Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Crise / De la baisse du cours de l’or dans un contexte haussier

De la baisse du cours de l’or dans un contexte haussier


Même si nous avons toujours considéré l’or dans une logique d’épargne, je me dois de vous parler de l’or coté en bourse, de l’or papier, celui qui vient d’enregistrer une baisse sans précédent depuis plus de 5 ans. Au-delà des explications officielles, que s’est-il vraiment passé pour que le cours de l’or chute à ce point ? Et est-ce vraiment grave pour les détenteurs d’or ? Faut-il pour autant ne pas en avoir ? Ce serait comme ne pas avoir d’assurance incendie alors que votre maison se trouve en pleine forêt, en pleine canicule.

Mais revenons sur les raisons officielles de la chute du cours de l’or. En règle générale, le cours de l’or est un indicateur tangible de la santé économique mondiale. Quand il est au plus haut, c’est plutôt mauvais signe, cela signifie que les investisseurs trouvent refuge dans le métal précieux pour parer à une éventuelle chute d’actions, voire de krachs boursiers. En revanche, lorsqu’il est au plus bas, comme c’est le cas actuellement, on a tendance à croire que l’économie mondiale se porte bien. Et vu le cours de l’or en ce moment, ce doit être l’explosion de joie sur les marchés !

Si vous êtes passés à côté, voici en résumé les facteurs qui ont concouru à faire passer l’once d’or en-dessous du seuil symbolique des 1000€ :

  • Selon Janet Yellen, la patronne de la FED, les taux américains devraient être amenés à remonter durant le deuxième semestre 2015. Cette déclaration optimiste a immédiatement fait réagir le dollar qui, tenez-vous bien, n’avait pas atteint un tel niveau depuis 3 mois ! Et forcément, libellé en dollar, l’or est moins attractif, car il coûte plus cher aux acheteurs détenteurs de yuans, de yens ou d’euros…
  • Autre révélation de la semaine dernière ayant engendré moult déceptions : les réserves d’or de la Chine n’auraient augmenté « que » de 57% en 6 ans, passant ainsi à 1658 tonnes (autant dire, rien), au 5e rang mondial, derrière la France. Cela montre finalement que le pays ne compte pas augmenter ses réserves tel qu’envisagé. Rien d’inquiétant en somme…
  • Enfin, un accord « honnête et généreux » a été conclu avec la Grèce, un 3e plan d’aide qui laisse suggérer qu’il n’y aura absolument aucune conséquence sur l’économie de la zone euro ni à court ni à long terme. L’accalmie des marchés, y compris chinois, implique moins de mouvement vers l’or. Logique.

La crise est donc finie !

L’activité d’une plateforme commerciale telle qu’AuCOFFRE.com a toujours été de pair avec un engagement contre un certain système financier dont nous sommes tous victimes, mais pas prisonniers.

Il serait complètement inconscient et inepte de vous déconseiller d’acheter de l’or en ce moment parce qu’il est au plus bas, ou de vous inciter à vous débarrasser de votre or car son prix va continuer de baisser. Nous avons toujours pensé l’or comme une assurance anti-crise et croire que la crise qui a débuté en 2007 est finie relève de l’ignorance la plus totale. C’est une vision d’investisseur émotif qui ne se projette qu’à très court terme et qui considère sans se l’avouer l’or comme un outil spéculatif pour gagner de l’argent facile rapidement. Ce type d’investisseur perd tout le temps.

Un retour de la croissance est souhaitable, mais une croissance véritable et saine, pas un pastiche de retour de croissance bâtie sur une économie biaisée et des finances malsaines.

L’or est plus que jamais d’actualité et sa baisse suspecte ne fait que révéler la menace qu’il représente dans un système monétaire basé sur de la dette. Les épargnants avisés le savent. Ils connaissent aussi les raisons fondamentales d’acheter de l’or comme une assurance et le moyen de le faire en achetant régulièrement à la hauteur de leurs moyens.

Une guerre monétaire sous-jacente

En réalité, c’est une guerre psychologique qui se joue au niveau de l’or. Si l’on reprend ces facteurs un par un, il est très facile de les prendre à contre-pied. Avec une croissance artificiellement gonflée de 0,2% au premier semestre, les Etats-Unis partent de loin. La reprise américaine pour le second semestre relève plus de l’effet d’annonce que d’une réalité. Quant à une soit disant augmentation des réserves chinoises, qui se révèle être plus faible qu’attendue, elle aurait eu pour effet, selon Barclays, de couper une forte source de demande d’or.

Les Etats-Unis n’auraient en fait pas du tout apprécié que la banque centrale chinoise annonce avoir augmenté ses réserves. La guerre sous-jacente qui se joue est monétaire et les Etats-Unis font tout pour continuer d’assoir l’hégémonie du dollar.

Ce n’est plus un secret pour personne, la Chine se prépare à faire du yuan la référence monétaire internationale, à la place du dollar. L’Etat chinois parle de ses réserves officielles mais nous savons que depuis plusieurs années, il a déporté l’accumulation d’or physique sur sa population de sorte à limiter son exposition à une hausse des cours en raison de ses achats massifs nécessaires pour couvrir ses besoins. Certainement, des investisseurs chinois, ont-ils liquidé un peu d’or pour éponger leurs pertes suite au krach de la bourse de Shanghaï. Mais c’est clairement le rôle de l’or.

Pour créer ce solide marché de devises supporté par des actifs tangibles, l’Etat chinois veut adosser en partie ses monnaies (yuan et renminbi) à de l’or physique. Or, comment mieux discréditer le yuan qu’avec un cours de l’or au plus bas ? L’or étant libellé en dollar, il est aisé d’effectuer un raid sur le marché de l’or via des ventes massives d’ETFs et contrats or papier (en dollars). D’après Christophe Vereecke, consultant analyste chez AuCOFFRE.com, l’équivalent de 2,7 milliards USD (soit 77 tonnes plus ou moins) ont été vendus à l’ouverture des marchés asiatiques dimanche 19 juillet et ceci en quelques secondes. Il est tellement facile de manipuler le cours de l’or papier quand on a un contrat à terme pour 1 once d’or réel… Parallèlement, les Etats-Unis et le Canada, pour ne citer qu’eux ont connu une demande en or physique et en argent métal sans précédent ces dernières années. Rien que pour les pièces en argent, depuis 1986, l’US Mint a produit et vendu plus de 335 millions de Silver Eagles, soit 335 millions d’onces d’argent. Le marché des pièces d’or et argent est en bonne santé car il n’est pas manipulable.

La Chine n’aurait accumulé « que » 604 tonnes d’or depuis 2009. Les médias tournent en boucle sur la soi-disant faiblesse des réserves d’or chinoises, en réalité, c’est énorme. Et pour les Etats-Unis, c’est un affront. C’est l’aveu explicite que la Chine, comme beaucoup de pays émergents (la Russie, le Brésil, l’Inde…), désapprouvent un système monétaire mondial régi par le dollar, un système qui exclut les pays qui ne se conforment pas aux souhaits des Etats-Unis.

Quant à la Grèce, qui voudrait encore croire à ce 3e plan d’aide ? « Aujourd’hui, nous sommes face aux récents échos d’un coup d’état humiliant au lieu d’un accord honnête », déclarait il y a quelques jours l’ancien Ministre des Finances Yanis Varoufakis, après avoir voté oui à deux mesures qu’il avait lui-même proposées dans le cadre du nouvel accord, mais dans des conditions et sous des termes radicalement différents. Qui peut encore croire que le problème de la dette souveraine ne concerne qu’un seul pays de la zone euro ? Que la politique d’austérité fonctionne ? Ce nouvel accord est conçu pour échouer et ne fait que repousser l’échéance d’une faillite qui impactera toute la zone euro.

Tous ces facteurs sont un écran de fumée visant à apporter une explication plausible à la chute du cours de l’or orchestrée dans l’ombre d’une guerre monétaire. Ce qui est sûr, c’est que l’or ne vise pas à rapporter. Tant mieux si l’on fait des bénéfices en revendant son or, mais quand on pense aux métaux précieux, on pense à long terme et à protéger son capital. L’or est une assurance et toute assurance a un coût, qu’il soit bas comme en ce moment, ou élevé comme il l’a été en 2011.

Nous voyons quotidiennement notre système monétaire basé sur la dette craquer de toute part. Même si l’or n’est pas la monnaie de demain, il va clairement contribuer à aider à passer le cap vers un système plus robuste. Un système aujourd’hui nécessaire et incontournable pour relever les défis sociétaux et environnementaux de notre monde.

Jean-François FAURE
AuCOFFRE.com

Président

Bannière pub AuCOFRE

A propos de beatrice

Avatar

Voir aussi

Napoléons 20 F Marianne Coq

Où et comment acheter de l’or ?

Incertitudes économiques et politiques obligent, la presse en ligne fait de plus en plus souvent écho au regain d’intérêt pour l’or. La plupart temps avec de bons conseils, mais ils ne sont pas tous bons à prendre.