Publicité
Avers de la 100F Bazor en format Max Secure

La 100 francs Bazor est particulière dans la série des pièces d’or françaises. En effet, elle a été victime d’une forte dévaluation pendant sa période de circulation de 1929 à 1936. Résultat, de nombreuses 100 francs Bazor ont été refondues, ce qui en fait une pièce rare. Dressons le portrait de cette pièce d’or particulière et très prisée des collectionneurs.


Lucien Bazor : un peu d’histoire

Lucien Bazor, né en 1889 à Paris et mort en 1974, était un graveur français de monnaies et médailles. Il a été élève de l’École nationale supérieure des beaux-arts. Il a reçu en 1923 le grand prix de Rome en gravure de médailles. En 1930, il devient Graveur général des monnaies jusqu’en 1958. Il a gravé plusieurs pièces : la 100 Francs or Bazor, mais aussi une pièce de 5 francs en 1933, surnommée « Bedoucette », ainsi que des pièces pour le régime de Vichy (1 franc, 2 francs, 5 francs Pétain). Il a également crée plusieurs pièces coloniales pour des pays tels que le Cambodge, Madagascar, la Réunion, le Vietnam, etc.

100 Francs Bazor
Revers de la pièces d’or 100 Francs Bazor

La 100 Francs Bazor, une pièce « à part »

Rappel sur les pièces de 100 Francs en or : le marché des pièces de 100 Francs en or est réduit et leur poids et leur prix restent très conséquents ! Les pièces Napoléon de 100 Francs or ont été créées à partir de 1855 jusqu’en 1870. La pièce de Napoléon 100 Francs or pèse 32,25 grammes et comprend 29 grammes d’or pur pour un diamètre de 35 millimètres. On compte plusieurs séries de cette pièce, notamment une du graveur Jean-Jacques Barre (« tête nue ») frappée de 1855 à 1870 à 346 101 exemplaires, et une autre d’Albert Désiré Barre (« tête laurée »)de 1862 à 1870 à 97 210 exemplaires.

La 100F Bazor n’a aucun point commun avec les pièces de 100 Francs classique si ce n’est la valeur faciale

Elle a peu de rapport avec ses grandes sœurs. La 100F Bazor est plus proche d’un Napoléon 20F en taille (identique) et poids (0,1 g plus lourde). Pourquoi une valeur faciale si différente ? Entre 1914 et 1929, la guerre mondiale a fait basculer le France dans l’inflation avec une forte dévaluation de la monnaie (à titre d’exemple, un vélo de 1914 coûtait 5 fois plus cher en 1929). L’arrivée du Front Populaire et la forte dévaluation du Franc qui a suivi ont empêché qu’une pièce de 100F de ce poids puisse être en circulation : résultat, tout ou presque a été refondu.

La 100 Francs Bazor aujourd’hui

Les 100 Francs Bazor, démonétisées en 1936 puis refondues, sont aujourd’hui très rares. Leur prix peut varier de 2 500 € à 3 000 € selon leur état, jusqu’à 15 000 € pour les plus rares. Une rumeur circulerait dans les milieux numismates selon laquelle des sacs entiers de 100 Francs or Bazor seraient cachés à la Banque de France…

Publicité

Aujourd’hui, il est très difficile de trouver des exemplaires parfaits de la 100F Bazor. Il reste très intéressant d’avoir ce genre de pièces dans son escarcelle en raison de sa grande rareté : en effet, les fluctuations du métal or ne l’affecte pas. Avec 900 ‰ de prime, l’or n’est pas la variable qui affecte son cours. Dans un portefeuille d’or physique, la 100F Bazor est intéressante pour se couvrir des fluctuations du métal jaune lui même. Il n’est pas nécessaire d’en avoir beaucoup, une seule pièce par tranche de 20 000 euros d’or classique (Napoléon, lingot, krugerrands, etc) suffit.

Elle est exemptée de TVA car sa valeur faciale est inscrite dans une monnaie qui a eu cours en France : le franc. De ce fait la TVA ne s’applique pas (consultez notre article à ce sujet).

100 Francs or Bazor : fiche technique

  • Graveur : Lucien Bazor.
  • Frappée entre 1929 et 1936
  • Taille et poids : 21 mm – 6,55 g – contient 900% d’or.
  • Forme ronde
  • Tirée à 13 791 115 exemplaires.
  • Avers : tête de la Liberté coiffée d’un bonnet phrygien ailé orné d’une cocarde, et signé au-dessous L. BAZOR. Inscription : « République Française ».
  • Revers : globe d’où sortent un épi, une branche d’olivier et une branche de chêne. La date « 1935 » est inscrite en-dessous. En haut de la pièce, on peut lire « 100 FRANCS ».
  • Tranche : inscription en relief « LIBERTE ÉGALITÉ FRATERNITÉ »
  • Démonétisée le 26 septembre 1936 et refondue.
Avers de la 100 Francs Bazor
Article précédentSébastien Abis : « Pour un tiers de l’humanité, l’insécurité alimentaire est un problème au quotidien »
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici