Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Europe / Brexit : ça va faire mal !
Hard Brexit conséquences sur l'or

Brexit : ça va faire mal !


Le 29 mars 2019 ou le 30 juin 2019, la Grande-Bretagne risque bien de ne plus faire partie de l’Union Européenne. Le Brexit est l’aboutissement d’un processus voulu par une majorité d’anglais à la suite d’un référendum en juin 2016. A la fin du mois de mars, la période de négociation et de transition voulue par l’Europe pour la sortie d’un de ses membres sera terminée, un court délai est demandé par le parlement anglais. Risque ou opportunité ?

Hard Brexit ou délai ?

Tant que ce n’est pas “signé” on utilise toujours le conditionnel mais à part un court délai accordé par l’Union, il faut accepter l’idée que, dans quelques jours, la Grande-Bretagne sera à nouveau une île politique séparée du Vieux Continent. Et comme pour les grands séismes qui s’annoncent, on est vraiment surpris par l’absence de réaction que provoque cette information. Dans quelques jours, les anglais quittent l’Europe !

Depuis le 12 mars à 15 jours de l’échéance, les “politiques” s’activent ! Les informations contradictoires se multiplient. On n’y comprend vraiment plus rien.

[mise à jour 14/03/2019 dans la soirée] Le parlement Britannique a finalement voté la proposition de report du Brexit au 30 juin prochain. Les parlementaires estiment que cela leur laissera le temps de trouver un accord, une solution qui fera consensus. Toutefois, cette proposition doit être adoptée par les 27 membres de l’Union Européenne, à l’unanimité le 20 mars prochain. [fin de mise à jour]

En revanche on peut quand même s’étonner en tant que citoyen européen que toutes les solutions n’aient pas été étudiées pendant les quasiment 3 années qui viennent de se dérouler. Pourquoi un tel affolement maintenant ? Comment se fait-il qu’on découvre face au mur l’ensemble des secteurs impactés par le Brexit ?

Les Anglais l’ont voulu mais personne n’est prêt !

Le Brexit a gagné en Grande-Bretagne. C’est le résultat d’une expression populaire, du “peuple” pourrait-on dire. Et les conditions de la sortie d’un membre de l’Union est d’ailleurs prévue. Donc cela ne devrait pas être un problème. Sauf qu’en pratique, aucune administration qu’elle soit anglaise ou française n’est préparée à ce changement. Le Brexit c’est un choix politique avec des conséquences très pratiques.

Et alors ? Alors, cela va avoir des incidences importantes sur nos économies, nos entreprises, notre consommation, ainsi que pour celles des anglais. Le jour du “Leave” (quitter l’union européenne) chez AuCoffre.com, la nouvelle avait provoqué un afflux important de visiteurs. Nous avions même été obligés d’aménager le site pour qu’il puisse supporter cette audience exceptionnelle. Oui, la nouvelle avait alors fait l’effet d’un tsunami ! Mais depuis…plus d’inquiétude visiblement.

Brexit : quelles sont les conséquences ?

Depuis le début de la semaine, les douaniers français se sont mis en configuration “frontière entre la France et la Grande-Bretagne”. Résultat, plusieurs heures de retard Gare du Nord pour les Eurostars. Les douaniers ont voulu montrer l’incidence du retour d’une frontière avec un contrôle systématique de l’ensemble des voyageurs.

On ne compte plus les secteurs qui vont être touchés par ce rétablissement d’une frontière. Les transporteurs ont aussi manifesté pour montrer les difficultés qu’ils rencontreront dès que les contrôles et les barrières (au sens propre comme au figuré) seront remis en place. Des heures d’attente sont à prévoir, les installations portuaires, aéroportuaires, ferroviaires et autour du Tunnel ne sont absolument pas dimensionnées.

Les secteurs les plus touchés par le Brexit

On a pu s’amuser de cette information qui annonce que nos voisins anglais risquent une pénurie de papier toilette puisqu’ils importent  ce produit de “première nécessité”. Les rouleaux pourraient rester bloqués à la frontière.

Mais plus sérieusement, comment va faire Airbus pour gérer les pièces produites par ses usines galloises ? L’industriel “à l’européenne” à en effet cette particularité d’utiliser les savoir-faire de plusieurs  pays pour construire ses avions. L’avionneur a déjà annoncé qu’il trouverait d’autres pays en Europe qui seraient ravis d’accueillir la conception des ailes des Airbus. L’industrie automobile a aussi fait comprendre aux anglais qu’elle n’hésiterait pas à délocaliser ses unités de production britanniques.

C’est pourquoi, rapidement, le secrétaire d’État à la politique commerciale, George Hollingbery a annoncé que pratiquement 90% des importations ne seraient pas soumises à droit de douane afin de ne pas pénaliser les industries.

Autre secteur lourdement impacté l’agro-alimentaire. Une activité dont les flux sont importants dans les deux sens.

Comment réagit la City ?

Enfin, il y a la finance. La City est un Etat dans l’Etat en Angleterre. C’est le lieu d’établissement de nombreux sièges de banques, d’assureurs et de courtiers et traders ou même de prestataires de la finance.. Londres c’est aussi une place forte pour les marchés du pétrole et des matières précieuses.
On y trouve les associations et groupements commerciaux du diamant et bien évidemment de l’or (y compris les transactions pour les réserves de certains pays) et de l’argent. La Royal Mint, la Monnaie anglaise est une référence du secteur.

Le Brexit risque d’être dur et va sans aucun doute coûter très cher à l’économie européenne et à celle de la Grande-Bretagne.

En revanche personne ne peut prédire ce qu’il adviendra après cette période de transition “administrative et douanière”, quand la Grande-Bretagne aura repris son autonomie complète. (Après 2020 sans doute). C’est là qu’on pourra dire si le Brexit est une bonne ou une mauvaise option. (

Petit bonus “so british”

Les anglais sont “crazy” on le sait. Alors pour conclure, voici une vidéo traduite par l’Obs. On y voit une économiste expliquer que “le Brexit va nous mettre à poil !”…Attention, éloignez les enfants, elle est complètement nue pendant son intervention.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Italexit : la crainte d’une nouvelle crise des dettes, plus violente

Les souvenirs de la crise grecque et les effets qu’elle a provoqué sur les économies …