Publicité

Nous publiions il y a quelques semaines un dossier sur la monnaie virtuelle (bitcoins, Facebook credits…). Un rapport détaillé de l’éditeur de solutions de sécurité informatique (AVG) vient justement d’être publié sur la menace que représentent ces nouvelles monnaies électroniques et les nouvelles plateformes de paiement qui vont avec (smartphones, tablettes iPad…).

Ces monnaies, toutes convertibles en monnaie réelle (pas en or, dommage !) attirent de plus en plus de hackers qui s’engouffrent dans la brèche de failles informatiques. Les supports de paiement en ligne, de plus en plus nombreux, multiplient les risquent de piratage des comptes où sont détenues ces monnaies.

Un rapport (Q3 Threat Report) qui tombe au moment où Facebook annonce qu’il est désormais possible de régler des achats sur des sites extérieurs au réseau social n°1, apprend-on dans le Nouvel Obs. De quoi concurrencer PayPal, autre tiers de confiance.

Si ces nouvelles monnaies représentent des alternatives aux monnaies réelles, elles n’en ont pas moins les mêmes revers avec une donne que l’on ne maitrise pas : le cyber-cambriolage. Les opérateurs ont d’ailleurs bien du mal à répondre aux attentes de leurs clients dans le domaine.

Et ces monnaies sont trop dépendantes  d’autres facteurs extérieurs pour être fiables à 100% : pannes techniques, d’électricité, faillite des sociétés pourvoyeuses de monnaies virtuelles…

Publicité
Pour offrir une véritable alternative aux consommateurs, il faudrait pouvoir leur redonner la possibilité d’échanger le papier-monnaie contre de l’or (au moins, il sait ce qu’il a en main) et vice versa, comme c’était le cas avant que la monnaie deviennent coercitive, en 1909.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici