Publicité

À vingt mètres sous le sol de la ville du bord de l’Aar est creusée la plus grande chambre forte d’Europe. La plupart des banques suisses y parquent leur or.

Une ville hors du temps, en bordure des derniers contreforts du Jura. Un carrefour ferroviaire, à la croisée des express descendant de Bâle vers Zurich et le Tessin ou remontant de Genève ou Berne vers la métropole zurichoise. Olten, 17 000 habitants, son église baroque, son vieux pont couvert en bois enjambant l’Aar. Son trésor.

Sous le pâle soleil hivernal, le calme et l’ennui enveloppent les petites rues de ses quartiers résidentiels. Pas un bruit. Au détour d’une ruelle, un immeuble de bureaux moderne, propret, ressemblant au siège d’une société informatique. La face immergée d’un iceberg doré. Car 20 mètres plus bas dans le sous-sol est creusée la plus grande chambre forte du Vieux Continent, entièrement automatisée. Une version suisse alémanique de Fort Knox, cette ville de garnison du Kentucky abritant l’or du Trésor américain.

Une idée vient en tête en se présentant à l’hygiaphone de la réception puis en franchissant un sas s’ouvrant sur les bureaux anonymes. Voici l’un des endroits les mieux gardés du pays, et pourtant les contrôles ne choquent guère, tant l’obsession sécuritaire de l’époque a depuis longtemps transformé chaque embarquement dans un aéroport en une longue succession de contraintes. Pas d’homme en armes au coin des couloirs. Apparemment ceux-ci ne se montrent que pour les «livraisons» hebdomadaires. LIRE LA SUITE SUR LETEMPS.CH

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici