Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Revue de web / Revue du web du 18 janvier : cours de l’or et Hard Brexit

Revue du web du 18 janvier : cours de l’or et Hard Brexit


Une semaine marquée par le vote du parlement britannique qui a rejeté l’accord pour le Brexit. Mais le plus surprenant, c’est l’absence de réaction des milieux financiers. Comme de l’eau sur les plumes d’un canard, les mauvaises nouvelles glissent sur la finance mondiale. Surréaliste.

L’or monte toujours, les bourses ne frémissent même pas !

Les cours de l’or poursuivent leur ascension tranquille entamée après l’été 2018 comme le montre la courbe du prix de l’once en euros depuis 6 mois. Quand on prend encore plus de recul, on s’aperçoit que le cours en monnaie européenne est sur les niveaux de l’été 2017, il y a 18 mois. Pour France Info, les incertitudes internationales qui dopent l’or : Brexit, shutdown américain et négociations commerciales US/Chine.

Cours de l’or au plus haut en 2019 selon Goldman Sachs

Les analystes du banquier ont pourtant été les premiers à minimiser les risques d’instabilité après le vote contre l’accord Brexit en Angleterre. Mais, il n’empêche qu’ils relèvent quand même un certain nombre de situations qui pourraient déstabiliser les économies mondiales. C’est pour ça qu’ils estiment que l’or jouera son rôle de valeur refuge et devrait retrouver des cours aussi haut qu’en 2013.

Côté indices boursiers après la grosse fatigue du mois de décembre, ils sont plutôt orientés à la hausse même s’il leur reste encore un peu de temps avant de retrouver les sommets de l’été 2018.

Hard Brexit : même pas peur

Du côté de la finance en tous les cas, on n’a pas beaucoup bougé. L’indice Footsie qui donne la température de la City ne s’est pas effondré comme on l’imaginait après une telle annonce d’incertitude institutionnelle et économique. Il a un peu baissé au lendemain du vote du Parlement anglais mais 24 heures plus tard, il remontait de plus belle, la Livre Sterling s’est plutôt bien tenue.

Le gouvernement se prépare lui  pour le Hard Brexit

Effectivement, si la Grande-Bretagne quitte l’Europe, alors il faudra rétablir des frontières et surtout renégocier de nouveaux accords commerciaux, douaniers et réglementaires. Et c’est très concret. Il faudra des parkings pour stocker les poids-lourds en attente de formalités douanières, il faut plus de personnels dans l’administration des douanes qui, depuis 20 ans à plutôt réduit ses effectifs au rythme des disparitions des frontières terrestres communes avec des pays hors UE (il reste la Suisse et le Brésil pour la Guyane..). Et surtout aménager les ports pour gérer cette nouvelle frontière maritime.

Le Hard Brexit une opportunité ?

Comme toujours dans une situation de changement, il y aura des opportunités. C’est l’avis de Drieu Godefridi, un auteur libéral belge, fondateur de l’Institut Hayek à Bruxelles. Pour lui, il faut regarder long terme. Je cite :

In the long run, comme disait Keynes, il représente l’opportunité, pour les Britanniques comme pour les Européens, de dépasser une organisation à bout de souffle.

L’or industriel et le palladium

Dans le monde des métaux industriels, l’or a été détrôné par une autre matière, plus grise, le palladium. Depuis un mois, ce métal vaut plus cher au kilo que l’or. C’est l’industrie automobile qui est en forte demande de cette matière première. Elle est utilisée dans les pots d’échappement afin de réduire les émissions de pollution. Dans l’Usine Nouvelle, un article explique l’utilisation du palladium mais dans un deuxième, après avoir noté que les autres métaux industriels avaient vu leurs cours baisser, le journal spécialisé précise que l’or retrouve son rôle de matière refuge. En effet, à la différence de son cher cousin, l’or n’a pas une utilisation exclusivement réservée à l’industrie.

Nouvelle mega fusion dans l’industrie de l’or

Et pendant ce temps-là, l’industrie de l’extraction poursuit sa réorganisation. Les dirigeants des différentes compagnies s’attendent à avoir de plus en plus de mal à créer de nouveaux sites en raison de la tendance environnementale des populations.  Comme on peut le voir en Guyane avec la montagne d’or. Ils cherchent donc à optimiser l’existant. Cette fois-ci c’est Newmont qui a acheté Goldcorp. A qui le tour ?

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Revue du web du 21 décembre : prévisions pessimistes pour 2019

Cette semaine les cours de l’or franchissent une nouvelle limite à la hausse, celle des …