Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Revue de web / Revue du web de l’or du 21/10/13 : cours de l’or versatile : faut-il vendre ou acheter ?
Analyser l’actualité du cours de l’or sur une semaine permet d’avoir un minimum de recul nécessaire pour observer (en souriant) à quel point le marché est versatile. Pris en étau entre l’espoir de sortie de crise et le défaut de paiement américain dont l’échéance inéluctable est repoussée, le cours de l’or (papier) est chaotique. Il n’en reste pas moins une valeur refuge à garde sous le coude, sous sa forme physique. L’or, comme l’argent, est une assurance anticrise indispensable pour les années qui se profilent.

Revue du web de l’or du 21/10/13 : cours de l’or versatile : faut-il vendre ou acheter ?


Analyser l’actualité du cours de l’or sur une semaine permet d’avoir un minimum de recul nécessaire pour observer (en souriant) à quel point le marché est versatile. Pris en étau entre l’espoir de sortie de crise et le défaut de paiement américain dont l’échéance inéluctable est repoussée, le cours de l’or (papier) est chaotique. Il n’en reste pas moins une valeur refuge à garde sous le coude, sous sa forme physique. L’or, comme l’argent, est une assurance anticrise indispensable pour les années qui se profilent.

Cours de l’once d’or versatile
Que le cours de l’or est versatile ! Le moindre espoir de sortie de crise et les investisseurs tournent le dos à l’or : 1269,38$/935,85€ le 15/10/2013.
Et il suffit que le défaut de paiement soit évité (repoussé en fait) pour que l’investisseur moyen ne soit pas du tout rassuré et se réfugie dans le métal précieux : 1317,08$/964,04€ le 18/10/2013.

Analyse et résumé des épisodes précédents :
La fin du feuilleton politico-administrative, the (final) shutdown, a provoqué une euphorie telle que les investisseurs ont tourné le dos à l’or, engendrant un cours au plus bas depuis 3 mois.
A quelques jours d’intervalle, un accord est trouvé pour éviter le défaut de paiement américain (à l’origine du shutdown). Conséquence, le dollar baisse, cela profite à l’or qui remonte.
L’euphorie aurait pu être de mise et continuer de faire baisser le cours de l’or, mais l’échéance du défaut de paiement, qui aura pour conséquence que les Etats-Unis ne seront plus solvables (ils ne le sont déjà pas, leur croissance est trop faible) et ne pourront plus payer leur dette astronomique, n’est que repoussée. Au passage, le gouvernement américain a perdu en crédibilité. Donc les investisseurs se sont à nouveau réfugiés dans l’or.

Une versatilité suspecte du cours de l’or
Ce passage d’ordre en masse n’est d’ailleurs pas le premier depuis le mois d’avril (mois où l’or a commencé à dévisser), il s’effectue toujours quelques heures avant l’ouverture de Wall Street et en masse, au lieu de quelques ordres répartis tout au long de la journée, en règle générale. Ces mouvements finissent par éveiller de nombreuses suspicions de manipulations du cours de l’or.

Sur boursorama.com d’ailleurs, on s’interrogeait, le 15 octobre dernier, n’y aurait-il pas quelque chose de pourri dans le marché de l’or… de bourse ?
Le site lesechos.fr  relaie l’agence de presse Reuters le 18/10 dernier, dans un article intitulé « Les marchés interpellés par les cahots des cours de l’or » .
C’est la cinquième fois qu’un tel événement se produit en quelques mois, apprend-on dans lecho.be du 14/10 dernier.

Déjà, le 20/09 dernier, lesechos.fr s’étonnaient de « la mystérieuse hausse de l’or avant même le communiqué de la FED ».

En outre, on ne peut pas qualifier le contexte économique américain d’euphorique, il ne flirte pas vraiment avec la reprise. Le premier réflexe des américains est dans un premier temps de sauver leurs liquidités et dans un second temps de se réfugier dans les valeurs solides comme l’or. Or ce n’est pas le cas. Qui a intérêt à influencer le marché de l’or ? Plusieurs hypothèses sont possibles : des gros investisseurs, des banques, qui ont tout intérêt à voir le cours de l’or baisser (soit pour en acheter à bas prix, soit pour ne pas concurrencer le dollar).

Que faut-il retenir de ces mouvements étranges du cours de l’or papier ?
– Il vaut considérer l’or comme une assurance anticrise que comme un investissement à part entière. Tant mieux pour tous ceux qui possédaient de l’or depuis les années 2000 et 2007, profitant d’un cours abordable. Ils ont pu réaliser de belles plus-values ces dernières années (aujourd’hui encore).
– C’est le bon moment pour se positionner dessus ! L’or est bon en position acheteuse en ce moment et il faut en profiter. Car tout le monde voudra de l’or quand sa cote remontera. Profitons de ce « désamour organisé » pour se constituer une belle assurance. En tout cas, ce n’est pas le bon moment pour se séparer de ses positions sur l’or car l’échéance du « fiscal cliff » aura bel et bien lieu.

Ce n’est pas Nicolas Perrin, auteur de l’excellent livre « Investir sur le marché de l’or » qui dira le contraire. Nous l’avons d’ailleurs interviewé pour connaître son opinion sur le marché de l’or actuellement. Son interview très complète a d’ailleurs été reprise sur le blogalupus et sur resistanceauthentique.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Revue du web du 28 décembre : 2019 année de crise ?

Cette fin d’année est fortement agitée du côté de Wall Street. Difficile de comprendre ce …