Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Economie / Une ruée vers l’or des temps modernes – comment les habitants d’un comté de la Chine font des millions au Ghana.

Une ruée vers l’or des temps modernes – comment les habitants d’un comté de la Chine font des millions au Ghana.


Une ruée vers l’or des temps modernes a lieu actuellement au Ghana, et d’après 21cbh, des prospecteurs venant d’un comté chinois en particulier se feraient des millions là-bas.

Le Comté de Shanglin (ou Xian de Shanglin) est un district administratif de la région autonome de Zhuang du Guangxi, en Chine, dont la plupart de la population locale appartient au groupe ethnique des Zhuang.

Durant les huit dernières années, les habitants de Shanglin, surnommés le «  Gang de Shanglin  » ont trouvé un nouveau travail  : l’exploitation minière au Ghana. Maintenant, ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest est une deuxième maison pour pas moins de 50.000 personnes provenant de Shanglin.  Ces derniers possèdent la plupart de ces petites et moyennes exploitations minières au Ghana.

Photo : news.dnkb.com.cn - Un homme de Shanglin tenant un lingotin d'or.

«  Là où il y a des restaurants, il y a des Chinois  ; là où il y a de l’or, il y a les gens de Shanglin  », lança Tan Xinhua, propriétaire d’une mine d’or au Ghana, conformément à 21cbh, une site internet de finance chinois.

Shanglin, qui possède un historique dans l’extraction aurifère, envoya plus de 10.000 de ses fermiers au Nord-Est de la Chine dans les années 1990 afin de trouver de l’or.

En 2005, il parait qu’un homme de Shanglin serait allé au Ghana avec 5 millions de yuan (813,535$) et aurait réussi à en tirer 100 millions de yuan (16.27 millions de dollars américains) en trois ans. L’histoire s’est répandue et des hordes de personnes se sont ruées au Ghana, le second plus grand pays producteur d’or de tout le continent, après l’Afrique du Sud.

Les grandes mines du Ghana, qui extraient de l’or depuis la roche, appartiennent à des sociétés telles que Newmont Mining Corp., Gold Fields et AngloGold Ashanti. L’or provenant des rivières, cependant, ne peut pas être extrait avec les mêmes équipements typiquement utilisés par ces compagnies.

Les immigrés de Shanglin sont intervenus pour combler ce manque et focalisent leurs affaires dans les villes de Kumasi, Obuasi et Takoradi, où il y a beaucoup plus de petites mines. Depuis lors, le Gang de Shanglin a pratiquement monopolisé ces mines avec l’aide d’une technique de pompage de sable très bien gardée, censée être très efficace.

Les lois du Ghana stipulent que les zones dont les superficies sont inférieures à 25 hectares ne peuvent être exploitées que par des Ghanéens, ce qui n’a pas freiné pour autant le Gang de Shanglin.

«  Tant que vous avez conclu un accord avec les propriétaires Ghanéens, vous pouvez alors exploiter sur les dites terres  », déclara Tan. «  Ce sont leurs terres et leur permis d’exploitation, je ne fais qu’apporter mon aide.  »

«  Ceux qui sont déjà au Ghana amèneront toujours leurs amis ainsi que leur famille  », ajouta Tan, qui a acheté sa mine de 25 hectares avec 25.000 cedis Ghanéens (12.511$) et plus de 30 personnes, famille ou amis, travaillent dans les mines.

Les propriétaires ghanéens reçoivent habituellement 10 à 12  %  «  d’actions  » sur les mines. À la fin de chaque journée, le propriétaire va recueillir ce qui lui revient de droit. Dans d’autres cas, le propriétaire est rémunéré selon un taux forfaitaire mensuel, généralement de 10.000 cedis ghanéens (5.004$).

Tan, qui a embauché cinq personnes de Shanglin et deux autres ghanéens, envisage de faire au moins 10 millions de yuans (1,63 million de dollars) en trois ans. Ce n’est apparemment pas un rêve impossible – il connait quelqu’un qui a acheté un manoir et une Ferrari en Chine récemment.

Les Ghanéens sont payés 12 cedis par jour (2$), ce qui est deux à trois fois plus que ce qu’ils gagneraient par ailleurs. Les travailleurs de Shanglin sont payés 6.000 yuans (976$) par mois, plus 2 à 3  % de l’or produit chaque jour.

«  Même si vous travaillez pour les autres, vous feriez 300.000 yuans (48,812$) en trois ans  », déclara Tan.

Selon les données publiées par la Chambres des Mines du Ghana, le pays a produit un total de 3,6 millions d’onces d’or en 2011. Su Zhenyu, secrétaire général de l’Association Minière Chinoise au Ghana estime qu’environ 40 % de ce chiffre est produit par les petites mines détenues par le Gang de Shanglin.

Plus de 1.000 explotations minières d’or sont détenues par les gens de Shanglin au Ghana. Chaque production compte en moyenne deux machines, produisant 200 à 300 grammes d’or au quotidien. Certains chanceux produisent jusqu’à un kilogramme par jour, certains seulement 30 ou 50 grammes, tandis que d’autres n’obtiennent rien.

Si une mine produit 300 grammes d’or par jour, à 280 yuans le gramme, une mine produirait 100.000 yuans en une seule journée (soit 16.270 $). Même après en avoir déduit les coûts d’exploitation, le propriétaire d’une mine gagne plus de 10.000 yuans (1.627 $) à la journée. Ce qui équivaut à 10 millions de yuans à l’année (1,63 million de dollars).

Les criminels ont commencé à viser le Gang de Shanglin au vu de leur richesse croissante. En Mars, un homme de Shanglin a été volé puis a été abattu de 27 coups de fusil (type AK-47).

«  En 2011, notre mine de Kumasi a été pillé à deux reprises  !  », déclara Li Zengquan, un mineur de Shanglin. Une fusillade a eu lieu au cours de la journée, tuant chinois et ghanéens.

«  La chose la plus importante lorsque l’on vit dans un pays étranger est de rester en vie, l’argent reste secondaire  », affirma Hu Hongshi, un autre mineur chinois. Sa mine conserve généralement  200 grammes d’or pour ce genre d’occasions.

«  Si 20 à 30 bandits venaient à débarquer ici, nous n’aurions pas la moindre chance de lutter contre toutes leurs armes. Dans ce cas là, nous leur demanderions de nous laisser la vie sauve en échange de notre or.  »

21cbh nous rapporte que les fusillades entre bandits et mineurs de Shanglin sont monnaie courante. Afin de rester en vie, trois à quatre équipes minières vivent et vendent leur or ensemble. La plupart des équipes de Shanglin possèdent des armes à feu, dont le prix a augmenté en raison de la demande croissante.

Le Gang de Shanglin, dont la plupart des membres sont entrés illégalement dans le pays, se méfie de la police de crainte d’être capturés par les fonctionnaires de l’immigration.

«  Avant, lorsque les agents de l’immigration venaient, ils pouvaient lâcher l’affaire pour quelques centaines de cedis  », raconta Tan. «  Mais maintenant, ils peuvent vous jeter en prison, et ensuite demander de payer des sommes exorbitantes au risque de vous renvoyer en Chine.  »

Un autre ennemi du Gang de Shanglin est le paludisme. La plupart des mines sont situées dans des zones difficiles d’accès, ce qui signifie que les mineurs peuvent contracter le paludisme et mourir avant même d’avoir été emmené à un hôpital.

Malgré tous ces risques, la plupart des gens de Shanglin considèrent que cela reste une bonne entreprise.

«  50 à 60  % des gens de Shanglin ici gagnent de l’argent  », déclara Hu.

Afin de répondre aux besoins de ces nouveaux hommes d’affaires aisés de Shanglin, des quartiers chinois (‘Chinatowns’) constitués d’hôtels, de karaoke, de bars, de supermarchés et d’hôpitaux ont fleuri dans tout le pays du Ghana.

Des industries parallèles ont vu le jour : des agriculteurs chinois ont déménagé au Ghana pour cultiver des produits pour les expatriés de Shanglin. Des prostituées ont fait le voyage dans l’espoir de tirer profit de cet essor, en gagnant deux à trois fois plus qu’en étant restées en Chine. Et bien sûr, des casinos furent construits afin de rassasier l’appétit pécunier du Gang de Shanglin.

Cependant, Tan affirme ne jamais aller au casino. Son but est d’accumuler 10 millions de yuans et construire une grande maison pour sa famille.

Et après cela  ?

«  Je veux épouser une belle femme et ouvrir une maison de thé. Peut être qu’un jour je pourrais raconter les histoires de mon séjour au Ghana à mes clients  », déclara Mr.Tan.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de mcamus

Avatar

Voir aussi

Napoléons 20 F Marianne Coq

Où et comment acheter de l’or ?

Incertitudes économiques et politiques obligent, la presse en ligne fait de plus en plus souvent écho au regain d’intérêt pour l’or. La plupart temps avec de bons conseils, mais ils ne sont pas tous bons à prendre.