Publicité

Le 16 juin 2010, Eric Woerth, ministre du Travail, a confirmé la décision de reculer l’âge légal de la retraite à 62 ans dès 2018 : la durée de cotisation sera donc élevée à 41,5 ans en 2020 contre 40,5 aujourd’hui. Aussi, il n’est pas insensé d’envisager des solutions alternatives de financement personnel au système de retraite. Des placements anticipés et lucratifs à long terme comme l’or semblent même être la solution la plus raisonnable à l’heure actuelle.

Qui est concerné par cette réforme ?
Tout le monde ! Et surtout ceux qui ont commencé à travailler tôt, entre 16 et 20 ans. Les femmes quant à elles, sont également particulièrement concernées : contrairement aux hommes qui à l’âge de 60 ans, ont assez cotisé pour leur retraite, une partie des femmes arrivant à la limite des 65 ans n’ont pas assez cotisé. Concernant les métiers dits «  pénibles » (policiers, gardiens de prison), l’Etat n’a pas souhaité établir une liste : chaque salarié devra démontrer, lors de son désir d’arrêt d’activité, que son travail a des répercussions sur sa santé.
Une réforme qui a de quoi susciter de l’inquiétude auprès des personnes actives concernées.

L’or à la rescousse des retraités ?

Investir  dès à présent  dans l’or peut vous permettre de vous assurer une retraite confortable. Vous pouvez convertir vos revenus en épargne, en investissant dans des pièces d’or par exemple,  puis transformer cette épargne en revenu lorsque vous partirez à la retraite. Et si, en ce moment, les particuliers se ruent sur l’or, ce n’est sans doute pas un hasard : l’or reste une valeur refuge, en temps de crise, pour «  assurer ses arrières » ou tout simplement pour épargner en attendant une retraite bien méritée ! On vous rappelle que l’or a une fonction protectrice et met à l’abri des mesures prises par l’Etat.

Sources : Discours d’Eric Woerth du 16 juin 2010

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici