Publicité

Notre périple chinois terminé, je vous propose aujourd’hui d’embarquer pour un autre pays qui compte sur le marché de l’or, à savoir le voisin indien. Vous allez voir qu’un pays peut peser lourd sur ce marché en dépit de toutes les tentatives de l’Etat pour écarter la population du métal doré. Comme quoi quand ça veut pas, ça veut pas…

Drame à Bollywood : une population qui adore l’or sur un sol qui en est dépourvu

À la différence de la Chine, l’Inde est quasiment dépourvue de mines aurifères. Ses réserves sont à tel point minuscules que le Conseil mondial de l’or n’a même pas jugé utile de les représenter sur la carte mondiale de la production minière d’or qu’il a publié le 30 juin. Voilà qui n’est pas de chance pour l’Inde puisque l’Asie regorge de mines riches en métal jaune.

Production minière d’or dans le monde en 2019

A côté des 400 tonnes d’or extraites chaque année en Chine, l’Inde fait pâle figure avec ses 2 tonnes et quelques brouettes d’or.

Evolution de la production minière indienne issue de source primaire entre 1970 et 2015 (en tonnes)

Publicité

Le problème, c’est que les Indiens sont friands d’or physique. Comme je l’écrivais dans mon livre, « La demande indienne a augmenté régulièrement tout au long des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990 pour passer d’environ 50 à 500 tonnes par an. Le mouvement s’est accéléré en 1997 et New Delhi enregistre depuis lors des niveaux de demande qui oscillent entre 650 et 1 000 tonnes par an. » Je n’ai pas besoin de retrancher un seul mot à ces lignes puisque depuis que je les ai écrites en 2013, la demande indienne est restée contenue dans cette fourchette.

Demande d’or en provenance de la bijouterie (sélection de pays, 2010-2019)

Demande d’or d’investissement (sélection de pays, 2010-2019)

Avec une demande d’or physique qui se chiffre en centaines de tonnes par an et une production qui peine à dépasser les 3 tonnes, l’Inde se retrouve contrainte d’importer la quasi-intégralité de ses besoins en or depuis l’étranger (je passe sur le delta du recyclage).

Importations indienne d’or et d’argent entre 2010 et 2019 (en tonnes)

Que font les Indiens de tout cet or ?

Jusque dans les années 1980, la demande indienne était purement destinée à la bijouterie. Comme vous pouvez le constater sur les tableaux ci-dessus, c’est encore ce segment qui constitue les deux tiers, voire les trois quarts de la demande indienne d’or physique.

Comme l’expliquent Ronald Stöeferle et Mark Valek (S&V) dans leur dernier rapport In Gold We Trust, « Les Indiens sont un peuple très friand d’or et la saison des mariages indiens a longtemps été un facteur déterminant sur le marché de l’or. Les Indiens continuent d’épargner en or, environ 75% de leur épargne étant investie dans le métal jaune. Les bijoux en or sont une partie essentielle de la dot, et de nombreux temples hindous ont accumulé plus d’or que ce n’est le cas de nombreuses banques centrales. »

Répartition de la demande de bijoux en Inde en 2017 entre dot (en vert), usage quotidien (en violet), et luxe (en rouge)

D’un point de vue occidental, les Indiens ont donc un taux d’épargne en or qui est proprement hors normes. Outre la culture et le niveau de développement encore assez faible des infrastructure financières indiennes, la forte instabilité des prix à la consommation contribue à expliquer le choix du métal jaune.

Evolution de l’inflation en Inde entre 2012 et juillet 2020 (en %)

Sans bien sûr que la corrélation soit parfaite, la tendance à la hausse de l’inflation entre 2012 et 2014 a poussé le prix de l’once en roupies à la hausse, alors que celui-ci est ensuite resté assez stable jusqu’en 2019, alors que l’inflation indienne était elle-même relativement contenue, avant de bondir de 2 à presque 7% à partir de 2019, ce qui a contribué à faire exploser le cours de l’or à la hausse.

Evolution du prix de l’once d’or en roupies entre janvier 2010 et avril 2020

Pour ce qui est des seuls ménages indiens, le Conseil mondial de l’or estimait en mai 2019 qu’ils avaient accumulé 25 000 tonnes d’or, soit 12,5% des 200 000 tonnes d’or extraites au fil de l’histoire – rien que ça.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le pouvoir exécutif ne se réjouit guère de ce record mondial.

Pourquoi le gouvernement indien déteste-t-il l’or ?

L’Etat indien est confronté à deux problèmes chroniques : le déficit de sa balance commerciale, et la perte de valeur de sa devise face au dollar (-40% en 10 ans).

Evolution du taux de change de la roupie indienne en dollars US au cours des 10 dernières années

Or, le fait que la population indienne importe chaque année entre 650 et 1000 tonnes d’or n’arrange rien à l’affaire.

C’est ce qui explique que, de manière orthogonale à ce qui s’est passé en Chine, les gouvernements Singh et Modi ont pris toute une série de mesures pour détourner la population de l’or :

  • Augmentation des taxes et droits de douane sur les importations d’or de 2% à 15,5% en seulement 7 ans (sans parler de l’augmentation de la TVA) ; en juin 2012, le gouvernement avait même évoqué la mise en place d’une interdiction pure et simple de l’importation de biens aurifères d’investissement ;

Evolution des taxes et des droits de douane sur les importations indiennes entre 2012 et 2019

  • Tentative de standardiser le marché, en particulier en introduisant un estampillage général et officiel pour les barres et les bijoux qui entrera en vigueur en 2020 ;
  • Mise en place de programmes tels que le Gold Monetisation Scheme 2015, dans le cadre duquel les épargnants peuvent déposer leur or en banque en étant rémunérés par un taux d’intérêt fixe sur une certaine durée, lequel or est ensuite prêté par la banque à un bijoutier à un taux supérieur, ce schéma ayant été mis en place en vue de réduire le montant des importations de métal jaune ;
  • Tentative de faire de l’Inde la première e-Nation avec un bannissement des règlements en espèces au profit des moyens de paiement électroniques.

Rien ne peut (pour le moment) empêcher une population de se procurer de l’or quand la valeur de sa devise est en déconfiture

Il n’en reste pas moins que tous les efforts de l’État indien pour empêcher ses citoyens d’acheter de l’or ont échoué.

Le Gold Monetisation Scheme 2015 n’a même pas permis de récolter 1 tonne d’or – une performance qui rappelle que posséder de l’or et détenir un contrat dans lequel il est promis que cet or nous sera rendu à horizon X années, ce n’est pas tout à fait la même chose, en tout cas dans un pays comme l’Inde.

Par ailleurs, la hausse des taxes et droits de douanes sur les produits aurifères importés est allée de pair avec l’explosion de la contrebande.

Evolution des importations de lingots d’or de contrebande entre 2012 et 2016 (en tonnes)

Comme le soulignent S&V, « En termes de volumes, la demande a peut-être atteint en 2019 son niveau le plus bas depuis trois ans, les importations ayant diminué de 12% par rapport à 2018, mais en termes de roupies, la baisse n’a été que de 2%. Cela reflète la hausse significative du prix de l’or l’année dernière et confirme une fois de plus la sensibilité générale des Asiatiques aux prix, et leur réticence à acheter lorsque les prix augmentent de manière significative. »

En somme, les Indiens sont bien plus sensibles au prix de l’or qu’aux bâtons que leur gouvernement leur met dans les roues.

Voilà pour l’Inde.

Je vous invite à préparer des vêtements d’intersaison puisque lundi prochain, nous nous rendrons en Russie !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici