online viagra pas cher levitra generique font cialis pas cher solution priligy france pour les hommes dysfonction erectile
La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories
aucoffre

Revue du web de l’or du 17 avril 2015 : épargne, banques, inflation, impôts, marchés

17 avril 2015

Une semaine spéciale économie macro et micro, avec un faisceau d’indices réunis en une revue du web pas franchement optimiste. Epargne, banques, économie US, inflation, volatilité des marchés… Faites vos jeux, rien ne va plus ! Et sérieusement, il est encore grand temps de sécuriser vos placements avant le prochain krach…

Les Français craignent pour leur épargne

Le journal 20Minutes a relayé le 16 avril les résultats de la dernière enquête réalisée par l’Ifop pour AuCOFFRE.com en mars 2015. Selon l’enquête, 42% des Français n’ont pas confiance dans leur banque, c’est 6 points de plus qu’en 2012. Ils se posent notamment des questions sur les profits enregistrés par les banques, redoutant une explosion de la bulle bancaire. Signe de cette défiance, sur les 1.050 personnes interrogées, 47% craignent que leur banque ne fasse faillite. Inquiets, ils sont prêts à déplacer une partie de leur épargne dans l’or (1/4 des Français).

Martin Prescott répond à nos questions

Inquiets, ils ont raison de l’être ! Dans sa dernière vidéo datant du 16 avril, Martin Prescott, formateur et vétéran trader que nous suivons de près sur MoneyMakerEdge, nous a fait l’immense honneur de répondre à nos questions. Nous ferons ultérieurement un résumé de ses réponses dans une note de blog qui lui sera consacrée. Les réponses commencent à 29:44, mais n’hésitez pas à visionner la vidéo dans son intégralité, Martin y apporte des réponses sur la plus grande crise financière en formation. Instructif et éclairé !

Les méfaits du trading amateur

On vous aura prévenu ! Enfin, plus exactement l’Autorité des Marchés Financiers, via 20 Minutes ce 16 avril : « Le bilan 2014 du médiateur de l’Autorité des marchés financiers insiste sur les risques liés à la spéculation financière des particuliers sur Internet ». Le trading s’adresse plutôt à un public averti et plutôt à l’aise financièrement, et pas le contraire. Les « joueurs » prudents devraient sécuriser chaque gain réalisé dans l’or ou l’argent au lieu de le remiser ! Deux gourous de Wall Street y vont aussi de leur mise en garde (via 20 Minutes aussi), prévenant les patrons de 500 grandes entreprises américaines des risques encourus sur les marchés financiers et sur « la forte volatilité qui alimentent la réussite insolente, bien supérieure aux performances de l’économie réelle, que connaît actuellement la célèbre place financière ». La messe est dite.

Croissance US en baisse

A propos d’économie réelle justement, « Il n’y a pas de reprise aux USA autonome, forte et durable », annonce Charles Sannat dans son édito du jour. Ce qui corrobore et complète malheureusement les propos pessimistes (les contrariens diront « réalistes ») de Martin Prescott.

Inflation : augmentation des prix depuis 1995

Très intéressante infographie de l’évolution des prix des produits de base depuis 1992 du journal 20Minutes (encore !), publiée le 15 avril. Tous les prix ont augmenté, sauf les salaires, et les pâtes !

Impôts : n’oubliez pas de remplir votre déclaration !

Les Echos.fr (rubrique Patrimoine) dans son article sur l’imposition des plus-values, fait un rappel du régime fiscal spécial pour les métaux précieux. L’occasion de rappeler que vous ne devez pas oublier de remplir votre déclaration de revenus. Le guide de la fiscalité des pièces d’or peut vous aider, sinon votre conseiller AuCOFFRE.com.

Une nouvelle espèce SoNantes

Mercredi 15 avril, nous avons mis à jour notre dossier sur les monnaies complémentaires pour annoncer la sortie d’une nouvelle venue : la SoNantes. Le dossier date de 2012 mais il n’a pas pris une ride ! Le blog CGB revient sur la monnaie nantaise qui s’inscrit dans la tradition monétaire de la ville. Non spéculatives, favorisant l’économie locale, les monnaies complémentaires sont de vraies alternatives à l’euro défaillant.

Hoooo, finalement la croissance US… eh ben elle baisse ! … Le Contrarien Matin du 17 avril 2015

17 avril 2015

Le Contrarien Matin du 17 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Bon, je suis désolé mes chers amis, mais je n’ai pas pu résister à l’envie irrépressible de dire à ma femme (pour qui la croissance américaine est en train de nous sauver, ainsi que l’euro bas et le pétrole pas cher) que c’est bien Bibi qui avait encore raison…

Eh oui… « Je vous l’avais bien dit !! ». Hooo rassurez-vous, personne n’ose encore parler de récession américaine, pourtant on s’en rapproche bigrement.

Tout d’abord, petit rappel sur la version officielle de la formule de la croissance magique

Pour mémoire, souvenez-vous du raisonnement officiel. Grâce à des taux bas, des injections monétaires massives de la FED (les QE), un prix du pétrole au plus bas qui redonne du pouvoir d’achat aux ménages américains, alors la croissance est de retour, et elle sera forcément de plus en plus forte. Elle va ensuite tirer la croissance mondiale et nous serons tous sauvés des eaux… Youpi et tralala !!

Sauf que rien de tout cela ne se passe et c’est assez logique. La population vieillit…

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

63 % des Français pour moins de liberté… l’impôt sera désormais convivial !… Le Contrarien Matin du 16 avril 2015

16 avril 2015

Le Contrarien Matin du 16 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Un peuple de moutons finit par être dirigé par un gouvernement de loups… et il ne faut pas s’en étonner.

Comme vous le savez, le projet de loi sur la sécurité et pour lutter évidemment contre le terrorisme terrorisant ne sera bientôt plus un projet mais une loi.

Une loi liberticide avec le consentement de la population !

Lorsque l’on n’a rien à se reprocher, on n’a rien à cacher… Donc on peut être espionné sans que cela ne pose de problème. Donc vous laisserez vos clefs sur la porte afin que l’on puisse mettre micros et caméra dans votre salon car c’est exactement de cela dont on parle sans que personne ne s’émeuve ni que cela déclenche de manifestations de citoyens abasourdis par le recul des libertés individuelles, par l’augmentation de la répression.

Nous allons livrer au FN un arsenal juridique dont Hitler aurait rêvé !!

J’ai un défaut. J’ai une excellente mémoire. Je me souviens donc parfaitement des arguments que l’on utilisait dans ce genre de débat sur les libertés lorsque j’étais plus jeune.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Les monnaies complémentaires

15 avril 2015
L'abeille, monnaie locale à Villeneuve-sur-Lot

L'abeille, monnaie locale à Villeneuve-sur-Lot

Restées confidentielles ces dernières années, les monnaies complémentaires ou encore monnaies locales ou solidaires ont connu une véritable explosion ces deux dernières années (à peu près 5000 en 2009). Offrant une alternative à l’euro, ces monnaies répondent à une demande sociale et économique de manière équitable. Nous verrons au cours de ce dossier quels avantages elles offrent dans un contexte où les particuliers et les entreprises désirent de plus en plus être indépendants  des tribulations de l’euro.
Le sujet est plus que jamais d’actualité quand une monnaie parallèle en Grèce est évoquée pour apporter au pays un peu d’oxygène en matière de liquidités et relancer sa compétitivité.

[Mise à jour du 15/04/2015]

Une nouvelle monnaie voit le jour à Nantes : « SoNantes ».  Cette monnaie complémentaire à l’euro s’inscrit dans la tradition de Nantes. Elle devrait permettre d’accélérer et d’amplifier les échanges économiques locaux de la région de Nantes. Ne relevant pas du droit bancaire, cette monnaie n’a pas eu besoin d’autorisation spécifique, a décidé l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

En projet depuis 2006, la « Sonantes » a été finalement lancée le 19 décembre dernier par la Sonao, filiale du Crédit municipal, la Sonao, dotée d’un capital de 2 millions d’euros. Dans son passé, la ville de Nantes avait déjà eu recours à des monnaies de « nécessité », durant la Révolution française par exemple.

Pour payer en SoNantes, il suffit d’ouvrir un compte sur le site. Vous disposez ensuite d’une carte « non bancaire » qui permet d’effectuer des achats en SoNantes auprès de commerçants adhérents SoNantes. La SoNantes est la preuve que depuis la rédaction de ce dossier il y a 3 ans, les monnaies complémentaires sont loin d’être passées aux oubliettes, bien au contraire. Bien plus qu’une monnaie, la SoNantes est un véritable écosystème (dans le sens économique) local, une chaîne vertueuse comme c’est expliqué sur le schéma du site.
Les professionnels adhérant à la SoNantes avant le 28 avril bénéficieront d’une offre.

En savoir plus sur la SoNantes

1.    Définition d’une monnaie
Pour qu’une monnaie fonctionne, elle doit remplir 3 rôles :
- celui d’unité de compte : elle doit exprimer une valeur qui sert aux calculs comptables et économiques.
- celui de stockage de valeur, qui permet de conserver du pouvoir d’achat dans le temps.
- celui d’intermédiaire dans les échanges : cette fonction de standard d’échange permet d’acheter et de vendre à un moment ultérieur à celui du troc.

Ensuite, afin qu’une monnaie puisse « prendre », il faut qu’il y ait un contrat tacite de confiance entre l’émetteur et l’utilisateur. C’est le sens d’une monnaie fiduciaire ou dite de confiance.

Dans l’excellent livre de Jean-Michel Cornu, « De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation », ce dernier explique comment l’essor des transactions financières a contribué à fragiliser le système financier actuel. Gouvernements et collectivités sont obligés de se protéger face à ces instabilités créées par le système, tout en préservant leurs missions. En conciliant monnaies complémentaires et financement public, un état peut ainsi soutenir diverses activités (culture, économie locale, formation…) et permet par exemple aux entreprises et aux « actifs sans emploi » par exemple de ne pas se couper des moyens économiques en place.

L’intérêt de la cohabitation de plusieurs monnaies est de servir plusieurs objectifs, une nécessité quand la monnaie principale ne remplit plus ou mal ses objectifs.

2.    Vers un krach monétaire
Politique ultra inflationniste des Etats-Unis, éviction du dollar de la part de la Chine et du Japon, échec de l’euro comme monnaie commune, banques centrales qui sont passées de vendeuses à acheteuses nettes d’or, réintroduction croissante de l’or dans les échanges commerciaux… Autant de signes qui augurent un bien funeste krach monétaire à l’échelle mondiale.

Si l’on se réfère juste à la zone euro, les signes de crise de confiance dans la monnaie ne manquent pas. Il semblerait que l’euro ne remplisse plus son rôle de stockage de valeurs. Son rôle d’unité de mesure est plus que jamais fluctuant par rapport à un dollar maintenu artificiellement à taux bas. La valeur de l’euro varie avec les variations des taux d’intérêt.

Une monnaie complémentaire est là pour pallier aux désordres systémiques dont un pays peut pâtir. Ainsi, en cas de krach monétaire, une monnaie complémentaire permet :
-    d’éviter l’économie spéculative
-    de favoriser le lien social, la solidarité
-    de consolider l’économie locale
-    de faire face à une crise de liquidité
-    de libérer l’accès à la monnaie
-    de soutenir les petites entreprises, les artisans et les commerçants locaux.

3.    Comment se crée une monnaie complémentaire ?
Pour créer une monnaie complémentaire, il faut plusieurs conditions : créer une communauté de confiance et que celle-ci adhère à cette monnaie comme moyen de paiement dans un périmètre géographique bien défini.

Communauté et confiance
Bernard Lietaer (ancien haut fonctionnaire de la banque centrale de Belgique) définit la monnaie comme « l’accord au sein d’une communauté sur un standard d’échange » (in De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation).

Comment créer de la confiance quand on n’a pas encore de monnaie ? Il faut qu’une communauté (groupement de personnes ayant des intérêts communs) préexiste. Cette communauté de confiance peut se créer autour d’institutions mettant en place des règlementations.

D’un point de vue légal
En France, il n’est pas possible de battre une monnaie au niveau national. En revanche, une monnaie locale peut circuler sous certaines conditions, suite à de solides études. Trois années sont souvent nécessaires pour mettre en place une monnaie locale, le temps notamment de convaincre les entreprises locales et les futurs utilisateurs, de créer et d’imprimer les billets, d’obtenir des partenariats avec des banques. Les questions de sécurité sont aussi étudiées de près lors de la création d’une monnaie locale, pour rendre les billets ou les pièces infalsifiables.

L’utilisation d’une monnaie locale au sein d’un territoire prédéfini est la première condition à laquelle elle doit répondre. La deuxième est qu’elle ne peut être utilisée qu’auprès des organismes (commerçants, associations, entreprises…) ayant adhéré à ce système monétaire parallèle.

De Brest à Bordeaux, des exemples de monnaies complémentaires

L'heol, la monnaie solidaire brestoise

L'heol, la monnaie solidaire brestoise

A Brest par exemple, les commerces et entreprises qui souhaitent utiliser des heols (la monnaie locale), doivent au préalable obtenir un agrément. Il est attribué par l’Association pour le développement de l’économie sociale et solidaire (Adess) du Pays de Brest qui pilote le projet, sous réserve que la structure respecte une certaine éthique. Il faut par exemple qu’elle soit issue de l’économie sociale et solidaire ou qu’elle mette en avant une démarche de développement durable.

Pour favoriser l’utilisation de ces monnaies locales et décourager l’épargne, la monnaie perd de sa valeur au cours du temps. 2% par exemple à Toulouse pour la Sol Violette si les billets ne sont pas utilisés pendant trois mois. Pour les réactiver, il faut alors acheter un timbre d’une valeur de 2% du billet.

Pour éviter les conversions complexes, la valeur d’une unité de la monnaie locale équivaut à la valeur d’un euro.

Dans le Sud-Ouest, ça bourdonne autour de la M.I.E.L.
Le groupe Libournais en Transition est à l’initiative de la Monnaie d’intérêt économique local, (miel) monnaie locale libournaise. Dans un contexte de crises climatiques, énergétiques et économiques, cette monnaie « écolo » permet d’acheter des produits dans les commerces qui adhèrent à l’association Transition qui défend une éthique à trois piliers : prendre soin de la terre, des êtres vivants, et partager équitablement.

Ainsi, les boutiques et magasins ayant signé la charte s’engagent à vendre des produits qui respectent l’environnement et à se fournir auprès de producteurs locaux.

 

La sol violette toulousaine

La sol violette toulousaine

« Une monnaie qui donne du sens à nos échanges »
Cette monnaie légale devrait être émise d’ici fin 2012. Elle sera portée juridiquement par l’association Trans’Lib pour le compte des deux collectifs.
L’Abeille, monnaie locale créée il y a deux ans à Villeneuve-sur-Lot a fait des émules… Sol Violette à Toulouse, Eusko au Pays Basque, les monnaies locales fleurissent dans le Sud-Ouest !

Effondrement des ventes dans les hypermarchés !… Le Contrarien Matin du 15 avril 2015

15 avril 2015

Le Contrarien Matin du 15 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous n’êtes pas sans le savoir (expression ne signifiant pas grand-chose au demeurant), nous vivons une période de reprise économique fabuleuse et une croissance jamais vue. Hein que vous la sentez la croissance… Et que même si vous ne la sentez pas, il faut dire qu’on la voit…

Je sais, on hésite entre hystérie ou hallucination collective au sujet de cette crôassance.

Enfin, nous hésitons de moins en moins car quand même, il est à noter ces derniers temps une épidémie de prédictions alarmistes.

Je vous disais par plus tard qu’hier que Vetter, le grand mamamouchi de la plus grande banque régionale allemande, pensait que l’on était dans la « mère de toutes les bulles », ce qui me semble tout à fait le cas.

Mais il n’est pas le seul, non, partout en France et à l’étranger, même aux USA tenez : le patron de JPMorgan, lui-même en personne, qui expliquait encore il y a quelques jours que tout cela allait nous exploser à la figure prochainement…

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Pour le patron d’une banque allemande, nous sommes dans la mère de toutes les bulles… Le Contrarien Matin du 14 avril 2015

14 avril 2015

Le Contrarien Matin du 14 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C’est une déclaration que j’avais conservée précieusement et sur laquelle je souhaitais revenir car force est de constater que ces derniers temps, les langues se délient un peu et l’optimisme de façade qu’il convient d’afficher se lézarde alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent.

Voici ce que vient de déclarer le patron de la plus grosse banque régionale allemande

Pour Hans-Jörg Vetter, le président de la banque allemande LBBW (Landesbank Baden-Württemberg), tenez-vous bien :

« Les risques ne sont plus pris en compte dans les cotations. Et ces investisseurs ne sont pas payés pour les risques qu’ils prennent. Cela s’applique à toutes les classes d’investissements. Les marchés boursiers et obligataires se trouvent maintenant dans la mère des bulles. Cela ne durera pas toujours. Et pas pendant très longtemps. Je ne peux pas dire quand cela va commencer à se déliter, mais à un moment donné, cela va se déliter à nouveau. »

Une banque déjà sauvée… il sait de quoi il parle !!

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Point trimestriel sur le lingot en €

13 avril 2015

Les nerfs de certains sont mis à rude épreuve et d’autres se disent qu’ils auront peut-être de meilleurs prix d’ici quelques mois pour rentrer sur l’or.

Voici un graphe trimestriel du lingot d’or en €. Pourquoi trimestriel ? Une tendance longue a plus de signification qu’une tendance courte tout simplement et notamment lorsque l’on considère l’or comme une protection de long terme, une Assurance.

Sur ce graphe (unité de temps : une bougie est égale à un trimestre), nous constatons que depuis le 3ème trimestre 2013, la tendance est redevenue positive. Cette tendance a été confirmé au mois de janvier 2015. En ce deuxième trimestre 2015, les cours évoluent entre la moyenne 20 trimestres (5 ans) et le S.A.R. (Stop & Reversal) baissier passant par 37573 €.

Dès que nous aurons passé ce point des 37573 €, cela libérera un potentiel important. Nous devrions par la suite aller tester son point haut d’octobre 2012 soit vers 44200 €.

 

Conclusion :

- pour ceux qui seraient rentrer sur les points hauts en 2012, c’est probablement un des derniers moments pour moyenner votre prix à la baisse

- pour ceux qui attendent, depuis plusieurs mois, le « bon moment » pour rentrer, ne tardez pas indéfiniment. « A vouloir dépenser peu, on s’expose à devoir dépenser le double ». 

Bref, il est temps de prendre des décisions et d’agir tant qu’il est encore temps.

Christophe Vereecke – Consultant Analyste Marché

 

La réduction des produits dérivés… enfin ! Mais insuffisant !… Le Contrarien Matin du 13 avril 2015

13 avril 2015

Le Contrarien Matin du 13 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Lorsque l’on parle de risque systémique, de crise, les produits dérivés ne sont jamais loin.

Depuis la grande crise dite des « subprimes », plus de 7 années se sont écoulées et nous arrivons en fin de cycle de « reprise » et « d’expansion économique »… Oui, je sais, vous vous demandez où est passée la reprise. Vous vous demandez quelle croissance avons-nous eu pendant 7 ans. Eh bien nous n’avons pas vu grand-chose si ce n’est des injections massives de liquidités, de l’impression de monnaie, des plans de relance, l’augmentation presque exponentielle de la dette des États.

Au bout de 7 ans, chaque nouveau mois nous rapproche de plus en plus d’une nouvelle crise inévitable pour la simple et bonne raison que l’économie est cyclique.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, que se passerait-il en cas de crise financière importante et d’activation des produits dérivés qui ont joué un rôle déterminant pendant la précédente crise des subprimes ?

C’est ce que nous allons essayer de voir aujourd’hui.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Comment la dette siphonne l’épargne : tout comprendre

10 avril 2015

Suite au dossier que nous avions publié le 13 mars dernier, “La dette souveraine, la spoliation de l’épargne”, nous avons souhaité revenir sur les fondamentaux de la dette, l’explication de la machine à crédit née de la monnaie papier. Nous vous proposons l’analyse de plusieurs sources complémentaires afin de devenir imbattables sur le sujet, et surtout pour ne plus vous faire spolier votre épargne.

« Argent, dettes et banques »

Cela fait longtemps que nous voulions évoquer cet excellent ouvrage de vulgarisation de la dette qui fait partie de nos lectures de chevet !
Co-écrit par André-Jacques Holbecq et le Cercle des Economistes Citoyens en 2010, « Argent, dette et banques » (éditions Yves Michel) est intemporel et toujours d’actualité. Sauf sur le chapitre du quantitative easing à l’européenne (rachat des obligations d’Etat) qui a été déclenché cette année et qu’il ne constituera pas, à notre avis, l’une des solutions pour sortir de la spirale de la dette.

Ca mis à part, l’ouvrage pédagogique raconte comment les orfèvres sont petit à petit devenus des banquiers à la moitié du 17e siècle. Ceux-ci qui émettaient des certificats (première monnaie papier) de la même valeur que celle dont ils disposaient en réserve ont fini par prêter plus (passif) que la valeur réelle en réserve (actif). Ainsi naquit le crédit.

Fin de l’étalon or, naissance des taux de change flottants… L’ouvrage revient ensuite sur les différentes formes de monnaies qui existent (fiduciaire, scripturale) en en définissant les fonctions (page 33).

La création monétaire ex nihilo et le déséquilibre croissant entre l’actif et le passif des banques y est très bien expliqué (et illustré) dans le chapitre 4 « Et comment pousse la monnaie ? », ainsi que ses conséquences publiques et privées (chapitres 5 et 6).

L’Espace Complémentaire Sociétal (page 105) fait partie des solutions proposées pour sortir de la spirale de la dette. Ce système qui prend en compte la problématique de croissance infinie dans un monde fini reposerait sur une monnaie parallèle à l’euro, complémentaire, qui ne produirait pas d’intérêt, ne serait pas une monnaie de crédit sur laquelle on pourrait spéculer, qui serait émise par l’Etat, non convertible en devises étrangères. Cette monnaie permettrait de financer les investissements nécessaires à l’ECS notamment pour résoudre un certain nombre de problématiques humaines et écologiques, actuellement amplifiées par le capitalisme.

Cette utopie très sympathique au demeurant semble ne pas prendre en compte que ce sont les banques commerciales et privées qui gouvernent l’économie mondiale et qu’elles préfèreront mener le monde au chaos, plutôt que de se voir concurrencer par une monnaie qui, à l’instar de l’or, « ne rapporte rien »…

Une solution, la débancarisation

Dans son intervention lors de la Rencontre Annuelle en novembre 2014, Charles Sannat explique comment les taux directeurs quasi nuls ont fini par ronger l’épargne et le pouvoir d’achat.

Une première solution consiste à se « débancariser » le plus possible. Simone Wapler, Directrice éditoriale des publications Agora, en est une fervente adepte.
Il ne s’agit pas de fermer la totalité de ses comptes. Dans le monde moderne dans lequel nous vivons, il est quasiment impossible de se débancariser à 100%. Il s’agit plus, pour reprendre une expression chère à Charles Sannat, de « baisser sa sensibilité personnelle au système financier, aux banques et aussi, ne les oublions pas, aux compagnies d’assurance vie ». Dans cet édito du 07 octobre consacré à la débancarisation, il explique que s’il est nécessaire de garder un compte pour la gestion de ses prélèvements, abonnements, virements… L’idée est plutôt de repenser son épargne : « Combien d’actifs financiers et pour quoi faire ? Quelle quantité d’actifs tangibles et pour quoi faire ? ».

N’oublions pas qu’en cas de faillite bancaire comme ce fut le cas à Chypre, les épargnants ont perdu 80% des sommes dont ils disposaient à la banque. Ce seul exemple devrait permettre de réenvisager son épargne. Quand on pense aussi au fonctionnement absurde du rendement d’une assurance-vie garantie en fonds euros (en gros, vous vous payez vous-même votre propre rendement moins les taxes et les frais), cela devrait suffire à se questionner sur la pertinence d’un tel placement.

Il n’y a qu’une façon de sécuriser son épargne et de conserver la valeur de son pouvoir d’achat. Ce n’est certes pas en disposant de monnaie-papier sur un compte épargne, vous l’aurez compris, mais de transférer cet argent dans des actifs tangibles, des valeurs refuge :
- les terres agricoles et les forêts
- les métaux précieux
- le diamant d’investissement
Ces exemples de placements durables vont à l’encontre d’un modèle de croissance complètement dépassés. Leur raréfaction et leur pérennité tend à les rendre encore plus performants comme actifs de conservation.

La dette, une spirale infernale ?

Si vous avez un peu de temps devant vous et que vous l’avez loupée, nous mettons à votre disposition un lien Youtube vers l’émission diffusée par Arte le 03 février dernier, « La dette, une spirale infernale ? ». Diffusée au lendemain de la victoire de Syriza en Grèce et de l’annonce par la BCE du rachat des dettes souveraines, elle se présente comme une enquête politico-financière, un passionnant voyage dans les rouages de l’économie. C’est l’occasion d’écouter les décryptages de Thomas Piketty, et de feu Bernard Maris, alias Oncle Bernard, assassiné le 7 janvier dernier.

A visionner sur Youtube

La planche à billets américaine qui va amener les banques à leur faillite et déclencher la grande révolte des peoples

C’est la base-line de « 666 », le dernier ouvrage de Pierre Jovanovic que nous vous proposons. Dans cet ouvrage teinté d’apocalypse, l’auteur « poil à gratter » propose une grille de lecture un peu différente de « la mise en esclavage des peuples au service d’une seule entité… la Finance américaine ». Après la faillite de l’Argentine en 2001, celle de l’Europe ?
Se procurer « 666″

Revue du web de l’or du 10 avril 2015 : croissance US, banques, épargne, trésor

10 avril 2015

L’or fait partie des actifs qui ont le mieux résisté à la crise de 2008 et dont les prix restent élevés. Il est bon de le rappeler, surtout au regard des indicateurs économiques nuls des Etats-Unis et d’une épargne qui ne rapporte plus rien. L’or lui, peut rapporter gros, surtout lorsqu’il s’agit d’un trésor découvert de 900 000 euros en pièces d’or… à condition de le déclarer ! C’est le programme de l’actualité de l’or de la semaine.

L’or, super résistant

Il est toujours bon de le rappeler : « Les cours de l’or, et surtout de l’argent, ont nettement baissé depuis leurs records de 2011, mais les métaux précieux sont les seuls dont les prix restent plus élevés qu’avant la crise financière mondiale », selon les propos de Julian Jessop (responsable de la recherche matières premières chez Capital Economics) relayés sur Les Echos.

Croissance US nulle

Bientôt en récession les Etats-Unis ? Avec une croissance aussi faible (0,1%), la reprise économique n’est pas pour demain selon Charles Sannat. Dans son édito n°647 du Contrarien, il explique notamment que l’augmentation du dollar est un frein à l’expansion économique. C’est donc sans surprise que l’économie des Etats-Unis est la plus décevante du monde, d’après cet article de l’Express.be publié le 16 mars dernier. « Chiffres des revenus personnels, des dépenses, de la production, des ventes d’automobiles, des commandes d’usine et des ventes au détail » sont faibles. On ne s’en réjouit pas, mais comme notre économie dépend encore largement des Etats-Unis, il est encore temps d’agir au niveau individuel en repensant son épargne…

Comment la « répression financière » lamine votre épargne

C’est ce que nous expliquions en substance dans notre dossier « La dette souveraine, la spoliation de l’épargne ». C’est autrement bien expliqué dans cet article de Philippe Herlin publié sur 24hgold, qui explique que « L’épargne est ainsi découragée par des rendements faibles, et orientée en grande partie pour satisfaire les besoins des Etats ».

Trésor découvert non déclaré : ça peut coûter cher !

Les 3 maçons qui ont découvert un bocal rempli de pièces d’or dans une propriété de l’Eure en sont pour leurs frais. Le trésor, « composé de bocaux de verre, contenant 16 lingots d’or d’un kilogramme chacun, et 600 pièces d’or de 20 dollars américains de 1920, pesant chacune 33 grammes » est estimé à 900 000 euros, rapporte lapauseinfo.fr. Les ouvriers qui réalisaient des travaux d’aménagement dans le sol d’une ancienne grange n’ont pas prévenu les propriétaires de leur précieuse découverte. Peu prudents, c’est leur train de vie qui a alerté Tracfin, chargé de la surveillance des mouvements de fonds suspects. Interpellés en août 2014, les trois maçons ont été condamnés « à un an de prison avec sursis, assorti du remboursement de 450 000 euros aux propriétaires de la maison en construction » et le numismate ayant acquis le trésor pour 900 000 euros aura à payer 326 000 euros d’amende à la douane.
Mais l’affaire ne s’arrête pas là ! Les deux filles de l’ancien propriétaire ont fourni des attestations prouvant que leur père leur avait offert ce véritable trésor en guise d’étrennes et réclament 900 000 euros aux actuels propriétaires. Leur demande a pour le moment été rejetée.

Y’a-t-il encore des banques propres ?

Quand vous placez vos économies dans de l’or stocké hors-circuit bancaire, sur AuCOFFRE.com par exemple, vous pouvez être sûr qu’il ne sert pas à alimenter les activités spéculatives crapuleuses d’une grande banque. Cet article du Figaro du 24/02/2015 nous rappelle que BNP Paribas, BPCE et la Société générale spéculent sur la faim dans le monde. Rien que pour cette raison, y avoir un compte relève du cas de conscience individuel. Honneur quand même au Crédit Agricole qui s’est retiré de ce genre de fonds.

Malgré la reprise économique, le Royaume-Uni touché par la faim ! … Le Contrarien Matin du 10 avril 2015

10 avril 2015

Le Contrarien Matin du 10 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Vive la reprise économique en Espagne ! C’est la fin de la crise, regardez… même en Espagne ça reprend et pourtant, jamais les pauvres n’ont été aussi nombreux et aussi pauvres, MAIS c’est la reprise.

Vive la reprise économique en Allemagne. C’est bien la preuve que c’est la fin de la crise, pensez donc… vont même augmenter les fonctionnaires (enfin, ceux qui restent) et on oublie de vous dire qu’en Allemagne, jamais les pauvres n’ont été aussi nombreux et aussi pauvres, MAIS c’est la reprise !

Vive la reprise économique aux États-Unis… Jamais le nombre de chômeurs n’a été aussi bas… Bon, on oublie de vous dire qu’ils sont 93 millions à être sortis de la population active ou encore 48 millions à devoir être assistés à la soupe populaire… Jamais les pauvres n’ont été aussi nombreux et aussi pauvres, MAIS c’est la reprise !

C’est tous les jours, tous les jours que l’on nous prend pour des ânes en nous expliquant que quelque part, ailleurs, dans le monde, c’est la reprise.

Tant que vous avez un travail tout va très bien !

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Du rêve à la dictature américaine. Abattu comme un chien de huit balles dans le dos ! Les pauvres bientôt interdits dans les cinémas, piscines ou salles de jeux ! … Le Contrarien Matin du 9 avril 2015

9 avril 2015

Le Contrarien Matin du 9 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je n’ai rien contre nos zamis les Zaméricains si ce n’est que je pense que les Zaméricains n’ont pas d’amis, uniquement des nations à soumettre à leur hégémonie, ce qui fait une grande nuance. En disant cela je parle évidemment des dirigeants et de la classe politique américaine, pas du peuple américain qui, depuis plusieurs années, doit lui aussi se soumettre.

Je voulais partager avec vous deux informations. Évidemment, cette vidéo choquante où un citoyen ordinaire se fait abattre comme un chien de huit balles dans le dos suite à un banal contrôle routier. Le problème c’est qu’aux USA les violences policières deviennent de plus en plus courantes, de plus en plus banales, elles sont même parfaitement admises comme étant un outil pour protéger… le système bien sûr. Le protéger des citoyens il s’entend. Ce n’est ni plus ni moins qu’une forme de dictature fut-elle douce encore pour le moment, bien qu’elle le devienne de moins en moins comme en témoigne ces images.

Vous pouvez aller voir la vidéo sur le site de The Guardian ici

Le Kansas veut limiter les loisirs des plus pauvres

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

USA, croissance 0,1 %… Bientôt la récession !… Le Contrarien Matin du 8 avril 2015

8 avril 2015

Le Contrarien Matin du 8 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il est très important d’essayer de se forger une opinion aussi juste que possible de la réalité de la croissance américaine que l’on cherche à nous vendre presque avec désespoir.

Mon point de vue est que malgré les milliards de milliards de dollars qui ont été créés et déversés dans l’économie américaine, la reprise économique n’a pas été au rendez-vous. Certes cela a permis d’empêcher provisoirement une immense dépression dont l’ampleur aurait été égale au moins à celle de 1929 si ce n’est pire, mais point de relance véritable. Point de reprise économique durable. Point de croissance saine et auto-entretenue autrement que par une accumulation de nouvelles dettes, ou de nouvelles bulles spéculatives.

L’augmentation du dollar est équivalente à une énorme augmentation des taux d’intérêt et va freiner l’expansion économique.

Retenez ceci. Dans les 9 derniers mois, le dollar s’est apprécié de 25 % ! Rien de moins. Il est bien sûr plus que difficile pour les entreprises d’augmenter leur productivité de 25 % en 9 mois pour maintenir leurs parts de marché à l’étranger.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Corruption, surveillance généralisée, démocratie et liberté ! … Le Contrarien Matin du 7 avril 2015

7 avril 2015

Le Contrarien Matin du 7 avril 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

« Je n’ai rien dit »… par Martin Niemöller

« Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas catholique.

Et, puis ils sont venus me chercher.

Et il ne restait plus personne pour protester. »

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Plus les jours passent, plus la fin des soldes sur l’argent se rapproche inexorablement

6 avril 2015

Quel est le prix de l’argent ?

Si l’on se base sur les récits historiques, selon Sun Tzu dans la l’Art de la guerre (-600 avant JC), il coûtait seulement 1000 onces d’argent par jour pour lever une armée de 100 000 soldats, donc le salaire journalier d’un soldat à l’époque était de 0,01 once d’argent soit 3,65 onces/an, Si l’on prend pour hypothèse un seuil de pauvreté qui se situerait autour de 12000 €/an, 3,65 onces d’argent auraient donc une valeur supérieure à 3000 $ l’once.

Revenons à des données plus récentes.

D’un point de vue historique, nous voyons sur ce graphe que l’on pouvait acheter 1 once d’or avec 16,13 onces d’argent jusqu’à la fin du XIXème siècle. Aujourd’hui, pour une once d’or, il faut 72 onces d’argent, Pour plus de détails sur l’histoire de l’argent, je vous recommande la lecture suivante : http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-une-breve-histoire-de-la-demonetisation-de-l-argent.aspx?article=2983543902G10020&redirect=false&contributor=Histoire+de+l%27argent

Selon l’US Geological Survey’s Mineral Commodity Summaries (January 2012), les réserves d’argent en 2011 ainsi que la production étaient de respectivement 9 et 10 fois supérieures à celles de l’or. Autrement dit, si l’on se base sur un ratio de 10 avec un cours de l’or autour de 1200 $, la valeur de l’once d’argent devrait être de 120 $ contre 16,70$ le 3/04/2015. Ce ratio est plutôt conservateur si l’on prend en compte le fait que l’argent est consommé pour partie et que l’on ne le reverra jamais à la différence de l’or qui est stocké.

Le marché d’aujourd’hui

Ce qui frappe dans ce tableau, c’est que l’approvisionnement ne satisfait pas la demande. Cette situation perdure depuis en effet plusieurs décennies.

D’après ce document, les USA possédaient fin 1940 un stock de plus de 3 Milliards d’onces d’argent.

En 1940, le gouvernement américain décida d’augmenter la valeur de l’or ainsi que de l’argent pour maintenir le système monétaire debout. Ainsi, le Congres approuva, pour le compte du Trésor Américain, d’acheter la production des sociétés minières argentifères au double de leur valeur (0,71$ contre 0,35$).

Aujourd’hui, les stocks disponibles font l’objet de nombreuses évaluations par les uns et les autres donc je ne me risquerais pas à vous annoncer le « chiffre magique ». L’opacité règne, ce qui est loin d’être bon signe. Néanmoins, il est évident que ces stocks sont maintenant plus que limités, notamment si on comparait leur valeur face à la dette américaine. Le déficit entre la demande et l’offre mondiale « serait donc comblé » depuis longtemps par la diminution des stocks des USA principalement.

La production minière pourrait-elle corriger ce déficit dans le cas où les stocks ne puissent plus combler ce déficit dans l’avenir ?

Plusieurs analystes (dont un de Goldman Sachs http://www.goldcore.com/us/gold-blog/peak-gold-in-2015-goldman-sachs-research-warns-of-peak-gold-production/) nous annoncent un pic de production pour l’or dès 2015.

Qu’en est-il pour l’argent ? Malheureusement, les experts nous annoncent, là aussi, un pic de production dans les deux ans à venir.

Mais si les stocks sont désormais pratiquement inexistants, devons nous nous attendre à une réévaluation ou encore à une nationalisation des mines argentifères de l’Utah ou du Nevada (dont la production ne cesse de baisser)?

Tout comme dans l’industrie de l’or ou du cuivre, les teneurs diminuent fortement depuis plusieurs années. Il faut désormais arracher au sol de plus en plus de tonnes (+65% depuis 2005) pour extraire de moins en moins d’argent (-41% depuis 2005)*

* Chiffres basés sur les données des 6 principaux producteurs d’argent.