Accueil AUCOFFRE Pièce 20 francs Napoléon jeton : la genèse des médailles en or Marianne Coq de 1951 à 1960

Pièce 20 francs Napoléon jeton : la genèse des médailles en or Marianne Coq de 1951 à 1960

4
Pièce 20 francs Napoléon jeton : la genèse des médailles en or Marianne Coq de 1951 à 1960

Jusqu’à présent, il a toujours été difficile de connaître les tenants et les aboutissants des décisions qui, à la fin de la Quatrième République, ont conduit la Banque de France à émettre en grandes quantités, de 1951 à 1960, des médailles ayant la plupart des caractéristiques physiques de la célèbre pièce de 20 francs or au type Marianne-Coq.

Pour y voir plus clair et mieux cerner la question, la lecture des procès-verbaux du Conseil Général de la Banque de France est d’une aide capitale et décisive.

Il est à noter que la consultation de ces archives est devenue aisée depuis qu’elles ont été numérisées et que leur accès est libre, gratuit et sans inscription préalable.

L’adresse du site est : https://archives-historiques.banque-france.fr/archive/resultats/procesverbaux/n:94?type=procesverbaux.

Sur la page d’accueil, il suffit de renseigner la date du procès-verbal que l’on souhaite consulter en sachant que les dates les plus importantes sont :

– le jeudi 18 octobre 1951 ;

– le jeudi 25 octobre 1951 ;

– le vendredi 02 novembre 1951 ;

– le jeudi 31 janvier 1952.

Une mesure inédite

C’est à n’en pas douter le procès-verbal qui apporte le plus d’informations utiles.

Ce jour-là, le Gouverneur de la Banque de France Wilfrid Baumgartner (1902-1978) doit présider la réunion hebdomadaire du Conseil Général. Il ne s’agit pas d’une simple réunion de routine, car le Gouverneur doit faire part aux membres de cette assemblée de la décision du ministre des Finances René Mayer (1895-1972) de faire procéder à la frappe de nouvelles pièces en or. Cette mesure inédite est présentée par le ministre comme résultant de l’impérieuse nécessité de reconstituer le stock d’or monnayé de la Banque de France, c’est-à-dire l’or sous forme de pièces de monnaie. René Mayer estimant le projet suffisamment mature, il demande au Gouverneur de le présenter à l’Institut d’émission monétaire suprême, donc la Banque de France, charge ensuite à celle-ci de le faire prospérer officiellement et au grand jour.

Donc, ce jeudi 18 octobre 1951, le Gouverneur Wilfrid Baumgartner doit :

– informer les membres du Conseil de la décision ministérielle ;

– évoquer avec eux les problèmes juridiques et techniques qu’elle entraîne ;

– recueillir leur avis et solliciter leur assentiment afin que le projet ministériel puisse passer à l’étape suivante, c’est-à-dire le lancement à grande échelle de la frappe des nouvelles pièces et leur vente sur le marché de l’or.

Le Gouverneur sait que, pour la Banque de France, ce sujet est d’une actualité devenue pressante, car le stock d’or monnayé de la Banque de France est au plus bas.

Par ailleurs, ce sujet est également devenu embarrassant, car des bruits ont fuité à l’extérieur et la presse commence à se faire l’écho de rumeurs (voir ci-dessous). Il faut dire que l’Hôtel de la Monnaie de Paris a déjà procédé à des frappes d’essai au début de l’année 1951 et que certains ouvriers de l’atelier du Quai Conti ont été bavards…

Dès octobre 1951, la presse bruisse de rumeurs… très bien informées !

Reconstituer le stock de pièces en or

La lecture du procès-verbal de la réunion du jeudi 18 octobre 1951 du Conseil Général révèle par le détail comment le Gouverneur a présenté les choses.

Il commence par expliquer devoir entretenir l’assemblée d’une « question délicate concernant le marché de l’or, question dont il ne croit pas avoir besoin de souligner le caractère un peu confidentiel » (sic).

Après cette entame teintée d’un soupçon de secret, il rappelle que l’amenuisement prononcé du stock d’or monnayé de la Banque de France risque d’empêcher assez vite le Fonds de Stabilisation des Changes (géré par la Banque de France) d’intervenir efficacement sur le marché de l’or pour soutenir le franc.

Une fois ce constat établi (« La Banque souffre depuis lors de l’absence de ces pièces »), il avance que la solution à ce problème est de reconstituer le stock de pièces en or et il explique comment il préconise de s’y prendre…

Tout d’abord, il reconnaît que la décision de principe des nouvelles frappes a déjà été prise très en amont, le 19 mai 1951, par le ministre des Finances alors en fonction, Maurice Petsche du gouvernement Henri Queuille 3. Lorsque ce gouvernement est tombé, le 11 août 1951, Maurice Petsche est remplacé par René Mayer (gouvernement René Pleven 2) lequel reprend intégralement à son compte le projet (voir plus loin sa lettre du 30 octobre 1951).

Le Gouverneur expose que la décision ministérielle consiste à relancer la frappe de pièces de 20 francs or Marianne-Coq identiques à celles qui ont été démonétisées en 1928.

Des frappes d’essai

Dans l’intervalle et afin de tester la faisabilité technique du projet, l’Hôtel de la Monnaie de Paris a eu le temps de réaliser des frappes d’essai, en réutilisant les matrices originelles qui permettent de fabriquer des coins identiques aux originaux des millésimes 1907 à 1914. Ces essais ayant été concluants, il faut désormais passer à la frappe à grande échelle afin d’inonder le marché de l’or de ces nouvelles pièces. Pour aborder cette nouvelle étape, il convient de recueillir l’avis de l’Institut monétaire émetteur, c’est-à-dire la Banque de France.

Voici les principaux arguments que le Gouverneur avance pour emporter l’adhésion des membres du Conseil Général :

  • Depuis la loi monétaire de 1928, seul l’État a le droit de monnayer son or (pour être précis, la loi autorise également les particuliers à le faire, mais le décret d’application de cette disposition n’a jamais été publié !) ;
  • L’une des conséquences de la loi monétaire du 25 juin 1928 (Poincaré) est que toutes les pièces en or sont démonétisées. Partant de ce constat, le Gouverneur en déduit que, depuis la promulgation de cette loi, « elles ne sont pas autre chose que de simples médailles (sic) ».  Voilà un argument massue dont il va user à de nombreuses reprises, car il sait qu’aucune autorisation particulière n’est nécessaire pour émettre des médailles.

Les mots exacts du Gouverneur tels qu’ils sont rapportés dans le procès verbal sont ceux-ci :

« en définitive, si on observe, d’une part, que les anciennes monnaies d’or ne sont plus, encore une

fois, que des médailles, d’autre part, que la fabrication de ces dernières est également du ressort de l’État seul, il peut, semble-t-il, être procédé à la frappe de pièces d’or qui soient, en fait , la reproduction rigoureuse de pièces à l’effigie du Coq gaulois. » (sic)

  • Si, à la Libération, entre 1946 et 1948, la refonte en lingots de nombreuses pièces d’or n’a pas soulevé de difficultés juridiques, pourquoi l’inverse le ferait-il ? Bien entendu, pour que cet argument soit recevable, il faut que les masses d’or en jeu (d’un côté, celle des lingots obtenus à partir de monnaies fondues et, de l’autre, celle des pièces nouvellement frappées) soient du même ordre de grandeur.

Les mots exacts prononcés par Wilfrid Baumgartner sont ceux-ci :

« Il serait préférable toutefois que la frappe ne dépassât pas la quantité – d’ailleurs importante – des pièces qui existaient dans nos caisses à la Libération, avant leur transformation en lingots. » (sic)

Ce qui lui permet ensuite d’avancer que :

« dans l’établissement de cette limite réside un argument valable en faveur de la mesure envisagée : on ne voit pas en quoi serait moins légitime l’opération inverse de celle  – la fusion des pièces –  de celle qui, au demeurant n’avait été effectuée que pour des raisons de simple commodité. » (sic)

  • Enfin, le Gouverneur ne se prive pas de rappeler que plusieurs pays étrangers ont déjà mené à bien un projet semblable. Et de citer l’Autriche (ci-dessous, à droite) et la Suisse (ci-dessous, à gauche). Alors, pourquoi pas la France ?

Alerter le grand public ?

Après avoir écarté ces problèmes juridiques, le Gouverneur entretient l’assemblée d’un aspect plus technique et psychologique du projet : faut-il ou non mettre immédiatement le grand public au courant de ces nouvelles frappes ?

Il rapporte que si le ministre Maurice Petsche n’avait pas eu le temps de prendre position sur ce point précis (chute du gouvernement Queuille 3 le 11 août 1951 et décès le 16 septembre 1951), il n’en va pas de même pour son successeur, le ministre René Mayer. Celui-ci n’est pas partisan de rendre publique la mise sur le marché des nouvelles pièces. Toutefois, il assure que, si les circonstances le rendaient nécessaire, il s’engage à publier un communiqué officiel.

L’avis du ministre René Mayer est suivi et les premières nouvelles pièces sont donc vendues « incognito » (pour ne pas dire « au noir »!) durant 6 mois, de la mi-1951 jusqu’à janvier 1952. Mais comme prévu, les réactions du public et des négociants en métaux précieux n’ont pas trop tardé à apparaître. Les nouvelles pièces ont en effet été vite repérées car trop différentes des originales de 1899-1914 : bien brillantes, d’aspect quasiment neuf et d’une couleur légèrement rose-orangée… de quoi susciter des interrogations !

Dès lors, le ministre René Mayer tient son engagement et fait publier le 30 janvier 1952 un communiqué qui officialise la mise sur le marché de pièces nouvellement frappées :

« En vertu d’une décision prise par le Ministre des Finances en mai 1951, il a été procédé depuis six mois, à l’Hôtel des Monnaies, à la frappe de pièces d’or de 20 frs démonétisées du type « Coq ». »

Ce communiqué est repris in extenso page 75 du procès verbal du Conseil Général du 31 janvier 1952 (librement consultable sur le site des archives de la Banque de France).

Une critique qui fait mouche

Pour en terminer avec le procès verbal du 18 octobre 1951, il faut souligner que deux voix discordantes se sont exprimées en défaveur du projet.

La plus argumentée a été celle de Georges Gaussel (1903-1990) qui, en gardien de l’orthodoxie monétaire, déclare que « ce qui le choque beaucoup dans le projet, c’est que les pièces – ou médailles – porteront un millésime autre que le millésime actuel. » (sic).

Poursuivant sa critique, il « se demande si, malgré tout, l’autre solution tout à fait franche celle-là et conforme au surplus à la loi monétaire de 1928 n’aurait pas été préférable, qui eût consisté à frapper des pièces au millésime de leur année de fabrication. » (sic)

La critique fait mouche.

Le Gouverneur réplique que l’émission de pièces de 20 francs comportant le vrai millésime pourrait laisser penser au public que le poids en or du franc millésimé 1951 correspond toujours à sa définition d’avant la loi de 1928.

Et de poursuivre de façon plus expéditive : « à partir du moment, donc, où on décide de frapper des pièces nouvelles, celles-ci – ce ne sont encore une fois que des médailles – ne peuvent être que la réplique exacte des anciennes pièces et, en particulier, doivent nécessairement porter des millésimes semblables. A la rigueur, on pourrait envisager – non pas à l’imitation de la Suisse qui a imaginé un moyen assez peu rationnel – une solution qui consisterait à inscrire sur la tranche une mention telle que « Fabriqué en 1951 » ». (sic)

Mais le Gouverneur s’empresse aussitôt d’ajouter que c’est une solution dont il n’est pas partisan.

Un autre membre du Conseil Général, Henri Deroy (1900-1979), surenchérit en estimant qu’« une telle mention – ce qui la condamne à ses yeux – reviendrait à inscrire « fausses vraies pièces » » (sic)

La seconde voix qui s’est opposée au projet est celle de Jean Watteau (1898-1983). Il déclare simplement qu’il eût « préféré que la Banque restât le plus possible à l’écart de cette opération qui lui semble tout de même un peu équivoque. » (sic)

Au final et devant les interrogations et questions laissées en suspens à l’issue de cette journée, le Gouverneur demande d’ajourner la suite de la discussion à la semaine prochaine, donc à la réunion du 25 octobre 1951.

Des « médailles », pas des pièces

À la demande du Gouverneur, un invité de marque expose son point de vue. Il s’agit de Guillaume Guindey (1909-1989). Personnalité reconnue et appréciée dans le monde financier, celui-ci assure que :

« Après un examen approfondi du point de vue juridique, on est fondé à affirmer que les nouvelles pièces qui seraient frappées ne seraient pas à proprement parler des pièces de monnaie, mais des médailles » (sic).

Par ailleurs, Guillaume Guindey assure s’être longuement entretenu de ce projet au début de l’année 1951 avec le ministre des Finances alors en poste, Maurice Petsche. L’argumentation développée devant le ministre avait paru juridiquement suffisamment solide et convaincante pour que celui-ci décide de lancer le principe du projet (c’est la décision du 19 mai 1951).

« Les vendre sur le marché »

Le Gouverneur communique aux membres de l’assemblée la lettre du 30 octobre 1951 que lui a personnellement adressée le ministre des Finances, René Mayer.

Celle-ci figure in extenso à la page 586 du procès verbal du 2 novembre 1951 et elle est librement consultable sur le site des archives de la Banque de France.

Cette lettre est importante, car on y apprend que le projet a officiellement deux pères : le ministre Maurice Petsche pour la prise de décision de principe (19 mai 1951) et René Mayer pour le lancement en quantité des frappes ainsi que leur mise sur le marché (septembre 1951).

Dans le premier paragraphe de sa lettre, René Mayer écrit en effet que :

« Ainsi que vous le savez, mon prédécesseur avait pris, le 19 mai 1951, la décision de procéder prochainement à la frappe de pièces d’or pour faciliter les interventions du Fonds de Stabilisation des Changes sur le marché de l’or. » (sic)

Un peu plus loin, René Mayer explique que le moment est venu de commencer la frappe en quantité des nouvelles pièces. Et il donne également son accord pour que ces pièces soient vendues sur le marché :

« Au cours du mois de septembre, j’ai estimé, en accord avec vous, que le moment était venu de commencer la frappe, et j’ai donné des instructions en conséquences à l’Administration des monnaies et médailles.

Vous disposez maintenant d’un stock de nouvelles pièces. Je suis d’accord pour que vous commenciez à les vendre sur le marché. » (sic)

Enfin, à la fin de sa lettre, René Mayer abonde dans le sens du Gouverneur de la Banque de France en écrivant que les nouvelle pièces ne sont que des médailles : « Les frappes récemment entreprises …/… peuvent être assimilées depuis la loi monétaire du juin 1928, à des médailles …/… » (sic)

Communiqué auprès du grand public

Le Gouverneur annonce que, comme il s’y était engagé, le Ministère des Finances a publié le 30 janvier 1952 un communiqué pour officialiser auprès du grand public la frappe des nouvelles pièces et leur vente sur le marché de l’or :

« En vertu d’une décision prise par le Ministre des Finances en mai 1951, il a été procédé depuis six mois à la frappe de pièces de 20 frs démonétisées du type Coq. »

Ce communiqué est repris in extenso à la page 75 du procès-verbal du 31 janvier 1952 et il est librement consultable sur le site des archives de la Banque de France.

37,5 millions de médailles

La lecture des procès-verbaux du Conseil Général de la Banque de France apporte la preuve irréfutable que deux ministres des finances de la Quatrième République, Maurice Petsche puis René Mayer, ont tour à tour initié et mené à bien un projet inédit depuis la loi monétaire de 1928 : la frappe en nombre de médailles qui reprennent presque toutes les caractéristiques physiques des pièces en or de 20 francs au type Marianne-Coq, avec de faux millésimes 1907 à 1914.

Ces nouvelles frappes ont été justifiées par le besoin impérieux de donner au Fonds de Stabilisation des Changes les moyens d’intervenir efficacement sur le marché de l’or afin de soutenir le franc.

Au total, ce sont 37,5 millions* de médailles qui seront frappées, étalées sur une période de neuf ans, de 1951 à 1960.

Un point fondamental est à retenir : tant le Ministre des Finances que le Gouverneur de la Banque de France ont écrit et signé que ces frappes ne sont que des médailles et en aucun cas des pièces de monnaie.

Dans la pratique, pour le particulier numismate ou investisseur, la grande ressemblance entre ces médailles et les pièces originales de 1907-1914 fait qu’il est difficile de les distinguer à coup sûr. Pour contourner ce problème, il vaut mieux donc s’adresser aux seuls négociants (il en existe plusieurs sur le marché européen) qui, leur qualité de professionnel faisant foi, précisent sans ambiguïté sur leurs factures d’achat/revente s’il s’agit ou non d’une pièce originale, la médaille étant alors le plus souvent qualifiée improprement de « refrappe Pinay ».

———————

* Selon Didier Bruneel (« Les secrets de l’or », ed. Cherche Midi), il y a eu 3 campagnes de frappe :

            -Octobre 1951 à février 1952 :  3 101 500 pièces,

            -Avril 1952 à avril1957 :  31 958 000 pièces,

            -Septembre 1957 à mars 1960 : 2 424 000 pièces.

4 Commentaires

  1. Bonjour Mr Grippari, j’ai lu certains de vos articles qui m’ont fort intéressé. Je suis numismate amateur éclairé et j’ai en ma possession une 20 francs 1907 particulière car en frappe médaille. Je la pensais fausse mais à la regarder précisément elle semble très bien frappée, le poids est bon et l’or testé aussi. Je me
    demandais si au cours de vos recherches sur ce type monétaire vous aviez rencontré ce type de monnaies.
    Je vous laisse mon mail si vous souhaitez m’écrire.
    En vous remerciant.
    Bien cordialement

    • Bonjour et merci de votre intérêt pour mon article.
      Vous avez la chance d’avoir déniché une de ces pièces en frappe médaille : félicitations ! Pour ma part, je n’ai toujours pas réussi à m’en procurer une, hélas…
      L’existence de ces frappes médailles est peu et mal documentée. Elles existent pourtant mais sont vraisemblablement peu fréquentes voire rares. J’en avais vu une au millésime 1909 (voir à ce lien, dans le paragraphe consacré aux variétés : https://remiseenligne.over-blog.com/2018/04/20-francs-or-coq.html).
      Il faut toutefois être prudent avec ces frappes médailles car il en existe des fausses (par exemple celle-ci : https://www.cgb.fr/faux-de-20-francs-or-coq-liberte-egalite-fraternite-frappe-medaille-1909-paris-f-535-3-var-sup,fmd_719944,a.html)
      L’idéal pour vous assurer que votre pièce est authentique est d’abord de la tester au spectromètre chez un négociant en métaux précieux. Cela vous donnera ainsi l’assurance qu’elle contient le bon poids d’or fin (5,81 g). Si par ailleurs cet examen détecte en même temps la présence de quelques milligrammes d’argent, vous saurez qu’il s’agit d’une refrappe Pinay et non d’une frappe d’origine.
      Ensuite, il vous faudra vérifier d’autres caractéristiques comme le type de tranche (B ou A, B étant la norme), la taille de l’ove 31 du listel du revers (normalement nettement plus petit que les 48 autres), l’inscription sur la tranche (pour 1907, ce devrait être « Liberté, Égalité, Fraternité » et non « Dieu Protège La France »), la longueur de la plume située au-dessus du F de Francs (normale ou allongée ? ), etc…
      J’espère avoir répondu au moins en partie à vos interrogations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici