Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Argent / Retraites : quand les sacrifices du privé préservent les privilèges du public
retraites

Retraites : quand les sacrifices du privé préservent les privilèges du public


En 2016, le budget national consacrera près de 58 milliards d’euros à la retraite des fonctionnaires d’État (2,5 millions de personnes, soit environ la moitié des agents de la fonction publique). Or, seul un dixième seulement de cette somme est couvert par les cotisations des fonctionnaires. À côté de cela, d’énormes contraintes imposées aux salariés du privé ont permis de rétablir la situation de la branche vieillesse de la SS, tandis que les retraités du public sont désormais plus nombreux que les actifs.

Une explosion du coût des retraites du secteur public

En 2016, pour payer les retraites de ses fonctionnaires civils, le taux de cotisation d’équilibre de l’État employeur a été fixé à 74,28 %. Dans le secteur privé, le taux employeur est de 15%. Non seulement la part de l’État est intégralement financée par les impôts qui pèsent sur l’ensemble des contribuables français (dont 80% travaillent dans le secteur privé) mais cette part ne cesse d’augmenter. Il y a dix ans, le taux de cotisation de l’État employeur s’établissait à 49.9%. Cette année, sur un total de ressources de leur régime de 57,8 Md€, les cotisations des agents publics d’État représenteront seulement 5,8Md€, tandis que la prétendue cotisation employeur atteindra 52 Md€… soit 85% de l’impôt sur le revenu perçu sur les salariés du privé !

La cause majeure de cette explosion réside dans le fait que les retraités de la fonction publique d’État sont désormais plus nombreux que les actifs, et la persistance de certains régimes spéciaux permettant des départs à la retraite dès 55 ans favorisent largement l’insolvabilité chronique du système. Ainsi, chaque année, l’État est obligé de faire voter un taux de cotisation “employeur” toujours plus élevé pour préserver une apparence d’équilibre sur les comptes du régime de retraite des fonctionnaires.

Des sacrifices pour une amélioration fragile des retraites du privé

De leur côté, les affiliés au secteur privé sont soumis de manière très régulière à des mesures d’austérité de plus en plus contraignantes. Et ces efforts semblent porter leurs fruits puisque, après plus d’une décennie de déficit, la branche retraite de la sécurité sociale pourrait être en excédent à compter de cette année. Évidemment, le relèvement de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans et le gel des pensions expliquent largement le phénomène, mais d’autres sacrifices vont désormais être demandés aux salariés et aux retraités afin de sauver, cette fois, les régimes de retraites complémentaires.

En effet, que ce soit à l’Arrco (qui concerne tous les salariés du privés) ou à l’Agirc (destinés aux cadres), les caisses sont vides. Ou du moins le seront-elles d’ici 2018 pour le premier organisme et 2027 pour le second. C’est pourquoi, le 30 octobre dernier, un accord a été signé portant sur un certain nombre de réformes particulièrement sévères frappant aussi bien les salariés que les retraités (notons au passage que 2 des 5 délégués syndicaux ayant signé cet accord sont issus du secteur public…)

Ainsi, les salariés verront le rendement de leurs cotisation baisser de 6% dès cette année, tandis que le montant de ces mêmes cotisations devrait augmenter. Du reste, à partir de 2019, les affiliés à l’Agric et à l’Arrco qui liquideront leur pension à la date d’obtention du taux plein (donc au moment voulu) subiront un malus de 10 % par an pendant trois ans. Quant aux retraités, il devront accepter un recul de six mois de la date de la revalorisation de leur retraite et surtout une sous-indexation des pensions à un point en dessous de l’inflation pendant trois ans.

Les fonctionnaires ne veulent pas d’une harmonisation des retraites

Évidemment, certains préconisent d’ores et déjà une harmonisation de tous les régimes de retraites, afin non seulement de supprimer les régimes spéciaux qui ne se justifient plus (certains métiers ont largement évolué depuis la mise en place de ces régimes au début du XXe siècle et les conditions de leur exercice, jadis pénibles, sont désormais similaires à celles des travailleurs du privé) mais aussi de mutualiser les dépenses pour faire des économies et de pérenniser le versement des pensions.

Sauf que les fonctionnaires ne veulent pas en entendre parler. Par rapport au salaire brut, le taux de cotisation des agents de l’État est de 9,94% en 2016, et devrait atteindre 11,15% en 2020, ce taux étant considéré comme le taux moyen de cotisation des salariés du secteur privé. Or, les chiffres de l’URSSAF sont parfaitement clairs : le taux de cotisation des affiliés au régime de retraite privé est en réalité compris entre 15,45 et 17.65 %. L’équilibre entre les différents régimes de retraite risquent donc bien de ne jamais être atteint.

De la même façon, le régime de retraite des fonctionnaires est plus avantageux que celui du privé dans son mode de calcul: seuls les 6 derniers mois d’activité sont pris en compte pour déterminer le montant des pensions, avec d’ailleurs un ratio plus avantageux que dans le privé, ce qui conduit parfois les administrations à accorder ce que l’on appelle le “coup de chapeau” à certains de leurs agents qui approchent de l’âge de la retraite : cela consiste à leur octroyer une promotion et une augmentation 6 mois avant leur départ afin d’améliorer le montant de leur future pension. À titre de comparaison, les retraites du privé sont calculées sur les 25 meilleures années d’activité salariée

Au final, les bénéficiaires du régime de retraite de la fonction publique d’État gagnent en moyenne 2.510 euros brut par mois, contre 2084 pour les salariés du régime général (régime de base + complémentaire). On comprend là encore pourquoi les fonctionnaires ne veulent pas s’aligner sur le privé !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Anthony Alberti

Avatar
Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens.

Voir aussi

tas de pièces en argent métal Vera Silver produites par AuCOFFRE

L’argent métal : une véritable opportunité

On le désigne comme l’or du pauvre mais l’argent métal reste quand même dans la …