Publicité

L’Histoire enseigne que les motivations des Chinois sont rarement court-termistes. Aujourd’hui, nous allons voir que si l’Empire du Milieu apparaît de plus en plus comme un vortex vis-à-vis du métal jaune, cela n’a sans doute rien d’un hasard.

Combien de tonnes d’or détient la Banque populaire de Chine ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Banque populaire de Chine (People’s Bank of China – PBoC) n’est pas très loquace au sujet de ses achats d’or. Sous l’égide de son gouverneur Zhou Xiaochuan (décembre 2002 – mars 2018), elle n’a en effet communiqué qu’une seule opération d’augmentation de ses réserves.

Evolution du stock d’or de la PBoC entre le T1 2000 et le T1 2019 (en tonnes)

Il a fallu attendre qu’Yi Gang (le protégé de Zhou, qui a passé une bonne partie de sa vie aux Etats-Unis et que Ronald Stöeferle et Mark Valek – S&V – décrivent dans leur rapport In Gold We Trust 2019 comme un défenseur du libre marché) lui succède pour que la PBoC se mette à rendre publics des achats réguliers d’une dizaine de tonnes par mois depuis décembre 2018. Aux dernières nouvelles, la PBoC aurait officiellement accumulé 1 948,3 tonnes de réserves d’or.

Evolution du stock d’or de la PBoC au cours des 3 dernières années (tonnes)

Publicité

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les observateurs du marché de l’or sont très sceptiques quant aux chiffres avancés par la PBoC. Comme l’écrivent S&V, « les insiders pensent qu’il existe des stocks [d’or] nettement plus importantes cachés dans des sociétés financières, des trustees et autres fonds souverains. Jan Nieuwenhuijs, analyste de l’or très respecté […], a écrit à ce sujet : « Il est malheureusement impossible d’évaluer la taille exacte de leurs réserves d’or officielles, […] mais de nombreux indices indiquent qu’ils ont secrètement acheté des centaines, voire des milliers de tonnes d’or depuis 2009. »

Pourquoi la Chine augmente ses réserves d’or, et ce en opérant très « en douceur » ?

Au moins 3 raisons expliquent ce phénomène.

Il y a bien sûr le fait que l’or constitue un excellent hedge pour les 3 106 000 Mds$ de réserves de change que comptait Pékin au 31 décembre 2019.

Montant des réserves de change et d’or de la PBoC à fin 2019 (en milliers de Mds$)

Au regard des chiffres officiels, l’or détenu par la PBoC fin 2019 représentait 3% de ses réserves de change.

Ensuite, l’accroissement de ses réserves d’or par la PBoC lui permet de contrôler le taux de change de sa devise. Pour acheter de l’or, elle doit vendre du yuan, ce qui en fait baisser le cours. Par ricochet, « en augmentant ses réserves d’or, elle apporte une plus grande stabilité à sa monnaie et à son système financier », comme le relèvent S&V.

La Chine empilerait-elle des jetons dorés en vue d’un grand reset monétaire ?

C’est l’explication la plus significative mais aussi celle qui ouvre la voie aux plus de spéculations. Elle repose sur le fait qu’à l’instar de la Russie, la Chine est dirigée par une poignée d’individus qui ne s’embarrassent guère des contraintes de la démocratie et bénéficient par conséquent du luxe de pouvoir déployer des stratégies sur la très longue durée.

Par ailleurs, l’élite politique chinoise a pleinement conscience qu’en cas de grand reset monétaire, c’est-à-dire de changement de système monétaire, les Etats qui seront assis devant la plus grosse pile de jetons dorés seront ceux qui pèseront le plus dans les négociations. Pour reprendre les mots de Jim Rickards, « Dans tout scénario de reset monétaire, les pays se réuniront et s’assiéront autour d’une table. On peut faire le parallèle avec une partie de poker. Lorsque vous vous installez à la table de poker, vous avez besoin d’une grosse pile de jetons. Dans ce contexte, l’or fonctionnera comme une pile de jetons de poker. Cela ne signifie pas que le monde passera automatiquement à un système d’étalon-or. Cela veut simplement dire que votre voix à la table sera fonction de la taille de votre réserve d’or. »

En vue d’un tel scénario, il y a fort à parier que les joueurs de poker communistes soient prêts à agir en sous-marin pour accumuler autant de jetons que possible en prévision du jour J. En agissant dans l’ombre, la Chine évite que ses manœuvres soient considérés comme un acte provocateur au niveau international. Et tant pis pour ses adversaires qui soit n’auront pas augmenté leurs réserves, soient l’auront fait au vu et au su des autres participants. Voici la taille officielle des piles de jetons des 4 plus gros joueurs et de « l’arbitre » qu’est le FMI :

Réserves d’or des États-Unis, de la zone euro (y compris la BCE), de la Russie, de la Chine et du FMI, en tonnes, à mars 2020

Quoi qu’il en soit, de l’aveu de la PBoC elle-même, la banque centrale chinoise ne peut pas relouchifier de manière trop abrupte sous peine de « facilement affecter le marché » – comprendre avoir un impact massif sur le cours de l’or.

Depuis 20 ans, les autorités chinoises mettent tout en œuvre pour se préparer « une sortie par l’or », pour reprendre la formule de Simone Wapler

Depuis le début des années 2000, la Chine applique une stratégie en trois axes où toutes les catégories d’agents économiques sont mobilisées en vue d’accroître le stock d’or national :

  • L’Etat qui, au travers de la banque centrale, a annoncé en décembre 2018 le quasi doublement du montant de ses réserves d‘or, et dont les spécialistes s’accordent pour dire qu’il augmente ses réserves en sous-marin afin de ne pas éveiller la suspicion de ses adversaires ;
  • Les entreprises minières qui, outre le fait d’extraire plus d’or du sol chinois que cela n’est cas dans tout autre pays au monde, rachètent des mines situées à l’étranger ainsi que des droits d’exploitation ;
  • Et les ménages, qui sont officiellement encouragés par les autorités publiques à acheter de l’or depuis 2011, si bien que la Chine doit importer de l’or de l’étranger pour satisfaire la demande locale.

Au total, la Chine pourrait avoir accumulé 23 000 tonnes d’or à fin 2018. (Les ménages chinois auraient détenu 10 000 tonnes d’or en 2014 (principalement sous la forme de bijoux), à en croire les chiffres du Conseil mondial de l’or. S&V estiment que ce montant a au maximum doublé en 2019 – chacun en tirera les conclusions qu’il veut au sujet du stock d’or détenu par la PBoC.)

Estimation du stock d’or détenu par la Chine entre 1994 et 2018 (en tonnes)

Pour prendre la mesure de ce chiffre, je rappellerai qu’en janvier 2020, le Conseil mondial de l’or estimait le total d’or extrait au fil de l’histoire à un peu moins de 200 000 tonnes. Toutes catégories d’agents économiques confondues, la Chine pourrait donc être en possession de 11,5% du stock d’or mondial.

Lundi prochain, nous verrons ce qu’il en est de son voisin indien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici