Publicité

Réunion au sommet sur les questions budgétaires  à Brégançon vendredi 20 août pour le chef de l’état et ses principaux ministres de l’économie et du budget (sauf Eric Woerth). Au programme : relance, rigueur et menace de dégradation de la – jusque là – bonne note française par l’agence de notation Moody’s. On est encore loin du bonnet d’âne mais la pichenette de Moody’s risque d’avoir des conséquences sur l’économie du pays.

La France n’est pas la seule à devoir envisager sa note à la baisse prochainement. Après l’Espagne, ce serait aussi au tour des Etats-Unis, de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne de voir leur note passer de AAA à un simple AA+.

Rien de catastrophique me direz-vous, ces agences ne sont peut-être pas aussi objectives qu’on le souhaiterait, mais on connaît l’impact que peuvent avoir ces notes d’écolier. Nous avions déjà expliqué en quoi consistaient les notes attribuées par les agences de notation. Une des conséquences directes est qu’on ne prête ni emprunte à un pays dont la solvabilité est menacée.

Une des mesures envisagées par le peloton finances du gouvernement est de stabiliser le déficit de l’état en rabotant par exemple les niches fiscales. Mais qu’en sera-t-il de l’épargne des Français ? Le Ministre du Budget François Baroin se veut rassurant : « Une des réussites de l’économie française, c’est l’épargne de ses ménages. Nous serons très attentifs à ne pas la déstabiliser. De façon générale, nous souhaitons protéger le pouvoir d’achat des Français. »

Qu’est-ce qui le garantit ? Et tous les ménages sont-ils vraiment concernés par ce protectionnisme ou seulement les épargnants privilégiés ? Comme le présentait le Monde dans son édition du 02 août et plus récemment le Parisien dans son édition du 22/08, les Français sont de plus en plus nombreux à sécuriser leurs économies en or physique : un réflexe on ne peut plus raisonnable dans un contexte où le gouvernement lui-même a du mal à prévoir ses objectifs de croissance !

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici