Publicité

Cette semaine, la presse spécialisée a parlé des tendances de l’or pour 2015… et 2016. Ca bouge sur l’échiquier des devises internationales dont plusieurs se liguent contre le dollar avec l’or en support. Nous vous proposons aussi deux articles pédagogiques sur le système monétaire et financier et le rôle protecteur de l’or en cas d’inflation.

L’année de l’or : 2015 ou 2016 ?

« L’or pourrait encore baisser en 2015 avant de remonter en 2016 ». C’est l’information de GFSM partagée par certains titres de presse spécialisée : boursier.com, lesechos.fr, bilan.ch… « Selon les experts du GFMS, la hausse récente de l’or, qui a refranchi les 1.300$ l’once en janvier, est essentiellement due au rachat de positions de ventes à découvert et non à de nouvelles prises de positions acheteuses sur le métal jaune. » D’autres analystes pensent au contraire que les politiques monétaires menées actuellement seront inefficaces et que l’or devrait retrouver son statut refuge cette année et se renforcer. Ce qui est en effet une meilleure façon de « penser l’or ».

Les attaques anti-dollar se mettent en place

Ca bouge sur l’échiquier des devises internationales ! On commence par le yuan, qui devient la 5e monnaie la plus utilisée à l’international, selon cet article du 28/01 paru sur professeurforex.com. En 2014, 2 % seulement des paiements internationaux ont été effectué en yuan, mais comme le rappelle ce billet d’Antoine Brunet sur Atlantico suite au forum de Davos, la Chine « n’a pas non plus oublié de rappeler l’importance croissante du yuan dans les échanges mondiaux ».

Rien à craindre du rouble en revanche, sauf si la Russie fait alliance avec la Chine et continue d’amasser de l’or… Moscou a triplé ses réserves d’or en dix ans, entretenant ainsi la 5e plus grande réserve d’or mondiale, nous apprend lesechos.fr ce 27 janvier. D’ailleurs, pourquoi la Russie a-t-elle acheté autant d’or en 2014 ? Les achats d’or de la Russie ont en effet atteint « 152 tonnes en 2014, soit près d’un tiers des achats d’or de toutes les banques centrales de 2014 ».
L’express.be pose la question ce jour et y répond : indépendance vis-à-vis du dollar et de l’euro, soutien au rouble qui a perdu 50% de sa valeur par rapport au dollar sont les principales motivations, liées au contexte diplomatique actuel. L’article rappelle que la banque centrale russe a réduit en parallèle ses réserves en dollars et en obligations souveraines européennes.

Encore moins étonnant, l’Iran se séparerait d’une partie de ses devises en dollars, au profit du yuan chinois, de l’euro, de la livre turque, du rouble russe et du won sud-coréen, relaie cet article de Florian Toumit.

Publicité

C’est une tendance qui s’internationalise : les pays tentent de s’émanciper de plus en plus du dollar en indexant leurs devises sur l’or.

Comprendre le système monétaire, bancaire et financier

C’est le défi lancé par Alban Dousset sur Agoravox et le pari pédagogique est plutôt réussi : la différence entre la « monnaie dette » (l’argent papier) et la monnaie or, monnaie fondante, système bancaire et financier, économie réelle et économie financière… A la lecture de ces quelques définitions et à la compréhension des mécanismes qui régissent notre économie, vous ne pourrez plus dire que les banques inspirent confiance et que l’or ne sert à rien…

Les métaux précieux pour se protéger de l’inflation

Cette note de blog relaie cette semaine l’article de Stephan Müller du journal suisse Le Temps datant du 15/12/2014. Plus que jamais d’actualité, il rappelle que les métaux offrent une bonne protection contre l’inflation et la déflation. L’auteur de l’article précise que, « Dans l’hypothèse d’une inflation de 2% par an – l’objectif de la BCE et de la Fed –, le pouvoir d’achat aura en effet diminué de moitié dans 37 ans ». Ce qui ne sera bien évidemment pas le cas de l’or, protecteur de valeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici