La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories
aucoffre

Trésor de Légendes : trésor trouvé !

25 juillet 2014
Les découvreurs de Trésor de Légendes

Les découvreurs de Trésor de Légendes

Vous vous souvenez peut-être de la chasse au trésor dont AuCOFFRE.com était partenaire ? Le trésor était constitué d’une once d’or Vera Valor de la société AuCOFFRE et de 4 pièces en or (10$ US, 5$ US, 20 Francs et un ducat autrichien de la société XP Metal Detector) : il a été découvert le 12 juin dernier !

L’opération qui avait débuté en janvier 2013 a mobilisé des chasseurs de trésors émérites qui ont su résoudre toutes les énigmes et mettre ainsi la main sur le pactole bien réel. Le jeu s’achève donc après un an et demi de recherches acharnées.

La remise des prix Trésor de Légendes a eu lieu le 23 juillet dernier à l’Orangerie du château de Versailles en présence de trois représentants de la CATteam, OpenUp, Exocet et Exocette.

Un grand bravo au « inventeurs » (c’est ainsi que l’on nomme les découvreurs de trésors) pour avoir su résoudre les énigmes complexes !

Les solutions des énigmes de Trésor de Légendes

Revue du web du 25 juillet : l’or entre politique… et géopolitique !

25 juillet 2014

On vous en parlait déjà dans la revue du web de la semaine dernière. Et cette semaine encore, l’actualité reste encore très marquée par les tensions géopolitiques. Le cours se maintient près du seuil des 1300 dollars l’once… mais a marqué une petite baisse. « L’accélération de la reprise économique américaine reste le facteur d’influence clé derrière notre prévision plus basse des cours de l’or », indique Goldman Sachs. Selon la banque d’investissement américaine, d’un côté la situation économique américaine continue de s’améliorer… et d’un autre côté, les tensions en Ukraine sont toujours bien présentes !

Que disent donc les actualités autour de l’or cette semaine ?

Or : les cours entre l’Ukraine et Gaza

En début de semaine, Lexpress.fr revenait sur les cours de l’or, sur fonds de tensions en Ukraine et à Gaza. Dans un article du 18 juillet, le quotidien notait un « cours de l’or qui se tendait ».

Mais après les craintes liées notamment au crash de l’avion de la Malaysia Airlines en Ukraine, les cours restaient tassés cette semaine. « En dépit d’un contexte géopolitique toujours tendu, le prix de l’or se tasse alors que la demande chinoise est mal orientée », analyse un article de l’Express.fr le 24 juillet.

Selon le quotidien, « la valeur refuge pâtit tout d’abord de la force relative du dollar et des bons résultats semestriels des entreprises américaines », malgré un contexte tendu en Ukraine et un ton qui se durcit en Allemagne. Le quotidien relève une demande en importation d’or en Chine qui se tasse. Dans les Echos, cela vaut d’ailleurs une analyse complète le 23 juillet : la fièvre de l’or serait-elle retombée en Chine ? Ou s’agit-il d’un effet inattendu d’une vaste campagne anti-corruption en Chine, où les fonctionnaires n’ont plus le droit de recevoir des cadeaux… en or ?
« Sur le long terme, toutefois, l’appétit de la Chine devrait continuer à impressionner », soutient l’article.

Monnaies virtuelles : vers une régulation américaine ?

Aux Etats-Unis, l’Etat de New York semble s’être lancé dans un vaste chantier de régulation des monnaies virtuelles. Dans un article du 18 juillet, Itespresso.fr détaille les obligations auxquelles « les organisations exploitant des monnaies virtuelles dans l’Etat de New York pourraient bientôt être soumises ». Une proposition du Département des services financiers va être étudiée pendant l’été : elle prend en compte une campagne d’information des utilisateurs, la mise en place d’un plan  de cybersécurité, la tenue d’un registre  des transactions ouvert aux autorités… En bref, le Département des services de sécurité semble vouloir éviter à tout prix un autre Liberty Reserve, le scandale de blanchiment d’argent qui avait frappé New-York en mai 2013 !

Pour bien comprendre le bitcoin et les monnaies virtuelles, une lecture du dossier « Bitcoin : monnaie virtuelle mais risques réels » s’impose.

Extraction propre : le Canada n’y est pas

Ce n’est pas la première fois qu’on soulève le principe, primordial, d’une extraction aurifère propre et respectueuse de l’environnement et des hommes. Cette semaine, c’est le quotidien français SudOuest.fr qui se penche sur la question de l’extraction de l’or… au Canada. « Un des plus gros pollueurs du monde se pose en défenseur de l’environnement alors qu’il néglige ses engagements », estime l’article du 20 juillet, qui parle de renommée « trompeuse » du pays. Un tour du monde des bons et des mauvais élèves pour faire le point ?

La Chine assoit sa monnaie auprès des plus grands

Selon CRI Online, qui s’appuie sur une étude de l’Université du peuple à Beijing, en Chine, « le yuan peut devenir la troisième plus importante monnaie mondiale d’ici 2020, derrière le dollar et l’euro ».

La Banque Populaire de Chine a en effet signé des accords d’échanges de monnaies avec 23 pays. Et elle a aussi élevé l’attractivité du yuan. « En 2013, l’indice d’internationalisation du yuan a grimé à 1.69. Selon cette étude, s’il continue sur cette lancée, le yuan pourra dépasser le yen et la livre sterling d’ici 2020 », estime l’article, daté du 20 juillet. En n’oubliant pas que le poids du yuan s’appuie aussi sur les réserves d’or chinoises !

Ce n’est pas un signe de bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade… Le Contrarien Matin du 25 juillet 2014

25 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 25 juillet 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Les États-Unis sont un pays particulièrement surprenant. Capable du meilleur comme du pire, pays de la démesure aussi bien géographique, économique que « sociale ». Historiquement plutôt attirants, les USA deviennent ces dernières années plutôt repoussants tant les excès y sont nombreux y compris sur la scène internationale.

Alors je fais partie de ceux qui préfèrent être « seul » dans un monde devenu fou, et être bien adapté à nos sociétés malades ne doit pas être un objectif recherché. Sachons au contraire cultiver l’essentiel et les valeurs morales qui l’accompagnent.
Dans ce monde souffrant des pires calamités aussi bien naturelles, auxquelles nous ne pouvons pas forcément grand-chose, qu’humaines comme les guerres, les massacres, la misère contre lesquelles il n’y a aucune fatalité à part nos choix désastreux et notre envie d’autodestruction, je voulais partager avec vous deux informations absurdes sur ce futur ex-grand pays que sont les États-Unis,

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Microsoft vire 14 % de ses effectifs et la Holding Banco Espirito Santo est en faillite… !! Le Contrarien Matin du 21 juillet 2014

21 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 21 juillet 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C’est sans doute un nouveau signe de la reprise de la croissance aux États-Unis, qui je le rappelle était négative de l’ordre de 3 % au premier trimestre 2014 tout en sachant qu’une croissance négative portait le nom de « récession » en ancien français (une langue morte datant d’avant la crise de 2007 qui servit de déclencheur pour l’utilisation de la novlangue économique).

D’ailleurs, ce n’est pas le seul signe dans la forte reprise américaine et de la croissance mondiale puisque les mises en chantiers aux USA ont même chuté de presque 10 % alors qu’elles étaient attendues en hausse de 1,9 %.

Mais tout va bien puisque l’on vous demande de le croire. C’est donc une excellente nouvelle que de voir la société Microsoft se débarrasser de 14 % de ses salariés en virant 18 000 personnes dans le monde.

Cette nouvelle est évidemment une bonne chose à en croire le PDG (qui, lui, garde évidemment son poste) puisqu’il a déclaré : …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Tout est-il monnaie ? Les monnaies les plus insolites

18 juillet 2014

Une monnaie est une unité, un étalon de valeur, accepté par le plus grand nombre au sein d’une communauté comme moyen d’échange. A partir de cet accord, tout peut désigner une monnaie comme telle. Du sel aux Titcoins, nous passerons en revue les monnaies les plus insolites depuis l’histoire du commerce. Nous verrons aussi ce qu’est une bonne et une mauvaise monnaie et pourquoi l’or est l’une des plus anciennes et meilleures monnaies depuis 6000 ans.

Qu’est-ce qu’une monnaie ?
Dans son livre « De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation », Jean-Michel Cornu explique que pour qu’une monnaie fonctionne, celle-ci doit remplir 3 rôles :
- celui d’unité de compte : elle doit exprimer une valeur qui sert aux calculs comptables et économiques.
- celui de stockage de valeur, qui permet de conserver du pouvoir d’achat dans le temps.
- celui d’intermédiaire dans les échanges : cette fonction de standard d’échange permet d’acheter et de vendre à un moment ultérieur à celui du troc.
Ensuite, afin qu’une monnaie puisse « prendre », il faut qu’il y ait un contrat tacite de confiance entre l’émetteur et l’utilisateur. C’est le sens d’une monnaie fiduciaire ou dite de confiance.

L’un des premiers « outils » à avoir servi d’unité de mesure a été le troc, une révolution dans l’histoire du commerce puisque l’homme passe d’une action unilatérale à un accord gagnant-gagnant. Mais le système montre vite ses faiblesses car il est plus ou moins équitable.
Le sel est le premier produit d’échange universel, rare, divisible et indispensable à la conservation des denrées.

Jusqu’à la frappe des premières pièces en métal, il n’y avait qu’un pas à franchir. Très prisés pour leur rareté et leur production exigeante, les métaux précieux comme le bronze, le cuivre, l’argent et surtout l’or deviennent le moyen de change incontournable du commerce.
De par leur malléabilité, on peut donner à ces métaux la forme et le poids désirés. Une fois fondu dans un moule en terre, la forme naturelle qui se dessine est un rond. Puis on les frappe d’un symbole, ou à l’effigie d’un roi afin d’établir une reconnaissance universelle de la pièce.
Voilà en gros ce qui continue de caractériser une pièce en métal : la valeur de son composant, la forme ronde, et la frappe à l’effigie d’une nation.
Sauf que tout au long de l’Histoire, quelques monnaies se sont échappées de ce schéma classique tout en conservant ce rôle de monnaie d’échange.

Des monnaies anciennes originales

Des monnaies non métalliques
En Micronésie, il existe un moyen de paiement qui circule (façon de parler) toujours depuis des siècles, pour ne pas dire plus : les pierres en roche d’aragonite de l’île de Yap (le « rai »), pouvant faire jusqu’à 4m de diamètre et peser 15 tonnes.
Vous pourrez lire au cours de cet article passionnant comment de simples pierres ont acquis autant de valeur auprès des habitants. Le plus étonnant avec cette encombrante monnaie est que les transactions s’effectuaient à partir de cette pierre sans que celle-ci se déplace, malgré le changement de propriétaire. L’anecdote la plus frappante à ce sujet est celle d’une riche famille de l’île qui possédait une énorme pierre que personne n’avait jamais vu du fait qu’elle avait coulé au fond de la mer. Personne n’avait jamais mis en doute la véracité des assertions de la famille : une vraie monnaie de confiance !

Monnaies insolites - Pierres de l'île de Yap

Monnaies insolites - Pierres de l'île de Yap

Dans le même ordre d’idée, la province chinoise de Jiangsu utilisait des plaquettes de bambous à la fin du XIXe et au début du XXe siècle comme monnaie, apprend-on sur le site monnaiesdumonde.net. Un support sans valeur, celle-ci résidait en fait dans le (re)nom de la société émettrice gravée sur les plaquettes.

Dans l’Antiquité, des jetons de matières et de motifs divers servaient aussi de monnaie d’échange. On a ainsi retrouvé les premières « monnaies porno » : des tessères (tessera, jetons) de nature très spéciales qui servaient de laisser passer dans les antiques bordels de Rome. Pas question de payer avec une pièce à l’effigie de Jules César !
Ces « tessères spintriennes » (jetons dédiés à la débauche) comme celui-ci-dessous, de très bonne facture en pâte de verre, donnaient droit à l’entrée dans une maison close probablement réputé.

Spintria en verre - monnaie porno (c) blog.lavoiedubitcoin.info

spintria en verre (c) blog.lavoiedubitcoin.info

Des monnaies métalliques

On retrouve des spintriae de plomb jusqu’en Angleterre. Ces monnaies « très locales » avaient un usage dédié aux lieux de plaisir. Vous pourrez vous repaître de monnaies pornos métal de l’Antiquité au début du XXe siècle, dans cet excellent dossier de lavoiedubitcoin.info.

Dans un genre moins coquin mais tout aussi original, le blog numismatique cgb.fr nous fait découvrir les monnaies « gouttes » russes. Ces monnaies frappées entre le XVIe et le XVIIIe siècle se caractérisent par leur petite taille, leur minceur et leur forme irrégulière, d’où leur surnom de goutte. Il s’agissait à la base de fils d’argent ou de cuivre roulé puis fondu.

Dans son ouvrage sur « La Fiscalité des métaux précieux », Yannick Colleu fait mention de pièces à cours légal de formats vraiment atypiques, comme le lotus lunaire de 15$ canadien, les pièces cylindriques en argent des îles Cook, ou encore la pièce de 15$ australien de forme rectangulaire.

On peut voir sur ce blog d’autres formes de pièces originales : carrés, hexagones, heptagones, octogones…

Les monnaies modernes atypiques
Les Mints actuelles (maisons de la monnaie qui frappent les pièces) ont surfé sur les traces de ces monnaies métal de format original pour laisser libre court à leur imagination… et à leur mauvais goût.

C’est ainsi que sont nées les pièces dinosaure fluorescentes (je vous défie de payer votre baguette avec), les « pièces d’investissement » Hello Kitty et autres pièces gadget de ce genre.

 

Pièces en or Hello Kitty

Pièces en or Hello Kitty

Si vous voulez en avoir plein les yeux, vous pouvez voir d’autres phénomènes de pièces insolites sur le site tresordupatrimoine.fr.

La plupart de ces pièces sont destinées à une cible marketing de collectionneurs et d’enfants… Bien qu’elles puissent représenter un intérêt en termes d’investissement lorsqu’elles sont composées de métaux précieux, elles sont souvent survendues avec une cote de départ généralement élevée du fait de leurs motifs « extravagants ». Donc peu intéressantes en fait, et vite démodées…

Enfin, qui a dit que l’argent n’avait pas d’odeur ? Certainement pas la Monnaie de Palau qui frappe des pièces parfumées à la noix de coco ou brise marine.
Si l’argent (la plupart du temps) n’a pas d’odeur, parfois elle est carrément invisible. C’est le cas des crypto-monnaies.

Les monnaies dématérialisées (ou crypto-monnaies)
Le XXIe siècle aura connu l’avènement des crypto-monnaies, des monnaies électroniques en pear-to-pear hors-circuit bancaire qui utilisent la cryptographie pour valider les transactions et créer de la monnaie virtuelle. Les transactions elles, sont bien réelles. La plus connue est le Bitcoin, monnaie alternative par excellence mais très sujette à spéculation.

Cela n’a pas empêché la start-up Xapo de lancer une carte de crédit dédiée aux Bitcoins d’ici à deux mois.

La folie Bitcoin ne s’arrête pas là. Pour surfer sur le succès du Bitcoin, le site pornographique Pornhub s’est offert un bon coup de pub en lançant l’idée du Titcoin. On dit « payer en monnaie de singe » pour désigner une monnaie sans valeur, mais saviez-vous que l’on peut désormais payer en monnaie de seins ?
L’idée consiste à payer auprès des commerçants équipés en montrant ses seins qu’il suffit à ces dames de photographier et de transférer au vendeur. L’application Titcoins ne verra (hélas) sans doute pas le jour du fait qu’elle est assimilée à de la prostitution.

Ces monnaies, rares et alternatives, ne font pas pour autant de « bonnes monnaies ».

Qu’est-ce qu’une bonne monnaie ?
En effet, nous avons vu en début d’article les caractéristiques d’une monnaie, mais qu’est-ce qu’une bonne monnaie ?

Cette histoire, co-écrite par Louis Baudin et Jean-François Faure illustre à merveille les vertus d’une bonne monnaie. Si dans un contexte quasi post-apocalyptique l’œuf remplit les trois fonctions d’une monnaie, en revanche, sa fragilité et son caractère périssable n’en font pas un parfait instrument de réserve de valeur à long terme.

Une monnaie doit être une valeur dans laquelle on puisse se réfugier en cas de crise, d’années de déflation puis d’inflation massive, comme décrit dans l’histoire de l’œuf.

Ce qui fait par exemple la valeur d’un Napoléon or plus d’un siècle après sa frappe, c’est qu’il est constitué d’or, un métal inaltérable qui sert de monnaie d’échange depuis des millénaires, que sa valeur est établie et indexée et qu’il bénéficie d’une reconnaissance mondiale.

Les monnaies atypiques représentent un intérêt pour le collectionneur, leur valeur peut être inestimable avec le temps, et les monnaies virtuelles représentent un intérêt dans la mesure où elles sont hors-circuit bancaire, mais ce ne sont pas de bonnes monnaies pour autant. Si ce ne sont pas des moyens de paiement périssables ou reconnus dans le temps, ces monnaies ne sont pas échangeables contre des biens de consommation courante en temps de crise, comme le sont l’or et surtout l’argent.

Nous n’avons pas évoquées les monnaies locales dans ce dossier pour maint raison, notamment parce qu’elles sont devenues banales et parce qu’elles ne sont en fait que des « sous-euros » à l’échelle locale.

La Vera Valor est l’exemple d’une bonne monnaie atypique. Cette pièce aux caractéristiques hors du commun est une monnaie refuge par excellence. Cette pièce-lingot possède un QR code sur son revers qui permet d’authentifier la pièce et la rend infalsifiable. C’est la seule au monde à disposer d’un tel procédé. Issue de la « Clean extraction », elle est composée à 100% de l’or vert avec un titre exceptionnel de 999.900 ‰.

 

Vera Valor avers et revers

Vera Valor avers et revers

Vous avez bien compris que l’or revêtait à nos yeux toutes les vertus d’une bonne monnaie. Mais est-il encore possible de d’effectuer des transactions avec de l’or ?

Payer en or, c’est possible !
Au sujet de l’or comme moyen de paiement, Yannick Colleu, le spécialiste de la fiscalité des métaux précieux écrit à ce sujet (en commentaire, sous cet article) : « Un moyen de paiement légal est un objet, métallique, en papier, en bois ou en ce que l’on veut, auquel un État souverain octroi un pouvoir particulier par un acte souverain. Ce pouvoir lui confère la capacité à annuler légalement une dette entre citoyens, voire l’obligation d’être reçu en annulation d’une dette. Que ce moyen de paiement soit en cuivre ou en or, rien n’y change ? Que ce moyen de paiement soit en circulation courante ou en circulation restreinte rien n’y change non plus ».

Pour autant, il est actuellement possible d’effectuer une transaction courante directement en or ou en argent. Mais il existe des systèmes ingénieux comme la VeraCarte qui permettent de payer avec une carte de paiement adossée sur un compte alimenté en or physique.

 

 

Revue du web du 18 juillet : tensions géopolitiques et cours réel de l’or

18 juillet 2014

Une revue du web 100% or, avec une accélération des tensions géopolitiques qui s’intensifient en cette fin de semaine, qui va inéluctablement jouer sur le cours de l’or. Cours de l’or qui est revenu, comme par hasard, à sa valeur spot de 1300$ cette semaine. Sur loretlargent.info, cette baisse inopinée nous ferait sourire si le contexte belligérant de part et d’autre du monde n’était pas aussi tragique… Il va être difficile, compte tenu des événements dramatiques qui se déroulent actuellement en Palestine et en Ukraine de continuer de « maintenir » le cours de l’or bien en-dessous de sa valeur…

La hausse de l’or ? Ca ne pouvait pas durer…
Cette semaine, le cours de l’or est repassé à une valeur spot de 1300$. Selon l’excellente analyse publiée le 16 juillet par Paul Craig Roberts, d’Institute for Political Economy, en début de semaine, l’or a été soumis à une série de « flash crashes » opérés par des « HFT » (des traders à haute fréquence) visant à refroidir et perturber les élans naturels du cours de l’or, à la hausse depuis début juin. L’article « Insider Trading and Financial Terrorism on Comex » est en anglais, mais vous pouvez le traduire grâce à Google.

Des tensions géopolitiques qui s’intensifient
Avec l’incursion terrestre d’Israel à Gaza ce jour et la bourde commise semble-t-il par des séparatistes ukrainiens pro-russes sur un avion civil (ayant coûté la vie à 298 passagers), l’or va donner du fil à retordre aux manipulateurs les plus émérites.

La catastrophe du crash du vol MH17 a déjà frappé de plein fouet Wall Street, signale cet article. « Après avoir atteint un nouveau sommet historique hier, l’indice S&P/TSX a cédé 21,86 points (-0,14%) durant la séance d’aujourd’hui pour clôturé à 15 204,48 points. Le cours de l’or, qui a grimpé de 1,53%, a eu l’effet d’un parachute », est-il précisé.

Le « maintien de l’or à la baisse » était déjà flagrant cette semaine, mais si l’or continue de stagner la semaine prochaine autour des 1300$ l’once, les tentatives de manipulations seront encore plus grossières.

L’or à 15 000 $ ou 1 550 $ ?
Pour faire suite à ces spéculations, nous vous invitons à lire l’excellente chronique de la quotidienne Agora publiée le 15 juillet sur la valeur réelle de l’or. Si selon les estimations du GATA (Gold Anti-Trust Action Committee) le rapport entre la quantité d’or physique et d’or papier est bien de 100, et que le prix du fixing (…) de l’or devait prendre en compte un prix « physiquement livrable », les cours devraient littéralement exploser et atteindre des prix stratosphériques, explique Cécile Chevré.

L’or, plus que jamais un investissement engagé
Dans un contexte de tricherie, de crise économique et de conflits mondiaux qui viennent se surajouter par-dessus, l’achat d’or (physique) est un acte de contestation qui permet de conserver son patrimoine financier loin des banques (lu sur le site hellocoton.fr).
Le diamant, vendu sous forme fractionnée, est de même un excellent outil de diversification, hors système et avec une fiscalité avantageuse (tel qu’il est vendu sur la plateforme InvestDiamond.com par exemple).
Vous pouvez en savoir plus sur le blog DiamondSpot.com qui diffuse de bonnes notes pédagogiques sur le diamant d’investissement.

Selon la BRI : si nous étions préoccupés par l’endettement excessif en 2007, nous ne pouvons pas être plus détendus aujourd’hui… !! Le Contrarien Matin du 18 juillet 2014

18 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 18 juillet 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C’est encore et à nouveau à Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph, dont je pense qu’il est actuellement le meilleur journaliste économique d’Europe, que l’on doit ce papier passionnant où il est allé écouter pour nous tous Jaime Caruana qui n’est rien de moins que le patron (fort peu médiatique) de la BRI, la banque centrale des banques centrale, BRI signifiant « banque des règlements internationaux ».

Jaime Caruana s’adressait aux participants du XXIIIe Congrès international des banques à Saint-Pétersbourg et voici ce qu’il a dit… Vous pourrez constater que lui aussi est un « grand optimiste »… ce qui non seulement est ironique mais surtout, au-delà, me rassure sur mon « pessimisme » qui à en croire l’ensemble des déclarations récentes et de plus en plus nombreuses commence à s’avérer plus que fondé.

« L’économie mondiale est tout aussi vulnérable à une crise financière comme celle de 2007, avec le danger supplémentaire que les ratios d’endettement sont maintenant beaucoup plus élevés et que …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

La taxe sur l’air que l’on respire ! Enfin, ils y ont pensé… !! Le Contrarien Matin du 17 juillet 2014

17 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 17 juillet 2014

 

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

« Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons… » Cette citation serait de Lénine bien que finalement, personne n’en soit certain, ce qui est sûr en revanche c’est le sens de cette phrase qui, en quelques mots à peine, résume parfaitement ce qu’est la logique du capitalisme. Dans un tel système et en l’absence de contre-pouvoir qu’ils soient politiques, moraux, religieux, ou encore économiques, tout finira par se vendre et s’acheter. Tout y compris ce qui pourrait passer comme une évidence de « gratuité » comme par exemple… l’air que nous respirons.

L’information que vous allez découvrir un peu plus bas pourrait prêter à sourire, pourtant elle doit en réalité profondément vous inquiéter. Ce qui n’est aujourd’hui qu’une exception finira bien par s’étendre, d’ailleurs à la même vitesse que s’étendent les pollutions atmosphériques auxquelles nous sommes soumis.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

France : l’interview présidentielle du 14 juillet désapprouvée par la presse… ! Le Contrarien Matin du 16 juillet 2014

16 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 16 juillet 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Voici le résumé des impressions (mauvaises) laissées par le président lors de sa traditionnelle allocution du 14 juillet par l’agence de presse chinoise Xinhua :

« L’interview télévisée que le président français, François Hollande, a donnée lundi soir dans une tentative de défendre sa méthode et ses réformes a été accueillie de façon plutôt sévère par la presse française.

«Soucieux de mieux incarner la fonction, le chef de l’État a choisi d’en rester aux généralités. Présider, c’est survoler», écrit le journal L’Opinion.

Si le chef de l’État a tenté de convaincre les Français du bien-fondé de ses décisions et de sa méthode, les médias français ne semblent pas convaincus par ses déclarations, à l’image du Figaro, pour qui le président de la République est un «bien étrange docteur» qui «diffuse lui-même la maladie, la propage et l’amplifie, puis vous annonce que, si vous êtes malade, c’est que vous le voulez bien».

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Les conséquences de la faillite ou les conséquences pour éviter la faillite sont les mêmes… ! … Le Contrarien Matin du 15 juillet 2014

15 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 15 juillet 2014

 

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Quoi que l’on pense de Charles Gave, qui pour certains est un vilain « ultralibéral », il n’en demeure pas moins que ses analyses économiques se révèlent très souvent justes et qu’il a su à travers son succès dans les affaires prouver sa pertinence et sur la durée, ce qui est beaucoup plus rare.

Son avis n’est donc pas, loin de là, à prendre à la légère. Or que nous dit Charles Gave de GK Research dans sa dernière note confidentielle du 11 juillet 2014 ?

« En 43 ans de carrière, c’est la première fois que je recommande une position de vente sur la dette française qui ne soit pas une position de couverture.

Aujourd’hui, je pense que le moment est venu de vendre à découvert la France.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Revue du web du 11 juillet : crise, valeur refuge et fixing

11 juillet 2014

L’or revient sur le devant de la scène à chaque retour de crise (financière, géopolitique, monétaire…). Faut s’en étonner ? Non mais plutôt s’en réjouir, surtout si cette hausse tend à se consolider tout l’été. Plusieurs facteurs favorisent le retour de la valeur refuge et la modernisation du fixing devrait apporter plus de transparence au cours de l’or.

Le retour de l’or refuge, épisode 3785
L’or retrouve des couleurs et la presse s’enflamme à nouveau pour le métal jaune qui retour grâce à ses yeux. « Le marché de l’Or : un refuge rassurant en temps de crise », titrait La Nouvelle Tribune le 07 juillet dernier, pour Les Echos, « L’or refuge revient en force » (11/07/2014)… L’or n’a pas fini de faire couler de l’encre cet été, la tendance étant un renforcement à la hausse. L’or a fait la nique aux prévisions pessimistes des « experts » durant ce premier semestre 2014, avec une hausse constante de l’ordre de 10% depuis le dernier fixing du 31 décembre 2013.
Jean-Charles BOUTELIER – Investisseur actif chez AuCOFFRE.com, évoque « une addition de facteurs stimulants pour l’or: tensions géopolitiques (Irak, Ukraine), faiblesse du $, baisse des rendements obligataires, maintien du Q.E. à un taux bas… », dans cette note du 07 juillet dernier sur loretlargent.info. L’or caracole aujourd’hui allègrement au-dessus de 1330$, son plus haut niveau depuis le 20 mars dernier. Le malheur des uns fait le bonheur de l’or…

Le retour de la crise, épisode 479
Parmi les facteurs favorables à l’or, on peut rajouter Banco Espirito Santo au bord du gouffre.
Alors que le marché boursier est touché de plein fouet par les problèmes financiers de la banque plus grande banque portugaise, l’or lui rebondit en atteignant ce jour (11 juillet) 1335$.
Vous aviez oublié la crise financière qui avait provoqué la faillite de banques comme Lehman Brothers en 2008 ? « Portugal : la crise de Banco Espirito Santo réveille les vieux démons », titre Libération qui nous rafraîchit la mémoire dans cet article du 11 juillet. N’oubliez pas que c’est ce type d’effondrement qui avait concouru à un rallye de l’or jusqu’en 2013, et que la crise débutée en 2008 n’est pas finie.

Refonte du système de fixing du cours de l’or
Toujours d’après Jean-Charles Boutelier, la réforme du système actuel d’établissement de ces cours est également favorable à l’or, qui devrait gagner en transparence. Car il est évident que pour de nombreux spécialistes, le cours de l’or est bien en-deçà de sa valeur.
Ce processus qui va conduire à un nouvel indice de référence de l’or devrait permettre à plus de banques de participer au fixing, précise La Nouvelle Tribune dans son édition du 10 juillet.

Julian D. W. Phillips, éditeur de Gold Forester, va plus loin dans son analyse. Dans cet article du 09 juillet relayé par 24hGold, il stipule que le fixing tel qu’il est établi actuellement « représente le plus gros du volume d’or échangé deux fois par jour ». C’est notamment cette « représentativité » du plus gros volume d’or échangé dans le monde deux fois par jour qui est remis en question. « Le fixing représente peut-être 90% du négoce d’or physique à l’échelle globale, mais certainement pas des contrats. » précise-t-il. Pour un échange vraiment représentatif, le comité chargé de fixer les prix de l’or devrait intégrer Shanghai, compte tenu de la prépondérance de la Chine sur le marché de l’or.
Une chose est sûre, le vent tourne, les richesses sont en train de passer de l’Occident à l’Orient et cela ne peut qu’avoir des répercussions majeures et fondamentales sur le marché de l’or.

L’or, pas en odeur de sainteté au Vatican
A cause de la dévaluation des cours de l’or en 2013, le Saint-Siège aurait accusé l’an dernier une perte théorique de 14 millions d’euros l’an dernier. « Quoique théoriques, ces données ont été comptabilisées en pertes dans la gestion financière pour respecter les critères de prudence du règlement ad hoc Vatican », rapporte dhnet.be le 08 juillet.
Si l’or poursuit sa hausse au second trimestre 2014, la donne devrait donc s’inverser pour le Saint-Siège et, gageons le, compenser la perte totale de 24,47 millions d’euros (dépenses en personnel et imposition sur les biens immobiliers en Italie compris).

France : attention la croissance, c’est pas pour maintenant

11 juillet 2014

Comme tous les ans, l’INSEE publie son rapport de plus en plus déprimant sur les revenus et le patrimoine des Français. La situation ne s’améliore pas compte tenu d’une économie mondiale atone. C’est-à-dire que même si les Etats-Unis ont du mal à redresser la pente, on voit mal comment les wagons pourraient suivre… Et nous, qu’est-ce qui nous attend dans notre microcosme français ? Ce n’est pas folichon !

Intensité de la pauvreté, pauvreté monétaire, faible ou mauvaise performance des livrets, PEL et CEL, assurances-vie, aversion pour le risque… Un constat toujours déprimant du niveau de vie qui continue de se dégrader en France et partout en Europe. L’épargne des Français est toujours aussi élevée mais tend à stagner, notamment faute de plus-values issues de l’épargne immobilière à réinvestir ailleurs.

[MAJ du 11/07/2014] Livret A : nivellement vers le bas et rendement nul, le pouvoir d’achat des Français au ras des pâquerettes
L’Etat veut que les Français dépensent ! Avec une baisse de 1,25% à 1% (voire 0,75%) du taux du Livret A en août 2014, le message est clair. La rémunération du livret réglementé le plus populaire de France atteint un nouveau record historique vers le bas depuis sa création en 1818. Actuellement fixé à 1,25%, le taux du livret A devrait mécaniquement être de 0,50%. Il a été décidé que le taux du livret A serait abaissé en cohérence avec celui du directeur de la BCE à 0,15%, (son plus bas niveau historique aussi).

Comment s’effectue le calcul du taux du Livret A ?
Le taux du livret A est calculé par la Banque de France quatre fois par an, chaque 15 des mois de janvier, avril, juillet et octobre.
Lorsqu’il est informé du niveau d’inflation (qui est actuellement très faible), c’est le Gouverneur de la Banque de France qui décide si la rémunération du Livret A doit suivre ou non la formule qui permet son calcul. Si le gouverneur choisit d’appliquer la formule, sa décision est appliquée, s’il y déroge, c’est le gouvernement qui tranche.

Le calcul du taux du Livret A est basé sur la moyenne de plusieurs taux de référence : EURIBOR, (truqué), Eonia, taux d’inflation des 12 derniers mois (hors tabac).

La rémunération du livret est égale à l’inflation majorée de 0,25 point (pour préserver le pouvoir d’achat des ménages).

La baisse du taux du livret A devrait permettre, selon le gouverneur de la Banque de France, de relancer la croissance, au point mort. Les taux des dépôts de l’épargne doivent selon lui refléter cette évolution à la baisse.

Une mauvaise nouvelle pour les épargnants, mais pas pour le secteur immobilier, car le repli du taux du Livret A implique une baisse du coût des crédits pour les offices HLM.

L’emploi en berne

Les prévisions de l’INSEE ne vont ni dans le sens du gouvernement, ni dans celui des chercheurs d’emploi. Selon l’institut, le chômage devrait augmenter de 0,1 point pour le second semestre 2014, avec un taux de 9,8% en métropole.

La note de conjoncture du mois de juin 2014 indique que la croissance ne devrait pas décoller avant 2015 : « La faiblesse de la croissance en France ne permet pas d’anticiper de franche amélioration sur le front de l’emploi ». Et sans emploi, pas de croissance, la France est, comme de nombreux pays, entrée dans un cercle vicieux depuis la crise de 2008. L’industrie se montre frileuse, n’investit pas et perdrait 20 000 emplois en 2014 (une perte toutefois moins grave qu’en 2013 : -51 000).

Pour tout arranger, le fameux plan d’économies de 50 milliards d’euros de Manuel Valls pour rembourser aux banques commerciales, rappelons-le, la dette astronomique que « l’ensemble de l’impôt sur le revenu suffit tout juste à payer le service les intérêts », menace en outre 250 000 emplois, selon la rapporteure générale du Budget.

Comment dans ce contexte « créer de l’offre », comme le suggère Christine Lagarde afin de stimuler une économie mondiale en berne ? « La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, plaide pour «renforcer les capacités de l’offre» afin de faire face à une reprise de l’activité mondiale «moins forte que prévue», relaie le site bienpublic.com.

Des revenus à l’asphyxie

Le Français qui travaille voit son pouvoir d’achat baisser. Selon le rapport publié par l’INSEE sur les revenus des Français publiés en juin 2014, le revenu disponible brut (RDB) des ménages (ensemble des revenus d’activité et de la propriété) est encore au ralenti.

INSEE revenus de 6 pays dans le monde

INSEE revenus de 6 pays dans le monde

Dans ce contexte, on peut comprendre que les Français aient plus de mal à épargner et qu’ils soient déçus par des placements qui ne rapportent plus grand-chose.

Des placements qui ne rapportent plus rien

Evidemment, dans un contexte aussi morose, le patrimoine des Français, qui piochent de plus en plus dans leur bas de laine pour arriver à couvrir leurs dépenses courantes, bat de l’aile.
Les Français les plus jeunes et les plus âgés, les plus faibles économiquement, sont ceux qui épargnent le moins.
L’épargne de précaution est révélatrice des disparités entre les Français révèle le rapport de l’INSEE sur le patrimoine.

Le rapport fait état des différents placements des Français. Leurs placements préférés sont ceux à rendements réglementés, dont on peut voir sur le schéma ci-dessus que le rendement nominal est en baisse constante depuis 10 ans.

INSEE_2014_rendement-placements réglementés

INSEE_2014_rendement-placements réglementés

Le rapport indique aussi une vraie aversion des Français pour le risque, au bénéfice des produits d’épargne réglementée ou des fonds euros dans leurs contrats d’assurance-vie.

En outre, le rendement réel des obligations d’Etat à 10 ans et des contrats d’assurance-vie en euros n’a pas été à la hauteur ces 20 dernières années, comme le montre ce graphique :

INSEE-2014-obligations-assurances-vie

INSEE-2014-obligations-assurances-vie

L’or et l’argent, des placements qui rapportent toujours

Quitte à placer ses économies dans un placement au rendement nul, autant se tourner vers l’or qui, contrairement aux produits bancaires, même les plus sécurisés, a plus de chances de rapporter dans les années à venir qu’un Livret A.
Et quand bien même l’or ne rapporterait rien, il préserve au moins le pouvoir d’achat, ce qui, compte tenu du différentiel prix de la consommation en hausse/salaires stagnants, n’est pas le cas des produits d’épargne libellés en euros.

L’or et l’argent qui fautent d’avoir rapporté en 2013 qui a marqué la fin d’un rallye pourraient s’avérer à nouveau rentables. Mais la rentabilité n’est pas la fonction première de l’or, cet « actif mort » qui ne sert qu’à… assurer le patrimoine et préserver du pouvoir d’achat. Même si on préfère évidemment un or haussier (quitte à en acheter, autant qu’il rapporte un jour), l’or est un parfait outil de transmission patrimoniale qui, quel que soit son cours au moment de la transmission, aura toujours de la valeur.

Sur 10 ans de placement dans l’or, qui a été perdant ? Ceux qui ont investi dans les minières et dans les ETFs (et encore ça se limite à des pertes sur la seule année de 2013 en 12 ans de hausse constamment régulière).

Finance, mon nouvel ami !
Non finalement, la finance n’est plus cet ennemi sans visage qu’entendait dénoncer et réguler François Hollande dans son discours de présidentielles en 2012.
Je vous invite à lire les commentaires de Charles Sannat dans l’édito du 7 juillet du Contrarien. « Notre amie c’est la finance : la bonne finance », a dit Michel Sapin. Ce volte-face n’a rien de rassurant pour l’épargne de la classe-moyenne que la « bonne finance » fera tout pour pomper au maximum.

 

La crise de derrière revient sur le devant… ! … Le Contrarien Matin du 11 juillet 2014

11 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 11 juillet 2014

 

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je crois que nous ne sommes pas encore au bout de nos peines mes chers amis, mais en attendant, qu’est-ce que l’on rigole quand même !!

Oui on rigole bien parce que cela va faire presque deux ans que l’on m’explique que la reprise est définitivement là, que le pire de la crise est bien derrière nous, que tout va de mieux en mieux, que le chômage va baisser, d’ailleurs que même aux États-Unis c’est presque le plein-emploi alors si tout cela ce n’est pas une sacrée reprise je ne sais pas ce qu’il vous faut.
Alors l’or a baissé certes, mais finalement point d’effondrement comme cela fut pronostiqués par de nombreux oiseaux de mauvais augure en réalité « optimistement » béats et croyant dur comme fer à la propagande de nos États et de nos autorités économiques diverses et « avariées » chargées de remonter au cric le moral du consommateur insolvable en le priant de continuer à acheter encore plus de bidules dont il n’a pas besoin avec de l’argent qu’il n’a pas.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Discrimination : mise en place du CV anonyme… une nouvelle usine à gaz ? … Le Contrarien Matin du 10 juillet 2014

10 juillet 2014

Le Contrarien Matin du 10 juillet 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, je suis un grand pourfendeur des mesures purement cosmétiques, qui coûtent cher à la collectivité et ne règlent aucun problème, voire même en créent d’autres nouveaux en plus des anciens.

Avec l’histoire du CV anonyme, nous entrons évidemment en plein dans cette typologie d’idioties économiques même si l’idée en elle-même est pleine de gentillesse et de générosité.

Discriminations : le Conseil d’État ordonne la mise en place du CV anonyme

C’est un article du Parisien qui revient sur cette loi de 2006 – mais qui n’a jamais été appliquée et pour cause dans la mesure où les décrets d’application n’ont jamais été publiés. Cette loi rendait obligatoire l’utilisation de CV anonymes pour les entreprises de plus de 50 salariés avec pour objectif de lutter contre les discriminations.

Le Conseil d’État a donc donné 6 mois au gouvernement pour rendre ce texte applicable en publiant officiellement le décret.
> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Tour du monde : les pièces d’or et d’argent nord-américaines

9 juillet 2014

Cet été, Loretlargent.info propose un tour du monde des pièces d’or et d’argent d’investissement. Avec un zoom sur les pièces nord-américaines, marquées par l’histoire : quand on parle de dollar, on parle aussi de ruée vers l’or, de conquête de l’Ouest et d’un élément fédérateur de la Constitution des Etats-Unis. Mais on parle aussi du Canada et de son patrimoine. Tour d’horizon des pièces nord-américaines.

Les Etats-Unis entre conquête de l’Ouest… et valeurs sûres

Le Buffalo, un autre témoin de l'histoire des Etats-Unis

Le Nouveau-monde, ses promesses d’une liberté nouvelles, sa conquête de l’Ouest… et ses luttes pour l’indépendance et l’égalité. Les Etats-Unis sont une terre jeune, mais néanmoins chargée d’histoire ! Celles de ses pièces d’or et d’argent peuvent en témoigner.
Le dollar est né après la guerre d’Indépendance, en 1792. Premier système monétaire décimal au monde, il a aussi très vite ses premières pièces… frappées en or de 22 carats. Jusqu’en 1933, quatre pièces d’or sont émises aux Etats-Unis : le cent, la dime, le dollar et l’aigle (Eagle), l’aigle étant l’unité de base.  A l’exception de certaines pièces comme le dollar en or, les monnaies étaient d’ailleurs liées à la valeur de leur métal.
L’histoire de la monnaie américaine est aussi marquée par de très belles pièces d’or : le dix dollars indien de Saint-Gaudens, le 20 dollars Liberty de Saint-Gaudens

En 1933, l’or est retiré de la circulation. Pendant plusieurs décennies, il est d’ailleurs interdit de détenir de l’or aux Etats-Unis. Un effet direct de la Grande dépression : en pleine crise économique, un décret de Roosevelt a obligé les Américains à restituer tout or physique au gouvernement. Le Gold Reserve Act est d’ailleurs resté en vigueur jusqu’en 1975…

Après cette date, de nouvelles pièces marquent l’histoire des Etats-Unis. Comme l’American Eagle moderne, frappée en 1986 à West Point.

Ces pièces américaines qui font référence

Pièce bullion reconnue dans le monde entier, l’American Eagle moderne est certainement une référence quand il s’agit de pièce d’investissement. C’est d’ailleurs un concurrent direct du Kruggerand sud-africain. Elle existe en plusieurs valeurs faciales : 5 dollars, 10 dollars, 25 dollars et 50 dollars (une once d’or), avec un titre à 916,67 °/oo. Référence à l’histoire de la monnaie américaine, l’avers est inspiré du design de la Liberty de Saint-Gaudens. Et symbole des Etats-Unis et de l’unité nationale, le revers représente un nid d’aigles.

Autre pièce bullion, la Buffalo, éditée en 2006. Tout comme l’American Eagle, c’est un condensé de l’histoire américaine. Un Amérindien est représenté sur l’avers, et un bison sur le revers. Elle a d’abord été frappée uniquement en une once d’or, mais se décline aussi depuis 2008 en ½, ¼ et 10e .
Son titre très pur (999,9 ‰ d’or, soit 24 carats) en fait aussi une excellente pièce de placement.

D’autres pièces, plus historiques, restent des références. Comme la Liberty de Longacre, qui fut la première pièce américaine de 20 dollars. En pleine ruée vers l’or californienne, et sous l’effet d’un afflux massif de métal précieux, les premières pièces de 20 dollars or ont été frappées. A valeur égale, il était alors plus facile, et moins coûteux, d’émettre une grosse pièce pour de nombreuses petites pièces !
La Liberty de Longacre présente la tête de la liberté et l’aigle. Elle est dessinée par James B. Longacre, qui y a laissé son initiale. Avec un titre de 900 ‰ et un poids de 33,43 grammes, elle représente 30,1 grammes d’or pur.

Et en argent ? L’American Eagle a une petite sœur, la Silver Eagle, certainement aussi un investissement d’avenir.

La Maple Leaf canadienne : une pièce d’avenir !

 

La Maple Leaf canadienne, une pièce d'investissement sûre

Le Canada est l’un des producteurs d’or les plus importants du monde. Le pays est jeune, mais très marqué par l’histoire minière : l’exploitation aurifère y tient une bonne place. Le Grand Nord a aussi connu sa ruée vers l’or : après 1896, le Yukon et le Klondike attirent de nombreux prospecteurs en quête du précieux métal.

Aujourd’hui encore, les Canadiens donnent une grande place à l’or. Ils disposent des plus grandes mines du monde, et de nombreuses compagnies minières sont canadiennes. Cela contribue à faire de la Maple Leaf un symbole du patrimoine canadien.

Mais plus encore, c’est aussi un investissement sûr pour les habitants : la pièce d’or bullion est l’une des pures : certaines ont un titre qui atteint le 999,99 ‰. Cela en fait une pièce connue et recherchée, même si elle est jeune (premières pièces en 1979). Elle est aussi particulièrement sécurisée : la Royal Mint a mis en place une micro-gravure au laser pour la rendre infalsifiable.  Et en argent, sa petite sœur est aussi réputée, avec un titre très pur de 999,90 ‰.

Le Canada exploite le Grand Nord aussi

Le Canada, c’est aussi le Grand Nord, ses animaux et ses légendes. La Royal Mint canadienne frappe régulièrement de nouvelles pièces d’or et d’argent directement inspirées de sa faune ou des images de la nature. Un des exemples les plus récents est sans doute celui du Loup hurlant, une pièce d’une once d’or pur, avec un titre de 999,99 ‰. Au revers, une œuvre de l’artiste canadien Pierre Leduc représente un loup hurlant vu de profil.

Mais attention néanmoins à ne pas tomber dans le piège des collectionneurs : il faut vérifier le titre de la pièce, ainsi que sa prime, pour être sûr d’acquérir une pièce d’investissement. Il est beaucoup plus intéressant de se tourner vers des pièces d’investissement reconnues et certifiées par des professionnels.

A lire aussi : Un vent de liberté sur les pièces sud-américaines

ENGLISH ESPANOL ITALIANO CHINESE

Recherche
Partager le Blog
Share |

Suivez-nous sur TWITTER :
http://twitter.com/GOLDCOINorg

Réflexions
" Ce qui compte pour un alpiniste, c'est son effort, c'est son adresse, ce sont ses muscles. La corde qui l'assure ne joue aucun rôle tant que tout va bien. Mais elle lui donne la sécurité. De même, l'or ne sert qu'à garantir la confiance. C'est un refuge. "