Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Cours de l'or / Cours de l’or : un recul mais toujours une tendance haussière

Cours de l’or : un recul mais toujours une tendance haussière


La semaine a été assez terne pour l’or, selon Tradosaure.  La tendance pour l’or libellé en euros est toujours haussière et la moyenne mobile à 20 semaines poursuit aussi cette tendance. Mais pour accumuler, il faudra attendre un retour à la zone des 1117 – 1136 euros l’once – une « zone d’accumulation rationnelle » en support fort et crédible pour l’achat, estime Tradosaure.  

En dollars, la tendance est aussi haussière et on est déjà dans une zone d’accumulation rationnelle entre 1280 et 1295 dollars l’once, mais avec un support faible.

Pour rappel, ce contenu est publié à titre pédagogique et informatif. Il ne s’agit en aucun cas de conseils d’investissements qui doivent être proposés par des professionnels.  

Une consolidation évidente pour le Bitcoin

Côté cryptomonnaie, le Bitcoin en dollars est dans une « consolidation évidente » selon notre partenaire Tradosaure. La progression a été très significative depuis quelques semaines. Le support fort tient pour l’instant et la prochaine zone de résistance (faible) est à 5700 – 6150 dollars. Il est peut-être trop tard pour accumuler sur les niveaux actuels, et la tendance est haussière.

En euros, c’est encore différent. La progression très significative depuis quelques semaines depuis le support fort des 2700 – 3200 euros a mené à une résistance faible à 4700 – 5300 euros. Il faudrait attendre un retour à la zone d’accumulation rationnelle soit attendre de passer la zone de résistance faible.

Pour rappel, ce contenu est publié à titre pédagogique et informatif. Il ne s’agit en aucun cas de conseils d’investissements qui doivent être proposés par des professionnels.

Brexit : pas de « No Deal », mais le débat sans fin se poursuit

On en parlait justement en fin de semaine dernière : Theresa May a finalement obtenu un délai pour le Brexit. Il faudrait donc désormais attendre le 31 octobre prochain. Mais si la crainte d’un « No Deal » s’éloigne, ces six mois de délai ne seront pas de tout repos pour les Britanniques. « Les eurosceptiques furieux veulent la peau de Theresa May qui s’obstine, les proeuropéens demandent un nouveau référendum, les travaillistes souhaitent négocier une union douanière à la carte », énumère ainsi LeFigaro.fr.

L’économie britannique, elle, « souffre déjà du Brexit » estiment Les Echos. « Les volumes de crédit à la consommation ont explosé et mettent le Royaume-Uni dans une situation de rythme systémique comparable à celle qui a plongé l’économie dans la crise de 2009 », détaille le site d’informations, qui parle d’une « fébrilité » en cas de « retournement brutal de la conjoncture ». Et de rappeler que la livre sterling a déjà perdu face au dollar et à l’euro. En attendant, le FMI peut déjà se féliciter que les Anglais aient pu éviter le « No Deal » : cette perspective inquiétait beaucoup le Fonds monétaire international.

Bref, on parlait d’une semaine décisive pour le Brexit, ça a été le cas… mais ce n’est pas encore fini !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Or et Argent : la pause s’éternise

Les moyennes mobiles à 20 semaines se stabilisent pour les cours de l’or en euros …