Publicité

Vous êtes intéressé par l’investissement sur le marché des matières premières mais ne savez pas par où commencer ? Il s’agit en effet d’un marché vaste et complexe, généralement réservé aux professionnels ; pour autant les particuliers peuvent bel et bien en tirer profit…

Découvrez la nature et le fonctionnement des actifs sur le marché des matières premières, afin d’y investir de manière avisée en tant que particulier !

Qu’est-ce qu’une matière première ?

Définition

Par définition, une matière première est une ressource extraite de la Nature à l’état brut et n’ayant subi que très peu, voire aucune transformation de la part de l’Homme. 

Qu’elles se présentent sous la forme de matériaux, de denrées ou de substances, les matières premières servent ensuite à produire des biens intermédiaires ou des produits finis, par exemple à des fins industrielles. Elles sont la base de tout processus de fabrication et de transformation. 

Les matières premières sont donc des marchandises et, en tant que telles, sont achetées et vendues sur d’immenses marchés internationaux, que ce soit dans un but commercial, d’investissement ou même purement spéculatif.
Aussi appelées « commodities » sur les marchés financiers, les matières premières représentent une classe d’actifs bien spécifique. En effet, contrairement aux actions dont l’achat permet aux investisseurs de soutenir l’économie en finançant la croissance de l’entreprise émettrice (créant ainsi des emplois et des services), les matières premières ne créent aucune valeur, bien que leurs cours fluctuent dans le temps en fonction de nombreux facteurs.

Publicité

Les différents types de matières premières

Très nombreuses, les matières premières peuvent être classées en deux catégories principales :

  • les matières premières renouvelables ;
  • les matières premières non-renouvelables.

Généralement issues de l’agriculture, de la pêche ou encore de la sylviculture, les matières premières renouvelables se régénèrent continuellement en fonction des cycles de la Nature et se composent notamment :

  • des matières animales (viande, œufs, poissons, laine, peaux…) ;
  • des matières végétales (coton, bois, céréales, huiles, fruits, légumes…).

Généralement issues de l’exploitation minière, les matières premières non-renouvelables ne se régénèrent pas à l’échelle humaine et se composent notamment :

  • des matières énergétiques, aussi appelées énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon…) ;
  • des minerais (pierre, gravier, sable, calcaire…) ;
  • des métaux (or, argent, platine, fer…).

Découvrez aussi notre Top 10 des métaux précieux les plus chers

À l’échelle du globe, les matières premières les plus négociées sur les marchés sont :

  • le pétrole ;
  • l’acier ;
  • le soja ;
  • le fer ;
  • le maïs ;
  • l’or.

Fonctionnement du marché des matières premières

Entièrement dématérialisé, le marché des matières premières permet à différents acteurs économiques de se rencontrer afin de négocier l’achat et la vente des différentes ressources naturelles exploitées par l’Homme.

Ces acteurs économiques sont notamment :

  • les acheteurs, qui sont généralement des entreprises, des sociétés d’investissement, des institutions financières ou des particuliers ;
  • les vendeurs, qui sont généralement des producteurs.

Le marché des matières premières est divisé en trois grandes catégories que sont :

  • les métaux précieux ;
  • les énergies fossiles ;
  • les matières premières agricoles.

Les places financières sur lesquelles ces marchandises se négocient sont réparties dans le monde entier. Les plus importantes et reconnues sont par exemple le Chicago board of trade (CBOT), spécialisé dans les matières premières agricoles, le London metal exchange (LME), spécialisé dans les métaux et métaux précieux, ou encore l’Intercontinental Exchange (ICE) basé à Atlanta et couvrant les trois principales catégories de matières premières. 

Le cours des matières premières

Conditions climatiques, fluctuation des saisons, données économiques, habitudes de consommation… Les facteurs influençant la production et la consommation des matières premières sont nombreux et ont des répercussions sur leurs cours. 

Historiquement, le prix des matières premières était fixé en fonction des besoins des producteurs et des consommateurs. C’est ainsi que dès le XIXème siècle, les producteurs de blé préféraient vendre leurs marchandises à un prix fixé à l’avance (par exemple au mois de mai pour une livraison au mois de juillet), afin de se couvrir contre une éventuelle baisse du prix en cas de très bonne récolte. 

Une singularité du marché des matières premières qui vaut pour tous types de marchandises. Par la suite, la financiarisation du marché a permis à différents acteurs de faire eux aussi monter ou baisser les cours en fonction de leurs anticipations.

C’est au cours des crises économiques que l’on constate clairement la forte volatilité des cours sur le marché des matières premières. Ce fut récemment le cas, lorsque l’indice Bloomberg des matières premières tomba à son plus bas niveau depuis 1976 au cours du printemps 2020, en plein cœur de la pandémie de Covid-19 ayant provoqué un effondrement historique de la demande. Les prix du pétrole étaient alors passés en négatif, le baril se négociant à -38,94 dollars !

Mais quelques mois plus tard, au début de l’année 2021, les cours repartaient fortement à la hausse : l’indice du London Metal Exchange cotait alors à près de 4.000 points (son plus haut niveau depuis 2011) et les prix du cuivre étaient en progression de plus de 20%.

Pour aller plus loin : Lisez notre article Qu’est-ce qui impacte le cours de l’or ?

Comment investir dans les matières premières ?

En fonction de vos objectifs et de votre profil d’investisseur, il existe différentes manières d’investir sur les matières premières. 

Les traders les plus expérimentés privilégieront l’investissement via des produits financiers dérivés complexes, afin de profiter de la forte volatilité du marché, tandis que les particuliers désireux de protéger leurs économies opteront davantage pour l’achat de métaux précieux physiques tels que l’or.  

Trading sur les matières premières

Destiné aux investisseurs institutionnels et aux traders professionnels, le trading sur les matières premières implique l’utilisation de produits dérivés (OPCVM, ETF, Turbos…) répliquant les fluctuations de cours des matières premières, afin de spéculer à la hausse ou à la baisse sur ces derniers.

Généralement, les traders utilisent un fort effet de levier pour démultiplier leurs gains en profitant de la volatilité inhérente à ce marché. Il s’agit d’une pratique très risquée, étant donné que l’effet de levier démultiplie aussi les pertes potentielles de l’investisseur.

Investissement dans les métaux précieux

Pour les particuliers, l’investissement sur les matières premières passe généralement par l’achat et la conservation sur le long terme de certains actifs considérés comme des valeurs refuges. C’est en particulier le cas de l’or physique, qui permet à son détenteur de protéger son capital contre les aléas économiques, notamment en période de crise.

En effet, indépendant des banques centrales et doté d’une valeur intrinsèque universellement reconnue, le métal jaune a la particularité de s’apprécier lorsque les actifs plus classiques voient leurs cours s’affaisser lors d’une récession.

Nombreuses et variées, les matières premières se distinguent en tant qu’actifs par leur grande volatilité de cours et par le fait qu’elles ne créent pas de valeur, faisant du marché des matières premières un marché largement réservé aux professionnels aguerris capables de générer des plus-values dans de telles conditions. 

Pour les particuliers, la détention physique de certaines matières premières spécifiques (or, argent…) est cependant tout indiquée afin de protéger son épargne !

Article précédentCours de l’or : le mois de juin commence par une correction
Article suivantSalvador : plutôt choisir l’or comme monnaie légale
Entrepreneur depuis vingt ans dans le domaine de la communication et l'information stratégique, il a été amené à travailler plusieurs fois en partenariat avec des banques et des assurances, dont la principale matière d'œuvre était constituée de l'argent des épargnants. Peu complaisant à l'égard de leurs pratiques dont il a entrevu les coulisses, il délivre aujourd'hui régulièrement son analyse sans concession (et souvent piquante) non seulement sur les agissements des professionnels de la finance, mais aussi de tous ceux qui, de près ou de loin, se font les auteurs ou les complices des manipulations qui spolient chaque jour un peu plus les honnêtes citoyens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici