tous les secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement
Accueil / Europe / Les nouvelles sont mauvaises pour l’Europe… d’où qu’elles viennent
banque centrale europeenne BCE quantitative easing dévaluation euro

Les nouvelles sont mauvaises pour l’Europe… d’où qu’elles viennent


Chers Membres,

A l’écoute des matinales, à la lecture des journaux, les paroles du chanteur suisse Stephan Eicher me reviennent : « Les nouvelles sont mauvaises… d’où qu’elles viennent ! »

On assiste en ce moment à une redistribution des cartes du monde économique, un monde « éparpillé façon puzzle » par un Donald Trump illisible pour les dirigeants du G7 qui ont l’habitude d’une diplomatie équilibrée entre gens bien élevés. Pendant ce temps-là, Poutine fait un sommet avec la Chine, l’Iran, le Pakistan… Et il attend tranquillement que les dirigeants du monde entier viennent le voir Coupe du Monde de football oblige.

On sait bien que le monde économique se construit sur des rapports de force. Le Président américain plus businessman que diplomate sent bien que l’Europe est faible, très faible. Il a un objectif « America First » qui passe par une économie performante. Le plus simple et le plus rapide est de rendre plus coûteux les produits importés d’où la mise en place des taxes pour les produits européens, allemands en particulier.

Cette stratégie va obligatoirement affaiblir les économies du Vieux Continent, la part américaine de l’excédent commercial allemand est de 20 %. Pour résister, l’industrie d’Outre-Rhin devra réduire ses coûts de production ou se délocaliser de l’autre côté de l’Atlantique (pour éviter les barrières douanières).

Ce ralentissement prévisible de l’économie européenne arrive au pire moment. L’Europe va devoir aider un de ses membres important, l’Italie. En effet, la dette de ce pays est abyssale et le programme de l’équipe qui vient d’accéder au pouvoir est chiffré à 100 milliards d’Euros. On est dans la même situation que la Grèce mais les volumes sont bien plus importants (2300 milliards vs 312 milliards), il sera difficile de renflouer cette fois-ci.

L’autre difficulté européenne se trouve plus au nord avec le Brexit qui sera effectif dans seulement 9 mois maintenant. Là aussi, de nombreux échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et ses voisins vont être rendus plus difficiles ne serait-ce qu’en raison du coût administratif qui pèsera sur les entreprises avec la remise en place d’une frontière et des barrières douanières.

Ce qui est inquiétant c’est l’apparente sidération des dirigeants du monde qui ne semblent pas réagir au comportement de cow-boy de Donald Trump et la volonté des peuples européens de choisir des gouvernements conservateurs (au sens américain du terme) avec une tendance forte à la reprise d’autonomie face à une institution européenne qui semble totalement inadaptée à cette évolution des politiques économiques dans le monde.

Nous entrons dans une zone de fortes turbulences, veuillez attacher vos ceintures.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

sortie union européenne

Sortie de l’UE : à qui le tour ?

Selon le financier américain George Soros, la décision des Britanniques de se retirer de l’UE …