Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Crise / Robin F., l’arnaque aux pièces d’or et la morale de l’histoire
Robin F. est un acheteur d’or qui est très vite passé du statut de néophyte à expert suite à l’arnaque aux fausses pièces d’or dont il a été victime. Nous avions consacré un article sur sa mésaventure en juin dernier, et depuis qu’il a publié une histoire intitulée « Epargner de 1912 à 2012 : avec des billets ou des pièces d’or ? », nous consacrons une interview à ce contrarien qui s’ignore.

Robin F., l’arnaque aux pièces d’or et la morale de l’histoire


Robin F. est un acheteur d’or qui est très vite passé du statut de néophyte à expert suite à l’arnaque aux fausses pièces d’or dont il a été victime. Nous avions consacré un article sur sa mésaventure en juin dernier, et depuis qu’il a publié une histoire intitulée « Epargner de 1912 à 2012 : avec des billets ou des pièces d’or ? », nous consacrons une interview à ce contrarien qui s’ignore.

Rappel des faits
Le 20 juin dernier, nous écrivions un article sur la mésaventure, fort bien contée, de Robin F., victime d’une arnaque aux pièces d’or, mettant en doute l’authenticité du récit qui n’en restait pas moins riche en enseignements.
Quelques jours plus tard, il emprunte cette fabuleuse histoire à Bé Habba, sur forum-gold.fr, la remanie par souci d’exactitude et la publie sur Agoravox.fr.
Cette histoire illustre parfaitement la dévaluation monétaire à travers l’exemple du Franc et montre à quel point l’or joue parfaitement son rôle de conservateur de valeur de travail, de pouvoir d’achat, de réserve de valeur. Intrigué, nous sommes allés à la rencontre de ce néophyte si éclairé pour connaître un peu plus son histoire, les leçons qu’il en a tiré, son point de vue sur l’or.

LORetLARGENT.info : Je dois vous avouer avoir remis en cause l’authenticité de votre témoignage, à cause du caractère extrêmement détaillé de votre récit, des pièces fourrées au tungstène (c’est quand même peu commun pour des pièces !), de la multiplicité des supports sur lesquels il a été publié… Cela ressemblait presque à une publicité déguisée…
Robin F. : Je vous garantis que ma mésaventure est authentique.
Les données contenues dans mon article viennent de 3 sources : 1. mon propre vécu, 2. tous les aspects techniques viennent de l’expert que j’ai rencontré, et 3. les infos connexes sur les arnaques proviennent de la police.
Je ne l’ai publié personnellement que sur 4 sites Internet, et toutes les reprises ou les articles connexes engendrés par le mien ne sont pas de mon fait. Et puis, comment faire une pub sans nommer personne ? Or, quand on étudie attentivement et objectivement le contenu de mon témoignage, on voit que ça n’est évidemment pas le cas.
Par contre, j’ai noté que certains ont utilisé des techniques relevant de la malhonnêteté intellectuelle, voire de la manipulation, pour me dénigrer et me décrédibiliser : par exemple occulter certaines phrases (comme celle où je disais clairement que certaines infos venaient de l’expert), employer des citations tronquées pour en détourner le sens, prêter des propos non tenus, faire des déductions fantaisistes ou des interprétations à contre sens, etc. Y’en a même un qui a mené une véritable croisade contre moi en postant des messages sur quasiment tous les sites où mon article a été publié ou repris ! Mais quand on cherche un peu qui il est, on comprend vite la mystification. De fait, certains se sont bien servis de mon article pour faire leur propre pub…

LORetLARGENT.info : D’ordinaire, un consommateur confronté à une arnaque réagit plutôt avec colère et en langage SMS… Votre réaction n’est pas très habituelle sur le net !
Robin F. : Effectivement, certains commentaires que j’ai pu lire ici et là sont fort désobligeants. C’est bien triste de voir que certains en sont encore là. M’enfin, ainsi est notre monde…
Pour ma part, j’ai tenu à produire un article de bonne allure. Il était important que le message principal passe bien : “attention, il existe des fausses pièces d’or en circulation, comme à toutes les époques d’ailleurs ; donc prudence si vous achetez, surtout sur le marché parallèle”. Et il a porté ses fruits, puisque suite à mon article, d’autres personnes se sont manifestées. Or, s’il y a plein d’autres cas, l’affaire est sérieuse ; ça risque de devenir un gros truc !

LORetLARGENT.info : Revenons à l’arnaque dont vous avez été victime, sur l’aspect judiciaire, où en êtes-vous de votre litige ?
Robin F. : En fait, ce revendeur-là m’avait été recommandé par un auteur très actif d’un blog d’informations sur l’économique mondiale. Mais depuis, j’ai appris plusieurs choses.
Il semblerait que le stratagème soit bien rodé et dure depuis plusieurs mois : le blog est utilisé pour la recherche des clients (on laisse son tél au blogueur et le revendeur nous rappelle), où un discours alarmiste et anxiogène entretien la demande.
Le revendeur habite une grande ville de province sud-ouest (ce qui explique son accent), il vient environ tous les 15 jours sur Paris pour faire les ventes (parfois 1 fois par semaine selon la demande), et il est hébergé chez le blogueur. Enfin, le blogueur et le revendeur seraient parents ! Ceci expliquant cela…

LORetLARGENT.info : Selon vous, la police a-t-elle une chance de retrouver les malfaiteurs ? Aviez-vous conservé leurs coordonnées ?
Robin F. : Oui, ils ont été identifiés : nul doute qu’ils finiront en prison. La vente s’est faite dans un lieu public (un pub près de la Bourse).

LORetLARGENT.info : Avez-vous une chance d’être indemnisé un jour ?
Robin F. : J’espère, oui. Selon l’avocat, il y a de bonnes chances, mais tout dépendra des suites de l’affaire. Mes pièces ont été saisies comme pièces à conviction. Elles ont été analysées par spectrométrie à fluorescence pour déterminer la composition exacte en métaux. Elles sont faites d’un mélange d’or (un peu moins de 80 %), cuivre, tungstène et quelques résidus. La provenance reste incertaine, probablement la Chine.

LORetLARGENT.info : Vous avez une amie qui travaille dans une banque, pourquoi ne pas lui avoir demandé conseil avant votre achat ?
Robin F. : Parce que je ne savais pas qu’elle s’y connaissait un peu en or, mais surtout car je tenais à ce que ça reste secret, même auprès de mes poches. Je n’en avais parlé à personne.

LORetLARGENT.info : Et pourquoi ne pas avoir acheté directement vos pièces d’or auprès d’une banque ou chez un numismate ?
Robin F. : Parce que je souhaitais l’anonymat total. C’est ça l’intérêt principal du marché parallèle. Car si on achète dans une officine ou une banque, on ne peut pas payer en espèces (donc le paiement est tracé) et surtout on est enregistré dans un fichier centralisé des possesseurs d’or. Et si une confiscation a lieu un jour, comme c’est déjà arrivé dans d’autres pays par le passé (par exemple les USA sous Roosevelt lors de la grande crise de 29), alors les ennuis commencent…

LORetLARGENT.info : Dans votre témoignage, vous redoutez la vente à distance, mais savez-vous qu’il existe des sites réputés, ayant pignon sur rue et qui ne vendent que des pièces certifiées ? (joubert-change.fr, aucoffre.fr)
Robin F. : Parce que d’une part c’est plus cher, et d’autre part car je me méfie désormais de tous les vendeurs (depuis mon affaire, j’ai vu des lots dûment scellés et certifiés par des officines, mais qui contenaient des “longues queues” : vous savez, ces fameuses pièces dont le cas n’a jamais été réglé officiellement, et qui sont couramment considérées comme des vraies (des « refrappes »), mais qui sont refusées par la Banque de France, la Bourse ou la Monnaie…).
D’ailleurs depuis que j’ai publié mon article, on m’a pas mal écrit, et parfois pour me raconter divers déboires avec des officines. Donc ce n’est pas la panacée non plus. Il faut vraiment en trouver une bonne. Et enfin parce que la vente à distance impose de laisser ses coordonnées et de payer par virement ou CB, et donc l’anonymat est aussi impossible…

LORetLARGENT.info : Est-ce que votre malencontreuse expérience a changé votre point de vue sur l’or ?
Robin F. : A quel sujet ? Comme valeur refuge : non, pas du tout.

LORetLARGENT.info : Seriez-vous prêt (si vous disposiez encore de votre patrimoine) à acheter de l’or ?
Robin F. : Oui, mais toujours avec l’anonymat comme règle impérative : chez une officine si le prix est correct et que je peux payer anonymement, ou sinon sur le marché parallèle.

LORetLARGENT.info : Pourquoi ?
Robin F. : Parce que je considère que c’est un placement très sûr et intemporel.

LORetLARGENT.info : Ne trouvez-vous pas risqué d’acheter de l’or en ce moment ?
Robin F. : Non, car c’est un investissement qui doit être prévu pour le long terme. Il ne faut pas le considérer pour « faire du fric » en spéculant à court terme, mais uniquement pour préserver un patrimoine (qui reste disponible et accessible).
De plus, plein d’analyses très sérieuses montrent que les cours des métaux précieux sont totalement manipulés (comme presque tous les cours d’ailleurs). Donc peu importe le cours du moment : l’important est de placer ses sous de façon judicieuse. Car en cas de crise majeure ou d’effondrement financier, tout sera remis à plat dans les valeurs monétaires. Et là, l’or reprendra sa juste place, et à un cours très très largement réévalué.

LORetLARGENT.info : Quelles leçons en avez-vous tiré ?
Robin F. : Rester humble en toutes circonstances. Lors de l’achat, , prendre tout son temps, ne jamais se presser, ne jamais baisser sa garde, quelle que soit la relation établie avec le vendeur (même s’il parait sympathique). Il faut instaurer une procédure d’achat pointilleuse (basée sur une formation très solide) et ne jamais y déroger. (J’ai beaucoup appris depuis sur les techniques de détection des faux et la reconnaissance des pièces et je n’ai plus peur de me faire avoir).
Ou si on peut, ne pas hésiter à se faire accompagner par un connaisseur. Car contrairement à ce que certains disent, il y a réellement une recrudescence de fausses pièces sur le marché parallèle depuis quelque temps.

LORetLARGENT.info : A propos de l’histoire que vous avez reprise de Bé Habba sur forum-gold.fr, c’est une anecdote très contrarienne que vous citez, on imagine que vous êtes un « pro or » invétéré ?
Robin F. : Non, pas « invétéré », mais j’aime bien l’adage « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ».

LORetLARGENT.info : Quelles conclusions cette anecdote vous amène-t-elle à faire, quelles leçons en tirer ?
Robin F. : L’or a toujours été une valeur sure et le restera, car par nature la monnaie est l’or et l’argent, c’est intemporel depuis des siècles. Revenir à ce standard bimétallique permettrait d’éviter les dérives de la finance qu’on a vues depuis quelques décennies.
Au sujet du second article, la version originale de Bé Habba était axée sur la dépréciation et la perte de pouvoir d’achat de la monnaie fiduciaire. Moi, j’en ai changé le thème pour en faire une histoire sur la valeur intemporelle des métaux précieux, et sur une bonne façon de préserver son patrimoine. Et si les cours des métaux précieux n’étaient pas aussi manipulés qu’ils le sont depuis 3 ou 4 décennies (les cours devraient être bien plus hauts qu’ils ne sont), la démonstration eut été encore plus flagrante.

LORetLARGENT.info : Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui a un peu d’argent de côté actuellement ?
Robin F. : Tout dépend des projets de chacun ! Donner à ses enfants, faire des voyages, investir dans l’immobilier, acheter des œuvres d’art, faire du mécénat… ou acheter de l’or et de l’argent à 999.9 (plutôt des petits conditionnements : pièces de 1 once ou lingotin de 5 à 50 g) : par exemple 2/3 or et 1/3 argent en valeur monétaire. Mais de toute façon, il faut placer au moins 1/3 de son patrimoine dans ces métaux précieux (ou plus si on a les moyens), et évidemment ne pas le laisser à la banque, mais le garder par soi-même. Et pas sous la pile de draps, mais bien à l’abri !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Crise en Turquie : attention à l’effet domino sur l’économie mondiale

La crise monétaire turque, « un risque pour l’économie allemande ». C’est le signal d’alarme …