tous les secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement
Accueil / Banques / JP Morgan condamné, mais les CDS toujours autorisés
La banque JPMorgan Chase & Co qui est à l'origine des produits toxiques financiers (CDS, CDO) a été condamnée à payer une lourde amende à 4 régulateurs boursiers et financiers américains et anglais.

JP Morgan condamné, mais les CDS toujours autorisés


L’actualité, discrète, c’est la condamnation de la banque qui est à l’origine de la crise de 2008, la JPMorgan Chase & Co. Une condamnation pour la forme, parce que la folie de ses traders devenait trop visible et qu’il fallait bien condamner la banque pour calmer la foule ruinée et affamée en colère. Une condamnation à payer une « énorme amende » (aux yeux du contribuable) mais qui est en fait minime par rapport à la ruine provoquée par les produits financiers toxiques répandus par la banque. Une condamnation qui met en exergue la folie et l’insécurité qui règnent au sein des établissements bancaires.

JP Morgan sur le banc des accusés
Le 19 septembre dernier, on apprenait que la banque JP Morgan, foyer des produits financiers ultra toxiques (CDS et autres CDO…), écopait d’une « lourde » amende (une broutille à son échelle) de 920 millions de dollars « en pénitence de ses paris démesurés sur les dérivés de crédit qui lui avaient fait perdre des milliards de dollars. Un scandale connu sous le nom de “baleine de Londres”. »
En savoir plus.

Un gros chèque que la banque devra adresser à 4 régulateurs financiers américains et anglais, qui n’épongera qu’une infime partie des dettes contractées par les détenteurs ruinés de CDS.

La “Baleine de Londres”,  apprend-on dans L’Expansion, « était le surnom donné à Bruno Iksil, un trader français d’une unité londonienne de JPMorgan, en raison de ses énormes positions risquées dans les dérivés de crédit. Début 2012, ces positions étaient devenues trop visibles ».
En savoir plus

Et qu’est-ce que ce serait si les prises de risques du trader ne s’étaient pas vues ?
Résultats financiers falsifiés, défaut de surveillance des actions menées par leurs traders, tentatives de dissimulation de pertes… Malgré les charges qui s’accumulent contre la banque, les CDS continuent de courir et même de rencontrer un certain succès.

Bien que des accords aient été passés entre la JP Morgan et les 4 régulateurs (dont la FED), permettez-nous de douter qu’ils marquent « une étape majeure dans les efforts de l’entreprise pour mettre ces problèmes derrière elle », comme l’aurait annoncé JPMorgan dans un communiqué.

Vers plus de régulation des CDS ?
Jusque-là, le marché des CDS n’était absolument pas contrôlé et il est totalement impossible de savoir si les « assureurs » qui vendent des CDS peuvent fournir la « prestation » en cas de « sinistre ». C’est une promesse, un engagement qui ne repose sur rien.

Quant à l’avenir des CDS, il ne semble guère inquiété. Les détenteurs de CDS devraient même être mieux indemnisés en cas de sauvetage réussi d’une banque (annonçait l’AGEFI en juillet dernier), mais il n’est pas a priori question d’interdire les CDS. Pire, ils reviennent semer la dette sur les marchés.

Ils sont toujours là, ils reviennent en force
Le journal Le Monde y avait consacré un article en juin dernier, que nous vous invitons à lire dans son intégralité. « Les CDO, pour collateralized debt obligation, crédits de particuliers et d’entreprises transformés en produits financiers, font leur retour sur les marchés » (Le Monde, 11/06/2013). « Les crédits qui ont la cote sont maintenant ceux qui touchent les entreprises, en particulier les prêts bancaires (CLO, collateralised loan obligation). Selon Royal Bank of Scotland, 28 milliards d’euros de CLO auraient déjà été vendus cette année aux Etats-Unis, contre 12 milliards l’an dernier sur la même période ».
Preuve que les crédits dérivés sont loin, très loin d’être enterrés. Aucune leçon, aucune morale n’a été tirée depuis 2008 !

Des conséquences au quotidien de plus en plus dramatiques
Elles sont insidieuses et peuvent paraître lointaines mais déjà dramatiques. Des millions de maisons spoliées aux Etats-Unis, en Espagne, augmentation des impôts en France… Partout se lisent les conséquences des produits dérivés dans l’actualité économique nationale et internationale.

Les Etats-Unis détiennent un record de dette depuis la seconde guerre mondiale avec 73% du PIB, la pauvreté augmente : 46,5 millions d’Américains sont sous le seuil de pauvreté (1 Américain sur 7). En France, les banques vont devoir soutenir les prêts toxiques contractés par les collectivités locales… La liste des organismes, institutions, Etats, particuliers… touchés de près ou de loin par les CDS est longue.

Banque ou pas, comment sécuriser son épargne ?
Directement ou indirectement, nous sommes tous touchés par les conséquences catastrophiques de ces produits financiers toxiques. Le pire, c’est que c’est l’établissement dans lequel nous devons avoir confiance pour garder notre argent, surveiller notre patrimoine, sécuriser notre épargne, qui est à l’origine de cet endettement à l’échelle mondiale : la banque.

L’or physique fait partie des remparts à la crise et est une protection ultime contre le défaut de paiement. Si l’investisseur à court terme se réjouit de voir ses actions grimper en flèche, l’épargnant prudent sera soulagé de détenir un tant soit peu d’or physique dans les années à venir.

Dans un prochain dossier, nous aborderons Blythe Masters, celle qui est à l’origine des CDS, à travers le livre de Pierre Jovanovic et la notion de CDS.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

coffre fort sécurité banque or

Ces banques ont-elle volé ou seulement perdu l’or de leurs clients ?

Une récente décision judiciaire française vient de confirmer l’absence totale de responsabilité d’une banque en …