Publicité

Peut-être avez-vous récemment entendu parler de « terres rares » dernièrement aux informations ? Il ne s’agit pas d’îles paradisiaques et fertiles mais de métaux rares qui entrent dans la fabrication de matériels industriels et high-tech.

Contrairement à l’or, les 17 métaux regroupés sous l’appellation « terres rares » ne le sont pas tant que ça sur Terre. C’est en fait le fait que leurs sources soient isolées qui en rend difficile l’exploitation.
Ces métaux (le scandium, l’yttrium et 15 lanthanides – métaux à éclat argenté qui ternissent vite à l’air libre – tels l’erbium ou le cérium) sont utilisés dans des technologies innovantes (écrans plasma, voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires, lecteurs MP3, panneaux solaires, lampes basse consommation, missiles…). Autant dire que l’enjeu économique qu’ils représentent est de taille.

Polémiques autour des terres rares

La Chine, qui ne possède même pas un tiers de ces ressources, a le monopole de la production mondiale en terres rares (à 97%). Le Japon, l’UE et les Etats-Unis ont dernièrement dénoncé à l’Organisation Mondiale du Commerce cette situation, surtout depuis que la Chine a restreint l’accès de ses ressources en établissant des quotas.

Avec une fonte de la calotte glacière sans précédent, le Groenland est le nouvel eldorado qui laisse découvrir ses trésors encore inexplorés. Le commissaire européen de l’industrie vient de signer un accord avec le premier ministre groenlandais afin d’éviter que se reproduise la même situation qu’avec la Chine.

Publicité

Enfin dernier sujet de polémique et pas des moindres, les terres rares sont beaucoup utilisées dans les technologies liées à l’énergie « propre », ce qui n’est pas le cas de l’extraction de ces minerais, qui nécessite l’utilisation de nombreux produits chimiques et tue des villages entiers.

Les terres rares, un enjeu indéniable mais pas un minéral durable comme l’or qui peut être extrait proprement, sans procédé intrusif pour l’environnement, comme en témoigne le label Clean extraction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici