors de son investiture, selon Francetvinfo.fr.  « Pour l’Allemagne, le dossier des réparations de guerre est clos depuis 1990, quand elle a signé à Moscou un dernier traité avec les vainqueurs de la guerre, dont la Grèce, après sa réunification », détaille L’Expansion.

Selon lindependant.fr qui évoque cette dette dans un article du 13 février, « l’occupation nazie de la Grèce a été parmi les plus sanglantes en Europe. » Le IIIe Reich, en plus de piller les réserves d’or du pays, aurait ainsi imposé un prêt de plusieurs centaines de millions de reichsmarks à la Banque centrale de Grèce, aujourd’hui évalué à plus de dix milliards d’euros.

[Mise à jour du 20/08/2015]

Des pièces d’or et des sceaux frappés de la croix gammée trouvées dans le nord de l’Allemagne

Les chasseurs de trésors n’ont pas fini de faire des découvertes liées à l’Allemagne nazie. En octobre dernier, c’est un amateur qui a trouvé une dizaine de pièces en or dans une ville du nord du pays. Après avoir prévenu les autorités, des archéologues professionnels sont intervenus… et ont trouvé plus de 200 pièces d’or supplémentaires. Frappées entre 1831 et 1910 en France, en Belgique, en Italie ou encore dans l’ancien empire austro-hongrois, elles étaient enterrées avec des sceaux portant croix gammées et aigles nazis.

D’après une information relayée par French.people.daily.com, il s’agirait de pièces dérobées dans les derniers jours de l’Allemagne nazie, par quelqu’un qui aurait « profité de la situation » pour s’en emparer. La valeur totale des pièces est estimée à près de 45 000 euros. La découverte n’a été annoncée qu’en juillet dernier, le temps aux archéologues de faire les recherches adéquates.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François FAURE

Jean-François FAURE
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Vera Valor Philharmonique argent lingot

Les poinçons sur les pièces d’or et d’argent

Le poinçon est une marque appliquée par le fabricant ou l’importateur sur la bijouterie d’or …