tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / Crise / Le niveau record du Dow Jones annonce-t-il l’une des plus graves crises depuis 1900 ?
Crise économique majeure

Le niveau record du Dow Jones annonce-t-il l’une des plus graves crises depuis 1900 ?


Au vu des niveaux records atteints par le Dow Jones dans une Amérique qui ne se porte pourtant pas aussi bien que cela, de plus en plus d’économistes sont convaincus qu’on est à la veille d’un gigantesque krach boursier qui pourrait bien ébranler la plupart des économies de la planète.

Même Goldman Sachs, l’une des plus importantes banques d’investissement au monde, celle dont les actes ou même les seules  déclarations suffisent à influer sur les tendances économiques à l’échelle internationale, dit aujourd’hui que les marchés sont allés trop loin et que la chute s’annonce à la fois imminente et terrifiante.

Et pour que cette noble institution, qui fait pourtant partie de celles qui profitent à fond de cette envolée des indices depuis plusieurs années maintenant, en arrive aujourd’hui à redouter le pire, c’est peut-être parce que le pire est déjà à nos portes et qu’il n’y a plus guère d’alternative. Toujours selon une allocution de Goldman Sachs datée du 29 novembre dernier, une telle situation ne s’est présentée que deux fois depuis le début du XXe siècle : dans les années 1920 (juste avant la Grande Dépression) et dans les années 1950 où la fin de la Guerre avait toutefois permis aux USA de se ménager des “tampons” pour absorber le choc des valeurs qui s’en est suivi.

L’historique du Dow Jones semble annoncer une prochaine crise majeure

D’ailleurs, si on reprend la courbe historique de l’évolution du Dow Jones de ces seules 20 dernières années, on compte déjà pas moins de 3 crises majeures dont la dernière n’a dû sa résorption rapide qu’à une manipulation des taux de la FED à marche forcée ainsi qu’à un effet “Trump” qui a su vendre aux Américains des rêves d’impérialisme renaissant au moment où ils en avaient le plus besoin.

courbe historique dow jones crises

1997, le Dow Jones flirte avec les 5000 points. Vingt ans plus tard, sa valeur a quasiment été multipliée par 5 !

En 2000, après une brusque montée sous l’influence des valeurs des nouvelles technologies qui prédisaient un XXIe siècle conforme aux rêves de science fiction des années 1950, la réalité est venue brutalement faire retomber le soufflé, effaçant d’un coup plus de 4 ans de hausse ininterrompue. La bulle Internet avait explosé.

Idem en 2008, alors que les banques de plus en plus avides de monnaie-dettes avaient fini par accorder des crédits à presque tout le monde, on s’est aperçu que, bizarrement, certains emprunteurs risquaient de ne jamais pouvoir rembourser la maison ou l’appartement qu’ils avaient pu acquérir grâce à des conditions particulièrement souples (et un peu complaisantes aussi). Les subprimes avaient fait perdre plusieurs dizaines de milliards de dollars aux banques du monde entier (et surendetté au passage des millions d’Américains). Là encore, chute brutale des cours, mais cette fois-ci de plus de 50%.

Une crise avortée grâce au jeu des illusions

Pourtant, une fois encore, le Dow Jones se relève de ses cendres et en 2016, alors que matières premières et devises sont en berne, tous les médias se font l’écho de la crainte grandissante d’une nouvelle crise majeure. Mais désormais bien rodée, la FED arrive à limiter la casse en faisant chauffer la planche à billets. Et surtout, Donald Trump est élu président des États-Unis, avec des contes de fées plein sa grande bouche. Certes, ses fables populistes restent totalement inaudibles pour qui connaît un peu la réalité du monde économique, mais elles séduisent finalement l’Américain moyen. Ce même Américain fier de son drapeau, de sa nation, mais qui est aussi resté un grand enfant un peu capricieux, toujours convaincu d’appartenir à la première puissance du monde.

Conséquence, les cours accusent un petit coup de mou mais repartent à la hausse comme jamais, boostés par un discours impérialiste comme on n’en avait plus entendu depuis plus d’un demi-siècle. Et les investisseurs décident d’accompagner l’illusion naissante en accordant toute leur confiance aux promesses électorales, sans même plus se soucier de l’absence de corrélation entre réalité économique et anticipation des marchés.

Mais on sent bien que, quelque part, on a juste reculé pour mieux sauter. Et aujourd’hui, alors que les actions, les obligations et le crédit se retrouvent tous orientés dans le bon sens en même temps (ce qui n’était pratiquement jamais arrivé jusqu’ici), quelques voix d’économistes commencent à s’élever pour mettre en garde contre un optimisme un peu forcé, plus proche de la méthode Coué que de l’analyse rationnelle des signaux macroéconomiques bien concrets.

Un optimisme forcé et contagieux

Quoi qu’il en soit, et immanquablement, les autres places boursières mondiales suivent le rythme imposé par les USA, certains pays avec plus ou moins de facilités suivant leur propre situation interne, qu’elle soit économique ou politique. Et tous ces indices commencent joyeusement à grimper vers des sommets stratosphériques qui semblent ne plus inquiéter personne. Même si les modèles jusqu’ici applicables ne fonctionnent plus, même si les systèmes de régulation semblent être devenus inopérants, et surtout même si de nombreux indicateurs semblent prouver que tout ne va pas aussi bien qu’on voudrait le croire.

Peu à peu, certains économistes, certains banquiers même, commencent à se dire que la mariée est trop belle et que la fête risque fort de tourner au carnage dans pas longtemps. Avec une inflation qui reste désespérément plate depuis des lustres (au point qu’on en vient à espérer qu’elle remonte alors qu’on la craignait il y a encore 15 ans), des taux d’intérêt nuls, voire négatifs, couplés à une création monétaire permanente qui rendent le crédit quasi inépuisable, tout concourt à faire croire que l’argent pousse sur les arbres. Mais cet argent a-t-il encore une valeur ?

Une analyse technique réaliste montre que le pire est devant nous

On commence alors à se poser des questions techniques, car c’est toujours par l’analyse qu’on cherche avant tout à se rassurer. Sauf que là, on s’inquiète.

La Banque des Règlements Internationaux, souvent qualifiée de banque centrale pour les banques centrales, a publié son propre rapport dimanche dernier, et ses conclusions semblent malheureusement conforter les craintes des experts de Goldman Sachs. Il semblerait en effet que les marchés se soient quelque peu emballés et que les cours des actions dans le monde entier, et surtout aux États-Unis, soient largement surévalués. On parle en moyenne de 25% de plus-value injustifiée, à plus forte raison quand on les compare à la moyenne des statistiques établies depuis…1881 !

Pire encore, l’appréciation du marché obligataire, généralement à contre-courant de celui des actions mais qui semble étrangement lui aussi en pleine forme, apparaît désormais comme complètement déconnectée de la réalité économique. La raison ? Principalement les politiques monétaires accommodantes (Quantitative easing ou QE) mises en place par la plupart des banques centrales dans le monde et qui ont permis de purger le stock d’obligations qui menaçait d’imploser.

À noter que cette même préoccupation avait déjà été exprimée par l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan, lequel n’est pas connu pour avancer des hypothèses sans raison. Et les conclusions du rapport laissent entendre qu’il n’y a que deux issues possibles à la situation actuelle. La première envisage l’amorce à court terme d’une baisse régulière des marchés qui devrait s’étaler sur les 18 à 24 mois qui arrivent. La seconde hypothèse, en revanche, prévoit une chute brutale des cours qui risque fort de ne pas laisser assez de temps aux investisseurs pour s’y préparer et sauver ce qui peut l’être.

En clair, dans un cas comme dans l’autre, on dirait bien que les marchés ont mangé leur pain blanc. Et qu’il va sans doute falloir commencer à s’habituer aux croûtons…

 

A propos de Anthony Alberti

Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l’information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d’œuvre était constituée de l’argent des épargnants. Peu complaisant à l’égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd’hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens.

Voir aussi

Or et argent en cas de crise

Vaut-il mieux de l’or ou de l’argent en cas de faillite des institutions ?

Récemment, on me demandait lequel des deux principaux métaux précieux (l’or ou l’argent) était à …