Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Banques / France, 2004 : soldes sur les réserves d’or !
Le rapport annuel 2012 de la Cour des Comptes vient de tomber. Après avoir passé au crible les activités « trop étendues » et exemptes de rationalité, le Conseil des Sages revient sur un évènement (plusieurs même) qui est complètement passé inaperçu à l’époque – et pour cause, l’or ne faisait pas autant parler de lui – la France avait vendu en 2004 un cinquième de ses réserves en or.

France, 2004 : soldes sur les réserves d’or !


Le rapport annuel 2012 de la Cour des Comptes vient de tomber. Après avoir passé au crible les activités « trop étendues » et exemptes de rationalité, le Conseil des Sages revient sur un évènement (plusieurs même) qui est complètement passé inaperçu à l’époque – et pour cause, l’or ne faisait pas autant parler de lui – la France avait vendu en 2004 un cinquième de ses réserves en or. Pourquoi une telle gabegie ?

Si les Français épargnent naturellement dans l’or, ce ne fut pas le cas du gouvernement qui fut responsable d’une des plus belles gabegies de l’histoire des ventes d’or… En 2004, Nicolas Sarkozy était Ministre de l’économie. Pour limiter le déficit public, 590 tonnes d’or sont vendues pour une bouchée de pain. Finie la « gestion de bon père de famille des réserves de change » ! L’Etat préfère le rendement plus juteux d’un portefeuille de devises.

Une opération qui a coûté cher plus qu’elle n’a rapporté
Résultat, si le cinquième du stock d’or de la Banque de France n’avait pas été dilapidé, sa valeur atteindrait les 19,4 milliards d’euros à fin 2010, là où le réinvestissement en devises n’aurait rapporté, lui, que 9,2 milliards d’euros. La vente elle, n’a rapporté que 4,67 milliards à l’époque.
Pourtant, la Banque de France stipule bien que « le rythme de mise en œuvre du programme de vente dépendra du jugement que le Gouverneur portera, au fur et à mesure, sur l’opportunité d’y procéder, en particulier au vu de l’évolution des cours observés sur le marché de l’or ». Etrangement, il semblerait que le programme de vente en question, étalé sur plusieurs années, n’ait pas tenu compte de l’augmentation du cours de l’or, de près de 100% en seulement 3 ans…

Mais le gaspillage ne s’arrête pas là. En vendant 56 tonnes d’or sur les marchés internationaux en janvier 2010 (pensant sans doute faire une bonne affaire ?), sans aucune justification économique, l’Etat s’est débarrassé d’une partie de son précieux patrimoine, devenant la risée du marché de l’or.

A qui a profité le crime ? Probablement le plus au dollar américain qui avait à ce moment-là besoin d’un soutien. Et la France pourra toujours moucher ses larmes dans des Bons du Trésor américain en papier qui ne valent rien. Et quid de l’or ? Disséminés dans des « private gold hoards », des fonds privés, des « cumulards » d’or. La partie du stock d’or de la Banque de France qui a été revendue est donc intraçable et la France ne pourrait pas le récupérer à moins de racheter de nouveaux stocks à un prix 5 fois plus élevé.

Ce geste à contre-courant ne reflète aucunement la valeur que projettent les Français dans l’or, seule valeur refuge en cas de faillite bancaire.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

transporter de l'or hors de France

Voyager avec de l’or : mode d’emploi.

Est-ce que vous connaissez la législation concernant le transport transfrontalier de l’or ? Nous décryptons, …