Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Crise / Avenir de l’assurance vie dans le contexte d’un futur krach obligataire.

Avenir de l’assurance vie dans le contexte d’un futur krach obligataire.


D’un côté nous avons nos “amis” banquiers qui nous poussent à souscrire des assurances vie, ne sachant plus quoi nous proposer. De l’autre nous avons des États qui peinent à financer leurs dettes présentes et à venir. Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Belgique sont touchés, bientôt ce sera au tour de la France. Les dettes publiques sont financées par l’émission d’obligations d’Etat, dont l’assurance vie est un support. A l’approche d’un krach obligataire qui ne tardera pas d’arriver, c’est là que les choses se compliquent pour le français moyen.
Nous lisons sur Moneyweek à ce sujet : “les français sont très exposés au marché obligataire, via les contrats d’assurance vie en euros. L’assurance vie est, en France, le placement préféré. “Vingt millions de contrats, un ménage sur deux y souscrit, 1200 Mds€ de fonds gérés, presque dix fois plus que ce qui est déposé sur les Livrets A”, note Emmanuel Kessler sur France Info. Avec un krach obligataire en perspective, rien n’incite à s’intéresser à l’assurance vie, qui garde ses contraintes (comme la durée de détention minimale de huit ans pour pouvoir bénéficier de l’exonération d’impôts sur les gains) et perd son principal atout, un rendement élevé. Les épargnants ne sont pas dupes : un mouvement de décollecte a été entamé en 2008.”

Au moment du choix de votre futur placement, souvenez-vous de l’or qui est le seul à tenir ses promesses depuis presque dix ans.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François FAURE

Jean-François FAURE
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Souverain britannique pièce en or

Le Souverain, la pièce d’or socle de l’Empire britannique

Le Souverain d’or est une pièce d’or extraordinaire : elle a traversé l’Histoire depuis plusieurs siècles, et on peut aussi estimer qu’elle en a écrit plusieurs pages. Frappée pour la première fois au XVe siècle, elle porte l’effigie des monarques qui ont régné sur l’Empire britannique. Elle fut pendant longtemps la pièce d’or la plus demandée et la plus réputée au monde.