Accueil / USA / Election de Donald Trump : vers un Brexit puissance 3 ?
Election Trump cours or
Effet Trump immédiat sur l'or (c) Muryel Jacque pour Les Echos

Election de Donald Trump : vers un Brexit puissance 3 ?


Ce matin, le monde entre dans une ère d’incertitude. Un vent de panique souffle déjà sur les marchés et les valeurs refuge remontent. Si vous avez loupé le coche en juin après le Brexit, il est encore temps de prendre le train de l’or en marche, avant une flambée des prix !

Une victoire qui était annoncée

En 30 ans, le professeur d’histoire politique Allan Lichtman ne s’est jamais trompé sur le futur vainqueur des élections présidentielles américaines. Encore une fois, il a vu juste en donnant Donald Trump gagnant.

Son modèle de prédictions repose sur une opposition binaire (vrai/faux) en 13 points (mandat du parti, charisme, revers et succès en politique internationale…). Selon son système, Donald Trump possédait au moins 6 des 13 facteurs d’éligibilité.

Une victoire surtout contre le système

Mais cette victoire est surtout celle de “la colère terrible de l’électorat”, comme le souligne La Tribune. Un électorat délaissé par les élites. Cette élection sonne le glas d’un système politique et monétaire à bout de souffle.

Le bras de fer qui se joue entre l’intelligentsia politique et une population désoeuvrée, celle que l’on ne voit ni n’entend, qui vit dans un mobile-home avec moins de 300$ en poche par mois et qui vient de donner sa voix.

C’est la même opposition qui s’est jouée en Angleterre en juin, entre un système politique éculé et la réalité des citoyens. D’ailleurs le candidat républicain n’avait-il pas espéré créer la surprise d’un “Brexit puissance trois” ? Nombreux sont ceux qui pensent que le séisme provoqué par cette élection sera en effet pire que celui du Brexit.

Trump n’est pas le candidat de la finance et des banques internationales. Il n’est soutenu ni par Goldman Sachs, ni par Wall Street. L’option du candidat outsider anti-système n’était pas une option possible. D’où le caractère inattendu de cette élection, en dépit des prédictions d’Allan Lichtman. Aujourd’hui, fortement ébranlé dans ses convictions, le monde vacille et entre dans une ère d’incertitude et forcément, les marchés n’aiment pas du tout ça.

Panique sur les marchés

Avec un programme ultra-protectionniste, la guerre commerciale qu’il veut mener à la Chine et la fermeture des frontières mexicaines, l’élection de Donald Trump est une catastrophe économique annoncée et soulève bien des incertitudes entraînant un vent de panique sur les places de marché du monde entier.

“Au Japon, le Nikkei plongeait de près de 6%, les marchés américains de plus de 5%. Tandis que les valeurs refuges (emprunts d’Etat, franc suisse, or…) grimpaient. Paris ouvre en baisse de 3%” annonçait La Tribune ce matin.

Le dollar était en chute par rapport aux autres devises internationales et le peso mexicain dévissait de 13%, sans surprise…

L’or, l’arche de Noé

Même si l’entourage de Trump va tout faire pour rassurer les marchés , cette élection aura un effet certain sur le cours de l’or, comme ce fut le cas après le Brexit où il avait atteint 1237€ et 1373$, son plus haut niveau depuis 2 ans.

Si c’est une catastrophe pour le monde de la finance, l’élection de Trump est très probablement haussière pour le cours de l’or. Selon certains prévisionnistes, l’or pourrait atteindre 1440$ d’ici juin 2017.

Aujourd’hui, l’or est vu comme une arche de Noé face aux incertitudes qu’entraîne la victoire de Donald Trump. Il y a ceux qui vont embarquer sur cette arche ces prochains jours avant que les portes ferment et ceux qui voudront la rejoindre après. Ne loupez pas le coche !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Cours de l'or

Economie sous Trump et cours de l’or : à quoi s’attendre

Une semaine après l’élection de Donald Trump et l’envolée spectaculaire du cours de l’or, les marchés ont vite été rassurés au détriment du métal jaune qui a connu sa pire semaine depuis 2013. Quel message faut-il en tirer ? Décryptage.