La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories
aucoffre

Revue du web de l’or : or 2015, devises anti-dollar, système monétaire et financier

30 janvier 2015

Cette semaine, la presse spécialisée a parlé des tendances de l’or pour 2015… et 2016. Ca bouge sur l’échiquier des devises internationales dont plusieurs se liguent contre le dollar avec l’or en support. Nous vous proposons aussi deux articles pédagogiques sur le système monétaire et financier et le rôle protecteur de l’or en cas d’inflation.

L’année de l’or : 2015 ou 2016 ?

« L’or pourrait encore baisser en 2015 avant de remonter en 2016 ». C’est l’information de GFSM partagée par certains titres de presse spécialisée : boursier.com, lesechos.fr, bilan.ch… « Selon les experts du GFMS, la hausse récente de l’or, qui a refranchi les 1.300$ l’once en janvier, est essentiellement due au rachat de positions de ventes à découvert et non à de nouvelles prises de positions acheteuses sur le métal jaune. » D’autres analystes pensent au contraire que les politiques monétaires menées actuellement seront inefficaces et que l’or devrait retrouver son statut refuge cette année et se renforcer. Ce qui est en effet une meilleure façon de « penser l’or ».

Les attaques anti-dollar se mettent en place

Ca bouge sur l’échiquier des devises internationales ! On commence par le yuan, qui devient la 5e monnaie la plus utilisée à l’international, selon cet article du 28/01 paru sur professeurforex.com. En 2014, 2 % seulement des paiements internationaux ont été effectué en yuan, mais comme le rappelle ce billet d’Antoine Brunet sur Atlantico suite au forum de Davos, la Chine « n’a pas non plus oublié de rappeler l’importance croissante du yuan dans les échanges mondiaux ».

Rien à craindre du rouble en revanche, sauf si la Russie fait alliance avec la Chine et continue d’amasser de l’or… Moscou a triplé ses réserves d’or en dix ans, entretenant ainsi la 5e plus grande réserve d’or mondiale, nous apprend lesechos.fr ce 27 janvier. D’ailleurs, pourquoi la Russie a-t-elle acheté autant d’or en 2014 ? Les achats d’or de la Russie ont en effet atteint « 152 tonnes en 2014, soit près d’un tiers des achats d’or de toutes les banques centrales de 2014 ».
L’express.be pose la question ce jour et y répond : indépendance vis-à-vis du dollar et de l’euro, soutien au rouble qui a perdu 50% de sa valeur par rapport au dollar sont les principales motivations, liées au contexte diplomatique actuel. L’article rappelle que la banque centrale russe a réduit en parallèle ses réserves en dollars et en obligations souveraines européennes.

Encore moins étonnant, l’Iran se séparerait d’une partie de ses devises en dollars, au profit du yuan chinois, de l’euro, de la livre turque, du rouble russe et du won sud-coréen, relaie cet article de Florian Toumit.

C’est une tendance qui s’internationalise : les pays tentent de s’émanciper de plus en plus du dollar en indexant leurs devises sur l’or.

Comprendre le système monétaire, bancaire et financier

C’est le défi lancé par Alban Dousset sur Agoravox et le pari pédagogique est plutôt réussi : la différence entre la « monnaie dette » (l’argent papier) et la monnaie or, monnaie fondante, système bancaire et financier, économie réelle et économie financière… A la lecture de ces quelques définitions et à la compréhension des mécanismes qui régissent notre économie, vous ne pourrez plus dire que les banques inspirent confiance et que l’or ne sert à rien…

Les métaux précieux pour se protéger de l’inflation

Cette note de blog relaie cette semaine l’article de Stephan Müller du journal suisse Le Temps datant du 15/12/2014. Plus que jamais d’actualité, il rappelle que les métaux offrent une bonne protection contre l’inflation et la déflation. L’auteur de l’article précise que, « Dans l’hypothèse d’une inflation de 2% par an – l’objectif de la BCE et de la Fed –, le pouvoir d’achat aura en effet diminué de moitié dans 37 ans ». Ce qui ne sera bien évidemment pas le cas de l’or, protecteur de valeurs.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Le minotaure planétaire… l’ouvrage du ministre de l’Économie grecque à lire ! … Le Contrarien Matin du 30 janvier 2015

30 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 30 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je dois vous avouer un truc… J’ai failli passer à côté mais alors quelque chose de bien mes chers amis. Il y a quelques semaines, nous étions encore 2014, je reçois un mail fort sympathique d’un camarade contrarien qui m’explique qu’il va sortir un bouquin, enfin la traduction en français d’un ouvrage écrit par un économiste grec en 2008 sur la crise économique que nous traversons… Mouais… Pourquoi pas. D’abord, j’adore les livres que j’accumule au plus grand désespoir de ma tendre épouse de façon aussi compulsive que j’entasse les boîtes de raviolis… Et puis c’est un livre d’éco, et l’économie ça me passionne donc du coup notre camarade contrarien m’adresse ce bouquin, je lis ce bouquin et je me dis tiens, faudra que j’en parle dans un édito, c’est pas mal du tout et ça apporte un autre angle de vision sur la crise et le fonctionnement de l’économie mondiale donc pas mal du tout pour faire avancer la réflexion collective. Les fêtes de Noël arrivent, je mange des huîtres, je joue le Père Noël, machin toussa et j’oublie complètement ce bouquin, mais alors totalement….

Puis vint la rentrée, la reprise, le travail, et… les élections en Grèce. Puis Syriza l’emporte, puis Tsipras nomme son nouveau ministre de l’Économie, un certain Yanis Varoufakis, et puis rien,

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

À Davos, les super-riches se préparent à l’effondrement et achètent des refuges loin des foules… ! Le Contrarien Matin du 29 janvier 2015

29 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 29 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Voici quelques informations que j’avais stockées depuis quelques temps, et avant de vous en parler et de les partager avec vous j’attendais de voir si, de cette masse d’informations, il serait possible de tirer un tableau d’ensemble cohérent. C’est évidemment le cas.

Je vous passerai volontairement, n’ayant pas pu en avoir la certitude et la preuve par moi-même, les rumeurs très insistantes faisant état ces derniers mois d’un nombre très important de démissions de collaborateurs d’assez haut niveau dans différentes institutions américaines. Je vous passerai également le fait qu’il semblerait que ceux qui démissionnent partent se mettre au vert le plus loin possible des grandes villes et, pour certains, dans ce que l’on appelle des « enclaves survivalistes »… Bref, de cela nous ne parlerons pas vraiment même si je vous le mentionne parce que nous n’en avons pas la preuve absolue. En revanche, cela vaut la peine d’être simplement dit parce que ces rumeurs sont parfaitement compatibles avec des informations qui, elles, sont prouvées sans ambiguïté possible.

Mais avant d’aller plus loin voici une photo de rayonnage de magasin vide prise à New-York ces jours-ci à l’annonce de la tempête de neige.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

ALERTE ROUGE : crise financière en vue aux USA, 2007 mais en pire… ! Le Contrarien Matin du 28 janvier 2015

28 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 28 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Ce sont deux articles que je vous propose de découvrir et de mettre en relation aujourd’hui. Ils sont très importants car ils préfigurent la nouvelle crise financière qui nous pend au nez en raison des investissements massifs qui ont été faits dans l’industrie du gaz de schiste (« shale gas » en anglais) et qui se montent à plus de 5 000 milliards de dollars en particulier en Amérique du Nord, là où les « subprimes » qui ont tout déclenché en 2007 représentaient uniquement « 1 000 » petits milliards de dollars… Seulement !!

Ce titre, qui peut paraître alarmant ou racoleur, ne l’est en aucun cas car ce qui est alarmant c’est évidemment la réalité, ou plus précisément la double réalité d’un endettement massif autour des projets d’extraction de pétroles dits non conventionnels et la chute considérable de cours depuis quelques mois maintenant. Ces deux éléments ensemble vont provoquer une immense crise financière pire que celle de 2007. La seule question désormais est de savoir quand. La seule façon d’échapper à cette nouvelle crise financière est de voir les cours du pétrole remonter en flèche mais pour le moment, rien n’est moins sûr, bien au contraire.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Et pourtant le soleil s’est levé !… Le Contrarien Matin du 27 janvier 2015

27 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 27 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Après que les institutions européennes ont cherché à faire peur aux Grecs, les Grecs ont voté et les Grecs ont porté au pouvoir un parti de gauche plutôt à gauche dont la volonté affichée (nous verrons, dans les faits, ce que ce parti fera) était de renégocier avec l’Europe. Malgré tout, le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras va donc diriger la Grèce sur un « chemin abrupt » selon ses propres mots et est allé se recueillir au mur des fusillés où 200 communistes avaient été exécutés par les nazis. Et pourtant le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

Tsipras veut renégocier une dette qui, de toutes les façons, n’est tout simplement pas remboursable, ce dont tout le monde convient. Et pourtant le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

La Grèce se dirige donc vers une forme de défaut de paiement salvateur. La seule question désormais n’est pas de savoir si la Grèce va rembourser ou pas ses dettes, mais comment elle va ne pas les rembourser et quelles seront les modalités pour atténuer la souffrance financière de ce pays.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

En Allemagne, le gouverneur de la Bundesbank n’est pas content !… Le Contrarien Matin du 26 janvier 2015

26 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 26 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Au moment où je m’apprête à écrire ces lignes, le parti Syriza est donné largement vainqueur en Grèce avec, selon les dernières rumeurs, une majorité absolue. Nous découvrirons l’ampleur de la victoire de ce parti demain, lundi, et nous pourrons observer comment les marchés prennent la chose, mais grâce à l’intervention résolue de Mario Draghi qui a autorisé tous les gouvernements de la zone euro à battre monnaie comme ils le souhaitent ou presque, les choses devraient relativement bien se passer en tout cas dans un premier temps. À plus long terme, vous savez ce que je pense de la situation et ce plan de la BCE est en réalité un détricotage de la zone euro, un détricotage en règle qui pose les bases de la future séparation amiable.

D’ailleurs le petit père des pauvres européens, Mario Draghi, sait très bien qu’il a juste offert encore une fois un peu plus de temps aux politiciens de la zone euro mais de là à ce qu’ils utilisent ce temps avec intelligence et clairvoyance, il n’y a qu’un pas qu’évidemment personne ne veut sauter, car dans un an, nous aurons dépensé 1 100 milliards d’euros …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Revue du web de l’or du 23 janvier : BCE, BNS, Grèce… l’or redevient refuge

24 janvier 2015

Cette semaine, on ne va pas vous répéter que le cours de l’or a encore monté, on va vous expliquer pourquoi les facteurs sont haussiers pour le cours de l’or en 2015.

Les perspectives de l’or bonnes pour 2015

C’est d’abord Christophe Vereecke qui par le biais de l’analyse technique, explique pourquoi les perspectives de l’or sont bonnes pour 2015, expliquant que l’or avait enfin réintégré le canal long terme et qu’il venait de finir la consolidation de moyen terme.
Assouplissement monétaire (QE) décidé par la BCE et dévaluation de l’euro, abandon du plancher du franc suisse de la part de la Banque nationale suisse, probable victoire de l’extrême gauche en Grèce et ses implications… ce dossier explique pourquoi ces facteurs sont également favorables à l’or à moyen terme et pourquoi il retrouve plus que jamais son rôle de valeur refuge.

A court terme, cet article d’Alp Kocak sur le site d’analyse technique Dailyforex explique pourquoi l’or a atteint son plus haut niveau en 5 mois.

La VeraCarte, de l’épargne liquide, disponible et sécurisée

A un moment où il est question de dévaluation de l’euro (l’euro est à son plus bas niveau depuis 2003) et donc de dévalorisation de l’épargne et de perte du pouvoir d’achat, la carte de paiement adossée à l’or physique (et maintenant à l’argent métal et au diamant d’investissement) se présente comme une réponse à la crise. Une façon de payer tout en diversifiant son épargne, en protégeant son capital au maximum et en maintenant son pouvoir d’achat : les 3 rôles que devrait avoir toute monnaie digne de ce nom ! En savoir plus.

Pourquoi l’envolée du Franc suisse risque de pénaliser toute l’économie helvétique

Si vous vous posez la question, cet article paru dans Les Echos le 18 janvier explique très bien pourquoi. Suite à l’abandon par la BNS du plancher entre le franc suisse et l’euro, la monnaie helvète a bondi de 30% et l’or joue son rôle de protection.
Cet article du Figaro explique pourquoi « La tempête causée par le franc suisse fait bondir l’or ».

L’or est-il rentable ?

Dans cette émission de France Info du 19 janvier sur l’or, les intervenants expliquent que l’or n’est pas rentable : faux, il peut rapporter un bénéfice lorsqu’on le revend à un prix plus élevé qu’à l’achat, comme ça a été le cas pour de nombreux investisseurs ayant acheté de l’or en 2008 et qui en ont revendu en 2011. Rappelons toutefois que le propre de l’or n’est pas d’être rentable mais de conserver des valeurs et de protéger l’épargne et le patrimoine.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Les tensions en Europe profitent à l’or

23 janvier 2015
Dévaluation de l'euro

Dévaluation monétaire

Le 25 janvier prochain ont lieu les prochaines élections législatives en Grèce et le parti de gauche anti-austérité Syriza maintient son avance de 3,5% sur les conservateurs au pouvoir, ce qui ne plaît pas du tout aux marchés, ni au FMI. Au moment-même où l’on parle d’unité(s) nationale(s) après les attentats du 7 janvier, un « Grexit » ferait plutôt mauvais effet…
L’annonce du QE décidé par la BCE ce mercredi 21 janvier et la dévaluation de l’euro, la décision de la Banque nationale suisse d’abandonner le plancher du franc suisse, la probable victoire de l’extrême gauche en Grèce et ses implications… Tous ces facteurs (ré)suscitent la peur du risque et font que l’or apparaît plus que jamais comme la valeur refuge qu’il a toujours été.

Un bref point sur l’Europe

Alors que la Lituanie vient de rejoindre les bancs de la zone euro, la sortie de la Grèce de la monnaie commune européenne ne serait plus taboue aux yeux d’Angela Merkel.
Début janvier, L’Allemagne trouvait « supportable » ce scénario, si le parti de gauche radicale Syriza l’emportait aux législatives partielles de ce dimanche 25 janvier. « Que la Grèce quitte la zone euro, si elle le souhaite… », déclarait la chancelière allemande dans le quotidien Der Spiegel.
Selon le président du Parlement européen, Martin Schulz, qui qualifiait ces considérations « d’irresponsables », « il n’est pas question d’une sortie de l’euro. Les conseils non sollicités qui donnent aux gens en Grèce le sentiment que ce n’est pas eux qui décident par leur vote de leur avenir mais Bruxelles ou Berlin, poussent peut-être même les électeurs dans les bras des forces radicales ». (source France 24).

Plus qu’un sentiment anti-européen, l’ampleur que prend la gauche radicale en Grèce pointe du doigt un dysfonctionnement européen, une monnaie bancale qui fonctionne bon gré mal gré avec des économies hétérogènes, un assujettissement à la dette, aux banques centrales et bien sûr à l’Allemagne, qui ne veut semble-t-il plus jouer à l’austérité avec son camarade hellène (et vice-versa).

Le vœu du parti anti-austérité Syrizas ? « En finir avec la politique d’austérité imposée au pays par ses créanciers internationaux (la troïka UE, BCE et FMI) en échange de quelque 240 milliards d’euros de prêts » (source L’Express). Alexis Tsipras, leader du parti Syrizas, souhaite aussi restructuration de la dette publique.

La montée de Syrizas dérange au point que 100 000 jeunes (pour qui les intentions de vote vont plus vers le parti anti-austérité) auraient été « oubliés » des listes électorales

Que représenterait l’obtention de la majorité de l’extrême gauche en Grèce ? Dans son édito du 20 janvier, Charles Sannat analyse la situation.
Déjà, ce serait une première dans l’histoire de la Grèce. Et le parti anti-austérité « aurait les coudées franches pour pouvoir renégocier en position de force avec les créanciers de la Grèce ».
La Grèce ne paiera sans doute jamais sa dette comme les Grecs ne paient déjà plus leurs impôts.
Syriza promet des mesures d’allègement fiscal. En attendant le résultat des élections et si les promesses vont être tenues si le parti de gauche radicale passe, les Grecs ont choisi de « différer » le paiement de leurs impôts, dont le paiement est intenable.
Si le pays sortait de la zone euro, il pourrait bien se retrouver avec une dévaluation monétaire de l’ordre de 60%. Les Grecs vont à tout prix chercher à se « prémunir en changeant déjà de monnaie : cela veut dire par exemple acheter du franc suisse ou du dollar, changer de banque, aller vers une banque dans un pays étranger et enfin acheter de l’or ou de l’argent métal… ».

L’Europe rattrapée par le principe de réalité
La semaine dernière, Les Echos.be titraient « Zone euro: ne parlons pas encore de déflation, mais… ».
Autant dire que nous y sommes déjà… « En zone euro, les prix ont baissé de 0,2% (sur un an) en décembre, selon une première estimation de l’office européen de statistiques Eurostat », indiquaient Les Echos.

« Il s’agit de la première baisse des prix dans la zone euro depuis octobre 2009 (-0,1%). Si elle se prolonge, la zone euro entrera dans une période de déflation ».

Et l’or dans tout ça ?

Déjà on peut dire que l’or se comporte généralement bien en période de récession. Il n’y a qu’à voir de quelle façon l’or performe en yen (le Japon est en récession depuis des années) ou encore mieux, en roubles, devises dans laquelle l’appréciation de l’or a dépassé les 77% en 2014, pour se rendre compte de la très bonne tenue de route de l’or en de telles périodes.

En outre, toutes ces difficultés rencontrées au sein de la zone euro contribuent au repli stratégique des investisseurs dans des valeurs refuge comme l’or et donc à une montée des prix. Ce n’est pas par hasard si le cours de l’or est en hausse depuis le début de l’année. Comme le titrait le site d’analyse Dailyforex le 07 janvier dernier, « L’or grimpe avec les difficultés de la zone euro », la crise politique grecque et un recul des actions dans le monde ayant renforcé l’attrait du métal précieux sécuritaire.

Les Echos le soulignaient également dans leur édition du 06 janvier, « Face au risque grec, l’or redevient une valeur refuge ».

Et depuis la rédaction de cet article, de l’eau a coulé sous les ponts et du sang dans les rues et les rédactions. Depuis le 1er janvier, le cours de l’once s’est envolé de 979€ à 1145,18€ ce vendredi 23 janvier, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis fin juillet 2011, avant une envolée historique des cours de l’or (cotation AuCOFFRE.com).

Sans oublier l’incidence du franc suisse…
Comme l’indique Romandie « L’or au plus haut en quatre mois après la tempête de la BNS ». Le plancher du franc suisse étant abandonné, « Cela s’est traduit par un accroissement de l’appétit pour les valeurs refuges et a par conséquent été un facteur positif net pour l’or », ont souligné les analystes de la banque suisse UBS. L’or a retrouvé son statut de valeur refuge.

Le cours de l’or dopé par la BNS, la BCE et la Grèce
C’est encore un article du journal suisse Romandie qui l’annonçait ce 19 janvier.
Comme le soulignait Christophe Vereecke, conseiller analyste chez AuCOFFRE.com dans l’interview qu’il nous a accordée la semaine dernière, d’après un schéma de la performance de l’or sur 10 ans, on constate que l’or réintègre le canal long terme et qu’il vient de finir la consolidation de moyen terme. Les perspectives sont donc haussières à court et à long terme.

Que vont changer les annonces de la BCE ?

Les retombées positives de cette injection indirecte de liquidité (par rachat par la BCE des dettes souveraines des pays membres de la zone euro) ne seront ni obligatoires, ni immédiates pour l’économie, mais cela va insuffler un vent d’optimisme salutaire sur les marchés.
Que le rachat de dettes génère de la liquidité c’est bien, encore faut-il que celle-ci soit réinjectée dans l’économie réelle.
S’il n’est pas sûr que ce QE à l’européenne créé l’inflation tant espérée, il devrait en revanche être profitable à l’or qui joue parfaitement son rôle de refuge en période de dévalorisation monétaire et qui protège aussi bien les valeurs, le patrimoine, en période d’inflation comme en période de déflation. En règle générale, quand une monnaie est dévaluée par un Quantitative Easing, l’or, libellé dans cette devise, remonte. La baisse de l’euro est donc profitable au cours de l’or.

Pour approfondir le sujet des annonces de la BCE, nous avons sélectionné pour vous quelques articles qui devraient vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de l’assouplissement monétaire décidé par la BCE, ses enjeux et ses implications.
- Sur Le Figaro « BCE: le rachat de dettes d’État pour les nuls »
- Sur Les Echos « QE, déflation…10 questions pour comprendre les annonces de la BCE »
- Sur Le Parisien « Le « QE » de la BCE, comment ça marche? »
- L’émission C Dans l’air sur le sujet. Malgré beaucoup d’efforts de la part des invités pour rester consensuels, beaucoup de questions restent en suspens.
- Sans oublier l’avis très éclairé et contrarien de Charles Sannat sur le sujet dans son édito du jour et qui, loin de tout évangélisme, évoque une « catastrophe annoncée ».

 

 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

La VeraCarte : de l’épargne 100% liquide

23 janvier 2015
VeraCarte - AuCOFFRE.com

VeraCarte - AuCOFFRE.com

Et si vous profitiez de la baisse de l’euro pour faire vos achats en or, en argent et en diamants ? C’est désormais possible avec la VeraCarte, carte de paiement adossée sur des actifs tangibles créée par la société AuCOFFRE.com, qui intègre ces 3 actifs physiques. Une façon de payer tout en diversifiant son épargne, en protégeant son capital au maximum et en maintenant son pouvoir d’achat : les 3 rôles que devrait avoir toute monnaie digne de ce nom !

Nouveauté VeraCarte : or, argent et diamant

La VeraCarte, première carte de paiement basée 100% sur de l’or physique pur, permettant de rendre l’or le plus liquide possible sous forme de moyen de paiement direct, tout en conservant son pouvoir de protection de valeur, existe depuis décembre 2012.

La nouveauté, c’est le Service Premium VeraCarte qui intègre aussi l’argent métal et le diamant d’investissement : 3 actifs 100% physiques avec une contrepartie totale. L’intégration à la VeraCarte de trois actifs physiques permet de diversifier son épargne et de lisser d’éventuels risques liés à la fluctuation de leurs prix.

Grâce à ces 3 actifs, la VeraCarte répond à plusieurs problématiques actuelles.

L’or physique, l’argent métal et le diamant, l’épargne de toutes les situations

Si ces 3 actifs présentent des perspectives haussières pour 2015, ils ont en outre l’avantage de répondre à différentes situations et ce sont des conservateurs de valeur sur le long terme.
L’or est l’actif anti-crise par excellence. Il protège efficacement l’épargne en période d’inflation qu’en période de déflation (comme c’est actuellement le cas).
En période de crise, l’argent physique est le métal précieux le plus liquide, qui peut s’échanger facilement contre des biens de consommation courante.
Le diamant accompagne les périodes de croissance La plateforme InvestDiamond permet d’acheter et de revendre facilement du diamant physique d’investissement.

Protection patrimoniale

L’histoire nous prouve que, de tous les temps, l’or physique, l’argent physique mais aussi les diamants font partie des meilleures couvertures contre le risque de destruction de patrimoine lié à la dépréciation de la monnaie papier. Le Service VeraCarte adossé à 3 actifs physiques vous protège des crises et protègera aussi votre capital.

Protection contre la dévaluation monétaire

Les récentes annonces de la BCE (QE à l’européenne) vont inéluctablement conduire:
- à une baisse du pouvoir d’achat
- à une dévalorisation de l’épargne en euros
- une hausse mécanique des prix de l’or physique, de l’argent métal et du diamant, ce qui est déjà le cas.
La VeraCarte adossée sur des actifs tangibles précieux est encore le meilleur moyen de préserver le pouvoir d’achat et la valeur de votre épargne. En cas de dépréciation de la monnaie papier, ce qui est le cas pour l’euro, la VeraCarte devient la meilleure des couvertures.

Pour ne pas se faire spolier votre épargne

Le 10 octobre 2013, le FMI a donné son accord pour taxer 10% de votre épargne en cas de crise grave de la dette nationale, dans l’indifférence générale. Sachant que la dette mondiale, publique et privée, est de 245 et 300% du PIB mondial et qu’elle s’élève à 250 trillions de dollars, cette taxation pourrait vite devenir une réalité, comme ça a déjà été le cas à Chypre en mars 2013.
La VeraCarte est donc un bon moyen de ne pas se faire « chyprer » vos économies puisque le compte VeraCarte n’est pas un compte d’épargne taxable, contrairement au livret de Caisse d’Epargne ou Livret A. Vous êtes seul propriétaire de l’or, de l’argent ou des diamants d’investissement qui alimentent votre compte et qui sont conservés en zone franche à Genève en dehors du système bancaire.

Alternative au système bancaire

Les alternatives au système bancaire actuel sont rares. La VeraCarte permet de sortir une partie de son épargne du système bancaire. Le Service VeraCarte n’est en aucun un service bancaire, il met donc votre épargne à l’abri de tout risque de faillite bancaire. Le fait que l’épargne est préservée en toute indépendance du circuit bancaire la met aussi à l’abri d’un bankrun : plus de monnaie dans les distributeurs ? Il y en aura toujours avec la VeraCarte qui assure à la fois liquidité et disponibilité de cash.

Contre le risque de confiscation

Les coffres dans lesquels sont stockés l’or, l’argent et les diamants sont hébergés en Suisse, hors circuit bancaire. AuCOFFRE.com a anticipé d’éventuelles prérogatives d’Etat en proposant des solutions d’hébergement et un système de paiement entièrement sécurisés.

Comment fonctionne la VeraCarte ?

Il suffit d’effectuer un versement en euros sur votre compte utilisateur VeraCarte, puis de choisir votre répartition parmi les trois actifs tangibles disponibles (exemple : 50% or, 25% argent et 25% diamant). Ces euros sont automatiquement convertis en actifs physiques (or, argent métal et diamant) selon la répartition choisie.
Le stockage sécurisé en coffres est illimité et offert en Suisse, et une carte MasterCard utilisable partout dans le monde est offerte.
En plus, il n’y a aucun frais de retrait, l’utilisation de la carte est donc totalement GRATUITE.
Vous pouvez souscrire au Service VeraCarte dont l’abonnement est de 40€ pour 3 ans via ce lien.

En savoir plus

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

L’euro est officiellement mort le jeudi 22 janvier 2015 … Le Contrarien Matin du 23 janvier 2015

23 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 23 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Le 16 septembre 2014, il y a peine quelques mois, j’écrivais l’édito du jour et je l’intitulais :

« Construction, union, intégration, désintégration, dislocation, et explosion !… »

J’y disais la chose suivante, et vous pourrez le relire en entier pour ceux qui le souhaitent car je vous indique le lien en bas de page.

« Construction, union, intégration, désintégration, dislocation, et explosion… voilà quelles pourraient être les différentes étapes de la vie à la mort de l’Europe tant l’ensemble européen est désormais à la croisée des chemins, coincé entre plus d’intégration (ce qui est actuellement souhaité) et la tentation de la désintégration où chaque pays membre, en particulier de la zone euro, souhaiterait pouvoir retrouver quelques marges de manœuvres monétaires pour adoucir des politiques budgétaires qui se doivent, face aux tombereaux de dettes souveraines accumulées et à l’absence de croissance, de devenir restrictives… »

Il ne s’agit pas de faire de la « gloriole » mais de remettre justement la décision très importante de la BCE …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Vers la fin de la politique monétaire japonaise ! Les QE ne relancent pas l’économie… Le Contrarien Matin du 22 janvier 2015

22 janvier 2015

Le Contrarien Matin du 22 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous allez le découvrir aujourd’hui, le « père » de la politique monétaire japonaise pour le moins accommodante ces derniers temps a presque avoué que cela ne servait plus à grand-chose de continuer à imprimer autant de billets en yen que ce qu’ils faisaient jusqu’à présent. Mais avant, tordons le cou à une idée totalement et particulièrement répandue consistant à dire qu’imprimer de la nouvelle monnaie à partir de rien sert à relancer la croissance.

Imprimer des billets ne sert pas à relancer la croissance mais à masquer l’insolvabilité

Au Japon, aux USA et prochainement en Europe, les banques centrales partout dans le monde sont à la manœuvre pour « relancer la croissance », en tout cas c’est ce que l’on vous explique. Imprimer des billets pour racheter des actifs qui ont déjà été financés n’a jamais et ne provoquera jamais une once de croissance supplémentaire.

En rachetant massivement les créances immobilières pourries des grandes banques américaines, la FED, la banque centrale des USA, n’a pas relancé la croissance directement.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Perspectives de l’or en 2015 : analyse technique de l’expert

21 janvier 2015

Depuis 2013, l’or a été mainte fois enterré (« c’en est fini de l’or »), puis ressuscité à chaque soubresaut de hausse. Résistant contre tout un tas de facteurs favorables à sa hausse, manipulé, il était difficile de savoir si l’or était devenu un actif sans avenir ou au contraire, un placement plein de promesses, couvant comme la braise sous la cendre. A la lumière du jeu qui se joue entre les devises, Christophe Vereecke, conseiller analyste chez AuCOFFRE.com nous offre une rétrospective de l’or sur 2014 et nous éclaire de son analyse sur les perspectives positives de l’or à court et à long terme.

Loretlargent.info : On a parlé de baisse du cours de l’or en 2014, est-ce le cas dans toutes les devises ?
Christophe Vereecke –
Si l’on remonte un peu, on peut dire que 2013 a été une mauvaise année pour l’or dans toutes les devises, mais ça n’a pas été le cas en 2014, où l’appréciation de l’or était de 13% en euro et de 6% en livre sterling. Il n’y a qu’en dollar que l’or a sous-performé de 0,19% juste sur le fil en d’année car une clôture annuelle marque les esprits et inscrits les performances utilisées par les médias.

L’euro ayant baissé, l’or a performé dans la monnaie unique en 2014. Et pour de multiples raisons, l’euro va continuer de baisser dans les prochains mois :
- possibilité d’un Quantitative Easing européen (planche à billet donc dilution) (22 janvier).
- possibilité d’un énième report du Quantitative Easing donc approfondissement de la déflation en Europe (22 janvier).
- élection grec avec arrivée probable de Syrisa dans le jeu politique – sortie éventuelle de la Grèce de l’€ (25 janvier).
- attaque de la dette française (certains hedge fund US se sont déjà positionnés à l’automne)
- attaque de la dette italienne
- approfondissement de la crise ukrainienne avec pour conséquence l’affaiblissement du commerce entre la Russie et l’Allemagne.
Etc…

Loretlargent.info : Peut-on dire que l’or a baissé en dollars car le cours de l’or en dollar est plus facilement manipulable ?
Christophe Vereecke –
Depuis des années, on parle de conspiration de manipulation. En 2014, la conspiration est devenue réalité (cf. Barclays et UBS, organismes régulateurs impliquées dans la manipulation des prix de l’or).
On peut dire que l’or étant coté en dollar, il est évident que lorsqu’il y a manipulation, c’est en dollar (qui est la 1e place de cotation). Il est étonnant de voir toujours aux mêmes heures des ventes massives d’or et d’argent dans de tels volumes… Un vendeur qui a besoin de liquider une position s’y prendrait autrement, en répartissant ses ventes afin de travailler son prix.

Loretlargent.info : Quelle est la réalité de l’or physique prétendument vendu par contrat (l’or de bourse) ?
Christophe Vereecke –
On parle d’un marché papier 100 fois plus important que le marché physique. Il est normal que l’on ait plus de volumes sur le marché papier que sur le marché physique, mais les proportions sont en revanche anormales. Aujourd’hui, nous estimons qu’il existe autour de 100 onces papiers (sous forme de certificats, d’ETF…) pour 1 once d’or physique. De ce fait, il vaut mieux acheter de l’or sous sa forme physique pour éviter un risque éventuel de livraison. Car si chacun voulait convertir son or papier en or physique, il y aurait un problème…

Loretlargent.info : Peut-on avoir les mêmes soupçons quant à la quantité d’or réelle détenue dans les coffres des banques centrales, notamment celle de la FED ?
Christophe Vereecke –
Le dernier audit des stocks d’or américains date de 1953. Plusieurs autres demandes d’audit ont été effectuées et systématiquement écartées. Pourquoi ? Le cas de l’Allemagne est assez symptomatique. Lorsque le pays a demandé un audit de ses réserves d’or détenues à la FED, l’Allemagne a été renvoyée chez elle, avec pour seule promesse que son or lui serait totalement restitué d’ici 2020.

Maintenir une confiance demanderait des réponses un peu plus claires. Pour avoir confiance, il faut montrer patte blanche et les Etats-Unis font tout le contraire. Il faudrait faire taire la rumeur (comme quoi cet or s’est « volatilisé ») en faisant un vrai audit une fois pour toutes prouvant que l’or est vraiment là. Si l’on veut inspirer confiance, on a tout intérêt à se montrer honnête.

Loretlargent.info : Doit-on conclure qu’il y a une pénurie d’or physique à venir ?
Christophe Vereecke –
Avec les prix bas de 2013 et 2014, il y a une mise en péril de l’industrie productive. On a de ce fait une diminution, donc une baisse ou un report des budgets d’exploitation et donc de la production future. Le constat est identique pour beaucoup d’autres matières premières comme le cuivre par exemple. Pour l’argent, les coûts de production tournent actuellement autour de 19$ (c’est une moyenne des prix observés pour les minières) avec une cotation à 17$. Le problème est que l’on n’a pas découvert de gros dépôts d’or depuis 30 ans. Le dernier pic de découvertes remonte à 1985, il y a 30 ans.