tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / DOSSIERS / Une pépite de 7 kilos comme butoir de porte – Histoire de l’or (3)

Une pépite de 7 kilos comme butoir de porte – Histoire de l’or (3)


Tout commence un matin de printemps 1607 lorsque trois navires jettent l’ancre sur les côtes de Virginie. Jamestown est le premier village britannique digne de ce nom dans le Nouveau Monde à s’établir dans l’espoir de trouver de l’or. Les commanditaires du voyage ont ordonné à ces fondateurs de ne pas rentrer au pays sans rapporter de ce métal jaune dont ils ont entendu dire qu’on le trouvait en abondance aux Amériques.

Parmi les premiers colons figurent deux orfèvres et deux affineurs de métaux, mais la fièvre de l’or est contagieuse. Le capitaine Smith écrit dans son journal de bord : ” la pire entourloupe c’était nos affineurs, tout clinquants qu’ils étaient avec leurs promesses dorées. Il n’y avait pour eux pas d’autres mots, d’autres espoirs, ni d’autre travail que de creuser pour de l’or, laver l’or, affiner l’or “.


Seulement voilà, il n’y a pas d’or. Les colons de Jamestown vont s’aventurer jusqu’à 60 km à l’intérieur de terres sauvages, dans une course insensée de crédules qui croient bientôt toucher au miracle. Ce n’est que près de 200 ans plus tard que l’on va commencer à mettre à jour des quantités importantes d’or dans le nouveau pays indépendant.

Un dimanche matin de 1799, Conrad Reed, alors âgé de 12 ans, sèche la messe pour aller pêcher. Ce qu’il trouve ce jour-là dépasse de loin tout ce qui sera donné de trouver à John Smith et à d’innombrables autres pionniers américains : de l’or. Non seulement le bien le plus précieux de l’époque mais surtout une seule et unique pépite de 7 kilos 700.

Sa famille n’a pas la moindre idée de ce qu’elle tient entre les mains. Pendant des années, elle utilise cette pierre comme butoir de porte jusqu’à ce qu’un bijoutier du coin en entende parler, il achète le trésor pour 3,5 dollars, la pépite en vaut alors presque 5000.

Au début du XIXe siècle, des milliers d’Américains sont à pied d’œuvre pour trouver de l’or sur les contreforts montagneux de la Caroline.
Pendant trente ans, cet or qu’ils extraient aide les États-Unis à alimenter sa monnaie. Mais rapidement, ce flux d’or se transforme en un mince filet. Reste alors à découvrir les grands gisements. Une découverte effectuée à l’ouest de l’Amérique voit la naissance d’une nouvelle profession, le chercheur d’or. C’est le début d’une ruée vers l’or qui va transformer l’ouest du pays.