Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Non classé / Tout le monde veut de l’or
Il suffit d’observer le comportement des grands investisseurs (Buffet, Soros, Paulson…) et des banques centrales pour savoir à quoi l’on peut s’attendre dans les prochains mois… Un peu comme la blague de l’indien qui dit à l’homme blanc que l’hiver sera rude, sauf que là l’hiver sera rude, vraiment très rude.

Tout le monde veut de l’or


Il suffit d’observer le comportement des grands investisseurs (Buffet, Soros, Paulson…) et des banques centrales pour savoir à quoi l’on peut s’attendre dans les prochains mois… Un peu comme la blague de l’indien qui dit à l’homme blanc que l’hiver sera rude, sauf que là l’hiver sera rude, vraiment très rude.

Crise sera rude, très rude, ugh !
Vous connaissez sans doute cette blague ? Dans le Grand Nord canadien, un homme blanc coupe du bois en vue de l’hiver et, afin de savoir s’il doit en couper d’autre, va voir un vieux chef indien et lui demande si l’hiver sera rude. Ce à quoi le vieil indien répond « Ugh ! Hiver rude ». Alors le bûcheron retourne couper du bois. Quelques stères plus tard, il retourne voir le vieux chef et lui repose sa question. Et le chef répond: « Ugh ! Hiver sera rude, très rude ! ». Alors le bûcheron retourne couper du bois, encore et encore. Puis il retourne poser la fatidique question à l’indien qui lui répond: « Ugh ! Hiver sera rude, très très très rude ! ». Alors le bûcheron demande au chef : « Mais enfin Grand Chef, comment peux-tu savoir cela ? » Et l’indien répond: « Quand homme blanc couper beaucoup de bois, c’est que l’hiver sera rude ! ».

Les banques changent leur fusil d’épaule
C’est un peu ce qui se passe en ce moment avec l’or. Les banques centrales ont acheté beaucoup d’or ces derniers mois, inversant la tendance qui faisait d’elles des vendeuses nettes jusqu’en 2008. Rien que la Russie (actuellement 918t d’or) et la Chine (1054t) veulent augmenter leurs réserves de 3 à 4 fois leur stock actuel. En tout, les banques centrales auraient acheté 456 tonnes d’or en 2011, soit la plus importante acquisition en 50 ans.
Car, eh oui, plus que le dollar, devenu la monnaie de référence internationale, l’or reste la monnaie ultime. Plus qu’un symbole de puissance et de richesse, l’or peut tout acheter et « en toutes circonstances, y compris les plus dramatiques», dit Jean-Bernard Guyon, conseiller chez Commodities AM.

Avec l’annonce d’un nouveau QE en septembre dernier, les banques et les investisseurs cherchent avant tout un bouclier efficace contre l’inflation. Avec cette nouvelle émission monétaire, le dollar va encore perdre de sa valeur, ce qui rend encore plus attractif le prix de l’or libellé en dollars.

Soros et les « Faites ce que je dis, pas ce que je fais »
Soros et les autres magnats de l’investissement ont pendant longtemps crié à la bulle en ce qui concerne l’or. Pour autant, ils n’ont jamais cessé de placer leur argent dans le métal précieux. En août, le milliardaire américano-hongrois se serait délesté de ses actions dans les bancaires JP Morgan, Citigroup et Goldman Sachs pour un investissement massif de 130 millions de dollars dans l’or (SPDR gold Trust, le plus grand ETF adossé à l’or physique), suivi par John Paulson, autre gourou de la finance.

Même Bill Gross alias « le roi des bons » affirme que l’investissement dans l’or surpassera celui des bons. Avec un marché on ne peut plus versatile, les riches investisseurs cherchent avant tout à se protéger avec l’or. Alors quand le Figaro conseille de privilégier les actions et l’or (on retiendra surtout l’or), faites comme le bûcheron qui coupe du bois en prévision d’un hiver rude, achetez-en !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Or Valeur Refuge

L’or est-il encore une valeur refuge ?

Devant l’apparent manque de réaction de l’or face au mini-krach boursier du début du mois …