Publicité

Frédéric dirige une petite entreprise en région parisienne. En 2007, il décide d’investir 50 000 euros en Bourse, « dans l’optique d’acheter un appartement ». Mais il veut limiter les risques.

Il opte pour les placements monétaires, réputés pour leur stabilité. Leur évolution suit celle des taux monétaires, qui fixent les tarifs auxquels les banques se prêtent de l’argent.

Sur le site Boursorama, il repère un fonds commun de placement monétaire aux performances intéressantes: AGF Tresodyn, géré par le leader européen de l’assurance, l’Allemand Allianz, propriétaire d’AGF.

« Un clic, et puis c’est tout »: Frédéric achète. Quand la crise éclate, il se félicite de son choix. Les banques ont besoin d’argent, les taux grimpent, la presse salue « l’insolente santé » de ces placements. Mais Tresodyn n’est pas un placement comme les autres. LA SUITE SUR RUE89

Bernard L. Madoff
Bernard L. Madoff
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici