tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / Argent / L’État ponctionne à 67,2% les salaires… des plus pauvres
l'état ponctionne les petits salaires

L’État ponctionne à 67,2% les salaires… des plus pauvres


C’est l’OCDE qui le révèle dans son étude intitulée « Les impôts sur les salaires 2016 », publiée le 11 mai dernier : la France ferait peser une charge fiscale et sociale de 67,2% sur les salaires des travailleurs gagnant moins de 2000 euros bruts par mois. Une proportion qui irait en diminuant à mesure qu’augmente la rémunération de base, et qui concernerait également les familles de classe moyenne.

En 1907, un certain Joseph Caillaux, petit homme de gauche portant monocle, et accessoirement ministre des Finances de Georges Clemenceau, lâcha une phrase que Coluche ou Desproges n’auraient pas reniée : « Faites payer les pauvres ! Bien sûr, les riches ont la capacité de supporter des impôts bien plus lourds, mais les pauvres sont tellement plus nombreux ! ».

Cible numéro un de l’État : le smicard célibataire

Visiblement l’idée a fait son chemin car, si l’on en croit le dernier rapport de l’OCDE sur les salaires publié le 11 mai 2016, la France taxerait plus lourdement les salariés les moins bien payés. Ainsi, en tenant compte des impôts et des cotisations de sécurité sociale payés par les travailleurs et leurs employeurs, déduction faite des éventuelles prestations familiales qu’ils pourraient percevoir, on constate que plus des 2/3 de la rémunération des salariés les plus fragiles finissent dans les caisses de l’État. Et encore, ne sont pas comptabilisées les recettes fiscales liées à la TVA des biens et services consommés par ces mêmes contribuables.

Plus exactement, l’étude a distingué 8 profils types de foyers fiscaux, selon qu’ils étaient constitués de célibataires ou de couples, avec ou sans enfants, et disposant de revenus appréciés en fonction du salaire brut moyen annuel. Et contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre à trouver pour un pays dirigé depuis 4 ans par un gouvernement socialiste, ce ne sont pas les plus aisés qui subissent la plus lourde imposition globale.

Par exemple, à la page 270 du rapport de l’OCDE, on développe le cas d’un célibataire gagnant les 2/3 du salaire moyen brut français, soit un peu moins de 2000 € brut par mois. Ce salarié verra non seulement la rémunération de son travail amputée d’un montant substantiel correspondant aux cotisations sociales et patronales, mais également d’un impôt sur le revenu de 11,7% portant à plus de 67% le total de la charge sociale et fiscale pesant sur son salaire de base. Plus intéressant encore, si ce salarié était subitement augmenté de 50% (ce qui n’arrive jamais dans la vraie vie, on est bien d’accord !) pour atteindre le niveau de rémunération considéré comme étant le salaire brut moyen des Français (2875 €), sa charge totale d’impôts et de cotisations sociales ne serait plus « que » de 59,3%. Enfin, s’il devait gagner 167% du salaire brut moyen, soit aux alentours de 4800 € par mois, il serait à peine plus ponctionné avec un total d’imposition fiscale et sociale de 59.8%. Seule solution pour s’en sortir, avoir au moins deux enfants à charge, ce qui lui permettrait de réduire son taux à 57.5%… en grande partie grâce aux prestations sociales.

Cible numéro deux de l’État : les ménages de classe moyenne avec deux enfants

Pour les ménages, la situation est tout à fait différente. Et si on comprend aisément qu’un couple élevant deux enfants avec l’équivalent de deux SMIC (un par parent) supporte une charge fiscale et sociale ne dépassant pas 35,5%, compte tenu du niveau de dépenses minimum qu’une telle famille doit déjà engager au quotidien pour simplement se loger et se nourrir, on a en revanche beaucoup de mal à comprendre pourquoi ce même couple, dès lors que chaque parent commence à gagner l’équivalent de 2000 € brut par mois (soit 1500 € net ou 67% seulement du salaire moyen en France), voit son niveau d’imposition global exploser brutalement pour atteindre 61,8% !

Peut-on aujourd’hui considérer qu’une famille de quatre personnes vivant avec 3000 euros net par mois est riche ? À l’abri de la famine, certainement. Susceptible d’assumer quotidiennement (mais modestement) son rôle d’acteur social et économique de consommateur, probablement aussi. Mais riche au point de voir brusquement doubler le poids de ses prélèvement obligatoires ? Certainement pas.

Et pourtant, ce sont bien ces familles de classe moyenne (et même très moyennes) qui constituent, avec les travailleurs célibataires payés entre une fois et une fois et demi le SMIC, le gros de la troupe des vaches à lait de la République exemplaire de Monsieur Hollande.

A propos de Anthony Alberti

Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens.

Voir aussi

endettement classes moyennes

90% des ménages français sont surendettés !

Indépendamment des fins de mois difficiles que subissent un nombre croissant de ménages français, bien …

  • Sir Baby De Porky

     » le gros de la troupe des vaches à lait  »

    Oui , ça me rappelle aussi que c’est les vaches sacrées qui se font massacrer
    de nos jours …

    Tout ça va devoir se payer !!!

  • GatGat again

    FAUX !
    Bon, alors il va falloir vous fendre d’un bon gros ERRATUM, parce que vous avez mal compris plusieurs choses.
    Vous avez regardé « Marginal rates », les taux de taxation marginaux, c’est-à-dire le taux auquel serait taxé 1 € supplémentaire gagné par le ménage en question ; et vous l’avez commenté comme si c’était « Average rates », le taux de taxation moyen, qui représente le total des impôts et charges effectivement payées (y compris par les charges payées par l’employeur, pour la ligne « Total tax wedge ») divisés par le salaire brut.
    Du coup, si on regarde les « average rates », c’est beaucoup moins élevés, et c’est dans la plupart des cas progressif (les riches paient un %age plus grand que les pauvres). Votre indignation n’est plus aussi justifiée.
    Ensuite, des erreurs plus mineures :
    – il n’y a dans leur tableau aucun couple où les deux gagnent 2/3 du salaire moyen, vous avez mal lu.
    – pour calculer les taux d’imposition moyens des couples, vous avez fait la moyenne de deux taux :
    (43,5 % + 27,6%)/2= 35.55%
    Ça marche si on considère bien ça comme des taux marginaux (ce qu’ils sont ici) ; mais si (comme vous le pensiez), c’était des taux moyens, impossible de prendre la moyenne comme ça, il faudrait la pondérer par leurs salaires.
    Bref, votre analyse a été faite à la va-vite, et ses conclusions sont fausses.

  • Jérôme

    Si vous étiez honnête, vous ajouteriez les prestations sociales que l’état verse à certaines catégories de personnes… Voir tableau ci-dessous:

    http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/taxation/les-impots-sur-les-salaires-2016/impot-sur-le-revenu-et-cotisations-sociales-des-salaries-diminues-des-prestations-versees-2015_tax_wages-2016-table18-fr#page1

    Ainsi, lorsqu’on prend en compte les prestations versées, on tombe à 25,9% de charges fiscales et sociales pour un célibataire sans enfant touchant 67% du salaire moyen, 28,9% de charges pour un célibataire sans enfant touchant 100% du salaire moyen et 34,4% pour un célibataire sans enfant touchant 167% du salaire moyen.

    Cordialement