Publicité

Chaque année, Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek reviennent avec un regard critique sur leurs prévisions de l’année précédente, et confirment ou réajustent leurs objectifs au vu des évènements intervenus entre temps. Dans le rapport In Gold We Trust publié le 27 mai 2020, les deux Autrichiens valident la méthode qu’ils appliquent depuis 2017 et annoncent que la question n’est plus de savoir si l’or va connaître de nouveaux plus hauts, mais quand cela va se produire.

Du « retournement des marrées monétaires » à « l’aube d’une décennie dorée », en passant par « l’ère où la confiance s’érode »

Depuis le rapport In Gold We Trust (IGWT) 2017, Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek (S&V) ne proposent plus d’objectif de prix à horizon 1 an mais des objectifs de prix au terme du mandat du président américain en exercice, en fonction de différents scénarios macroéconomiques. Les deux analystes s’étaient en effet montrés trop optimistes après la chute du cours de l’or en 2013, alors que le cours de l’or libellé en dollars US avait dansé le cha-cha-cha entre 2014 et fin 2018, ce qui a amené S&V à revoir leur méthode de travail.

Face à la dominance budgétaire qui a peu à peu lié le sort des banques centrales à celui des gouvernements, il a semblé préférable à S&V d’adopter des objectifs de prix pour le métal jaune en fonction de l’activité économique, de l’évolution des prix à la consommation et de la politique monétaire de la Fed. Cette vision aboutit selon eux à un prix de l’or qui pourrait osciller entre 700 et 5 000 $ d’ici janvier 2021.

En 2018, dans leur rapport IGWT sous-titré « l’or et le retournement des marées monétaires », S&V réitéraient leur diagnostic selon lequel : « nous nous situons aux premiers stades d’un nouveau marché haussier, qui a été temporairement ralenti par l’élection de Donald Trump. » (élu le 8 novembre 2016, le Républicain a pris ses fonctions le 20 janvier 2017)

Dans le rapport IGWT 2019(« L’or à l’ère où la confiance s’érode »), les auteurs jugeaient que leur « décision de lier [leurs] prévisions de prix sur quatre ans au mandat du président américain était la bonne, car l’expansion des mesures interventionnistes et leur influence directe et indirecte sur la politique monétaire lient de plus en plus réciproquement le sort de la politique et celui des marchés financiers. » C’était déjà toute la question de l’indépendance des banques centrales – que j’ai abordée au mois de mai – qui était posée.

Publicité

Comment s’est comporté le cours de l’or depuis la prise de fonction de Donald Trump, et tout particulièrement depuis la publication du précédent rapport IGWT ?

Nous avions quitté les deux Autrichiens le 28 mai 2019 avec une once à 1 278 $ (et 1 144 € *) pour les retrouver avec une once à 1 705 $ (et 1 552 €) le 27 mai 2020. (* Exceptionnellement, j’évoquerai dans cette série d’articles le cours de l’or en dollars US, puisqu’il s’agit de la devise la plus utilisée dans le rapport.)

Leur pronostic 2019 d’un métal jaune « au tout début d’un nouveau marché haussier, un marché haussier qui pourrait bientôt prendre de l’ampleur en dollars américains également » s’est donc trouvé confirmé. Comme ils l’indiquaient alors, « Le scénario B [NDLR : taux de croissance et d’inflation compris entre 1,5 et 3% par an et incapacité à normaliser complètement la politique monétaire] est toujours celui dans lequel nous nous trouvons. La confiance dans les États-Unis en tant que locomotive économique mondiale est encore, même si elle a clairement été testée au T4 2018. Cette dégringolade [des marchés actions] nous a rappelé une fois de plus à quelle vitesse l’humeur des marchés peut changer. »

Voici ce qu’ils écrivent un an plus tard, alors que le mandat de Donald Trump se rapproche de son terme :

« En ce qui concerne les scénarios que nous avons formulés, nous pouvons affirmer que pendant le mandat de Trump, l’économie a évolué en grande partie en mode brouillard (scénario B). Ce mandat se terminera probablement dans les conditions d’un scénario défavorable (scénario D), [NDLR : taux de croissance inférieur à 1,5% par an et normalisation de la politique monétaire en pause/ou reprise de l’assouplissement monétaire] que nous avons estimé à plusieurs reprises depuis 2017 comme le scénario le plus probable.

Le prix de l’or s’est également comporté comme nous l’avions prévu dans les différents scénarios. En cas de retournement de la politique monétaire, nous avons prévu en 2017 que le prix de l’or dépasserait 1 800 $ d’ici la fin janvier 2021. Il est encore probable que ce soit le cas.

Evolution du cours de l’or en dollars US (mai 2015 – mai 2020)

Rétrospectivement, nous sommes assez satisfaits de nos évaluations des dernières années, car les thèses centrales de nos rapports In Gold We Trust passés se sont avérées vraies. »

Stöferle et Valek ont mis en garde face au risque de correction

Au 22 mai (le document a été publié le 27 mai mais les chiffres ont été arrêtés 5 jours plus tôt), le constat est sans appel : que ce soit en euros, en yens, en francs suisses, en yuans, en dollars australiens, en livres sterling ou encore en de multiples autres devises, le cours de l’once d’or a atteint un nouveau plus historique au cours de l’année qui s’est écoulée. Le cours moyen de l’or dans les différentes devises du monde a ainsi très largement dépassé le niveau qui a précédé la violente chute des prix de 2013.

Cours de l’or en dollars (en bleu) et cours mondial de l’or (en jaune) (janvier 2008 – mai 2020)

Le dollar US fait encore de la résistance par rapport aux autres devises, mais cela n’a pas empêché le cours du métal jaune de très fortement augmenter dans cette devise au cours des 12 derniers mois :

Pour ce qui est de la performance de l’or en 2020, S&V la qualifient de « stellaire » : +17,6% en euros et +14,3% en dollars (+18,7% au niveau mondial) au 22 mai. Voici la conclusion qu’ils en tirent : « Compte tenu de la très forte hausse récente du cours mondial de l’or, il semble qu’une consolidation soit désormais probable. »

L’avenir leur a donné raison puisque le cours de l’once est passé de 1608 € le 23 avril 2020 (plus haut historique à la clôture sur le marché de Londres) à 1494 € le 8 juin (soit une chute de 7%), pour finir la semaine à 1545 €. Le cours s’est un peu mieux tenu en dollars.

Au 19 juin, cela nous donne les performances suivantes pour le cours de l’or dans les différentes devises :

Mais ce n’est pas tout.

Quid du cours de l’or à partir de la prochaine présidence américaine en janvier 2021 ?

Puisqu’il ne reste plus que 8 mois avant que nous soyons fixés sur le prix de l’once à l’issue du mandat de Donald Trump, S&V nous livrent leur pronostic sur ce qui pourrait nous attendre par la suite :  « Les perspectives sont encore plus excitantes que le bilan. » […] « De nouveaux sommets historiques pour l’or [en dollars US] ne sont qu’une question de temps. La question n’est pas de savoir si le prix de l’or atteindra de nouveaux sommets historiques, mais de savoir à quel niveau ils se situeront. » […] « Conformément au leitmotiv de cette année, « L’aube d’une décennie dorée« , nous nous risquons à offrir des perspectives pour le prix de l’or au cours des 10 prochaines années. »

Voilà pour les chiffres et les pronostics – en tous cas pour aujourd’hui. Lundi prochain, nous parlerons économie : nous verrons comment S&V expliquent l’explosion qu’a connue le cours de l’or au cours des 12 derniers mois, et ce qui les amène à adopter une position aussi tranchée au sujet de la décennie à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici