Publicité

Vous avez acheté ou reçu des pièces d’or ? Comment conserver « en toute sécurité » ce patrimoine ? En général, on a de l’or pour le transmettre ou pour pouvoir l’utiliser en cas de crise majeure. Entre le risque de cambriolage de son domicile et les contraintes juridiques et d’accès des coffres-forts en banque, voici un comparatif des solutions pour garder ses pièces d’or.

Conserver de l’or chez soi

Autrefois, il était assez fréquent de conserver quelques pièces d’or à la maison. On en avait dans le « bas de laine ». Cette expression trouve d’ailleurs son origine au XIXème siècle quand les paysans n’avaient pas confiance dans le système bancaire. Ils préféraient donc avoir leurs économies (ou leur fortune) chez eux. On a connu aussi dans certaines familles la tradition du don d’un « louis d’or » pour une communion ou un anniversaire. Attention ! Les pièces d’or sont fragiles, il faut donc éviter de les manipuler. Sortir sa collection à chaque réunion de famille est vraiment une attitude à proscrire. On choisira aussi des emballages solides et sécurisés pour éviter tout risque de dégradation de la pièce.

Attention aux cambriolages

L’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONDRP) le constate chaque année. Dans le Top 10 des objets les plus volés dans des cambriolages on trouve largement en tête les bijoux en or (49%). Et sur la troisième marche du podium les espèces. On dit souvent que l’or est « liquide », les voleurs le savent avec la possibilité de fondre une partie de leur butin ou de le revendre sur des marchés parallèles. Donc oui, vous pouvez conserver de l’or chez vous mais uniquement si vous partez du principe qu’il peut disparaître.

Coffre-fort externalisé dans une banque

Pour protéger son or, il y a donc la solution de la location d’un coffre-fort dans son agence bancaire. (On vous en dit plus en fin d’article sur l’ouverture d’un coffre-fort à la banque). Vérifiez toutefois que votre banque dispose bien encore d’une salle des coffres. Plusieurs avantages pour cette solution : c’est la banque qui s’occupe la sécurité de vos biens, le contenu du coffre reste confidentiel et vous êtes assuré sur un montant que vous déclarez.

La banque va déclarer l’existence de ce coffre au fisc

Depuis le 6 mai 2020, les banques doivent déclarer aux impôts tout titulaire d’un coffre. Ce décret a été pris dans le cadre de la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme. Pour toute nouvelle ouverture, c’est automatique. Pour les anciens coffres, les banques doivent transmettre les noms de leurs locataires avant 2024. L’administration fiscale connaîtra l’existence du coffre-fort mais pas de son contenu. Mais, en cas de contrôle, vous aurez bien du mal à refuser son ouverture. Les inspecteurs des impôts disposent de moyens pour vous y obliger.

Publicité

Pourquoi conserver de l’or physique ?

Pourquoi décide-t-on d’avoir de l’or physique, des pièces d’or ou même des lingots et des lingotins ? Souvent, c’est pour diversifier son épargne. Pour certains, la crainte d’un blocage du système financier est aussi un élément important en cas de crise grave, comme cela a pu arriver pendant les subprimes ou en 2011 pour la crise de l’Euro. A Chypre et en Grèce les guichets des banques n’étaient plus accessibles en quelques heures et les DAB (distributeurs automatiques de billets) limitaient les retraits. En cas de défaillance d’une banque, le fonds de garantie des dépôts prévoit une indemnisation jusqu’à 100 000 euros. Que se passe-t-il en cas de chute importante du système bancaire, avec la faillite d’une ou plusieurs banques systémiques ?

Garde à domicile et en coffre-fort : le crash test du COVID 19

La crise sanitaire dite du COVID 19 a déclenché une vague massive de confinement sur toute la planète. Cela s’est traduit en Europe par une réduction drastique des accès aux établissements commerciaux dont les boutiques de vente d’or. Donc impossible d’aller « revendre » ses pièces d’or si par hasard on avait eu besoin d’espèces. Les rares établissements accessibles pratiquaient en plus un « spread » important, jusqu’à 30% entre le cours de l’or et les primes et l’offre de rachat.

Si vos lingots ou vos pièces d’or étaient dans un coffre-fort dans une banque, bien souvent, les mesures sanitaires ne prévoyaient pas l’accès à la salle des coffres. Donc, dans les deux cas, les pièces d’or n’étaient pas liquides.

Retrouvez une vidéo explicative sur les avantages et inconvénients de la garde d’or à domicile ou en coffre dans une agence bancaire.

COVID 19 : la validation du modèle de la dématérialisation de la garde d’or

En cas de crise financière majeure où le système bancaire serait très dégradé, il est donc nécessaire de pouvoir rendre liquide une éventuelle épargne en or. C’est cette réflexion originelle de Jean-François Faure qui l’a conduit à créer son entreprise AuCOFFRE.com en 2009. Interview :

Il faut détacher la pièce d’or de son acte d’achat et de vente. Ainsi, un Napoléon, pour prendre cet exemple, peut changer de propriétaire sans bouger de son lieu de stockage. C’est ce que nous faisons en conservant l’or de nos membres dans un endroit hyper sécurisé. Comme on numérise l’acte de propriété du lingot, des pièces d’or ou d’argent, finalement, cela consiste à changer le nom du propriétaire à l’instant T.

Mais cela ne me permet pas de récupérer des euros pour acheter mon pain ce système ?

C’est pour ça que nous avons créé une carte de paiement qui permet de transformer instantanément de l’or en euros. C’est à dire que votre compte dispose de grammes d’or ou d’argent, au moment du règlement chez le commerçant, on fait la conversion en euros selon le cours de l’or ou de l’argent.

Jean-françois faure, pdg du groupe aucoffre (éditeur de l’or et l’argent)

Stocker de l’or dans un coffre-fort dans une banque, comment ça marche ?

Dans le cas des coffres forts bancaires, la plupart des banques exigent maintenant que vous ayez un compte chez elles pour pouvoir louer. Facile à gérer lorsqu’on est en ville, en campagne il est rapidement difficile de trouver une salle des coffres dans une agence de sa banque qui ne soit pas trop éloignée. D’autres banques demandent aussi un dépôt de garantie de l’ordre de 200à 300 euros même si cela est de moins en moins fréquent. Il faut donc vous renseigner auprès de celle qui vous intéresse et voir si des coffres sont libres.

Le problème aujourd’hui est que les salles des coffres, peu rentables pour les banques et considérées comme un service pour fidéliser les clients, sont de moins en moins nombreuses et, la crise étant passée par là, le nombre de demandes pour les petits coffres (les moins chers) n’a cessé d’augmenter. Bref, c’est de plus en plus difficile d’en trouver des disponibles.

Concernant les tarifs, et pour donner un ordre d’idée, nous dirons que le loyer annuel moyen se situe entre 80 et 180 Euros, variant en fonction des lieux, des banques et aussi de la taille du coffre. Attention aux variations parfois importantes de prix qui existent entre les différentes enseignes et les coûts qui peuvent rapidement augmenter si vous avez une importante valeur à assurer (au-delà de 30 000 euros) !

Comment se passe la location d’un coffre ?

Pour louer un coffre, vous devez signer un contrat de location avec votre banque. On vous demandera alors un justificatif d’identité ainsi qu’un spécimen de votre signature. Votre capacité juridique ne doit pas pouvoir être remise en cause lors de la signature. Si vous souhaitez que d’autres personnes puissent avoir accès à votre coffre, vous pouvez leur donner une procuration. En cas de décès, aucune des personnes ne peut avoir accès au coffre sans présence d’un notaire mais sous réserve que la banque ait connaissance du décès bien évidemment… Tous les héritiers doivent être présents lors de l’ouverture du coffre, avec une procuration du notaire ainsi qu’un acte de propriété. Attention: le fisc est automatiquement informé de l’ouverture du coffre d’un défunt et peut demander à assister à son ouverture.

Une autre solution consiste en l’ouverture d’un coffre « conjoint » qui reste généralement accessible en cas de décès d’un colocataire. Il faut cependant s’assurer de la « qualité » de la personne avec qui on loue le coffre !

Coffre-fort : une transmission très réglementée

transmission des coffres

En ce qui concerne l’accès au coffre, vous (et vos éventuels colocataires ou ayants droit) seul avez accès au contenu du coffre. Vous pouvez mettre ce qui vous chante dans votre coffre, sous réserve que ce ne soit ni dangereux, ni illégal, ni périssable. Si l’agent de la banque a des soupçons quant à la légalité du contenu, il est en droit de vous demander des comptes!

L’exemplaire de la clé que vous possédez est unique; en cas de perte (fréquent) ou de vol, vous devez immédiatement en informer votre banque. Vous devrez vous acquitter des frais d’ouverture forcée du coffre (de 200 à 400 Euros).

Lorsque vous souhaitez accéder à votre coffre, on vous demande généralement de justifier de votre identité. Cependant, il est fréquent d’entendre des clients se plaindre de la « légèreté » de leur banque quant à la sécurité pour accéder aux coffres. Il ne faut cependant pas généraliser : la salle des coffres est tout de même un endroit hautement sécurisé.

Assurer la sécurité du contenu du coffre

La banque contractante se doit d‘assurer la sécurité du contenu du coffre, sans obligation de résultats cependant, de moyens uniquement. En cas de sinistre, vol ou destruction, elle doit prouver de bonne foi qu’elle avait pris les dispositions nécessaires relatives à la sécurité. Lors de la signature du contrat, nous vous recommandons de vérifier, s’il existe, le montant maximum d’indemnisation en cas de sinistre. S’il vous apparaît insuffisant, il vous faudra contracter vous-même une assurance afin de vous couvrir plus efficacement. Il vous faudra de toute manière toujours prouver la présence des objets(leur valeur aussi!) dans le coffre. C’est là que les choses se compliquent et nous vous recommandons la plus grande prudence: prenez en photos les objets que vous déposez. L’idéal dans le cas des pièces et lingots d’or serait de réaliser un inventaire en présence d’un huissier (300 à 400 euros) ou d’un notaire. C’est rarement le cas dans la réalité et faute de preuve, on se base sur la bonne foi du client. La négociation sera alors fonction des relations que vous pouvez entretenir avec votre banquier…

1 COMMENTAIRE

  1. Bonsoir merci pour ces infos. J’ai une question. En cas de crise est il possible que les coffres bancaires soient ouverts contre notre gré pour procéder à une récupération d’un pourcentage ou totalité de sommes ou pièces d’or pour renflouer une dette par exemple ?
    Merci
    Mme B F

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici