Publicité

Les craintes d’une contagion de la crise financière à l’économie «réelle» se sont avivées aujourd’hui avec un pronostic pessimiste de 20 millions de chômeurs de plus dans le monde d’ici fin 2009, alors qu’un calme tendu était revenu sur le front des bourses.

Sous l’effet de la pire crise depuis 1929, le nombre de chômeurs dans le monde «pourrait passer de 190 millions en 2007 à 210 millions fin 2009», a estimé à Genève le directeur général du Bureau international du travail (BIT), Juan Somavia.
 
«Ce n’est pas seulement une crise de Wall Street, c’est aussi une crise de toute la rue», a résumé M. Somavia. Il a appelé à «une action rapide et coordonnée des gouvernements pour prévenir une crise sociale qui pourrait s’avérer sévère, longue et globale».

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici