Publicité

Les constructeurs automobiles français multiplient les jours de chômage technique dans leurs usines nationales. Rennes, qui produit des modèles moyens et haut-de-gamme (C5, C6 et C7) pour PSA, et Sandouville qui fabrique des modèles haut-de-gamme pour Renault, sont restées inactives pendant des semaines pour éviter de voir leurs stocks s’accumuler.

Mais certains modèles de ces mêmes marques, plus en phase avec la demande, voient leurs ventes augmenter: il s’agit de petits véhicules, économiques en carburant et peu polluants, gratifiés de bonus écologique. Renault et PSA ont décidé de doubler cette prime, se faisant ainsi les relais de la prime à la casse annoncée par Nicolas Sarkozy dans son plan de relance, et censée aider nos constructeurs nationaux à franchir la crise économique et préserver nos emplois.

On va moins polluer et faire travailler des français. Cocorico?

On pourrait se réjouir que, de janvier à octobre 2008, d’après le site de l’Automobile magazine, la C1 Citroën ait vu ses ventes augmenter de 36,2% et la Twingo de Renault de 25,1% et imaginer que la prime à la casse va soutenir ces bons chiffres. Or, ces voitures ne sont pas réellement françaises, elles n’ont de français que le logo.

LIRE LA SUITE SUR RUE89

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici