Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Cours de l'or / Cours de l’or : tendance baissière ou correction salutaire ?
tendance baissière de l'or pourquoi ?

Cours de l’or : tendance baissière ou correction salutaire ?


L’or et l’argent sont des investissements de temps long. Il n’empêche que la forte baisse de la semaine dernière a de quoi questionner ? Est-ce une correction après 6 mois de hausse ou un retour vers une tendance baissière plus durable. A partir de l’analyse technique et de l’observation des éléments géopolitiques, nous faisons le point.

Il ne s’agit pas ici de conseils d’investissement mais d’information. On vous rappelle aussi que les performances passées d’une action ou d’un cours ne prédéterminent pas ses performances futures.

Cours de l’or : retour vers les supports

« Bonne nouvelle, les cours de l’or et de l’argent baissent ! » C’est ainsi que débute la chronique hebdomadaire de notre spécialiste de l’analyse technique Tradosaure. On imagine dans d’autres lieux des investisseurs plutôt en train d’avaler leur chapeau devant une telle correction. 4 à 5% de baisse selon les devises (Euro ou Dollar) en pratiquement 15 jours. Mais pour Tradosaure, c’est un peu la fête. En effet, il note un retour sur ce qu’il désigne comme des « zones d’accumulation rationnelles ».

Sa théorie, c’est que les investisseurs ont des comportements moutonniers et c’est encore plus vrai avec l’usage du trading électronique, comprendre, l’utilisation de logiciels qui vendent et achètent à la place des hommes. Donc les programmes informatiques évoluent normalement entre des résistances et des supports. Ils « vendent » en arrivant sur les résistances, ils « achètent » sur les supports. Assez naturellement, les cours montent jusqu’à la résistance, ils se cognent sur cette barrière et repartent à la baissent jusqu’au support où ils vont rebondir. Parfois, ils franchissent une limite dans un sens ou dans l’autre, c’est ainsi que nous avons des tendances haussières ou baissières.

Pourquoi l’or baisse ?

Depuis le mois d’octobre 2018, le cours de l’or était en hausse quasiment sans résistance, « on a accéléré sans freiner » comme le dit Tradosaure. Et cela ne pouvait pas durer. Ouf ! Retour sur un support cette semaine…donc on respire.

Mais tout n’est pas que graphiques et code informatique. Nous n’évoluons pas encore dans la « Matrice » (enfin on espère). L’or et l’argent ont des fondamentaux qui sont assez liés aux crises ou risques de crise. On répète assez souvent ici que l’or est bien une valeur refuge. On peut préparer son refuge ou s’y précipiter quand le danger est là. Comparaison analogique qui nous incite donc à tenter de repérer les signaux faibles ou les indicateurs annonciateurs d’une crise économique, sociale ou sociétale.

Trump rassure Wall Street

C’est évidemment Donald Trump, ses actes mais aussi ses déclarations qui donnent la tendance sur la planète finance. On doit bien l’avouer, Wall Street est assez fan du Président Américain qui a permis aux indices boursiers de grimper fort depuis son élection. Et la correction de la fin 2018 est en train tout doucement de s’effacer en ce début 2019.

Premier élément, les investisseurs américains sont persuadés qu’un accord commercial est conclu avec la Chine. C’était la grosse incertitude de la fin de l’année. Les Etats-Unis ont finalement décidé de reporter l’augmentation des droits de douanes sur les produits chinois. On attend sous peu l’organisation d’un sommet Amérique/Chine.

La Chine tient elle l’Amérique ?

Toute négociation commerciale, surtout avec Donald Trump dans le jeu, est un rapport de force. On peut donc se dire que le Président américain a lâché du lest en acceptant le report des droits de douanes supplémentaires. Oui mais pourquoi ? Certains experts commençaient à remarquer que l’industrie américaine, revitalisée par le programme America First -baisse d’impôts, relocalisation- , était quand même « chino-dépendante » et notamment sur l’usage de certaines matières premières comme les terres rares. Ces matières indispensables pour l’électronique, l’électro-ménager, l’informatique, l’automobile notamment sont entre les mains des chinois. Bref, ce qui passe pour un signe d’apaisement pourrait s’analyser comme une faiblesse à long terme.

Donald Trump a aussi joué de son influence auprès des investisseurs et traders de Wall Street pour faire baisser les cours du pétrole. Là aussi, un petit message public à l’encontre de l’OPEP et hop ! le pétrole baisse.

Fusaq dans l’industrie aurifère

Du côté des mines, les grandes manœuvres se poursuivent. Le géant Barrick Gold qui avait fusionné avec l’anglais RandGold vient de proposer une fusion à l’américain Newmont. Montant de la proposition 17,4 milliards de dollars. Si l’opération se fait, un nouveau géant de l’industrie aurifère sera créé. Une annonce qui intervient quelques mois après l’annonce du rachat par Newmont du canadien GoldCorp. Mais Barrick a assorti son offre d’une clause : Newmont doit renoncer à son accord avec GoldCorp.

Les mines d’or, un univers impitoyable.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

cours de l'or et de l'argent, le rebond

Or et argent : le rebond ?

Après plusieurs semaines de baisse et de correction, les cours de l’or et de l’argent semblent vouloir rebondir. Sursaut passager ou relance de la tendance haussière ?