Publicité

Ce début du mois de mai 2022 est marqué par de nombreuses nouvelles géopolitiques et macro-économiques : inflation, stagflation, guerre, taux d’intérêt en hausse, nouveau confinement de la Chine. Résultat les marchés sont en forte baisse, les cryptos aussi. Une situation qui devrait être favorable aux métaux précieux. Et pourtant, l’or et l’argent sont en baisse. Pourquoi ? Explications du point de vue de l’analyse technique. Avec une mise à jour du 11 mai 2022 en fin d’article.

Supports majeurs et tests de résistance : tout est normal pour l’or en euros

Notre partenaire depuis de longues années, Tradosaure, nous propose une longue analyse du cours de l’or en euros cette semaine. Il nous invite à prendre du recul et à éviter la réflexion émotionnelle.

L’or en baisse depuis les records de mars 2022

C’est un fait, depuis début mars 2022, l’or a perdu 6% en deux mois. On vous rappelle que le record absolu de 1902 euros l’once est provoqué par le déclenchement d’une guerre aux portes de l’Europe en Ukraine. Et donc c’est une situation exceptionnelle : premier conflit armé sur le vieux continent depuis la deuxième guerre mondiale. Même si les bombes continuent de tomber dans l’Est et le Sud de l’Ukraine, la peur d’un conflit étendu (pour ne pas parler de 3ème guerre) s’éloigne. La flambée du cours de l’or se calme aussi.

L’or en euro teste un support majeur à 1727-1748 euros

 Restons uniquement sur l’analyse technique, excellent moyen de ne pas réagir sur le coup de l’émotion. Depuis 6 à 7 semaines, le cours de l’or rebondit sur un support majeur. Une situation bien connue des experts des cours des actions ou des matières premières. Après le franchissement d’une résistance, elle devient support. Très souvent, une hausse violente entraine une correction. On dit d’ailleurs qu’un cours qui consolide après une poussée est plus sain, plus solide.

Voici la situation de l’once d’or depuis début mars 2022 :

Publicité
  • 24 février début de la guerre : la résistance explose et devient un support.
  • Début mars, l’euro en difficulté avec cette guerre aux portes de l’Europe : record à 1902 euros l’once.
  • Jusqu’ à début mai 2022 : le cours corrige et va tester régulièrement le support à 1748 euros.

Cours de l’or : casser une résistance, tester le support

Sur la courbe ci-dessus, l’unité de temps choisie par Tradosaure est le mois. On voit ainsi qu’à partir de 2012, la résistance à 1374 euros empêche le cours d’aller plus haut. Testée plusieurs fois, elle est enfin franchie début 2020 avec un record à 1748 euros en août de cette même année. On connaîtra ensuite une période de corrections en 2021 avant une reprise de la marche en avant en 2022. La résistance des 1748 euros finira par être cassée avec une progression jusqu’au record du printemps 2022. On a donc un nouveau support, il est testé en ce moment. Et pour rappel, entre 2020 et 2022, le cours de l’or a progressé de 1374 euros l’once à 1750 euros en ce 8 mai 2022. Cela représente une augmentation de 29%.

[VIDEO] L’analyse technique complète de Tradosaure pour l’or, l’argent, le platine et le palladium.

Cours de l’or :de multiples sous-jacents qui s’équilibrent

Et en dehors de l’analyse technique, pourquoi l’or n’est pas en hausse ? Effectivement, à l’écoute des nouvelles venues des Etats-Unis notamment, on peut légitimement s’interroger.

Une inflation importante…et durable ?

Dans la communication financière, les mots sont importants. Pour les banques centrales, il faut que l’inflation soit durable pour « exister » et entraîner des actions correctives. Visiblement, c’est le cas aux Etats-Unis puisque le patron de la FED a décidé d’augmenter les taux d’intérêt. L’inflation entraîne une baisse de la valeur de la monnaie et donc mécaniquement provoque une augmentation de l’or actif tangible.

Les taux d’intérêt en hausse font baisser le cours de l’or

L’arme contre l’inflation c’est la hausse des taux qui elle, fait baisser le cours de l’or. En effet, des actifs de long terme (obligations, bons du trésor, SICAV monétaire, etc.) reprennent des couleurs et intéressent certains investisseurs au détriment de l’or.

La guerre fait peur, valorise la valeur refuge mais désorganise l’économie

On l’a vu début mars, quand l’attaque russe s’est installée, l’or a battu des records. Donc la valeur refuge a bien joué son rôle. Mais d’un autre côté, le conflit a totalement bouleversé les circuits de production des matières premières (palladium et blé notamment). Les cours sont donc nerveux, anormalement réactifs en ce qui concerne l’or.

L’usine mondiale en Chine à nouveau empêchée

Et pendant ce temps-là, en Chine, le COVID refait son apparition et les autorités reconfinent. Donc les flux de production sont considérablement bouleversés dans les usines chinoises. La demande en or et surtout d’argent (mais aussi de platine et de palladium) par l’industrie baisse considérablement. Le cours industriel (échange entre fournisseurs et utilisateurs) est donc à la peine. On peut ajouter à cela la demande pour la bijouterie ou pour les particuliers chinois qui est, elle aussi, en baisse.

Conclusion : plus d’éléments baissiers que haussiers pour l’or aujourd’hui

Et tout ceci peut s’inverser à tout moment. On le répète très régulièrement, le cours de l’or est influencé par de nombreux sous-jacents. Sur le temps long, cela s’équilibre mais à très court terme, on peut enregistrer selon le rapport de force des éléments une baisse ou une hausse.

Mise à jour du 11 mai 2022 : une correction toujours en cours

Vous connaissez la phrase qui est attribuée à Talleyrand : « quand je me regarde je me désole, quand je me compare je me rassure ». C’est exactement ce que nous propose notre expert Tradosaure dans son actualisation de l’analyse technique des cours des métaux précieux : or, argent, platine, palladium de ce 11 mai. En effet, quand on compare l’évolution du CAC40 depuis le 1er janvier 2022 et celle du cours de l’or sur la même période, il n’y a pas photo. Le CAC est à -14% alors que l’or en euro est toujours à + 8,5% ! L’or est attaqué notamment par le renforcement du dollar avec le tour de vis monétaire de la FED et l’augmentation des taux d’intérêt. Mais pour l’instant il résiste plutôt pas mal.

Article précédentL’or est-il vraiment un actif parmi les plus liquides au monde ?
Article suivantOr vs matières premières : quel vainqueur face au retour de l’inflation ?
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici