tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / Cours de l'or / Hausse du cours de l’or : mais de quoi parle-t-on, au juste ?
cours de l'or

Hausse du cours de l’or : mais de quoi parle-t-on, au juste ?


L’année 2016 a été pour le moins chaotique pour le cours de l’or. Après un premier semestre sur une lancée des plus dynamiques, le métal jaune semble avoir brusquement très mal vécu l’approche des élections américaines. Et même si on a pu observer un tout petit sursaut au lendemain de l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, l’essentiel du second semestre a été surtout marqué par une dégringolade des cours qui ont quasiment retrouvé leur niveau de fin 2015. Une année blanche, en quelque sorte.

Pourtant, certains ont pu tirer de riches enseignements de cette période, en particulier ceux dont l’esprit contrariant (et surtout “contrarien“) ne se satisfaisaient plus des corrélations faciles qu’on pouvait faire depuis des décennies entre différents phénomènes macro-économiques dans le but de jouer les devins sur les marchés financiers. Car force est de constater que les liens qu’on pensait immuables entre taux d’intérêt, indices boursiers, marché obligataire et valeurs refuges se sont fait des nœuds au cours de ces 18 derniers mois.

Les taux de la FED remontent … et l’or aussi !

Ainsi, alors que l’or commençait tout doucement à remonter la pente en ce début d’année 2017, la patronne de la banque fédérale américaine Janet Yellen décidait le 15 mars dernier de remonter ses taux d’intérêt de 0.25% ; la deuxième fois en 6 mois et la troisième… en 10 ans ! Là, tout le monde s’est dit que le bel élan de l’or allait terminer dans le mur et d’aucuns revoyaient déjà leurs prévisions à la baisse pour le métal jaune. Et en fait, rien du tout. Ou plutôt, si, l’or a continué à monter tranquillement. Il a même adopté un régime un peu plus régulier. Mardi dernier, l’or atteignait donc 1 258,40 $ l’once, soit une hausse de plus de 50 $ par rapport au cours précédant l’annonce de la FED, lui permettant alors d’afficher une performance supérieure à 9% sur le seul premier trimestre 2017.

Comment peut-on expliquer une telle situation alors que, traditionnellement, tout le monde s’accorde à dire qu’une hausse des taux d’intérêt à court terme aux États-Unis entraînait invariablement une baisse du cours de l’or ? En réalité, comme le laissait entendre récemment un gestionnaire de portefeuille américain auprès d’un média spécialisé, ce n’est pas tant le taux d’intérêt de la FED que la réaction des investisseurs à ce même taux qui influe directement sur l’or.

Ainsi, alors qu’on s’attendait à ce que la remontée des taux annoncée par Madame Yellen pouvait renforcer la position des marchés dans un contexte plutôt haussier, il semble qu’au contraire tout le monde ait adopté une attitude plutôt prudente, au regard notamment de la différence qu’on commence à ressentir entre les promesses du candidat Trump telles que les marchés les avaient achetées fin 2016 et la réalité économique telle qu’elle apparaît désormais 6 mois plus tard sous la férule d’un président Trump de moins en moins crédible dans son rôle.

Une menace de défaillance généralisée qui renforce l’or

Certes, on n’en est pas encore au sauve-qui-peut, mais d’aucuns commencent à se dire qu’ils ont peut-être vendu (ou acheté !) la peau de l’ours avant de l’avoir tué. L’attentisme actuel ressemble d’ailleurs davantage à un repli prudent avant une éventuelle retraite précipitée. Car, selon certains experts, si la FED avait la témérité d’aller au bout de sa stratégie de hausses des taux (trois hausses prévues en 2017, suivies de trois autres en 2018), on pourrait s’attendre à une brusque augmentation des défauts sur pas moins de 66 milliards de dollars d’emprunts obligataires.

Face à cette perspective peu réjouissante, on pourrait penser que le marché actions allait tout naturellement récupérer les investisseurs prudemment sortis d’un marché de l’emprunt en faillite. Sauf que ces mêmes investisseurs savent aujourd’hui à quel point la bourse est versatile et surtout fragile face à des mouvements économiques incontrôlables dont plus personne n’est capable de prévoir les conséquences. Ils savent aussi que le niveau actuel des indices boursiers est lié pour une large part à l’effort constant fourni par les banques centrales pour donner l’illusion que tout va bien, Madame la Marquise. Qu’un grain de sable vienne gripper la machine, et ce sont des milliers de milliards de dollars qui risquent de s’envoler en fumée.

Dans ces conditions, alors que personne n’ose plus parler de “rationalisation de la dette” et tandis que chacun cherche désormais bien moins la performance que la sécurité, il n’est guère étonnant que l’or attise de nouveau l’appétit des investisseurs soucieux de se mettre à l’abri d’éventuelles turbulences à venir, qu’il s’agisse de défaillances des marchés ou encore de dépréciation des actifs et des devises.

 

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Cours de l'or

Bank of America voit l’once d’or à 1400 dollars fin 2017

C’est à travers sa filiale d’investissement, Merril Lynch, que la première banque américaine en termes …