tous les secrets de la facon acheter viagra generique tout dans la vie peut arriver acheter cialis generique qui vous acheter levitra fait mal et non seulement
Accueil / Fiscalité / Edito – La réforme 2018 sur la fiscalité des métaux précieux
Fiscalité des jetons en or

Edito – La réforme 2018 sur la fiscalité des métaux précieux


Chers Membres,

Lors de son annonce en septembre dernier, la nouvelle loi de finance a suscité beaucoup d’inquiétudes chez les épargnants, et pour cause. Afin de favoriser la circulation des richesses, relancer la consommation et d’inciter à investir, certains placements ont été plus fortement taxés. La nature des produits taxés avait en effet de quoi soulever des questions et un tollé : patrimoine immobilier, assurances-vies, PEL… auxquels sont venus s’ajouter des “signes extérieurs de richesse”, dont l’or et l’argent !

Mettre l’épargne de précaution au même niveau qu’un yacht ou une voiture de prestige n’a aucun sens. Aussi, j’ai immédiatement réagi en dénonçant l’iniquité d’une telle sanction dans une lettre ouverte à Richard Ferrand, président du groupe parlementaire La République en Marche à l’Assemblée nationale. Si la réforme n’était pas dénuée de bon sens, elle pouvait être appliquée autrement, mais pas au détriment des épargnants les plus prudents, de nos membres.

Je ne pense pas que les 14 millions de Français ayant hérité d’une bague en or ou qui possèdent des pièces d’or ou d’argent soient les “nantis” que vise la réforme. Ceux-là ont les moyens d’échapper légalement au fisc français. Non, les vraies victimes de ces augmentations de taxe auraient pu être les épargnants prévoyants dont le seul tort est de vouloir protéger leurs économies. Qu’on les conserve pour les jours difficiles ou qu’on les transmette de génération en génération, l’or et l’argent ont toujours été des formes d’épargne populaires. C’est ce que je voulais faire entendre à M. Ferrand.

Aujourd’hui, je suis particulièrement satisfait et fier que ma lettre ait porté ses fruits. Cette réforme fiscale ne concerne finalement ni les jetons (aucun membre de la famille Vera Valor), ni les pièces à cours légal (Krugerrand, Eagle US, Maple Leaf canadien…). C’est surtout les plus-values réalisées à la revente qui étaient visées. Or les transactions inférieures à 5000€ ne sont pas taxées.

Fiscalité des pièces en or à cours légal

Fiscalité des jetons en or
Autre bonne nouvelle, avec la suppression de l’ISF, vous n’avez plus rien à déclarer. Cette nouvelle réforme n’a donc pas d’impact négatif pour vous. Vous pouvez continuer de vendre ou d’échanger librement de l’or via notre plateforme sans vous inquiéter, du moment que le montant reste inférieur à 5000 euros.

On ne peut que s’en féliciter, car cela fait des siècles que l’or physique et l’argent métal ont fait leurs preuves, à la fois comme monnaies, valeurs refuges, épargne de précaution et actifs de diversification, devant bien d’autres placements. Il serait dommage de l’oublier et de s’attaquer à un tel symbole, non pas de richesse, mais de stabilité.

 

Fiscalité des lingots, lingotins et pièces démonétisées

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François FAURE

Jean-François FAURE
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

taxation métaux précieux impôts déclaration 2017

Pièces en or, jetons, métaux précieux : fiscalité et déclaration de revenus 2017

Petit pense-bête utile si vous n’avez pas encore rempli votre déclaration de revenus en ligne ! Si vous êtes membre d’AuCOFFRE.com, on s’occupe de tout !