Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Patrimoine / Les Français manquent d’éducation… financière
les français manquent éducation économique et financière

Les Français manquent d’éducation… financière


À l’occasion d’un colloque du conseil scientifique de l’Autorité des marchés financiers qui s’est tenu à Paris le 20 juin dernier, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a insisté sur la nécessité de mieux former les Français aux rudiments de l’économie afin de favoriser une meilleure intégration sociale, et surtout limiter les risques de surendettement.

Ainsi, selon différentes études menées par la Banque de France, au moins un tiers des ménages français ne disposent pas des connaissances économiques et financières de base qui lui permettraient de comprendre des notions élémentaires comme le calcul des intérêts, les effets de l’inflation sur l’épargne ou encore le caractère plus ou moins risqué des produits financiers. Pire encore, ces lacune toucheraient principalement les jeunes dont on s’attendrait au contraire qu’ils soient mieux instruit des problématiques actuelles et donc mieux préparés aux défis qui les attendent à l’avenir. Selon l’enquête PISA, près de 20% des élèves de quinze ans n’atteignent pas le niveau de compétence minimum en culture financière, ce qui place la France très loin derrière nos voisins Allemands ou Suisses par exemple. Certes, nos résultats sont comparables à ceux des Américains, mais est-ce vraiment une référence culturelle satisfaisante ?

Une priorité d’équité sociale

Quoi qu’il en soit, pour François Villeroy de Galhau comme pour les experts présents à ce colloque, “une meilleure éducation économique et financière des Français est primordiale, à la fois pour l’équité sociale et pour le bon fonctionnement de l’économie“. Car, non seulement l’éducation financière contribue à une meilleure intégration sociale des individus, en leur évitant par exemple l’exclusion financière consécutive aux risques de surendettement, mais elle permet aussi de corriger les différences qui existent entre les catégories de population. En effet, de nombreuses études (comme par exemple celle menée en 2014 par le Comité consultatif du secteur financier de l’AMF) semblent démontrer que les revenus, l’âge, le sexe, la structure familiale, le niveau d’éducation générale ou encore la classe sociale sont autant de facteurs qui jouent dans l’accès aux connaissances économiques et financières. Concrètement, les hommes d’âge moyen, ayant une bonne situation professionnelle, une certaine éducation et de confortables revenus ont généralement un meilleur niveau d’éducation financière que les autres catégories de population.

Des citoyens éduqués pour une économie efficace

Mais une bonne éducation financière participe également au bon fonctionnement de la société, notamment sur le plan économique, car elle permet aux individus de faire de meilleurs arbitrages, de mieux évaluer les avantages ou les inconvénients d’une situation et, au final de procéder à des choix d’investissement plus judicieux. De la même façon, les personnes disposant d’une certaine connaissance des mécanismes économiques de base sont capables de mieux orienter leur épargne et de planifier sur le long terme, ce qui s’avère crucial dans un contexte de vieillissement de la population et de réforme des systèmes publics de protection sociale (retraite, dépendance, etc.). Ce constat est d’ailleurs à rapprocher des conclusions d’une étude réalisée en mai dernier par OpinionWay pour AuCoffre.com, qui montre que seul un Français sur deux se sent prêt à faire face à un éventuel bouleversement de l’économie comme, par exemple, la dématérialisation de tous les moyens de paiement : une majorité de personnes est en effet encore très attachée aux instruments “historiques” dont certains, comme le chèque par exemple, sont abandonnés par de plus en plus de pays à travers le monde.

Les banques veulent mieux informer… pour mieux réguler

Enfin, si les autorités financières et bancaires mettent l’accent sur la nécessité d’une formation initiale des citoyens à tous les âges de la vie, y compris dès la scolarité des enfants, elles souhaitent également accompagner le développement des technologies numériques en apportant à la fois information et régulation lors des échanges commerciaux en ligne, tant elles craignent que la dématérialisation des transactions se fasse au détriment des moins informés en matière économique.

Des esprits chagrins, et aussi un peu suspicieux, suggèreront sans doute que cette dernière préoccupation est davantage motivée par la crainte des institutions bancaires de ne surtout plus maîtriser l’ensemble des flux financiers qui passent de plus en plus souvent hors des canaux traditionnels. Ainsi, toujours dans le cadre du sondage OpinionWay/AuCoffre réalisé en mai dernier, 40% des Français utiliseraient régulièrement un service de paiement en ligne de type Paypal, 14% auraient recours à une monnaie locale ou complémentaire pour certains actes de leur vie quotidienne, 8% règleraient leurs achats avec une carte de paiement non bancaire de type VeraCarte et 5% seraient même habitués à utiliser des monnaies totalement virtuelle comme le Bitcoin.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Robinet argent patrimoine universel

François Hollande invente l’endettement universel

Ambiance fin de règne, le président de la République française essaie de remonter sa cote …