La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories
aucoffre

Revue du web du 21 novembre : Banques, monnaie islamique, France et Ukraine

21 novembre 2014

Une revue du web assez courte cette semaine, mais étayée par deux dossiers que nous avons publié sur des sujets brûlants : la stigmatisation de l’or par la presse et l’annonce de l’Etat islamique qui veut battre sa propre monnaie d’or. A l’heure où j’écris, l’or a repassé la barre des 1200$, mais tout cela est bien futile au regard de l’importance que représente le métal précieux, dans le collimateur mondial.

L’or, cet actif convoité et détesté

Pour faire court, nous relayons dans cette Revue du web notre dossier « L’or : sa convoitise suscite bien des haines » car l’essentiel de l’information de l’or y est traité. Nous tentons d’expliquer pourquoi ce soudain désaveu de l’or, jadis adoré…

La monnaie de Daesh, fantasme et (ir)réalité

Dans ce dossier-ci, nous tentons d’aller un peu plus loin dans la thématique de la monnaie islamique et d’apporter un éclairage différent : pourquoi ce projet reste très difficilement faisable et quels en sont les enjeux ?

Les grandes banques toujours dans le collimateur

Selon un communiqué publié sur l’Agefi, la Belgique a inculpé une filiale suisse de la banque britannique HSBC de «fraude fiscale grave et organisée, blanchiment, organisation criminelle et exercice illégal d’intermédiaire financier», en aidant ses clients les plus fortunés à la fraude fiscale (pour plusieurs milliards de dollars).

Toujours sur le site de l’Agefi, UBS ferait d’importantes provisions en vue des litiges consécutifs à l’affaire des taux de change (voir la Revue du web du 14/11). Des contentieux de 1,622 milliard de francs au 31 décembre 2013, 1,980 milliard au 30 juin et 3,469 milliards au 30 septembre…

On se devait donc de clore le chapitre des banques par cet article paru sur Le Monde « Les banquiers, tricheurs par culture ». Le corps de métier n’inspire plus confiance…

Les Français thésaurisent leur or

Ipsos a réalisé un sondage publié le 19 novembre dernier pour CPoR indiquant que 12% des Français posséderaient des pièces d’or ou des lingots et que 73% d’entre eux le conserveraient depuis 10 ans ou plus. D’après le sondage, la fiscalité serait un frein à la revente. Un total de 90 milliards d’euros dormirait dans les bas de laine des Français qui ont bien compris que l’or n’était pas un actif spéculatif mais bien une valeur refuge et une épargne de précaution.

Après l’Allemagne et la Suisse, où est passé l’or de l’Ukraine ?

C’est la question que pose cet internaute dans son blog sur Mediapart http://blogs.mediapart.fr/blog/segesta3756/201114/ou-est-il-passe-lor-de-lukraine. Les réserves de métal jaune seraient d’à peine 1% du total des réserves de l’Ukraine. « En février, dans les caisses de la Banque Centrale Ukrainienne il y avait jusqu’à 42 tonnes d’or, pour une valeur de 1,8 milliards de dollars équivalents à 12% du total des réserves du pays. Une donnée certifiée par le Fond Monétaire International », précise le blogueur. Volé ? Transféré ? Vendu ?

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Monnaie islamique : mythe et réalité

21 novembre 2014
Dinar or - Monnaie islamique

Dinar or - Monnaie islamique

Avec la diffusion d’une vidéo de propagande mettant en scène trois djihadistes français, le mouvement islamiste Daesh fait beaucoup parler de lui dans les journaux. Aussi, l’annonce d’instaurer sa propre monnaie officielle en métaux précieux a elle-même été beaucoup relayée dans les médias. Alerte ! L’organisation terroriste va pouvoir se développer en toute indépendance grâce à leur monnaie ! Même pas peur…

Les enjeux d’une monnaie islamique

Il s’agirait d’une version modernisée du dinar d’or qui circulait au VIIe siècle au temps du calife Othman, autant dire la résurrection d’une vieille monnaie. Cette monnaie serait constituée de pièces en or de 1 et de 5 dinars, de pièces en argent de 1, 5 et 10 dirhams et de pièces en cuivre de 10 et 20 « fills ».

En créant sa propre monnaie, l’Etat Islamique souhaite « s’émanciper » du système économique mondial « diabolique », « concurrencer le système tyrannique occidental » selon ses propres termes. Outre la volonté de renforcer le pouvoir et l’indépendance d’un nouveau califat, le fait de posséder sa propre monnaie est un symbole idéologique fort. « En créant sa monnaie, le groupe Etat islamique veut se donner les attributs d’un vrai Etat » dit Nicolas Véron dans Les Echos.
« L’Etat Islamique entend signifier aux yeux du monde qu’il est légitime. Battre sa propre monnaie est un marqueur très fort de souveraineté et donc un moyen de s’affirmer en tant qu’État » explique François Mechy dans L’Orient Le Jour.

La difficulté du projet

- L’approvisionnement

Quelques articles ont fait une analyse plus poussée de la faisabilité d’un tel projet.
France 24 mentionne d’abord un problème de dépendance vis-à-vis des métaux précieux. Comment l’Etat islamique s’approvisionnerait-il et comment pourrait-il s’affranchir des marchés financiers fixent les prix des métaux précieux ? Se pose donc la question de l’approvisionnement. La monnaie se réfère exactement au dinar d’or originel, celui-ci était constitué de 4,3g d’or pur, ce qui nécessiterait de grandes quantités d’or pour frapper la nouvelle monnaie. Même si l’organisation terroriste « gagnerait près de 90 millions de dollars chaque mois en vendant le pétrole provenant des champs irakiens et syriens contrôlés par les djihadistes dans le marché noir », comment peut-elle s’approvisionner en or ? De façon illégale, sur le marché noir ? En tout cas certainement pas au London Market exchange.

- Pas de taux de change

Dans l’article de France 24, Pascal de Lima, directeur de cabinet de conseil EcoCell et spécialiste du système financier, explique qu’aucun autre Etat n’utilisant cette monnaie, sans taux de change, point de salut. La valeur des marchandises, de la monnaie serait fixée arbitrairement, « sans qu’il soit possible de faire des comparaisons internationales ».

- Dur de combattre l’hégémonie du dollar

Il ne faut pas non plus oublier que même si l’Etat islamique souhaite s’en émanciper, le dollar circule beaucoup dans la région en termes d’échange et de commerce.
Selon François Mechy dans Lorientlejour.com, « le billet vert risque de toujours rester la référence en termes de transactions : l’embargo financier décrété par la communauté internationale à l’encontre du mouvement terroriste devrait dissuader tous ses fournisseurs de se faire payer dans une monnaie aussi compromettante que celle de l’EI ».

- Une charge administrative contre-productive

Enfin, battre sa propre monnaie représente une charge administrative énorme. Comme le rappelle Sébastian SEIBT sur France 24, avoir sa propre monnaie entraîne des conséquences administratives et politiques importantes, nécessitant « une économie extrêmement centralisée et autoritaire ».

Au niveau administratif déjà, il faudrait instaurer des contrôles à tous les niveaux, ne serait que pour éviter les risques de fraudes et de circulation de fausses pièces, évidents au lancement d’une nouvelle monnaie. La tentation pourrait être grande pour la population d’aller échanger quelques pièces contre des dollars. Enfin pour que la population ait confiance dans une nouvelle monnaie (l’une des conditions sine qua none pour qu’elle le soit), elle doit avoir la certitude que la monnaie avec laquelle elle paie est bien constituée d’or, d’argent ou de cuivre. Tout ce dispositif nécessite énormément de ressources humaines et d’infrastructures, comme établir des douanes aux frontières par exemple.

L’initiative paraît difficilement réalisable, ne serait-ce que pour sa mise en place, même si l’Etat islamique dispose de ses propres réserves d’or. Cela tend à prouver que l’or est une monnaie et qu’il constitue toujours un moyen d’échange ; ce que nous ne cautionnons évidemment absolument dans ce cas. Ce qui est inquiétant en revanche, c’est que cette annonce peut servir d’autres intérêts, celui des pros dollars. Vous allez peut-être dire que nous sommes un peu parano (corollaire du contrarien), mais si cette initiative servait de prétexte pour « abolir » le commerce de l’or, nous pensons que cela arrangerait le système monétaire international qui, je vous le rappelle, repose sur politique monétaire expansionniste du dollar, une impression infinie de billets (dollars, yens, euros…) que seule peut freiner, gêner, empêcher, une quantité finie d’or.

Même si la conversion dollar/or est abolie depuis le 15 août 1971, force est de constater que l’or, de façon souterraine, continue de circuler et de remplir les coffres des banques centrales.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Les signes incontestables de la faillite en cours de la France… Le Contrarien Matin du 21 novembre 2014

21 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 21 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Il y a la réalité fantasmée, celle que l’on aimerait avoir, le doux rêve, et puis il y a la triste réalité des faits que l’immense majorité ne veut pas voir.

Il y a deux notions de psychologie humaine à avoir en tête lorsque l’on aborde ce type de sujet. La première c’est celle « d’aveuglement volontaire » ou le sujet rejette volontairement tous les faits qui le dérangent dans son confort quotidien. Penser que la France va faire faillite est tellement effrayant que l’on préfère ne pas voir, on fait « l’autruche » comme le dit si bien le langage populaire, la tête dans le sable et le derrière prêt à recevoir un bon coup de pied… Mais au moins, on ne le voit pas venir avec angoisse.
La deuxième notion dont je parlais dans l’article d’hier est le biais dit de « conformité », où l’on veut tous se ressembler pour se sentir accepté par le « groupe ». La pensée exprimée sera donc toujours la pensée consensuelle du groupe ou la pensée que l’on pense que le groupe peut entendre. C’est ce biais qui explique le « consensus » ou la « pensée unique » ou les propos lénifiants dont nous sommes abreuvés.

Lorsque vous prenez en compte ces deux éléments, vous obtenez une écrasante majorité de gens qui « font » le consensus et qui, pour ne pas voir la réalité froide et monstrueuse, vont s’aveugler volontairement et développer une pensée unique stérilisante et la défendre bec et ongle.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Imminence d’une nouvelle crise mondiale… Invictus ! Le Contrarien Matin du 20 novembre 2014

20 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 20 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

En Chine, les prix de l’immobilier baissent, au Vietnam comme je le relatais dans l’édition d’hier le chômage des jeunes diplômés est au plus haut. Au Brésil, la croissance patine et la coupe du monde n’a pas apporté la croissance espérée. L’Argentine est en crise. La Russie soumise aux sanctions internationales voit son économie battre sérieusement de l’aile et sa monnaie s’effondrer. L’Ukraine est en faillite. Les pays arabes souffrent de l’absence de tourisme provoquée par une islamisation de plus en plus forte. Le Japon est en pleine récession/déflation et nous contemplons l’empire du Soleil « couchant » s’enfoncer dans un marasme chaque mois de plus en plus prononcé.

Aux USA, c’est le retour du froid, l’hiver, avec son désormais célèbre « vortex polaire » qui ne gèle pas que les gens (en particulier les millions de sans-abri américains apparemment victimes d’une reprise économique trop forte, ce qui est ironique) mais aussi les affaires et la croissance. L’hiver étant froid… on peut prévoir une récession pour le 4e trimestre 2014 aux États-Unis.

L’Afrique n’en parlons pas, Ebola étant passé par là, même le FMI fait des prévisions dramatiques sur les impacts de croissance dans les pays, hélas, concernés par ces épidémies.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

L’or : sa convoitise suscite bien des haines

19 novembre 2014

L’or, ce métal jadis adoré, désormais haï. Depuis quelques semaines, la presse jette l’opprobre sur l’or, cette vieille relique qu’elle aime détester. Seuls quelques contrariens résistent. La « faiblesse » (toute relative) du cours de l’or, l’initiative « Sauvez l’or de la Suisse » qui souhaite que le pays possède 20% de ses actifs en or, et le mouvement islamiste Daesh qui veut instaurer (restaurer) la monnaie islamique avec le dinar d’or sont les 3 éléments principaux qui ont déclenché le réveil des détracteurs.

Chute, dégringolade, fin du cours de l’or : et pourquoi pas une once à zéro ?

C’est un peu exagéré et surtout impossible. Quel que soit son cours, l’or aura toujours de la valeur, compte tenu de sa rareté. Il ne pourra pas non plus descendre trop bas, à cause des coûts de production liés à l’extraction du métal précieux, qui compte tenu de procédés de plus en plus difficiles, coûtent de plus en plus cher… Nous n’allons pas disserter sur le retour d’une prochaine phase haussière de l’once (même si nous savons qu’elle est inéluctable, nous ne savons pas quand), ni sur une baisse ou une consolidation prolongée.

L’or ne brille plus aux yeux des seuls investisseurs, mais dans une optique d’épargne de sauvegarde à long terme, il ne perd rien de ses fondamentaux positifs. L’or est le garant d’un système monétaire sain, c’est donc l’ennemi des devises papier imprimées à coups de quantitative easings.
Cette baisse orchestrée, selon les soupçons de manipulation de plus en plus évidents qui pèsent sur les banques chargées de fixer le cours de l’or (HSBC, USB…), arrange le système monétaire international.

La presse moutonnière s’engouffre dans la brèche en reprenant en chœur que l’or n’arrête pas de baisser et qu’il n’est donc plus intéressant. C’est certainement vrai du point de vue des investisseurs qui spéculent sur l’or papier. Comme le fait penser cet article de Zonebourse, le dollar fera tout pour conserver son hégémonie dans le système monétaire international et maintenir le cours de l’or à un niveau plancher.

Pourquoi l’or de la Suisse déchaîne-t-il des passions ?

A l’heure où l’échéance du vote sur l’initiative populaire « Sauvez l’or de la Suisse » approche, le sujet fait de plus en plus parler, pro et anti or.
Cet article de Rue 89/Nouvel Obs présente un historique des réserves d’or en Suisse : comment le pays a pu en accumulé autant, puis en perdre tant… En rappelant que si la Suisse occupe le 7e rang mondial en termes de détention d’or, c’est aussi le pays qui possède les plus grandes réserves d’or du monde par habitant.
Dans l’interview qu’il consacrait à la Tribune de Genève, le conseiller national UDC Yves Nidegger rappelle que « la Suisse a perdu 30 milliards à cause d’une sottise ». Le pays, connu pour sa grande stabilité économique, ferait bien de ne pas continuer de se délester trop vite de son or si elle souhaite la conserver… A la question sur les variations du cours de l’or, Yves Nidegger répond que « Si on devait vivre une crise majeure de la dette bancaire et que par hypothèse l’euro ne valait plus rien, l’or vaudrait toujours quelque chose ».
Ce 14 novembre, dans Contrepoint, Ludovic Malot donne 15 (bonnes) raisons de voter oui à l’initiative populaire « Sauvons l’or de la Suisse ». L’article est long, très long, mais intéressant, et les arguments de poids, qui peuvent se résumer en une phrase : l’or lui, ne triche pas (et c’est peut-être bien ce qui dérange la Banque Nationale Suisse).
Cela n’empêche pas les détracteurs de l’or de vouloir « ramener le peuple à la raison ». Dans 24h.ch, le 13 novembre dernier, l’UDC Guy Parmelin (pourtant du même parti que celui qui a lancé l’initiative), déclare qu’« il serait inutile d’acheter une grande quantité d’or qui ne servirait à rien au système monétaire suisse ». «Ne tuons pas l’indépendance de la banque nationale», ajoute-t-il. Il faut bien entendu entendre par indépendance « liberté de pouvoir imprimer des francs suisses à volonté ».
Alors, sauvez l’or de la Suisse, une vraie bonne initiative ? P’t’être bien que oui, p’t’être bien que non ! Dans cet article 14 novembre, l’AGEFI semble ne pas vouloir trancher (à la Suisse quoi) : « La nocivité de l’initiative sur l’or fait consensus », mais « Certains jugent cependant exagéré d’affirmer que la BNS ne serait plus en mesure de défendre le taux plancher ». Même si le oui ne passe pas, le référendum aura fait couler beaucoup d’encre et inspirera sans doute de futures initiatives de ce genre.

L’Islam veut battre sa monnaie en or, l’Occident s’enflamme

On ne compte plus le nombre de titres de presse grand public ayant repris cette information : RFI, DirectMatin Metro, l’Opinion, Europe 1, L’Obs, et j’en passe… C’est finalement un article de France 24 qui sort du lot en poussant l’analyse un peu plus loin que « L’Etat islamique veut frapper sa propre monnaie pour être plus indépendant (et créer un nouveau califat) ». L’article dénonce l’impossibilité du projet, à cause d’une trop grande dépendance vis-à-vis des métaux précieux et d’une trop forte contre-productivité administrative. En outre, on voit mal cet « argent de voyous » circuler en dehors du territoire revendiqué par le mouvement islamiste. Le problème est justement qu’une lecture superficielle de cette information aboutit à cette conclusion, l’amalgame est vite fait entre or et monnaie des terroristes. Les hauts détracteurs de l’or pourraient trouver dans cette annonce un motif nécessaire à l’interdiction totale de faire le commerce de l’or…

Bref, même si l’or est la « valeur refuge des amateurs de chaos » dixit cet excellent article d’Amid Faljaoui (dans Le Vif), comme le rappelle le chroniqueur économique, « Ce qui est gênant avec l’or, c’est que son cours ne peut vraiment exploser que si notre monde est à feu et à sang ! ». Gênant, mais une réalité qui est sur le point d’arriver. A l’échelle humaine, cela peut prendre quelques années, voire quelques mois. Oui, à ce moment-là, les détenteurs d’or physiques seront peut-être les plus riches de l’hôpital ou du cimetière mais tant qu’ils ne seront pas morts, l’or pourra leur être d’un grand secours.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Cours de l’once d’or physique cette semaine : 1141 euros

19 novembre 2014

Semaine 47 de 2014 : 1141 euros pour une once (source AuCOFFRE.com)

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Karl Marx… la révolution tunisienne et la prochaine révolution française ! Le Contrarien Matin du 19 novembre 2014

19 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 19 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je vous reproduis ici l’un des articles que j’avais publié en 2011, il y a donc trois ans, car je souhaitais revenir dessus pour partager avec vous l’évolution de mes réflexions sur ce sujet.

« Comme le racontait Coluche, « c’est l’histoire d’un type, un type normal », enfin presque puisque la mise en application de l’idéologie et des thèses développées par ce « type » n’ont pas vraiment été une grande réussite économique et historique.

Il s’agit de Karl Marx et c’est un homme des année 1850… Comme tous les vieux économistes dont on nous parle, d’Adam Smith et sa main invisible censée « botter le cul des marchés » avec sa capacité d’autorégulation à Ricardo (théorie de l’avantage relatif), ce sont des économistes de la filature du coton et de la révolution industrielle.
Économiquement, ils sont aussi dépassés que le serait technologiquement une Ford T sur une autoroute française un jour de grand départ en vacances.

Alors que vient faire Marx, surtout dans la révolution tunisienne ?

Notre cher Karl a, un jour, fait un constat d’une très grande acuité et d’une très grande justesse historique en expliquant la notion d’infrastructure économique et de superstructure politique. Afin de faire simple, …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

L’aveu de la Banque centrale Suisse!!… Le Contrarien Matin du 18 novembre 2014

18 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 18 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme prévu, le Japon est en récession et les statistiques officielles n’arrivent même plus à le cacher. Que n’avons-nous pas entendu sur la brillante stratégie monétaire niponne. Qu’ai-je dit ? Que cela ne pouvait pas fonctionner et que la situation du Japon, pour des raisons allant au-delà des simples cycles économiques, était irrémédiablement compromise (comme pour la France mais pour d’autres raisons). J’y consacre donc un article dans l’édition du jour.

Ce que je voulais partager avec vous ce matin, c’était plutôt les commentaires pour le moins hallucinants d’aveu du gouverneur de la Banque centrale Suisse à propos du référendum concernant le rapatriement des réserves d’or suisse… en Suisse !

Un « oui » à l’initiative sur l’or serait « fatal » pour la BNS

Voici ce qu’a déclaré le patron de la Banque centrale suisse (BNS) :

« L’initiative sur l’or de la BNS combine un seuil minimum de métal jaune avec une interdiction de le revendre et serait fatale au bon fonctionnement de l’institution, selon son président. Cela limiterait les activités à long terme de la BNS. »

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

La fin des taux fixes immobiliers sans doute pour bientôt ! Une véritable bombe financière pour les ménages… et pour la démocratie… Le Contrarien Matin du 17 novembre 2014

17 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 17 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je vous avais promis le corrigé de l’exercice « Que faire lorsque l’on n’a plus que 500 euros en poche et 48 heures devant soi pour s’en sortir et gagner dignement et légalement sa vie »… Vous avez été tellement nombreux à répondre et à jouer à cet exercice que ma femme n’a toujours pas fini de faire la synthèse de vos devoirs… Merci à toutes celles et ceux qui ont participé. Dans cette édition, vous trouverez donc l’une des réponses mais beaucoup d’autres propositions largement aussi valables ont été soumises. La « mère Sannat », qui n’a pas perdu son chat, s’occupe donc de regrouper toutes ces « meilleures idées », et dès que l’on sera prêt, évidemment, je les publierai.

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un sujet qui est une véritable bombe pour les ménages français, à savoir l’interdiction à venir des emprunts à taux fixes en France. J’étais passé totalement à côté de cette information qui est pourtant d’une extrême gravité et qui est de nature à remettre en cause les grands équilibres financiers de nos concitoyens. Je remercie donc au nom de toute notre petite communauté notre camarade contrarien Jean-Jacques qui râlait de ne pas me voir aborder ce sujet… Et pour cause ! Je n’avais pas vu !! C’est la raison pour laquelle vous ne devez jamais hésiter à m’envoyer un petit mail (charles@lecontrarien.com). En tout cas, un immense merci à Jean-Jacques !

Taux fixe : la fin d’une exception française ?

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Revue du web du 14 novembre : Suisse, dinar islamique, manipulation du cours de l’or

14 novembre 2014

L’or est au cœur de l’actu cette semaine, du côté de la Suisse toujours où les tensions autour du référendum sur l’or du pays montent en puissance, du côté de Daesh qui souhaite créer une monnaie en or islamique et du côté des banques, avec UBS, « lourdement soupçonnée » de manipulation des cours de l’or.

Tentative évidentes de manipulation des cours des métaux précieux chez UBS

C’est ce que révèle cette dépêche de l’Agence Reuters le 12 novembre. Six mois après Barclays qui écopait d’une amende de 26 millions de livres, c’est au tour de l’organisme financier UBS, un des régulateurs des cours des métaux précieux. L’article précise que selon les Autorités de Régulation Suisses (FINMA), les tentatives de manipulations sont évidentes. Autant dire que la banque a été prise la main dans le sac. Ces allégations de fraude sur le marché des changes font suite à une enquête menée par Finma au sein d’UBS.
Par ailleurs, « Les autorités britanniques, suisses et américaines ont infligé 3,4 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) d’amendes à cinq banques dans l’affaire des manipulations présumées du marché des changes » nous apprend une dépêche de l’AOF relayée notamment sur Capital.fr et Zonebourse le 12 novembre.
Citibank, HSBC, JPMorgan Chase, Royal Bank of Scotland et UBS sont incriminées (par des échanges par tchats) pour le trucage du taux des devises. Il y a quelque chose de pourri dans le royaume des banques…

Etat islamique: bientôt l’instauration d’une monnaie indépendante ?

L’info a été reprise en masse le 13 novembre par la presse « mainstream » (grand public) et notamment par le Figaro ou encore sur RTL.fr. Le groupe djihadiste Daech (aussi connu sous le nom d’Etat Islamique) veut frapper sa propre monnaie, en or et en argent en restaurant le dinar d’or, une monnaie islamique utilisée au VIIe siècle, afin de consolider la fortune de son califat. Selon un communiqué de l’organisation terroriste relayé par le Dailymail, cette monnaie serait créée dans les semaines à venir et circulerait dans les territoires occupés par le Daech. L’objectif étant de remplacer « le système monétaire tyrannique imposé aux musulmans qui a conduit à leur oppression ». « Le groupe du calife autoproclamé Al Baghdadi compte « s’émanciper » du système économique mondial « diabolique », selon son communiqué », peut-on lire dans la version maghrébine Al Huffington Post. Si l’or a cette vertu d’offrir plus d’indépendance et de liberté à un Etat (comme le proclame l’initiative « Sauvez l’or de la Suisse »), il sert ici des intérêts criminels que nous ne cautionnons évidemment pas. Il faut rester extrêmement circonspect dans cette annonce qui tombe à pic pour tous les détracteurs de l’or (et donc les pros dollar). On peut y voir une tentative de désavouer l’or. Attention à l’amalgame « or, monnaie des terroristes ».

L’or de la Suisse divise l’opinion

Nous y consacrerons un article la semaine prochaine, mais l’initiative populaire « Sauvez l’or de la Suisse » a fait beaucoup parler d’elle. Le sujet a largement dépassé les frontières de la Suisse. Il suffit de voir les résultats liés à la recherche « Sauvez l’or de la Suisse » dans Google actualités pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène. Passera, passera pas ? Le phénomène soulève bien des questions, et des inquiétudes. Jean-François Faure, Président fondateur d’AuCOFFRE.com expliquait dans le Figaro le 12 novembre dernier, que « certains pays, déjà tentés de sortir de l’euro, pourraient vouloir rejoindre la Suisse dans une gestion plus saine de leur monnaie, dans l’optique de se préserver».

En bref…

- Le nouveau billet de 10€ se fait tailler en pièces
Quand le concours de selfies de la BCE dérape… Voilà ce qui arrive quand la BCE organise un concours de « selfies » (autoportraits) autour du nouveau billet de 10€ (de Monopoly) : les participants s’en donnent à cœur joie.

- Argent à prix discount : pénurie sur les pièces en argent
Le blog Résistance Authentique publiait le 13 novembre un article très étayé sur la pénurie de métaux précieux. Le dossier reprend notamment une info diffusée par Les Echos le 10 novembre dernier : « Le métal blanc n’avait pas été aussi peu cher comparé à l’or depuis début 2009. Certaines pièces populaires viennent à manquer ».

- La demande mondiale en or en baisse
Le World Gold Council a publié les chiffres de la demande mondiale en or pour le 3e trimestre 2014. Si l’Inde redevient le premier consommateur d’or au monde pour la joaillerie (qui s’explique par les fêtes traditionnelles saisonnières), la consommation mondiale d’or a globalement reculé de 2%. La baisse du cours l’once d’or n’a pas déclenché de fièvre acheteuse, sauf chez tout bon contrarien qui se respecte.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Poutine stocke de l’or et se prépare à la guerre économique… Le Contrarien Matin du 14 novembre 2014

14 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 14 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je vous livre la traduction par mes soins du dernier article du Telegraph fort intéressant au sujet de l’accumulation de métal jaune par la Russie qui se prépare à la guerre économique et à contrer la chute du rouble, sans oublier que, vraisemblablement, la Russie se prépare aussi, hélas, à la guerre tout court.

Vous trouverez dans cette édition du Contrarien Matin également le podcast de la dernière intervention d’Emmanuel Todd sur Europe 1 où il dénonce sans ambiguïté le fonctionnement oligarchique de notre société et le rôle malsain de ce qui fut un grand quotidien, un monument de la presse de notre pays, à savoir Le Monde. Il pourfend les manipulations et la véritable propagande à laquelle se livre ce journal y compris sur l’affaire ukrainienne. C’est passionnant et c’est à voir ou à écouter.

« Selon le dernier rapport du Conseil mondial de l’or, la banque centrale de Russie a augmenté ses réserves de lingots au troisième trimestre.

La Russie a profité de la baisse des prix de l’or pour renforcer les réserves d’or de sa banque centrale afin de se préparer à la possibilité d’une guerre économique de longue haleine avec l’Occident.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Comment éviter le chômage et la misère à vos enfants ?… Le Contrarien Matin du 13 novembre 2014

13 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 13 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Celles et ceux qui lisent régulièrement le Contrarien savent tout l’intérêt que je porte aux mutations technologiques de notre monde qui ont évidemment des répercussions économiques fondamentales, en particulier sur le niveau d’emploi.

Si vous faites partie des béats endormis vivant dans un présent permanent et imaginant que tout ira bien, que la croissance reviendra et avec elle le plein-emploi, cet article et ces réflexions ne sont pas pour vous. En revanche, si vous êtes inquiets, comme je le suis, en particulier pour l’avenir de nos enfants, je vous propose ici de partager encore une fois non pas LA vérité mais mes réflexions sur le sujet et les solutions ou les pistes que nous pouvons essayer d’imaginer. Encore une fois, même si je ne peux pas matériellement répondre à tous, n’hésitez pas à m’écrire, à réagir, à compléter ou amender en m’écrivant à charles@lecontrarien.com car ma réflexion évidemment s’enrichit (et grandement) des vôtres.

Les robots menaceraient un emploi sur trois au Royaume-Uni

C’est un article de La Tribune qui revient sur la dernière étude au sujet de l’emploi et de la révolution informatico-robotique actuelle. Cette étude a été réalisée par le grand cabinet de conseil Deloitte et ses conclusions

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

La liste des entreprises françaises au Luxembourg !!… Le Contrarien Matin du 12 novembre 2014

12 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 12 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Voici une petite recherche que je vais vous livrer, il s’agit d’un lien que je vous donne vers le consortium des journalistes qui vient de révéler le scandale de la plus grosse évasion fiscale jamais organisée dans le monde grâce à un pays, le Luxembourg, et à son chef d’État de l’époque Jean-Claude Juncker, désormais président de la Commission européenne, ce fameux machin super démocratique et prenant soin de l’intérêt des peuples d’Europe (c’est ironique évidemment).

Vous pourrez y trouver l’ensemble des gentilles entreprises très citoyennes et qui aiment payer des impôts, à moins que ce soit l’inverse… C’est très bien fait et le moteur de recherche permet de choisir pays par pays et après, les logos de chaque société concernée s’affichent.

Le « socialiste » Emmanuel Macron défend Jean-Claude Juncker

Avant de vous donner tout ça, je voulais revenir sur le principal avocat de Jean-Claude, à savoir le français Macron, notre actuel ministre de l’Économie socialiste. Bon, vous l’avez compris, avec Macron nous sommes dans un socialisme môôôderne, un socialisme de combââât, un socialisme « libéral », c’est-à-dire un socialisme tourné vers le prôôôôgrèèès …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Les banques ont-elles les reins solides ?

10 novembre 2014

Si nous vous parlons des banques, c’est parce qu’elles sont le nerf de la guerre monétaire qui se joue actuellement dans le monde et que de leur « état de santé » dépend la santé économique mondiale. Après les « stress tests » auxquels la BCE et l’ABE ont soumis 130 banques européennes en octobre, on fait le point entre « réussite différée » et réalité.

Les banques dont le risque est considéré comme « systémique »

En juin 2013, Olivier Berruyer publiait un dossier très étayé sur la solvabilité des banques systémiques. Partant d’une liste de banques jugées « systémiques » (« dont la faillite pouvait causer d’énormes dommages au système bancaire mondial ») par le G20, il étudiait en détail les plus problématiques d’entre elles. Si l’on se base sur les fonds propres durs de chaque banque (fonds qui devraient leur permettre de résister à une éventuelle faillite), le constat est alarmant. « Nos banques sont en fait très pauvres » conclue-t-il, car elles possèdent en fait très peu de capitaux propres. Le Crédit Agricole, la Société Générale et BNP Paribas par exemple présentent un vrai problème de solvabilité.

En 2014, qu’en est-il ? La situation ne s’est bien sûr pas arrangée. En 2014, le Systemically Important Financial Institutions (SIFI) publiait la liste des 28 banques systémiques mondiales et montrait parallèlement que leur situation s’était dégradée.

Le blog de Jean-Pierre Chevallier relèvera peut-être du chinois pour certains d’entre vous, mais cet analyste financier indépendant qui se définit comme un contrarien fait un travail remarquable en passant régulièrement au crible la solvabilité des banques du monde entier.
Dans cet article du 10 novembre par exemple, il dit : « Un récapitulatif du leverage réel des 4 Gos banques (NDLR : banques systémiques) françaises à la fin de ce dernier trimestre montre clairement que la confiance ne peut pas régner dans le système bancaire en France comme en Europe car elles sont très loin de respecter les règles prudentielles d’endettement préconisées par ce bon vieux Greenspan, à savoir un leverage inférieur à 10 correspondant à un ratio Core Tier 1 supérieur à 10 % ». Pour cela, « Il faudrait augmenter les capitaux propres de ces 4 Gos banques de… 428 milliards d’euros pour respecter les règles prudentielles d’endettement ».

Que se passerait-il en cas de faillite bancaire ?

Le 22 octobre dernier, la Banque centrale européenne (BCE) et l’Autorité bancaire européenne (ABE) ont soumis 130 banques européennes à des « stress tests » pour savoir si elles avaient les « reins solides ». Sur les 130 banques, 11 au moins avaient échoué aux tests de résistance à différents scénarios économiques catastrophe, nous apprenait Lecho.be : 3 banques grecques, 3 italiennes, 2 autrichiennes et 1 belge. Les banques ayant échoué aux stress tests ont neuf mois pour mettre en place un plan de recapitalisation. Est-ce suffisant ? Bien évidemment non. C’est même illusoire.

Au même titre que le Mécanisme Unique de Résolution (MRU) mis en place en juillet 2013 par l’Union Européenne, un processus européen de surveillance et de gestion des faillites éventuelles des 130 plus grands établissement bancaires. Le MRU avait déjà soulevé un tollé auprès de la commission des finances du Sénat le 09 octobre dernier, les banques françaises devant payer 30% du fonds de 55 milliards d’euros, contre 20 à 25% seulement pour l’Allemagne, une répartition pour le moins inéquitable.

Autre problème, les contributions des banques françaises sont déductibles de l’impôt sur les sociétés, ce qui représenterait un manque à gagner de 5 milliards d’euros.

Dans le cadre de la prévention du risque bancaire systémique, le Sénat devait examiner le 21 octobre dernier un amendement des écologistes (qui ne passera sans doute jamais) visant à faire économiser à l’État français plus de 5 milliards d’euros, en supprimant la déductibilité fiscale des contributions des banques au Fonds de résolution bancaire européen. Car pour le sénateur écologiste André Gattolin, « L’État va devoir débourser environ 650 millions d’euros par an pendant 8 ans pour prévenir les erreurs des banques, ce qui est totalement contradictoire avec l’esprit du Fonds de résolution », une décision « stupéfiante, alors que l’heure est aux coupes tous azimuts dans les dépenses publiques », rapporte Charles Sannat dans l’édito du 20 octobre du Contrarien. Les plans de sauvetages des banques (qui paradoxalement réalisent des profits monumentaux) exposées au risque de faillite systémique peuvent se résumer cette simple formule selon Charles Sannat : « Privatisation des gains et socialisation des pertes ». Une situation complètement injuste pour l’Etat (le contribuable) qui devrait payer de sa poche le sauvetage d’une banque, sans en contrepartie bénéficier d’un kopek en cas de profit…

Enfin, les scénarios des stress tests font l’impasse sur la faillite d’Etat, scénario pourtant probable. Dans le Contrarien du 23 octobre  consacré aux stress tests européens, Charles Sannat demande : « que se passe-t-il en cas de faillite d’États si les fonds propres des banques sont investis en dettes d’États et que ces États font défaut ? ».
« En fait, aucune banque aujourd’hui ne peut survivre à une faillite d’État » (…). « Si les États tombent, les banques tombent et inversement, vu qu’ils jouent tous depuis des années à « je te tiens tu me tiens par la barbichette » ». Si une banque systémique d’un Etat devait couler, la réponse est simple, elle entrainerait l’Etat dans sa chute.

« Il est déjà trop tard pour les réponses collectives. Préparez-vous individuellement dans le cadre de votre responsabilité personnelle et restez à l’écoute » prévient Charles Sannat.

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

Ce n’est pas cher, c’est l’État qui paye… Le Contrarien Matin du 10 novembre 2014

10 novembre 2014

Le Contrarien Matin du 10 novembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je souhaitais revenir sur l’allocution présidentielle de mi-mandat de la fin de la semaine dernière une fois la poussière retombée et les commentaires à chaud et bien souvent inutiles, dissipés.

Un président profondément pathétique dans un exercice l’étant tout autant…

TF1, qui sait exceller dans l’art de la télé-réalité, a donc fait un casting pour sélectionner quelques français. Pas trop quand même. 4, c’est bien 4. Ils ont posé des questions au président qui a répondu systématiquement à côté.

Le chômage ? Pas bien, il faut lutter contre le chômage et il s’y emploie blablablablablabla.
Les jeunes. C’est bien d’être jeune et blablablablablabla.
Les vieux ? C’est triste d’être vieux, alors blablablablablabla.

Les annonces… et la besace du Père Noël !

Tous les journalistes, gentils et plutôt braves gars, nous avaient prévenus. Le président viendra avec des annonces, il n’aura pas les mains vides, pensez donc, c’est une allocution de mi-mandat… et quel mandat !

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Aider avec viagra pas cher france impuissance masculine levitra generique france

ENGLISH ESPANOL ITALIANO CHINESE

Recherche
Partager le Blog
Share |

Suivez-nous sur TWITTER :
http://twitter.com/GOLDCOINorg

Réflexions
" Ce qui compte pour un alpiniste, c'est son effort, c'est son adresse, ce sont ses muscles. La corde qui l'assure ne joue aucun rôle tant que tout va bien. Mais elle lui donne la sécurité. De même, l'or ne sert qu'à garantir la confiance. C'est un refuge. "