Publicité

1965 : Cet homme tranquille qui se promène avec sa femme dans les rues de New York, c’est Jacques Rueff. Personne ne le reconnaît, personne ne lui demande d’autographe et pourtant depuis quelques semaines il est célèbre dans toute l’Amérique, on l’appelle ici Monsieur étalon or. La théorie de Jacques Rueff, c’est que le système international des monnaies basé sur le gold exchange standard qui accorde un statut préférentiel au dollar et à la livre sterling doit disparaître et doit être remplacé par l’étalon or pur.

Jacques Rueff : « Les Américains achètent une usine en Allemagne, en Italie, au japon ou en France, ils la paient en dollars mais on peut rien faire du dollar dans ces pays, donc par des canaux divers ils arrivent à la banque d’émission. En régime d’étalon or, la banque de France aurait demandé de l’or en échange de ces dollars puisqu’elle n’était pas autorisée à les garder et les Etats-Unis auraient perdu ce que le pays créancier gagnait. »

Le commentateur : « Robert Triffin d’origine belge était le spécialiste financier attaché auprès du président Kennedy à la Maison Blanche. »

Robert Triffin : « Je vais d’abord vous dire que je suis entièrement d’accord avec mon vieil ami Monsieur Rueff en ce qui concerne l’absurdité du système actuel et les dangers qu’il fait courir au monde et particulièrement aux Etats-Unis eux-mêmes d’ailleurs. Monsieur Rueff a dit que ce système avait atteint un tel degré d’absurdité qu’aucun cerveau humain capable de raisonner ne pourrait le défendre aujourd’hui et là je crois que je suis entièrement d’accord avec lui. »

Commentateur : « Mais est-ce que vous êtes d’accord avec monsieur Rueff pour considérer que l’étalon or est la panacée universelle qui arrivera à résoudre tous les problèmes tels qu’ils se posent. « 

Publicité

Robert Triffin : « Malheureusement pas. Là où nous nous séparons tout en considérant, l’un et l’autre, qu’une réforme est indispensable, nous différons sur la manière dont cette réforme devait être conçue. »

Commentateur :
« Qu’est-ce que vous reprochez à l’or Monsieur Triffin ? »

Robert Triffin : « Je reproche à l’or tous les aléas qui décident en ce moment de l’accumulation d’or par les banques centrales. N’oubliez pas qu’au cours des dernières années, l’or accumulé par les banques centrales est provenu pour moitié de Russie et pour l’autre moitié ou presque, d’un pays menacé de guerre civile. »

Commentateur : « Vous parlez de l’Afrique du Sud ? »

Robert Triffin : « Oui. Et que de toute façon, les trois quarts de la production d’or au cours des dernières années ont été absorbés par le privé et dans une large mesure par la spéculation. Alors, il est absolument invraisemblable que les aléas de la production d’or en Afrique du Sud, que les changements de politique du Kremlin en ce qui concerne les ventes d’or dans les pays de l’ouest, plus surtout l’influence de la spéculation, que tout cela s’additionne et produise miraculeusement le montant des réserves internationales qui est légitimement nécessaire aux besoins d’expansion de l’économie mondiale dans un cadre non inflationniste, c’est s’en remettre véritablement au pur hasard. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici