online viagra generique en France cialis generique font solution priligy france pour les levitra generique hommes cialis pas cher dysfonction erectile viagra pas cher
La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories

Archive for the ‘Grèce’ Category

Sortie de la Grèce de l’euro : quels gains, quels risques ? Le Contrarien Matin du 30 juin 2015

Mardi, juin 30th, 2015

Le Contrarien Matin du 30 juin 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

L’euro est-il responsable de tous nos malheurs ? Non. Est-il l’un des responsables de nos difficultés économiques ? Sans conteste oui. Pourquoi ? Parce que plaquer une monnaie homogène sur des économies hétérogènes était une absurdité dès le départ, une absurdité économique parfaitement connue et dénoncée avec constance par des observateurs remplis de simple bon sens dont je fais partie.

Faire l’euro, et donc la monnaie unique, n’est possible, lorsqu’il y a hétérogénéité économique, que si et seulement si cela s’accompagne d’une union de transfert. Il faut, pour faire simple, que les riches payent pour les pauvres. C’est ce qui se passe en France entre les régions, c’est ce qu’il se passe en Allemagne entre l’Est et l’Ouest ou en Italie entre le Nord et le Sud. Il fallait donc une union de transfert. Pour qu’il y ait une union de transfert, il fallait une Europe fédérale, avec un trésor européen, un fisc européen, des impôts européens.

On peut évidemment être opposé à ce projet de grand « saut fédéral », et à titre personnel j’y suis profondément opposé car pour le moment, l’Europe montre des signes inquiétants d’autoritarisme et un non-respect systématique des démocraties nationales. Enfin, je pense qu’il ne peut pas y avoir de représentation et de démocratie européenne,…

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Le FMI se fout de nous… En voici la preuve ! … Le Contrarien Matin du 24 juin 2015

Mercredi, juin 24th, 2015

Le Contrarien Matin du 24 juin 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, j’ai un défaut. J’ai de la mémoire. Et j’ai un autre défaut… j’aime partager mes « souvenirs » avec le plus grand nombre… Bon, si vous demandez à ma femme, je pense qu’elle sera en capacité de faire une liste exhaustive et sur plusieurs pages de tous mes défauts… mais restons pudiques !!

Bref, il y a deux ans, le FMI paradait en expliquant qu’effectivement ils étaient très gentils au FMI, et que si les Grecs étaient malheureux à cause des politiques d’austérité demandées ils étaient vraiment navrés, et que même qu’ils reconnaissaient qu’ils avaient fait tout plein d’erreurs de calcul et que l’austérité ne servait à rien pour régler la crise grecque… Je le pense mais ça, tout le monde s’en fiche ; en revanche quand le FMI dit lui-même que l’austérité ne sert à rien, ce qui est logique, cela devrait avoir du poids.

Oui, en gros, retenez ce principe mathématique de base. Si vous avez un PIB de 100 avec une dette de 100, donc qui équivaut suivez-moi bien (même les distraits du fonds de la classe) à… 100 % du PIB, si la dette reste constante (elle n’augmente même pas) à 100 mais que le PIB, lui, baisse à 95 en raison d’une récession de 5 % liée à la politique d’austérité, …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Lundi, juin 22nd, 2015

Le Contrarien Matin du 22 juin 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Pour le moment, tout se passe comme prévu, ou plus précisément comme il était prévisible que cela se passe.

Imaginez que vous soyez un pays européen endetté jusqu’au cou et sans espoir, malgré tous les efforts que vous pourrez consentir, de parvenir à rembourser ne serait-ce que la moitié de vos dettes. Que faites-vous ?

Dans un premier temps, vous gagnez du temps avec la complicité de vos partenaires et de vos créanciers car finalement, cela arrange bien tout le monde de ne pas avoir à constater de faillite et d’obliger tout le monde à prendre ses pertes.

Gagner du temps !

Pour gagner du temps, il faut évidemment faire croire que l’on va faire quelque chose d’utile. Alors pendant des années, nous avons assisté à la ruine consciencieuse du peuple grec et au transfert hallucinant de l’ensemble des dettes de la Grèce du secteur privé bancaire vers le secteur public et les États européens. Évidemment, ce hold-up à presque 400 milliards d’euros …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Si la Grèce fait défaut, cela va coûter 68 milliards d’euros aux Français… Et ça ne va pas vous faire rigoler ! Le Contrarien Matin du 19 juin 2015

Vendredi, juin 19th, 2015

Le Contrarien Matin du 19 juin 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Cela fait plusieurs années que je dénonce inlassablement le fait que l’on fait n’importe quoi – enfin pas nous, les « brillants » qui nous dirigent.

Souvenez-vous, aux pires moments d’incertitude sur la Grèce et l’avenir de l’euro, c’était en 2011 et les sommets de « l’ultime dernière chance » pour sauver la Grèce se succédaient à un rythme effréné.

Après des milliers d’heures de discussion, après des milliers d’heures d’avion, de jet privé et conciliabule, après le G7, les G8 et les G20, il a été trouvé un accord autour d’un mécanisme d’abord baptisé MES puis FESF…

MES et FESF, deux fadaises intellectuelles visibles dès le départ

Le MES c’est le mécanisme de stabilité européen, et le FESF, son petit frère qui a pris le relais et qui est censé être en fonctionnement actuellement, signifie « fonds européen de stabilité financière ». Comme dit ma femme, c’est toujours l’inverse.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Grèce, rien ne va plus !… Le Contrarien Matin du 12 juin 2015

Vendredi, juin 12th, 2015

Le Contrarien Matin du 12 juin 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

En Grèce, rien ne va plus. Évidemment, tout le monde fait mine que tout ira bien comme à chaque fois, pourtant, jamais la Grèce n’a été aussi proche de reprendre en main son destin.

Grèce : Tsipras évoque toujours « des divergences » après sa rencontre avec Juncker

En fin d’après-midi, nous avons appris que le Premier ministre grec Alexis Tsipras a évoqué des divergences qui restent à combler avec ses créanciers, après un entretien de deux heures jeudi après-midi avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles.

« Nous travaillons pour combler les divergences qui subsistent, en particulier sur le plan budgétaire et financier, et afin de parvenir à un accord qui garantisse un redressement de la Grèce avec de la cohésion sociale et une dette publique soutenable », a affirmé M. Tsipras après cet entretien…

En langage non diplomatique, cela veut dire qu’ils ne sont juste d’accord sur rien.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Et voilà qu’il faudrait avoir peur pour la Grèce… ! Le Contrarien Matin du 15 mai 2015

Vendredi, mai 15th, 2015

Le Contrarien Matin du 15 mai 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous le savez, depuis 2007, nous avons sauvé la Grèce… plusieurs fois.
Comme vous le savez, nous avons sauvé les banques… plusieurs fois.
Comme vous le savez, nous avons sauvé l’euro… plusieurs fois.
Comme vous le savez, le pire était derrière nous.
Comme vous le savez, la crise était finie.
Comme vous le savez… c’est la reprise et le retour de la sainte croissance.

Sauf que nous, ici, en bas, dans la vraie vie, nous ne voyons rien d’autre que la dégradation de notre niveau de vie.
Nos retraités ne sont plus « augmentés » et une pension qui n’est pas revalorisée c’est, en pouvoir d’achat, une pension qui baisse.
Avec 6 millions de chômeurs et 12 millions de pauvres, c’est assez difficile d’obtenir une belle augmentation lorsque l’on est salarié.
Pourtant, les charges augmentent chaque mois. Les salaires nets baissent. Les « zimpôts » sont largement en hausse surtout pour les classes moyennes, pour celles et ceux qui gagnent entre 1 500 et 3 000 euros par mois…

On vous explique que la crise est finie.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Le printemps et l’été 2015 risquent d’être parmi les plus chauds… Protégez vous !

Mardi, mars 31st, 2015

Voici ici un planning des risques de surchauffe et de stress pour les mois qui viennent… notamment pour nos amis grecs (il y fait plus chaud, c’est bien connu) et plus généralement pour nous Européens.

Le délai accordé au Grecs nous amènera tant bien que mal jusqu’à l’été (fin juin) mais il est fortement recommandé de vous protéger à l’approche de l’été car cet année le soleil sera particulièrement nocif. Les U.V. (Ultra Volatililty) pourraient être particulièrement dangereux.

Le 24 février, l’Eurogroupe a approuvé le plan des réformes présenté par Athènes et a prorogé son programme d’aide financière à la Grèce jusqu’en juin 2015. Comme nous pouvons le voir sur ce graphique, c’est justement à partir de juin que les échéances augmentent pour ne décélérer qu’à partir de l’automne.

Selon Alexis Tsipras, les caisses de l’état seront vides en avril. C’est ce qu’il aurait glissé jeudi 19 mars à Bruxelles.

Si Athènes joue les « bons élèves » et reçoit bien les 7 milliards du FMI en juin prochain, tout ne sera pas réglé pour autant puisque plus de 6,5 milliards seront dûs avant la fin de l’été.

La question de la solvabilité de la Grèce pourrait se poser à nouveau très rapidement par la suite (en supposant que cette question disparaisse réellement entre temps). Il sera préférable à ce moment là d’être protégé. Mieux vaut prévenir que guérir !

Il serait donc temps que l’€urope prenne enfin sa part de responsabilité afin de ne pas vivre la même tragédie-comédie constamment car cela pourrait mal finir au bout du compte.

 » Les choses sont telles en Europe que tous les Etats dépendent les uns des autres. »     Montesquieu

Christophe Vereecke – Consultant AuCOFFRE


 

Grèce : vers une « chypriation » ?

Jeudi, février 5th, 2015

Il s’agit d’un véritable coup d’Etat financier qui vient de se dérouler le 04/02 alors qu’Alexis Tsipras était reçu le jour-même à l’Elysée. La BCE a décidé de couper les liquidités à la Grèce sans sommation (ou presque). Voilà ce qui se passe quand on veut s’attaquer à la dette en zone euro !

Quand la BCE met ses menaces à exécution

Plus de source de financement pour la Grèce, ainsi en a décidé la BCE. Pour Politis.fr, il s’agit d’un « coup d’État financier de la BCE contre la Grèce », même si les banques grecques pourront toujours bénéficier de l’accès à l’aide à la liquidité d’urgence (ELA) pendant 25 jours…

En même temps, ce n’est pas une très grande surprise dans la mesure où suite à une rencontre avec le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, la BCE avait annoncé « qu’elle n’accepterait plus les obligations d’Etat grecques en échange de ses opérations de financement ». Cette décision implique que la question du (re)financement des banques grecques sera désormais assumé par la banque centrale grecque. Normal nous direz-vous, si la grecque ne veut pas payer ses dettes (enfin il est plutôt question de la restructurer)…

Les conséquences

Yanis Varoufakis indiquait déjà en décembre 2014 qu’un gouvernement mené par Syriza devrait s’attendre à des menaces de la BCE. La décision était certes attendue, mais abrupte et les marchés ont été pris de court et n’ont pas eu le temps de se retourner.
Résultat, le journal lecho.be évoque un véritable « krach des banques grecques ». Suite à la décision de la BCE, la Bourse d’Athènes a en effet ouvert en forte baisse ce jeudi, le principal indice de la Bourse d’Athènes enregistrant de 5,66% après avoir ouvert sur une chute de 9%.

Chypre, puis la Grèce… Avec la peur que l’insolvabilité des banques se propage, l’or reprend tout naturellement sa place de valeur refuge et se renforce. Dailyforex.com indique « Le cours de l’or s’est renforcé mercredi, pour la première fois depuis trois jours, l’attrait de sa capacité d’actif refuge suite à la décision de la BCE d’augmenter la pression sur la Grèce réduisant la force du dollar U.S. ».
L’or qui est toujours le meilleur rempart à la dévaluation monétaire et le meilleur moyen de protection en cas de faillites bancaires…

Le minotaure planétaire… l’ouvrage du ministre de l’Économie grecque à lire ! … Le Contrarien Matin du 30 janvier 2015

Vendredi, janvier 30th, 2015

Le Contrarien Matin du 30 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je dois vous avouer un truc… J’ai failli passer à côté mais alors quelque chose de bien mes chers amis. Il y a quelques semaines, nous étions encore 2014, je reçois un mail fort sympathique d’un camarade contrarien qui m’explique qu’il va sortir un bouquin, enfin la traduction en français d’un ouvrage écrit par un économiste grec en 2008 sur la crise économique que nous traversons… Mouais… Pourquoi pas. D’abord, j’adore les livres que j’accumule au plus grand désespoir de ma tendre épouse de façon aussi compulsive que j’entasse les boîtes de raviolis… Et puis c’est un livre d’éco, et l’économie ça me passionne donc du coup notre camarade contrarien m’adresse ce bouquin, je lis ce bouquin et je me dis tiens, faudra que j’en parle dans un édito, c’est pas mal du tout et ça apporte un autre angle de vision sur la crise et le fonctionnement de l’économie mondiale donc pas mal du tout pour faire avancer la réflexion collective. Les fêtes de Noël arrivent, je mange des huîtres, je joue le Père Noël, machin toussa et j’oublie complètement ce bouquin, mais alors totalement….

Puis vint la rentrée, la reprise, le travail, et… les élections en Grèce. Puis Syriza l’emporte, puis Tsipras nomme son nouveau ministre de l’Économie, un certain Yanis Varoufakis, et puis rien,

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Et pourtant le soleil s’est levé !… Le Contrarien Matin du 27 janvier 2015

Mardi, janvier 27th, 2015

Le Contrarien Matin du 27 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Après que les institutions européennes ont cherché à faire peur aux Grecs, les Grecs ont voté et les Grecs ont porté au pouvoir un parti de gauche plutôt à gauche dont la volonté affichée (nous verrons, dans les faits, ce que ce parti fera) était de renégocier avec l’Europe. Malgré tout, le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras va donc diriger la Grèce sur un « chemin abrupt » selon ses propres mots et est allé se recueillir au mur des fusillés où 200 communistes avaient été exécutés par les nazis. Et pourtant le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

Tsipras veut renégocier une dette qui, de toutes les façons, n’est tout simplement pas remboursable, ce dont tout le monde convient. Et pourtant le soleil s’est levé sur la Grèce, il s’est levé sur l’Europe.

La Grèce se dirige donc vers une forme de défaut de paiement salvateur. La seule question désormais n’est pas de savoir si la Grèce va rembourser ou pas ses dettes, mais comment elle va ne pas les rembourser et quelles seront les modalités pour atténuer la souffrance financière de ce pays.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

En Allemagne, le gouverneur de la Bundesbank n’est pas content !… Le Contrarien Matin du 26 janvier 2015

Lundi, janvier 26th, 2015

Le Contrarien Matin du 26 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Au moment où je m’apprête à écrire ces lignes, le parti Syriza est donné largement vainqueur en Grèce avec, selon les dernières rumeurs, une majorité absolue. Nous découvrirons l’ampleur de la victoire de ce parti demain, lundi, et nous pourrons observer comment les marchés prennent la chose, mais grâce à l’intervention résolue de Mario Draghi qui a autorisé tous les gouvernements de la zone euro à battre monnaie comme ils le souhaitent ou presque, les choses devraient relativement bien se passer en tout cas dans un premier temps. À plus long terme, vous savez ce que je pense de la situation et ce plan de la BCE est en réalité un détricotage de la zone euro, un détricotage en règle qui pose les bases de la future séparation amiable.

D’ailleurs le petit père des pauvres européens, Mario Draghi, sait très bien qu’il a juste offert encore une fois un peu plus de temps aux politiciens de la zone euro mais de là à ce qu’ils utilisent ce temps avec intelligence et clairvoyance, il n’y a qu’un pas qu’évidemment personne ne veut sauter, car dans un an, nous aurons dépensé 1 100 milliards d’euros …

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Les Grecs fuient les banques et ne paient plus leurs impôts en attendant les élections. Majorité absolue pour Syriza ?… Le Contrarien Matin du 20 janvier 2015

Mardi, janvier 20th, 2015

Le Contrarien Matin du 20 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous pourrez le voir à la fin de cet article, l’un des derniers sondages montre que le parti Syriza pourrait même être en mesure de créer une surprise considérable en obtenant la majorité absolue, ce qui en Grèce, depuis le début de la crise, serait une immense première puisque ce pays est traditionnellement habitué aux accords et aux compositions entre les partis tant les majorités absolues sont rares et les majorités relatives la norme.

Si dans quelques jours c’est un tel résultat qui devait sortir des urnes, cela donnerait à ce parti de gauche les coudées franches pour pouvoir renégocier en position de force avec les créanciers de la Grèce, qu’il s’agisse du FMI, de la BCE ou encore plus de la Commission européenne qui se fait ces derniers temps de plus en plus discrète et pour cause.

Ce qu’il faut bien avoir présent à l’esprit c’est que lorsque je dois 100 000 euros à la banque j’ai un gros problème, mais si je dois 10 milliards d’euros à la banque, ce n’est pas moi qui ai un gros problème… mais mon banquier. Il en va de même pour la Grèce qui doit quelques centaines de milliards d’euros qu’elle ne remboursera jamais, ce dont tout le monde aujourd’hui est à peu près certain. Reste à définir les modalités concrètes du défaut de paiement de la Grèce afin qu’il soit le plus propre possible et se fasse de la façon la plus ordonnée.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Pour Angela Merkel, la Grèce peut sortir de l’euro. L’euro n’est donc plus irréversible ! … Le Contrarien Matin du 5 janvier 2015

Lundi, janvier 5th, 2015

Le Contrarien Matin du 5 janvier 2015

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

C’est avec un immense plaisir que je vous retrouve aujourd’hui pour une nouvelle année qui démarre sur les chapeaux de roues avec l’Allemagne qui envisage tout simplement officiellement pour la première fois de laisser sortir la Grèce de la zone euro… C’est une sacrée nouvelle et nous y reviendrons longuement dans ce premier édito de l’année.

Avant toute chose, je souhaitais, à tous, vous présenter mes meilleurs vœux de bonheur et de santé, le reste n’étant que de l’intendance qui suivra plus ou moins bien. L’essentiel est bien le bonheur alors ce n’est que cela que je vous souhaiterai pour 2015. Soyez heureux.

2015 s’annonce une année complexe !

J’ai eu quelques messages raillant le fait qu’il n’y avait pas eu d’attaque de Noël de la part des marchés. Certes, et alors ? Pour celles et ceux qui n’auraient pas compris ou qui ne veulent pas comprendre, parler d’un risque, évoquer des rumeurs sérieuses et crédibles ne veut pas dire par définition que cela devient une certitude. Nous n’avons pas de certitudes sur tous les sujets.

Alors bien sûr, il n’y a pas eu d’attaque et nous devons nous en réjouir. Certes Mario Draghi a déclaré qu’il irait jusqu’au bout de son mandat

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Il faut pleurer pour les Grecs et pour les peuples d’Europe… Le Contrarien Matin du 9 décembre 2014

Mardi, décembre 9th, 2014

Le Contrarien Matin du 9 décembre 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

J’ai toujours dit et affirmé que ce qui s’est passé en Grèce, ce qui s’y passe et ce qui s’y passera préfigure le futur sombre des peuples européens.

J’ai toujours dit que l’Europe, l’Union européenne était en réalité une organisation profondément antidémocratique en privant les peuples de leur souveraineté au profit d’instances où les petits et grands arrangements se font entre amis.

J’ai toujours dit que le « système » au sens large ne peut qu’aller au bout de sa logique même de survie.

Alors que partout sous vos yeux, la démocratie et la liberté se meurent, alors que partout dans le monde dit libre, la répression policière n’a jamais été aussi forte, les masses préfèrent s’occuper de leur liberté de consommer et d’avoir plutôt que de leur liberté politique et d’être.

N’oubliez pas ce qu’il se passe en Grèce. Prochainement nous le vivrons en France. Je laisse donc la parole à Panagiotis Grigoriou, historien et ethnologue grec dont je reproduis ici le dernier billet relatant les événements en Grèce au moment où le gouvernement grec et ses créanciers s’écharpent dans des négociations autour des hypothèses de croissance et de déficit budgétaire.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

Comment Bruxelles triche sur les comptes et l’état de la Grèce !… Le Contrarien Matin du 28 avril 2014

Lundi, avril 28th, 2014

Le Contrarien Matin du 28 avril 2014

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Depuis quelques semaines, sans doute parce que les élections européennes approchent à grands pas, il est de bon ton d’acclamer le retour du beau temps après la pluie dans des pays comme l’Espagne (qui va beaucoup mieux et qui n’est plus en récession), comme le Portugal (qui croule sous l’argent et la richesse) ou encore évidemment comme la Grèce qui n’a jamais été aussi en forme. La preuve d’ailleurs, la Grèce est même retournée se financer toute seule comme une grande sur les marchés financiers ! Elle a réussi à lever 3 fois plus de fonds que prévu, quel succès tout de même !! Mais ce n’est pas tout. Elle va tellement mieux que bien la Grèce qu’en plus, des « zinvestisseurs » suffisamment fadas ou crétins (à vous de choisir) ont même prêté massivement à un taux largement inférieur à 5 % à ce pays surendetté à plus de 178 % du PIB…

Évidemment, rien de tout cela n’est vrai. Il s’agit d’une grande illusion orchestrée par ceux qui nous dirigent et qui sont dans une forme de fuite en avant. L’un de ces aspects à cette fuite est évidemment la communication et la manipulation.

> Lire la suite des questions et réponse sur Le Contrarien Matin

Abonnez-vous gratuitement 

ENGLISH ESPANOL ITALIANO CHINESE

Recherche
Partager le Blog
Share |

Suivez-nous sur TWITTER :
http://twitter.com/GOLDCOINorg

Réflexions
" Ce qui compte pour un alpiniste, c'est son effort, c'est son adresse, ce sont ses muscles. La corde qui l'assure ne joue aucun rôle tant que tout va bien. Mais elle lui donne la sécurité. De même, l'or ne sert qu'à garantir la confiance. C'est un refuge. "