Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Numismatique / Les faux et pièces fautées

Les faux et pièces fautées


C’est une anecdote qui nous a donné  l’idée de réaliser ce dossier. Une arnaque plutôt bien ficelée, démontée par Michel Prieur, du site numismatique de référence cgb.fr. Même si le marché de l’or est baissier depuis avril (à quelques rebonds près), le gramme d’or reste très attractif pour les malfaiteurs. Aussi les cas de falsification de pièces d’or se multiplient comme des petits pains…  Des fausses pièces, à ne pas confondre avec les pièces fautées, très recherchées !

Les ventes de particulier à particulier, jamais !
On ne le répètera jamais assez : évitez autant que faire se peut les ventes par petites annonces ou aux enchères sur internet.
Le cas que nous avons remonté le 27 mars dernier à Michel Prieur est éloquent. Un particulier vend une pièce de 50 Pesos mexicains pour… 1100€ (en vente libre à 1780€ sur AuCOFFRE.com). [NDLR : L’écart de prix était semble-t-il moins important à l’époque, mais d’au moins 450€…] Des raisons qui peuvent justifier un tel écart de prix ?
– le vendeur a un besoin urgent de liquidités
– il cherche à écouler une pièce volée
– c’est une fausse pièce.

Pour en avoir le cœur net, nous avons demandé à Monsieur Prieur de bien vouloir nous éclairer.

« Une arnaque imparable », nous répond-il. « Le problème n’est pas de ne pas faire de transaction avec un particulier mais d’éviter de faire des transactions avec le Père Noël… toutes les informations utiles étaient dans l’annonce : il n’y avait pas tromperie ! » Nous vous invitons à lire comment il relate très bien les faits dans le bulletin numismatique n° 119 (page 22).

Déjà, le poids n’y était pas… Ensuite, pourquoi payer en espèces ? Pour ne pas laisser de traces, comme ça il est impossible de se retourner contre le vendeur une fois le lièvre levé !
Il s’agit en fait d’une pièce de cuivre plaquée en or 900/1000. « Juridiquement imparable, le vendeur ne ment pas sauf par omission »…

Fausse pièce en or de 50 Pesos
Fausse pièce en or de 50 Pesos

Voilà qui a de quoi refroidir quelques envies de faire de bonnes affaires dans ce genre d’annonces…

Exactement le même cas pour cette annonce parue récemment sur eBay, dont nous a fait part M. Prieur.  Même technique : le poids annoncé (23,50 g) indique que ce n’est pas de l’argent mais du faux, bien que l’annonce précise « Matière: Argent (supposé mais pas expertisé) ».

Le problème avec les faux en argent est que moins chères, les pièces partent plus vite à 20€ que les fausses pièces à 1100€. Prudence donc, demandez toujours l’avis d’un spécialiste et achetez vos pièces auprès de professionnels ayant pignon sur rue.

Quand le faux devient très recherché
Nous avons récemment eu un cas d’école avec la 50 francs Hercule. Cette pièce a-t-elle été beaucoup copiée ou pas ? L’article a fait débat. En fait elle aurait été largement copiée mais par un seul faussaire, il s’agirait d’une copie espagnole, avec un millésime incohérent… Bref, ces copies sont plutôt difficiles à trouver à présent, elles susciteraient plutôt la curiosité… et l’attrait du collectionneur ?

Le faux a toujours été une activité extrêmement lucrative. En janvier, la disparition de Bojarski, surnommé « le Cézanne de la fausse monnaie » nous le rappelle. Le faussaire surdoué qui a sévi dans les années 50 et 60 était spécialisé dans la contrefaçon de billets de 100 nouveaux francs Bonaparte, impossible à distinguer des vrais. « Il était vu comme un artiste » témoigne le proche voisinage.
« Recherchés dans le monde entier, les Bojarski accèdent au rang d’œuvre d’art chez les numismates » relate cet article du Parisien… Et valent désormais une vraie fortune. Du papier au son craquant et au dessin, Bojarski était un véritable génie.

C’est vrai, il y a des contrefaçons qui deviennent de vrais objets de collection, mais elles sont extrêmement rares, et dans le cas des pièces d’or, les contrefaçons sont très souvent synonymes d’arnaque, comme cette pièce de 50 pesos mexicains en cuivre plaquée or, ou encore ces lingots d’or fourrés au tungstène.

Les Monnaies fautées, un vrai business
Mais il ne faut pas confondre fausses pièces et pièces fautées ! Une monnaie fautée, comme l’indique le livre « Le monnayage et les monnaies fautées », est une monnaie « qui n’est pas fidèle au modèle original ou conforme au cahier des charges (…) et dont l’erreur ou le défaut est due à une erreur ou un problème technique ».

Ces imperfections de certaines pièces valent même de l’or !

Pourquoi les monnaies fautées ?
Les monnaies sont produites à des millions d’exemplaires : dans cette cadence très intensive, il est impossible de ne pas laisser passer quelques pièces comportant des défauts. Au final, par rapport à la masse impressionnante de pièces produites, la part des monnaies fautées est minime. Ainsi, on retrouve en circulation des pièces qui comportent certains défauts, mais qui restent très recherchées, de par leur rareté et leur singularité.

Pourquoi les collectionner ? Parce qu’elles sont rares ! C’est un investissement passion. La Vera Valor, pièce neuve, a vu quelques 60 exemplaires fautés s’arracher comme des petits pains.

Deux cas intéressants : une fausse pièce rare (le demi-Napoléon 1860 Napoléon III tête nue) et une fautée (le demi-Napoléon 1866 Napoléon III tête laurée).

– La première pièce, un demi-Napoléon 1860 Napoléon III tête nue, est une fausse pièce rare.

Demi Napoléon 1860 Napoléon tête nue_avers
Demi Napoléon 1860 Napoléon tête nue_avers

– Le demi-Napoléon 1860 Napoléon III tête nue est a priori une pièce très intéressante, qui pourrait se revendre au double du prix d’un Napoléon III tête nue classique, même en qualité TTB.
Pourquoi ? Car elle a un poinçon en forme d’abeille tout en provenant de l’atelier A (Paris). Or, ce type de pièce a été frappé entre le 15 novembre 1860 et le 31 décembre de la même année alors qu’elle était frappée jusqu’alors à Strasbourg (BB).
Intéressante, sauf qu’elle est fausse !
– elle est issue de deux fournisseurs qui font de la numismatique (un Hollandais et un Français). Donc pourquoi ne pas l’avoir repérée ?
– le métal est un peu rouge (comme des Marianne coq refrappées). Alors que l’or de toutes les pièces d’avant 1914 non refrappées est toujours de couleur jaune.
– tous les demi- Napoléon III tête laurée de qualité TTB pèsent entre 3,15 et 3,19 grammes. Celle-là fait 3,09 grammes. Le poids n’y est pas, il n’est pas raccord avec l’aspect visuel lié à l’usure. Pour un tel poids, nous aurions une pièce de qualité B (tous les reliefs plats). Le titre doit donc être d’environ 875 °/oo.
– la tranche n’est pas de bonne qualité, comme mal frappée.
Il s’agit probablement d’une pièce réalisée entre les années 1970 et 80. Les faussaires fabriquaient alors des faux à partir de pièces rares afin d’empocher la prime de rareté sur le marché de la numismatique. Et les balances de l’époque n’étaient pas précises au 0,01 gramme. Il est donc difficile de détecter un problème sur le poids.
– L’autre pièce, un demi-Napoléon III tête laurée est une pièce fautée.

Le coin a été abimé lors de la frappe de la série dans laquelle cette pièce se trouvait et il a “imprimé” son défaut dans le flan (avers, coin inférieur droit, le texte est dévié – sur le revers, le relief est écrasé). Une pièce qui évidemment vaut plus qu’un Napoléon III classique de même millésime, car habituellement elles étaient repérées avant de se retrouver en circulation. Elles étaient ensuite fondues et les coins détruits.

Demi Napoléon 1866 Napoléon tête laurée_avers
Demi Napoléon 1866 Napoléon tête laurée_avers

 

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Pièce or Satère grec Alexandre le Grand

Le Statère grec, l’étalon or attique

Frappé par les cités grecques, le statère en or est une référence du monnayage antique. …