Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Non classé / Séisme au Japon : des répliques au niveau économique

Séisme au Japon : des répliques au niveau économique


Après les événements en Egypte puis en Lybie, qui ont déstabilisé – ou du moins bien inquiété– le marché économique international, voilà ce terrible séisme qui ébranle le pays du Soleil-Levant et par la même l’économie. Trois jours après ce tragique événement, LORetLARGENT.info fait le point sur les premières conséquences du séisme d’un point de vue économique et fait un état des lieux de l’étendu des dégâts dans les autres pays.

Un tsunami s’abat sur le yen
A court terme, les conséquences de cette catastrophe naturelle sur l’économie du pays et le yen est déjà notable : les investisseurs, plutôt refroidis par l’événement, sont plutôt frileux. Ce matin l’indice Nikkei225 avait chuté de 6,2 % comme l’indiquait un article des Echos, « son recul le plus marqué depuis octobre 2008 »… Cela n’est pas vraiment de bon augure.

A plus long terme, les dommages ne sont pas encore prévisibles, car on ne connaît pas véritablement l’étendu des dégâts – sans compter les risques nucléaires qui planent, ébranlant les valeurs liées au nucléaire –, mais l’on peut d’ores et déjà sentir que les conséquences ne seront pas minimes. On vous en parlait sur LORetLARGENT.info dans un article dédié à la guerre des monnaies : le yen n’était pas en très bon état avant le séisme. En effet, sans toutefois être moribonde, l’économie japonaise était sous perfusion depuis 2008. Avec ce séisme et le tsunami qu’il a entraîné, le pays va devoir se relever… et cela a un coût que le Japon ne va peut-être pas pouvoir assumer.

Un coup dur pour le yen qui devrait profiter à d’autres monnaies. Pas si sûr…

Le dollar fait pâle figure
« L’endettement collectif des États-Unis a progressé de 0,6 % en 2010 pour atteindre 50 531,8 milliards de dollars au 31 décembre, selon des chiffres officiels publiés jeudi à Washington », indiquait LePoint.fr jeudi dernier. Alors même si le dollar connaît quelques mieux, ce n’est que reculer pour mieux sauter. On vous le disait, bien que la Fed ait injecté des millions de dollar dans le système américain, relançant alors l’exportation, à long terme cela dévaluera encore davantage le billet vert. Cela ne saurait tarder…

Le yuan pas si indemne
Même si le yuan a atteint des records et affichait une nouvelle hausse par rapport au dollar fin février, les perspectives économiques s’annoncent moins prometteuses que prévu comme le rapportait le Figaro il y a peu. Le premier ministre chinois a revu à la baisse les prévisions de croissance du pays… Ce dernier aurait même connu une inflation de 4,9% en février…

Des répliques qui vont se faire sentir jusqu’en Europe…
D’un côté le dollar, de l’autre le yen, et puis l’euro qui ne tire pas vraiment son épingle du jeu… Les trois monnaies fiduciaires phare du marché partent en déconfiture. L’euro ne se porte toujours pas mieux. Il y avait même des rumeurs selon lesquelles la Grèce pourrait sortir de la zone euro. En effet, le pays a connu un recul de 4,5 % de son PIB en 2010… Mais un retrait du pays de l’Euro aurait des conséquences désastreuses sur une monnaie déjà affaiblie.

Quant au Portugal, de nouvelles mesures d’austérité ont été adoptées pour sauver le pays. Mais jusqu’à quand ? De là à demander de l’aide à l’Europe, il n’y a qu’un pas que le pays peut franchir… ou être invité à franchir comme le titrait le Monde vendredi.

La France le drapeau en berne
Quant à l’économie française, rappelons-le : elle est particulièrement liée au marché nippon. Comme le signale judicieusement Europe1 aujourd’hui, l’automobile est touchée (usines fermées), le luxe également mais aussi la filière nucléaire et enfin celle des composants électroniques. Alors, plutôt calme l’année du chat ? Elle a pour le moment l’allure d’un félin sauvage affamé aux griffes acérées…

Que faire face à la crise qui s’amplifie ?
Des perspectives pas vraiment réjouissantes en cette fin de 1er trimestre 2011 qui annoncent un second trimestre pas vraiment folichon. Tant qu’il est encore temps, il faut assurer ses arrières. Les actions qui, comme on l’a vu, peuvent être déstabilisées par des catastrophes naturelles ? Non. Et pourquoi pas l’or physique ? Sous formes de pièces – napoléon ou krugerrand par exemple, parmi les plus recherchées – c’est un excellent placement qui, contre vents et marées, saura assurer vos vieilles années.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Or Valeur Refuge

L’or est-il encore une valeur refuge ?

Devant l’apparent manque de réaction de l’or face au mini-krach boursier du début du mois …